MENU ZINFOS
Faits-divers

Violences conjugales : "Je suis son bourreau"


Un conjoint ayant commis des violences conjugales à répétition devant de jeunes enfants vient d’être écroué pour des violences envers sa conjointe.
Ses multiples justifications sont loin d’avoir convaincu le tribunal.

Par Isabelle Serre - Publié le Lundi 12 Juillet 2021 à 17:47

Violences conjugales : "Je suis son bourreau"
"C’est une femme en or", répète inlassablement le conjoint violent et récidiviste à la barre du tribunal correctionnel. "C’est la femme de ma vie, j’ai besoin d’elle", rajoute-t-il à plusieurs reprises, avouant toutefois : "Je suis son bourreau"
 
Le 6 juillet dernier dans le quartier de Château Morange, le trentenaire s’est acharné devant trois enfants âgés de 9, 10 et 11 ans.
 
Le témoignage du plus jeune est glaçant. Les violences se sont déroulées en différents épisodes : "Il a soulevé maman de terre et la jetée contre le mur (...), il lui a donné six ou sept baffes, il lui a mis un couteau entre les deux seins, (...), je me suis enfui et il m’a poursuivi pour me taper. Maman s’est endormie et il l’a réveillée en la tirant par les cheveux. Ça a continué jusqu’à ce que les policiers viennent", raconte le marmaille. 
 
Ces derniers avaient trouvé le mis en cause dans l’escalier, énervé, sous l’emprise de stupéfiants et de médicaments, et alcoolisé. 
 
"Celle que j’aime le plus au monde" 
 
Irwim Buval n’en est pas à ses débuts. 14 mentions composent son casier judiciaire. Dont certaines pour des violences sur la même victime en 2015 et 2020. Il est sorti de prison pour ces faits en juin dernier. 
 
Devant les magistrats, l’employé de restauration rapide vêtu de noir n’arrête pas de parler de lui. De ses traumatismes, de sa dépression, de ses ressentis. Une trahison de madame alors qu’il était récemment incarcéré aurait provoqué sa colère. Dix jours d’ITT ont été prescrits à cette dernière. 
 
Couverte d’ecchymoses 
 
"C’est docteur Jekyll et Mister Hyde cet homme", résume l’avocat de la victime, Me Alex Vardin. 
 
Le prévenu craque au moment des réquisitions du procureur qui rappelle les faits. Il hurle, pleure et menace d’en finir. "Ces enfants ont cru que leur mère allait mourir ce jour-là, martèle le parquet. Elle a pris une véritable correction". En répression, la peine de trois ans de prison est proposée ainsi que la révocation de six mois de sursis et une interdiction de contact avec la victime. 
 
En défense, Me Chantal Laguerre insiste sur le besoin de soin médicamenteux et d'un suivi psychologique. 
 
Après en avoir délibéré, le tribunal a envoyé Irwin Buval à Domenjod. Il a écopé de 4 ans de prison dont un an de sursis probatoire et a interdiction de paraître au domicile de la victime et d’entrer en contact avec elle. Il a également vu révoquer un précédent sursis de six mois.




1.Posté par " VIEUX CREOLE " le 12/07/2021 21:56

ET ALORS , QU' E ST-CE QU' ATTEND- ON POUR L' I INCULPER ET QU 'IL SOIT JUGÉE ? ? ?
INCROYABLE ! ! !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes