MENU ZINFOS
Faits-divers

Violences conjugales : "Il fait tellement de mal à maman que je ne l'aime plus"


Un trentenaire au comportement très inquiétant vis à vis de son ex-compagne et mère de ses trois jeunes enfants a été sévèrement condamné pour des violences conjugales, des appels et des messages malveillants alors qu'une ordonnance de protection était mise en place.

Par Isabelle Serre - Publié le Lundi 21 Novembre 2022 à 07:01

Inquiétant, c'est le mot qu'ont prononcé tous ceux qui se trouvaient autour de Jean I., 37 ans, vendredi 18 novembre dernier dans un des prétoires de Champ-Fleuri. "Aveuglé par sa jalousie, il est en train de la tuer à petit feu", assène le procureur de la République. "Elle a dû déménager, changer les enfants d'école et vendre sa voiture, trop reconnaissable", explique l'avocate de la compagne, victime de violences conjugales. "Il y a dans cette histoire, tous les germes d'un futur drame", remarque le président de l'audience, Romain Jouanneau. Et la plus triste déclaration d'entre toutes : "il fait tellement de mal à maman que je ne l'aime plus", prononcée par un des enfants du couple, lors de son audition.

Jean I., après 13 ans de vie commune et trois enfants, ne supporte pas la séparation pourtant officielle depuis plusieurs mois. Se définissant comme "un sociopathe", il est dans l'incapacité de gérer ses émotions lorsqu'il ne prend pas son traitement. A la barre du tribunal correctionnel, il est aussi calme qu'il a pu être excité à d'autres moments ces dernières semaines. Car c'est un véritable harcèlement téléphonique qu'il a fait subir à la mère de ses enfants. Et sous prétexte de voir ces derniers, il lui a donné des coups et tenté de l'étrangler, occasionnant 5 jours d'ITT.

Invitée à témoigner, la jeune femme décrit "un bon père" mais explique vivre dans la peur perpétuelle, au point de ne donner son adresse à personne, pas même à son avocate ou aux policiers qui ont mené la procédure. Une ordonnance de protection avait été mise en place mais le prévenu n'a rien respecté, multipliant les appels malveillants et les menaces de mort. 

Hospitalisé à Saint-Paul pendant plusieurs semaines, l'intéressé n'avait pas lâché prise et menacé de traquer sa proie, de la trouver et de "lui planter un couteau dans le coeur devant un enfant" à sa sortie.

"Votre fils de 8 ans a expliqué qu'il vous avait entendu au téléphone dire à sa mère que vous alliez lui couper la tête", développe encore le président de l'audience de comparution immédiate. Des messages vocaux que la destinataire n'avait pas à faire écouter aux enfants répond le père de famille de trois jeunes enfants.

"On a l'impression qu'il n'a rien à perdre et qu'il est prêt à la tuer" observe le représentant de la société. Le ministère public requiert 2 ans de prison dont 4 mois assorti d'un sursis probatoire. "Il n'a reçu aucun amour dans son enfance donc il ne sait pas en donner. Il n'a pas la même définition de l'amour que les autres " tente l'avocate de la défense, Me Nawel Beikrit pour son client dont le casier judiciaire porte 7 mentions. 

Le tribunal a suivi la proposition du parquet. Il ajoute à la peine à exécuter immédiatement une interdiction formelle d'entrer en contact et de paraitre au domicile de la victime et de porter une arme. La révocation de sa condamnation de février 2021 est ordonnée



 




1.Posté par Jeanbaiselarak le 21/11/2022 12:35

Un bon papa ça !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes