MENU ZINFOS
Société

Vidéo - Violences faites aux femmes : L'UFR demande aux autorités de se baser sur le modèle espagnol


La journée internationale pour l'élimination de la violence faite aux femmes se tiendra comme tous les ans ce 25 novembre. L'occasion pour l'Union des femmes réunionnaises (UFR) de marquer un temps d'arrêt et de parler de ces violences (féminicides, disparitions de femmes ou encore des classements sans suite des plaintes) que subissent les femmes au quotidien, aussi bien au plan local que national. L'UFR demande par ailleurs la tenue prochaine de nouveaux Etats généraux des violences faites aux femmes, après les derniers qui se sont déroulés dans l'île en 2016.

Par SI - Publié le Vendredi 25 Novembre 2022 à 06:06

Présente lors de cette conférence de presse, la présidente de Région et présidente emblématique de l'UFR, Huguette Bello, a tout d'abord rappelé les derniers chiffres en matière de féminicides en France. L'an dernier, 122 femmes ont été tuées par leur conjoint dans le pays, un chiffre en augmentation de 20% par rapport à 2020, "soit un un décès tous les deux jours et demi" a rappelé Huguette Bello. Cette dernière s'est ensuite penchée sur le cas de La Réunion, où les chiffres sont particulièrement alarmants. En effet, l'île compte une triste moyenne de quatre féminicides chaque année, pour un total de 53 femmes tuées en l'espace de 15 ans. Le dernier en date est celui de Charlotte Dalleau le 6 novembre dernier à Sainte-Rose, tuée sous les coups de couteau de son conjoint qui avait ensuite tenté de mettre fin à ses jours.

Malgré les dispositifs mis en place ces dernières années (Téléphone Grave Danger, portail de signalement en ligne à destination des victimes, renforcement de la présence des intervenants sociaux dans les commissariats et gendarmeries, formation des professionnels concernés, etc.), ce fléau reste encore très présents dans nos sociétés. Pourtant, lors du précédent quinquennat, un Grenelle sur les violences conjugales avait été conduit par l'ancienne secrétaire d'Etat Marlène Schiappa. Pas suffisant pour l'UFR. "De ce cet évènement, je retiens ce qu'a déclaré l'ex-procureur de Douai, Luc Frémiot, qui n'était pas passé par quatre chemins : il avait estimé que la secrétaire d’État était, je cite, 'complètement à côté de la question' avec son Grenelle. Pour lui qui est devenu un spécialiste dans la lutte contre les violences conjugales, l’heure n’est pas à la 'grande réflexion culturelle'. Il estime qu’il faut d’abord prendre en compte les plaintes", poursuit Huguette Bello.
 

Pour tenter d'y mettre fin, l'UFR réclame l'adoption d'une loi-cadre contre les violences de genre, à l'image de ce qui a été mis en œuvre en Espagne sous le gouvernement Zapatero il y a 18 ans. Une loi "qui couvre aussi bien les aspects préventifs, éducatifs, sociaux, d'assistance et de suivi des victimes que les aspects législatifs civils et pénaux ou encore les aspects procéduraux et d'organisation judiciaire", précise l'UFR, grâce notamment à la mise en place de tribunaux spécialisés en violences conjugales mais qui traitent également d'autres affaires.

Depuis l'adoption de cette loi en Espagne, le nombre de féminicides a chuté de plus de 25% en l'espace de 18 ans. Un chiffre pour se rendre compte du travail accompli par nos voisins espagnols : en 2020, plus de 25.000 ordonnances de protection pour éloigner les agresseurs de leur victime ont été délivrées en Espagne, contre 3.000 en France sur la même période. Si l’Hexagone s’est inspiré de l’Espagne pour mettre en place la surveillance électronique, un long chemin reste encore à parcourir : quelques centaines de bracelets anti-rapprochement étaient distribués en 2021, contre cent fois plus en Espagne où des tribunaux dit "de garde" ont également été mis en place pour traiter des urgences dans des cas de violences conjugales. Pour avoir les moyens de ses ambitions en matière de lutte contre ces violences, Madrid met plus d'1 milliard d'euros sur la table tous les ans. Sans commune mesure avec les moyens alloués par les autorités françaises, qui ne consacrent que 57 millions d'euros chaque année dans un ministère dédié à cette question...

"Vous croyez que la France, ce pays de 68 millions d'habitants, n'en a pas les moyens ? On ne veut pas payer, c'est surtout ça", peste la présidente de l'UFR. Elle ajoute : "En France, on ne consacre que 57 millions d'euros dans un secrétariat d'État dédié. Vous croyez qu'on peut réellement lutter contre les violences faites aux femmes avec un tel montant ? C'est l'honneur d'un gouvernement de lutter contre ces violences mais à part ça, qu'est-ce qu'on veut faire, reculer comme aux Etats-Unis ?"

 





1.Posté par Ti couyon le 25/11/2022 06:20

Bizarre que l,ufr et mde bello ne sont pas montés au créneau pour les femmes ,mères de famille, enceintes, qui ont été virées sans ménagement des lycées pour placer les amis de mes amis incompétents pour beaucoup.
CHERCHER L'ERREUR

2.Posté par LBB le 25/11/2022 07:31

Notre petit " Fonds de commerce " !

3.Posté par citoyen le 25/11/2022 07:35

lé encore crédible cette association???

4.Posté par marie le 25/11/2022 07:35

il y a peu j'ai pris connaissance des chiffres sur les violences faites aux femmes.

C'est enorme et nous devons agir vite

Notre cher France n'est plus ce qu'elle a ete et dont nous etions fier .



5.Posté par Eh benh!!!! le 25/11/2022 07:42

Au post 1

BELLO et ses comparses ont la mémoire chirurgicale, point barre. Elle n'a pas de coeur, pas d'humanité, en fait elle a peur de sa propre ombre et ne lui parlez pas de son premier Vice-président un certain Monsieur PROPRE elle ne le sent pas mais vraiment pas du tout.

C'est pour cela que les derniers étages de la pyramide (N°4 et 5) ne circule pas qui veut depuis que Tillier dispose de documents des plus compromettant.

En fait la seule qui devrait payer cash..c'est bien elle car c'est elle qui a signé et qui signe les contrats.

Certains prédisent que couple BELLO/Monsieur PROPRE ne tiendrait qu'un un fil de soie!!!

6.Posté par valeo le 25/11/2022 07:46

Toujours en train de copier, incapable d'innover, c'est la France aujourd'hui, dans tous les domaines.
Les violences tout court sont inacceptables.

7.Posté par marie le 25/11/2022 07:50

post 1 quel type de contrat avait cette personne.

8.Posté par Otrepapa le 25/11/2022 07:57

Premièrement, éduquer et punir les parents qui frappent leurs fils. Il y en a beaucoup. Éduquer aussi les enseignants. Certains crient sur les enfants, les giflent et les enferment seuls dans la classe. Ensuite, apprenez aux acheteurs à gérer leurs émotions et augmentez l'âge de la consommation d'alcool à 25 ans. Offrir un soutien aux nouveaux couples mariés et aux parents après la naissance d'un enfant. Il n'y a rien à faire. De même pour le service de psychologie d'urgence après. Ils reçoivent un paquet de médicaments. Ensuite, traitez les alcooliques. St Denis est plein d'alcooliques violents et d'autres villes. Donnez-leur un traitement et du travail. Ensuite, reconnaissez que les femmes sont aussi violentes. Les hommes victimes ne reçoivent ni reconnaissance ni soutien. La violence est la violence. Assurez-vous également que vous reconnaissez et punissez les fausses plaintes. Certains parents déposent de fausses plaintes uniquement pour obtenir une aide juridique gratuite et la garde des enfants. Il existe une culture de la violence et de l'alcoolisme ici et tout le monde l'accepte. Pourquoi ?

9.Posté par PERE VERT le 25/11/2022 08:00

PereVert
Qu'elles aillent vivre en Espagne si c'est tellement mieux là-bas.

Si une femme est assez bête pour rester avec un homme qui la frappe, je ne vois pas en quoi pondre une loi va solutionner le problème.

Quant aux injonctions d'éloignement, la plupart du temps les gens ne respecte pas. Voir même la femme victime qui héberge le compagnon violent...

10.Posté par paulux comptable le 25/11/2022 08:09

L'aide sociale c'est en France 4500 milliards €! un pognon de dingue dont il se dit que 45 milliards sont de le fraude! Il faudrait commencer à faire le ménage la dedans et on pourrait faire comme les espagnols...

11.Posté par Caroline le 25/11/2022 08:14

Business electoral oblige. ..
Les modèles talibans en Afghanistan ou des mollahs en Iran sont plutôt sympas...

12.Posté par MôvéLang le 25/11/2022 08:32

Sans éducation et compréhension, il sera impossible de trouver une solution aux problèmes de violences intra-familiale.
Quand une fille de 13/14 ans, avec la bénédiction des parents se met en couple avec un homme, peu importe l'âge, c'est obligé qu'il y aura des problèmes plus tard.

13.Posté par marie le 25/11/2022 08:35

tout n est pas question d'argent mais de competences et de reel volonté d'en finir

14.Posté par 666 le 25/11/2022 09:03

Bello se sert des violences faites aux femmes comme un marche-pied électoral mais avec Bello c'est : faites ce que je dis, pas ce que je fais...

15.Posté par Le Jacobin le 25/11/2022 09:06

Le Pays est à la dérive quand on constate que même les députés tapent leurs Femmes de surcroît bave dans un micro pour dire que ; ce n'est de ma faute c'est de la sienne elle n'avait qu'à être SOUMISE !

VIVRE LA CHIANCE !

16.Posté par Selfion le 25/11/2022 16:11

Et si le procureur faisait son job en mettant en examen les élus de la pyramide pour ceux d'entre eux qui ont fait recruté des membres de leurs familles.. Sur la base du droit français..?

17.Posté par Fidol Castre le 25/11/2022 17:48

Elle peut demander conseil à ses petits copains de la Nupes, les donneurs de leçons du Camp du Bien. Une loi Quatennens...ça aurait de la gueule !

18.Posté par zendettes le 26/11/2022 06:21

PAS ENTENDU L'UFR SUR LES VIOLENCES DU COLLEGUE DE LA NUPES DE MADAME BELLO???

L'UFR peut communiquer la subvention q'u"elle reçoit de la REGION?

MADAME BELLO CUMULE LES FONCTIONS ET TITRES /

REGION, PLR, UFR, ..ETC ELLE QUI EST POUR LA RETRAITE A 60 ANS!!!!

Et la maltraitance aux femmes qui ont été virées de la REGION par BELLO?

19.Posté par Michel le 26/11/2022 11:42

Ah L'UFR quelle bandent hypocrites , qu'avez-vous fait , pour tous les femmes virées sans préavis à la région et à st Paul ? Pour harcèlement à la mairie de st Paul ou votre présidente est élue . Rien ...

20.Posté par jojo la frite le 26/11/2022 13:21

L'UFR demande la tenue prochaine de nouveaux Etats généraux des violences faites aux femmes, après les derniers qui se sont déroulés dans l'île en 2016. ..... Et vous croyez que ces nouveaux Etats généraux, changeront quelque chose dans le cercle infernal des violences ? ... il faut être présidente (de quelque chose) pour y croire .... CQFD .. !

21.Posté par Chacun rale son zole ! le 26/11/2022 18:12

Hier, c'était "La journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes" mis en place par la France sur une orientation des Organisations des Nations unies (ONU) en 1999.

Et ce n'est pas la "Journée des Violences faites aux femmes"

Ayant fait un séjour en tole pour de la violence faites indirectement à une femme. Connaissant un tantinet le sujet en tant qu'acteur de cette VIOLENCE, je me permet de donner un avis, une nuance non entendue, non compris…

✅ Cette journée ne devrait pas s'appeler ainsi.
Il serait peut-être plus sage de l'intitulée "Journée pour la Bienveillance et la non-violence au sens large" ou "Journée pour la Bienveillance dans les relations de couples" ou encore "La journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et hommes".

✅ Opposer Femmes et Homme est profondément une illusion.
C'est le début du problème et non de la solution.
Cette dualité crée de la violence
Cette dualité crée du désordre
Cette opposition éloigne les êtres dans leur écoute, compréhension
Cette opposition est inutile, car tout être humain a le même objectif, au-delà de sa catégorie sociale, ses études, sa nationalité, sa religion, son SEXE. On cherche surtout à être bien et éviter le maximum de problème. C'est cela qui nous réunit tous, au-delà qu'on soit une FEMME ou un HOMME.

✅ Définir qu'est-ce que l'Amour au sens large est une clé de la solution

✅ Définir ce que la considération pour l'autre est une des pistes pour commencer à comprendre le processus de la communication entre les êtres

✅ Apprendre aux enfants de 5, 6, 7, 8 et 9 ans ce qu'est une relation dite amoureuse, l'Amour, la bienveillante, l'altruisme, la considération, la gentillesse et surtout ce qu'une EMOTION et "la gestion des émotions doivent faire partie d'un plan martial. Sans cela, il n'y a pas d'issue positive

✅ Bien souvent, ces associations dites de luttes contre les violences faites aux femmes, initialement crée avec une intention positive, existe avec le temps, bien souvent avec de l'irritation, de l'agacement, de la colère, de la frustration et souvent de la "haine. De plus, elles sont souvent dépendantes des SUBVENTIONS. De ce fait, leurs analyses, visions, intentions sont biaisées et chacune de leurs conférences, réflexion, exclu bien souvent les hommes

Par exemple, vous avez Mme Visnelda Douzain qui enchaine les casquettes, rôles, responsabilités dans cette "lutte contre les violences faites aux femmes". Cela me fait penser lorsqu'elle est venu présenter une pièce de théâtre à la prison du port, au quartier haut. Ce théâtre était basé sur les viols, incestes ect ...

A la fin du théatre, devant une cinquantaine de détenus, elle a pris la parole. J'avoue qu'intérieurement, j'ai ressenti de l'agacement, de l'irritation et de la colère. Je l'ai écouté attentivement. Les autres détenus ont posé des questions. Juste avant la fin de l'intervention, j'ai levé le doigt et posé plus ou moins cette question.

"Mme Visnelda Douzain, merci de mettre en place ce genre d'initiative. Sauf erreur de ma part, vous êtes aussi directrice du Centre de Psycho Trauma Noé. Et en ce sens, vous accompagnez les femmes victimes dans leurs démarches pénales en produisant, co-produisant et témoignant dans des rapports aux Tribunaux ect ... Comment gérer vous le fait de rester neutre et aujourdhui de venir devant des détenus, dans un centre de détention, pour évoquer les relations hommes/femmes.
Est-il possible que vous ayez un regard biaisés ou des erreurs de jugements dans votre approche ? Est-il possible que votre discours soit différent selon les circonstances ?"

Aie aieeeeeee.... Il doit, vous êtes avoué que je tremblais en posant cette question, d'autant plus que je me suis mis debout pour exprimer cette interrogation.
Je me souviens que les 2 ou 3 surveillants qui était là, qui souriait, était détendu, ne l'était plus à ce moment-là.
Les détenus présents dans cette salle polyvalente du Port on eu un long moment d'incompréhension. Les plus vifs d'esprit ont commencé à dire à haute voix "oui, zot lé fort pour critique a nous !" - Cette dame à balbutier quelques mots et son assistante à pris la parole et après encore 1 ou 2 séances de questions, qui à ce moment - ont tourné dans un "autre sens" (lo vent la tourner)... Les surveillants ont fait un signe aux intervenantes d'abréger car c'était l'heure de servir le dinner du soir, à 17h......

Il faut dire les choses. On tient un discours à l'extérieur de la prison. On répond à des appels à projets pour intervenir en prison. On touche et perçoit de très belles subventions quelques fois - et ensuite on "lisse" son discours avant d'entrer en prison. Non. Il faut assumer ou pas ce qu'on dit des "prisonniers", des "hommes" à l'extérieur de la prison. Fin

✅ Cela nous emmène aux différentes conférences, colloques, groupes de discussions faites sur "les violences faites aux femmes". Observez bien l'assistance, il n'y a pas ou très peu d'homme dans les intervenants, prises de paroles ou auditoires. C'est un kuklux clan de femmes battus, humiliés, frustrés, traumatisés, poussés par d'autres qui s'ennuient dans leurs vies et rêve d'accomplissement de soi (de l'égo) sur un simulacre de bienveillance envers les autres. Attention, il ne faut pas généraliser. Et il y a énormément de personnes qui sont authentiques, avec le regard vif et neuf, comme

Enfin, la seule personne qui a un regard lucide et que j'observe depuis 2016 c'est Monsieur Arnold Jaccoud, psychosociologue. Lui seul ne change pas de discours d'année en année et est un penseur et observateur sérieux.

Pour conclure, le véritable changement est intérieur. Au-delà de la victimisation, des accusations ou la zole (la zole i aide pas un boug violent, au contraire). Ce changement, j'ai pu le faire et il se poursuit aujourdhui.

22.Posté par Dupuy le 26/11/2022 21:31

Lé pas plus simple zot y arrête un coup avec bande boug? Plus de boug, plus de violence, plus de problème..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes