MENU ZINFOS
Faits-divers

Violences conjugales : "Ça peut arriver qu'elle prenne une claque ou deux"


Une fois n'est pas coutume, le tribunal judiciaire avait à juger des violences sur conjoint sur fond d'alcool. Le prévenu, présenté en comparution immédiate afin de protéger la victime d'une réitération immédiate des faits, devait répondre de violences sur sa conjointe pour une période s'étalant de septembre 2014 au 31 août 2020.

Par - Publié le Jeudi 8 Octobre 2020 à 16:30 | Lu 3240 fois

Le 31 août dernier, dans la commune de Saint-Benoît, il est 22h45 quand les gendarmes interviennent au domicile d'une femme se plaignant d'avoir été frappée par son conjoint. Lorsqu'ils arrivent sur les lieux, ils voient l'homme quitter la propriété au volant de sa voiture. La victime leur explique qu'il va sans doute revenir vite, que c'est son mode de fonctionnement lorsqu'il a bu. 

En effet, quelques minutes plus tard, l'homme revient, descend de la voiture en titubant et se fait interpeller par les militaires qui constatent qu'il sent fortement l'alcool. Il est contrôlé au taux de 2,06 g/l à minuit. Il sera retenu un taux de 1,88 g/l (soit l'équivalent de 7 verres) afin de tenir compte de la marge d'erreur suite à une décision de la cour de Cassation. Ce jour-là, le couple était à l'enterrement de la cousine Jean-Wilfried G., 36 ans, auto-entrepreneur. Après la cérémonie, il part de son côté puis rentre chez lui vers 22h complètement défait. Une dispute éclate puis il porte des coups de pied à sa compagne.

Excédée, elle appelle les gendarmes. Le médecin établit un certificat médical faisant état d'une ITT de 8 jours. En consultation, elle fait état du harcèlement moral qu'elle subit depuis trop longtemps et avoue même avoir également des pensées suicidaires. À la barre, il s'excuse puis, s'exclame : "Je lui demande pardon mais, si je l'ai tapé pendant 6 ans, elle aurait pu me quitter plus tôt ! Ça peut arriver qu'elle prenne une claque ou deux, mais quand je lui dit d'arrêter, elle n'arrête pas et quand je lui dis de faire quelque chose, elle ne le fait pas !" Édifiant et tellement pathétique me direz-vous !

"Je veux que ça s'arrête, ça aurait pu mal finir !" tels sont les premiers mots qu'elle dira à son avocate qui allait la représenter. "Beaucoup de témoins confirment les violences régulières et non juste une claque comme il le dit ! Violence et insultes sont son quotidien. Ce qu'elle vous demande aujourd'hui, c'est d'être protégée, elle veut qu'il ne l'approche plus !" explique la partie civile. 

La procureure de la République enchaîne sur le même ton : "Il aura fallu ce coup pour qu'elle raconte son calvaire depuis toutes ces années. Il y a ce témoignage absolument terrible de son enfant 'papa frappe maman'. Il ne mesure pas la gravité des faits aujourd'hui devant vous. Je vous demande une peine de 3 ans de prison assortis d'un maintien en détention et la confiscation du véhicule puisqu'il conduit sans un titre valable du permis de conduire". 

La défense entame sa plaidoirie sur une note quelque peu surprenante : "Aucune preuve ne vient corroborer les dires de madame. 'Une claque de trop, ça arrive !'. Pour noyer ses soucis, il s'est mis dans l'alcool. C'était l'enterrement de sa cousine, il tenait à elle, il était triste. C'est quelqu'un qui est tombé dans la violence à cause des malheurs qu'il a subi - le couple a perdu un enfant à la naissance - il a déjà fait un mois de prison, c'est suffisant".

Au final, le tribunal estime "qu'une claque de trop" c'est inadmissible. Le prévenu est condamné à 18 mois de prison avec maintien en détention, annulation de son permis et interdiction de conduire un véhicule non muni d'un système de démarrage par éthylotest pour une durée de 3 ans. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par HULK le 08/10/2020 17:33

Donnez le nom de l'avocat(e) de ce charmant garçon : une pointure à l'évidence. Mais bon, tout le monde ne peut pas se payer un ténor du barreau

2.Posté par Gang de citrouille le 08/10/2020 17:41

"Aucune preuve ne vient corroborer les dires de madame. 'Une claque de trop, ça arrive !'. Pour noyer ses soucis, il s'est mis dans l'alcool. C'était l'enterrement de sa cousine, il tenait à elle, il était triste. C'est quelqu'un qui est tombé dans la violence à cause des malheurs qu'il a subi - le couple a perdu un enfant à la naissance - il a déjà fait un mois de prison, c'est suffisant"

C'est qui son avocat(e) que je rigole pour sortir de telles inepties ?

3.Posté par Lol le 08/10/2020 19:29

Svp. Je veux les coordonnés de cet avocat: le clown qu on a réservé pour l annif de mon enfant à désisté .
Je pense que lui il fera l affaire

4.Posté par Bourik le 09/10/2020 09:53

Donnez le nom, il a réussi à se faire repérer cet avocat. Il a reussi son coup marketing

5.Posté par LesJugesQuittentLeNavire le 09/10/2020 12:21

Personne pour poursuivre cet avocat minable pour apologie de la violence !? Une claque de trop c'est normal ???

6.Posté par Madame Irma le 09/10/2020 21:32

Cet avocat mériterait de se prendre "une claque de trop" par son Ordre !

7.Posté par ange noir ET BLANC le 10/10/2020 08:53

En attendant , y'en pas un seul qui prend la plaidoirie de l'avocat.

Oui, bien lu, tu aurais quoi à sa place ?

Oublies pas que ya un billet qui t'attend au bout quand même .

Bon hum. quand faut y aller.

Madame la présidente, Monsieur le procureure.
Vous me connaissez, nous nous voyons presque tous les jours et dans de fort noble endroits. ici même. Avec un prévenu à ma gauche et de parties civiles au de là de cette même gauche. hum. bref.

Ceci étant dit, je veux fermement rappeler au tribunal que le droit, reflet de la société évolue à chaque instant tandis que l'homme n'a pas changé depuis l'époque des cavernes..

Oui mesdames et messieurs, le droit va trop vite. Oui, ou alors comment expliquez vous ce fait.

Cet homme frappe, giffler n'est pas dans le code. Pardon ,? Oui, pénal.

Frapper est interdit par la loi. Pa... oui pénale.

Donc, je disais, avant d'être interrompu, que l'homme frappe quand même.

En étant en avance, en allant trop vite, la loi est déjà obsolète avant même d'avoir régit quoi que ce soit. Ce qui était quand même soin objectif premier.

Voilà où nous en sommes. La loi réprime pour l'exemple et contenir des crimes futures .

On a tout essayé. Même minority reprt et tom cruise n'y peut rien. Il peut aller dans l'espace si sa lui chante.

Donc si la loi ne peut pas prévenir. Il lui reste le pouvoir de sanction. seulement voilà dicton :

celui qui a du pouvoir est tenté d'en abuser.

je me demande parfois si le mec qui s'est révolté contre la loi du talion était unpeu en avance justement

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes