Justice

Violée par son fils: "Ne fais pas ça, je suis ta mère!"

Lundi 27 Novembre 2017 - 18:24

On en entend souvent des choses choquantes… On se croit parfois immunisés, tant le monde peut paraître fou. Mais aux Assises ce lundi, une affaire des plus sordides ; si perturbante que même la cour peine à comprendre. "C’est interdit partout dans le monde (…) par toutes les civilisations et tous les peuples", s’indigne le président de la cour, Michel Carrue.
 
Un homme, accusé de viol sur sa propre mère, se tient devant le tribunal. Lui-même ne peut expliquer son geste. Tête baissée, évitant les regards, l’homme de 32 ans dit avoir honte. Aux questions du président de la cour, il répond : "Je ne veux plus en parler, je veux juste être condamné". En finir au plus vite, c’est ce que souhaite l’accusé, mais également les témoins, qui n’ont pas grand chose à ajouter. Oui il était alcoolique, oui il consommait des drogues, oui il devenait violent et même "fou" quand il buvait… Mais de là à violer sa mère, un soir, chez elle ? Que dire ?
 
"J’arrêterais pas tant que j’ai pas joui"
 
Même la victime évoque les faits avec une distance et un détachement étonnant. Au moment du dépôt de plainte, elle aurait donné sa raison en affirmant que "ça ne se fait pas". Une façon de survivre, "de digérer comme elle peut", selon l’expert psychiatrique.
 
Car on peut très bien comprendre que ce soit difficile à digérer. Dans la nuit du 15 au 16 mars 2016, l’accusé est ivre. Cela fait un mois que sa compagne, mère de ses trois enfants, l’a mis à la porte à cause de son alcoolisme. Il se rend chez sa mère qui lui ouvre la porte puis se recouche. Deux heures plus tard, à 3 heures du matin, le voilà qui apparaît dans sa chambre et la viole. "Vous passez par tous les actes possibles", rappelle le président avant d’énumérer… attouchements, fellation, pénétration vaginale, tentative de sodomie… Il lui aurait violemment arraché la nuisette puis la culotte et l’aurait frappée avant de lui écarter les jambes. "Ne fais pas ça, je suis ta mère !" crie-t-elle… Mais il continue.
 
Il lui laisse un moment de répit, 4 heures et demi pour réaliser ce qui vient de se passer. Puis c’est reparti pour un tour. Elle a si peur qu’elle se déshabille d’elle-même. Lui, a la ferme intention d’éjaculer cette fois-ci. "J’arrêterais pas tant que j’ai pas joui", déclare-t-il.
 
Il regarde des pornos mère-fils
 
L’audience semble se dérouler rapidement: l’accusé refuse de répondre aux diverses questions et les témoins ne savent pas quoi dire. Tous choqués, ne voyant pas comment son agressivité lorsqu’il est saoul, ainsi que sa consommation régulière de zamal, Rivotril et Artane pourrait expliquer un tel geste. Sauf un détail…
 
Son petit frère et son ex-concubine affirment avoir trouvé, avant les faits, des sites pornographiques dans l’historique de son téléphone. Des vidéos de rapports entre soi-disant mère et fils. Le petit frère va même jusqu’à dire : "Je pense qu’il avait ça dans la tête depuis longtemps". Le frère de sa concubine avoue aussi avoir été "choqué mais pas étonné".
 
Pour l’expert psychiatrique, il s’agirait bien plus qu’un fantasme mais d’une réelle envie de détruire sa mère. Cette femme qui l’aurait mis à l’écart et qui aurait aimé ses deux frères bien plus qu’elle ne l’aimait lui. Lui qui aurait vécu heureux chez son père – père des trois garçons mais qui n’aurait reconnu que l’accusé - pendant quelques années avant que ce dernier n’aille en prison et qu’il soit envoyé chez sa mère… Mais la biographie familiale reste floue. L’expert évoque donc une sorte de vengeance envers elle dans un contexte familiale incestueux. Garçon, il aurait dormi tous les soirs avec sa tante, faute de place… La famille n’en dira pas plus.
 
Mais comment expliquer alors qu’il ait aussi violé sa concubine quand ils étaient encore ensemble ? Une information qu’elle a dévoilée aux enquêteurs seulement lors de sa deuxième audition. "Très demandeur sexuellement", le père de famille était malgré tout "bien" lorsqu’il n’avait pas bu. Mais un jour elle ne lui rend pas le signe d’affection qu’il lui demande et il la viole alors que les enfants dorment. Et rebelote le lendemain matin. Ce mardi, la tête baissée de l’accusé ne se relève que lorsque son ex est dans la salle. L’amour de sa vie, aurait-il dit.
 
Alors que tous tentent d’expliquer cet horrible acte, que ce soit par l’alcool, la drogue ou une enfance difficile, il reste inexplicable. Le verdict est prévu mardi.
Soe Hitchon - soe.hitchon@zinfos974.com
Lu 47785 fois



1.Posté par Hugh le 27/11/2017 18:59

C'est ce qu'a dit Darthy Wador à Luke Skywalker dans la " Guerre des Èpoiles "
Je sais----------EPSMR

2.Posté par TICOQ le 27/11/2017 19:02

à vomir !

3.Posté par dederun le 27/11/2017 19:32

A quand la castration chimique ??

4.Posté par Jean marie le 27/11/2017 20:07 (depuis mobile)

Direction plaine des galets , perpet,et que tt les jours li ramasse savon.li sera servi tasse plein zot peut être sur.

5.Posté par lopoe le 27/11/2017 20:25

Complexe d’œdipe.

6.Posté par Tipaul le 27/11/2017 20:25

Pur produit de l'assistanat...

7.Posté par encore et toujours l'alcool... le 27/11/2017 20:43

entre le sucre mauvais pour le diabète et l'alcool qui fait des ravages, je me demande pourquoi on plante pas de la vervaine !!!!!!!!!!!!! pffffffffffff pauvre humanité, pauvre réunion.

8.Posté par cmoin le 27/11/2017 21:05

Horrible!

9.Posté par Doudou le 27/11/2017 21:24 (depuis mobile)

Met sur le hachoir et coupé , rien de plus.

10.Posté par pipo le 27/11/2017 22:10

Encore heureux qu'il y à pas eu un bébé suite à ce viol...Pour elle maman et grand-mère à la fois, et pour lui père et frère en meme temps et pour le gamin père frère grand-mère maman enfin je sais plus vraiment...Pfeuuu quelle horreur...

11.Posté par Moi président le 27/11/2017 22:27

Si vous ne connaissiez pas le sens du mot "dégénéré", voilà une bonne illustration

12.Posté par anonyme_mouse le 27/11/2017 23:10

c'est le coté rhum antique de la réunion???

13.Posté par Berive le 28/11/2017 05:34 (depuis mobile)

post 5 .... Le complexe d''oedipe c kan l''enfant est amoureux , aime le parent pas kan i viole.........

14.Posté par jean claude payet le 28/11/2017 06:49

bah ici plus rien n'est choquant, welcome to the jungle

15.Posté par titi974 le 28/11/2017 07:40

Effectivement un dégénéré qu’ il conviendrait de mettre derrière les barreaux à vie mais la justice va bien lui trouver quelques circonstances atténuantes n’ en doutons pas .....

16.Posté par zoreil du sud le 28/11/2017 07:53

Après une gramoune de plus de 90 ans dans une maison de retraite , maintenant ça , mais ils ont quoi dans la Tête?

17.Posté par lopoe le 28/11/2017 08:25

Pourquoi sa mere l'a abandonné?
Et son pere en prison?

18.Posté par Mère le 28/11/2017 08:58 (depuis mobile)

La fin''arive grave pou viole SN propre momon.pas de mot.dgueulace et encore le mot lé feb.TN moman i PE avoir tout les défaut du monde,bein ti réfléchi pa lila done a twe la vie.ta sorte dans SN tr..et ti vé a rentré sal Conn...pire in monstre sa.

19.Posté par Jean le 29/11/2017 18:16

L'insulte petit bèse ta mère prend tout son sens.

La dégénérescence poussée à son paroxysme, va au trou assouvir tes fantasmes tordus charogne !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >