MENU ZINFOS
Faits-divers

Violences conjugales: "Si votre femme ne peut pas dire non, moi je peux"


Par - Publié le Mardi 20 Août 2019 à 18:02 | Lu 6123 fois

Violences conjugales: "Si votre femme ne peut pas dire non, moi je peux"
Si les violences subies par Élodie se déroulaient davantage dans l’intimité de leur foyer à l’abri des regards, le 17 février dernier, son compagnon s’en est pris à elle lors d’une fête bien arrosée au Tampon. Jean lui a tiré les cheveux, l’a plaquée au sol et rouée de coups malgré l’intervention des proches. 

"On avait tous bu", a-t-il tenté de se défendre ce mardi devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Jean avait bu, mais aussi consommé du zamal et même pris selon des témoins un cachet de MDMA. Depuis 14 ans, Élodie subit les violences de son compagnon, mais visiblement sous son emprise, elle reste et affirme au tribunal "qu’il a vraiment changé". 

"Une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon", a rappelé le ministère public. "Si votre femme ne peut pas dire non, moi je peux", s’est fait tancer le prévenu par la procureure. Un an de prison avec sursis, deux ans de mise à l’épreuve et l'obligation de soins ont été requis. Des réquisitions suivies par le tribunal qui a également ordonné l’obligation de chercher un travail, de dédommager les parties civiles et 100 euros d’amende.


Prisca Bigot
En charge de la région sud de l'île, j'ai la main verte, le pied marin et la tête dans les nuages.... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par thierry le 20/08/2019 17:11

Comment protéger un individu de lui-même, je parle évidemment de la compagne ? Tant qu'elle n'aura pas fait un aggiornamento, rien ne changera pour elle. Elle s'accrochera à ses illusions et espoirs que ce type d'homme lui propose. Elle repartira vers lui ou pire ira vers quelqu'un d'encore plus dangereux pensant se mettre à l'abri du précédent fléau. Et pourtant elle a droit, elle aussi comme tout un chacun, à une vie décente. Encore faut-il qu'elle en soit convaincue.

2.Posté par Bibic le 20/08/2019 20:00 (depuis mobile)

A quand de la prison ferme pour ce type d''individu, il faut arrêté les peines de prison avec sursis cela ne débouche en général sur rien. La prison fait réfléchir un homme quand il ramase la savonette🤔😣

3.Posté par Réveillez vous le 20/08/2019 21:13

Un an de prison avec sursis dédommager les parties civiles et 100 euros d’amende.

lol

ca fait peur ....surtout "l’obligation de chercher un travail" ...oulala

mais quel autorité....

4.Posté par Zendet le 21/08/2019 08:01 (depuis mobile)

.." obligation de chercher un travail.".... Vraiment cette justice qui est censée nous protéger nous prend pour des cons..Moi je me rappelle d''un juge qui avait reçu une claque repéré dans la rue par un voyou... La sentence a été du ferme..

5.Posté par SOMANKE le 21/08/2019 11:00 (depuis mobile)

Les faits sont graves mais je me garderai bien de « graduer » l’horreur. Tout doit être fait pour que la violence soit éradiquée, sans rechercher son sexe, son cadre ou les circonstances dans lesquelles elle se manifeste. Pourquoi?

6.Posté par Kiki le 21/08/2019 23:08 (depuis mobile)

Ces femmes qui persistent et qui signent à toujours vouloir voir le bon côté de leur compagnon. Il lui a tiré les cheveux, rouée de coups et bien d''autres à l''abri des regard tétanisée par la peur. elle peut remercier la procureure !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes