MENU ZINFOS
Faits-divers

Viol et séquestration : "C'est vrai que parfois, j'ai des coups de colère"


Un trentenaire tentait ce matin de convaincre les juges de l'instruction de le remettre en liberté. Le détenu est écroué en préventive pour des actes de viol, enlèvement et séquestration, violences et appels malveillants depuis 14 mois, en attendant la fin de l'enquête et une comparution devant la cour d'assises pour des faits qu'il a toujours réfutés.

Par Isabelle Serre - Publié le Mardi 26 Juillet 2022 à 17:14

"Les experts qui vous ont examiné, psychologue et psychiatre, estiment que vous êtes un psychopathe. Vous savez ce que c'est? C'est quelqu'un qui ne reconnait pas l'existence des autres", expose le président de la chambre de l'instruction à Frédéric, 37 ans, qui souhaite sortir de détention provisoire. Ce à quoi ce dernier répond : "oui, c'est vrai que je peux avoir des coups de colère".

Condamné sept fois, la plupart de temps pour des violences aggravées sur ses compagnes, le cariste de formation est poursuivi pour avoir enlevé celle du moment, l'avoir enfermée dans son véhicule, l'avoir violentée puis violée. Des menaces de mort à son encontre ainsi qu'une série d'appels malveillants lui sont également reprochés.

 

"Vous savez ce que c'est un psychopathe?"

"Il est intéressant d'observer le mode opératoire de monsieur qui, au départ, est un Don Juan. Il séduit facilement puis ses compagnes, en plus de l'héberger, deviennent des objets et subissent des violences comme les morsures qui sont communes à certaines",
commente la procureure générale qui donne un avis négatif à la libération du mis en cause. 

Il faut préciser qu'en avril 2021, Frédéric a été condamné à un an de prison, dont six avec sursis probatoire pour des faits de violence sur la victime présumée.

Quelques mois plus tôt, une autre condamnation à un an de prison, dont six avec sursis, figure dans sa documentation judiciaire pour avoir frappé la tête de sa précédente petite amie contre un mur de l'hôpital où elle se trouvait après avoir subi des violences psychologiques et du harcèlement téléphonique de la part de Frédéric. Des viols conjugaux avaient également été dénoncés.

Il la frappe à l'hôpital

Mais pour le suspect, "le passé, c'est passé". Et en ce qui concerne l'avenir, il souhaiterait se rapprocher de ses enfants, "dont aucun ne vit à La Réunion", tient à préciser le président de l'audience. Et concernant les faits reprochés, il continue à nier, se réclamant d'une relation consentie et se positionnant comme la victime d'un complot ourdi par une femme vénale et intéressée.

"Le propre des psychopathes, c'est de ne pas reconnaitre la souffrance des autres" fait remarquer la représentante de la société. Et face à la dangerosité criminologique, les débordements violents et sexuels qu'ont pointés les experts, Frédéric assure qu'il a pris conscience de certains aspects de sa personnalité, qu'il se soigne en voyant une psychologue en prison deux fois par mois. 

Malgré les arguments développés par son avocate plaidant en faveur d'un contrôle judiciaire avec surveillance électronique, la chambre de l'instruction a refusé la demande de remise en liberté de Frédéric qui a rendez-vous avec le juge de l'instruction dès septembre afin de terminer les investigations et d'être probablement jugé devant une cour d'assises.




1.Posté par ⌐╦╦═─ ✧zₐzₐₘₐₕₑₗₗ ▄︻̷̿┻̿═━一 le 26/07/2022 17:43

Lui il est vraiment stupide s'il croit pouvoir sortir de si tôt !

2.Posté par Bilimbis le 26/07/2022 18:44

A quoi peuvent bien servir des condamnations de 6 ans "avec sursis"??
Cela envoi un message d'incompétence de la Justice française et, surtout, de totale impunité des criminels.
Si les viols ne sont pas pris plus au sérieux par la Justice, les femmes vont devoir tuer plutôt que déposer plainte, pour être sûres de ne pas croiser leur violeur à peine sorties du Tribunal.

3.Posté par rat beau le 26/07/2022 19:59

"Le film Idiocracy (Mike Judge, 2007) constitue de ce point de vue une parabole prophétique.

Le script raconte l’histoire d’un couple enregistrant un QI remarquable de 130 chacun, lequel attend pour se reproduire d’avoir concrétisé tous ses objectifs professionnels et matériels.

Ce n’est jamais le moment. Jusqu’au jour où ils décident finalement de franchir le pas. Mais ils doivent alors faire face à l’horloge biologique de l’un et la démission de la libido de l’autre.

L’ingénierie de fertilité assistée arrive trop tard pour eux.

Pendant ce temps, les cas sociaux se reproduisent exponentiellement et finissent par conformer une combinaison de tares héréditaires.

Tous inaptes à régler les questions les plus élémentaires à la survie de l’espèce, comme la gestion de la collection des résidus.

Dans cette société idiotisée, l’obésité est devenue la norme, les gens ne buvant que des boissons sucrées.

L’État est incapable de résoudre des questions simples, telle que l’irrigation des terres ou la gestion des résidus.

La pornographie a rang de culture et les locaux de sexe rapide succèdent aux locaux de nourriture rapide.

Les élites sont constituées par des contre-élites.

Un peu comme dans le système scolaire actuel, où les premiers de classe sont perçus comme des perdants.

Les décisions politiques sont toutes plus funestes et contre-productives les unes que les autres."


comme c'est bizarre......

4.Posté par Val eva le 29/07/2022 18:27

Je suis une de ses victimes,cet homme est un vrai pervers narcissique .
Il vous fais passé pour une folle aux yeux de tout le monde.
Et il essai de vous détruire jusqu'à la fin.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes