Education

Violence à l'école : Accélération du plan de sécurisation des établissements

Lundi 1 Février 2010 - 18:37

Luc Chatel, ministre de l'Education, a déclaré aujourd'hui le début de la mise en place de dispositifs de sécurité dans les lycées et collèges, comprenant entre autres des équipes mixtes de personnels de l'Education nationale et de policiers ou gendarmes. Portiques de sécurité, clôtures, vidéoprotection, plusieurs moyens vont être déployés pour contrer le phénomène.


Violence à l'école : Accélération du plan de sécurisation des établissements
A la Réunion, même si la violence paraît moins présente que dans certains autres départements, elle existe quand même. Selon le Syndicat national des lycées et collèges (SNALC), ni les portiques ni les caméras de vidéosurveillance n'ont encore fait leur apparition à l'entrée des établissements. "Nous regrettons cette violence et le laxisme qui perdure. Il n'y a pas de dispositifs mis en place, ici", note Philippe Peyrat, secrétaire académique du SNALC.

Les diagnostics en cours dans les 7.946 collèges et lycées de la France entière devraient être achevés d'ici juin 2010, et ceux déjà réalisés dans 27% des établissements ont eu pour résultat la prévision de surveillance aux abords des établissements, l'installation de clôtures, ou encore de vidéoprotection dans les endroits les plus sensibles. Les portiques eux, ne sont pas systématiques; ils ne sont installés que dans les établissements à risque.

La violence à l'extérieur des établissements

Sur l'île, même si la violence ne se fait pas entendre souvent, le SNALC tient à préciser qu'elle est bien là, présente "surtout à l'extérieur, sur les parkings", c'est pourquoi le syndicat sollicite l'installation non seulement de caméras, mais plutôt la formation de personnels de surveillance. "On regrette les fins de contrat des assistants d'éducation, car ce sont des moyens humains qui devraient être privilégiés aux caméras", s'exclame Philippe Peyrat.

Toutefois, il félicite les mesures telles que la présence grandissante des gendarmes de référence aux abords de chaque établissement. Car les violences les plus constatées à la Réunion concernent "des bandes rivales, qui règlent leurs comptes à l'extérieur, mais aussi les incivilités vis-à-vis des professeurs, ce qui peut entraîner un conseil de discipline".

"La violence est partout"

En plus des "équipes mobiles de sécurité académique", comme les a appelé le ministre de l'Education, est aussi prévue la formation de personnels d'encadrement à la gestion de crise, avec en priorité 400 personnels formés pour les établissements à risque, d'ici la fin de l'année. A final, ce seraient plus de 14.000 personnes qui devraient être formées, selon le plan de sécurisation de Luc Chatel.

Pour Philippe Peyrat, secrétaire académique du SNALC, il faut redonner à l'école "un aspect de sérénité, même si la répression peut parfois s'avérer nécessaire". Il soutient que "la violence est partout, même si elle apparaît de façon beaucoup plus grave dans certains endroits et à d'autres époques". La Réunion est donc touchée comme toutes les 27 autres académies. Il constate même qu'elle s'étend, puisque les classes préparatoires, qui sont pourtant "de bonnes classes", sont maintenant touchées.

Devenir violent pour exister

A cette violence scolaire, il suggère trois raisons : dans la majeure partie des cas, les causes de la violence ne viennent non pas de l'établissement ni de l'enseignement, mais de problèmes extérieurs. "Elle est juste le reflet de la société"; de plus, la "démission dans l'éducation des parents est aussi un facteur de violence; et enfin, "la démotivation des élèves qui ne trouvent pas leur voie dans ce qu'on leur propose".

Pour y remédier, la réforme du collège serait pour le SNALC une initiative à prendre. Car un élève qui ne se sent pas bien dans sa formation s'ennuie et, finit Philippe Peyrat, "lorsqu'un élève s'ennuie, il devient violent pour être reconnu, pour exister".

Un nouveau bilan de la situation est prévu début avril.
Johanne Chung To Sang
Lu 2077 fois



1.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 01/02/2010 20:02

Réintroduisez les PERES dans l'Education des Enfants des Pouponnières, et vous verrez les choses CHANGER ou cessez de vous PLAINDRE de VOS CONSEQUENCES... Bande de .......

Les Valeurs de la République ont changé pour: Amour Gloire, Richesse et Beauté
le moteur en est la Rentabilité, compétitivité, que meilleur (Nivellé par le Nombre plutôt que par L'Excellence) GAGNE:... Les Enfants et jeunes adultes ont au contraire bien saisi les Nouveaux Enjeux auquels VOUS N'ETES PAS PREPARES...
Vous avez eu ce que vous vouliez, bande de.......

Quand la Régle donnée en exemple est "PAS VU PAS PRIS", c'est donc Possible et AUTORISE... d'autres essaieront, vous verrez que le plus culotté n'a pas de Limite...

Dites nous quand vous serrez FATIGUES...

2.Posté par ma.dalton le 01/02/2010 21:48

Tu nous fatigue papaïo avec ton discours.
En bref tu nous emmerdes

3.Posté par Fabien le 02/02/2010 06:57

On peut pas faire un blog pour le papapio, histoire qu'il arrête de nous faire c... cela relève plus de la psychiatrie que de la défense des pères, je pense même qu'il nuit à sa cause en agissant ainsi

4.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 02/02/2010 18:20

ma.dalon et fabien: décidément, vous n'êtes jamais a cours d'arguments ?!...

5.Posté par bertel le 02/02/2010 19:37

"2.Posté par ma.dalton le 01/02/2010 21:48
Tu nous fatigue papaïo avec ton discours.
En bref tu nous emmerdes

3.Posté par Fabien le 02/02/2010 06:57
On peut pas faire un blog pour le papapio, histoire qu'il arrête de nous faire c... cela relève plus de la psychiatrie que de la défense des pères, je pense même qu'il nuit à sa cause en agissant ainsi "


Oui ! Monsieur Dupuy, s'Il vous plaît ! Ouvrez un blog pour ce malade !

Bertel de Vacoa

6.Posté par bertel le 02/02/2010 19:48

Plus près du dossier... aucune machine ne remplacera jamais la présence humaine.... surtout lorsque ces machines tournent "à vide" ... encore un leurre de plus...

L' éducation, c'est l'échange, le contact humain , avec tout ce que cela suppose de difficultés et d'espoir, entre de futurs adultes et des personnels formés, chargés de donner une cohérence globale (éducation et instruction) aux établissements scolaires.

Moins il y aura de personnels formés, plus cette éducation ira à vau-l'eau...

Bertel de Vacoa

7.Posté par Ded le 04/02/2010 19:54

La violence à l'école est le reflet de la violence de la société et de l'incapacité de cette société du profit à réagir:
On a diminué de manière inconsidérée le nombres de surveillants dans les lycées ( je parle des surveillants d'autrefois, étudiants qui se payaient ainsi leurs études et que les élèves respectaient , pas des malheureux contrats précaires qui sont parfois aussi jeunes que les élèves- c'est surtout vrai en Lycée- pas en collège bien sûr)
Pourquoi? pour faire des économies.
On a également supprimé de nombreux postes d'agents qui , en tant qu'adultes étaient présents eux aussi sur le terrain et mine de rien , jouaient un rôle non négligeable en assurant eux aussi cette présence de l'autorité.
Maintrenant , on va jeter les jeunes profs dans la "gueule du loup" sans aucune formation réelle ( j'attends toujours un vrai contenu des nouveaux parcours de recrutement en master2)
Bref...on montre aux jeunes qu'il n'y a plus personne , j'exagère ,qu'il n'y a plus assez de monde pour les encadrer...ils en profitent!C'est " de bonne guerre" car c'est quasiment d'une guerre qu'il s'agit.

Cette situation rappelle étrangement celle qui prévaut dans les transports scolaires ou autres: autrefois , le chauffeur était accompagné du contrôleur qui poinçonnait les billets et qui assuraient une présence et une autorité que le chauffeur , occupé à conduire, ne pouvait assurer lui même.
Mais , les "décideurs" ont décidé ,comme aurait dit Coluche,qu'un contrôleur ,ça ne sert à rien. Du coup, bagarres, incivilités...etc...et ce ne sont pas les caméras embarquées qui règlent le problème.
Pas plus d'ailleurs que les caméras de surveillance dans les établissements scolaires qui ne font peur à personne car les voyous ( je ne parle pas de la très grande majorité des lycéens) savent très bien qu'elles sont souvent "bidon" : dans tel lycée, là où elles existent ,elles sont en panne, dans tel autre , les images sont d'une si mauvaise qualité qu'elles sont inexploitables...j'en passe et des "meilleures"!

Si on veut la sécurité dans les écoles, , aucune caméra , aucun policier ( ou alors en permanence et encore!) ne résoudra le problème.
Il faut y remettre de l'humain: des vrais êtres de chair, présents sur le terrain , qui connaissent les élèves ( être ou se sentir anonyme encourage à faire des conneries), qui leur parlent, qui les engueulent quand c'est nécessaire ( j'ai fréquenté des lycées où le proviseur connaissait le nom de TOUS les élèves et où TOUS les adultes ( surveillants, agents ,profs et administratifs avaient à coeur de montrer qu'il y avait une équipe bossant pour un même objectif :le bon fonctionnement de l'Ecole et le bien de ces gosses et ils le comprenaient).

Rajoutons quand même à celà des parents qui seraient de vrais parents pas simplement des géniteurs et des pourvoyeurs de bouffe et de fringues de marque, des parents qui éduquent leurs enfants , qui s'intéressent à leurs études ( et pour cela pas besoin d'en avoir fait beaucoup , qu'on cesse de nous bassiner avec cet argument bidon),bref de vrais parents comme il n'en existe plus assez.

Tout le reste n'est que littérature.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter