MENU ZINFOS
Faits-divers

Vidéo - Une direction unique pour la Police nationale de La Réunion


Depuis le 1er janvier 2022, la Police nationale de La Réunion a mis en place la direction technique de la Police nationale. En tout premier lieu, le commissaire divisionnaire Laurent Fraysse, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) devient le directeur territorial de la Police nationale. Il a désormais autorité sur tous les services de police du département.

Par - Publié le Jeudi 3 Mars 2022 à 12:32

Ce jeudi matin, le commissaire divisionnaire Laurent Fraysse, directeur territorial de la Police nationale de La Réunion ainsi que le commissaire divisionnaire Michel Aleu, directeur territorial adjoint de la Police nationale de La Réunion, ont présenté la nouvelle réorganisation des services de la Police nationale de La Réunion. 

C'est une réforme d'ampleur nationale qui a été mise en place depuis le 1er janvier 2022 sur le département de La Réunion. Ce sont en effet les DOM-COM qui ont été choisis pour initier ce changement structurel de taille au sein des services de police. Dorénavant, l'organigramme de la Police nationale de La Réunion s'articule autour d'une structure unique appelée "Direction territoriale de la Police nationale de La Réunion". La DTPN se compose de cinq services : le Service Territorial de Sécurité Publique (STSP), le Service Territorial de Police Judiciaire (STPJ), le Service Territorial de la Police aux Frontières (STPAF), le Service du Renseignement Territorial (SRT), le Service Territorial de recrutement et de Formation (STRF) et le Service Territorial RAID (STRAID).

Ces services territoriaux s'appuient sur deux services aux compétences transverses que sont le service de Gestion des Ressources (SGR) ainsi que l'État Major (EMDTPN). 

"C'est le sens de l'histoire de la Police"

En poste depuis 2 ans à La Réunion, Laurent Fraysse, directeur territorial de la Police nationale de La Réunion, explique ce que représente ce changement :
"Il y a désormais une direction territoriale avec un chef unique. Ce sera plus efficace en termes de coordination opérationnelle des services de police pour la sécurité publique. À La Réunion, ce sont 1300 personnes qui sont concernées. C'est une réforme de fond sur le long terme qui sera transposée en métropole en 2023.

Le but de cette réforme, est d'être le plus efficient possible avec ses ressources. Avoir une direction unique est plus simple pour prendre des décisions, mais c'est un travail collectif. C'est plus clair, plus lisible. Cette réorganisation est aussi l'occasion de faire passer un message en interne sur l'importance du service public. Cela permettra d'avoir plus de réactivité.

Il y a une véritable cohérence des décisions par rapport à certains projets comme par exemple l'immobilier ou le parc automobile. C'est un véritable investissement pour les mois et les années à venir. La nouveauté est la création du STPJ, en lien direct avec la direction nationale de la police judiciaire, qui nous permettra d'être plus performant.

Nous aurons une offre de sécurité supérieure pour les Réunionnais. C'est avant tout un besoin local. Que ce soit d'abord les Outre-Mer, c'est une nouvelle prise en compte de l'Outre-Mer de la Police nationale. 
C'est le sens de l'histoire de la Police"

Le DTPN indique également qu'en matière d'immobilier, cette nouvelle direction fait du futur commissariat du Port sa priorité. 



Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ronjha le 03/03/2022 13:07

Quel foutoir . Cela profitera une fois de plus aux hauts gradés comme d habitude comme d habitude avec des places en or.
Et les petits flicards continueront à courber l échine subir la pression et diront « amen » à tout.
Quelle bandes d abrutis.

2.Posté par Marlo le 03/03/2022 13:31

En terme de PV c'est quoi l'objectif ?

3.Posté par On recommence les mêmes erreurs..... le 03/03/2022 14:02

C'est du pipeau XXXXL.

Cette avait déjà été tenté et la Reunion avait été un département pilote. Et cela a été une catastrophe.
Chaque chef de service autonome (PAF(, RGx de l'époque etc...), n'ont pas accepté de passer sous la botte de la sécurité publique et ils ont tout fait pour saboter le projet (rétention d'informations etc), pour que le directeur départemental se plante....et cela a été l'échec.

En fait, le directeur territorial se servira des autres services mis sous sa coupe pour les mettre au pas et renforcer son propre service comme renforts d'appoints (permanences, astreintes), et les petits services (la PAF par exemple) servira à combler des trous (renfort pour des contrôles routiers par des gens spécialisés pour travailler aux frontières) au détriment de la sécurité de Gillot.

4.Posté par On recommence les mêmes erreurs..... le 03/03/2022 14:04

Le pire des ministres a été SARKOZY qui outre le fait d'avoir supprimé la police de proximité, a fait fermer des postes de police secondaire forts utiles (par exemple sur St Denis; la Bretagne, la Montagne etc..). Depuis la population doit se déplacer à Malartic.

Sarkozy au tribunal.

5.Posté par paulux le 04/03/2022 09:40

Le vocabulaire employé est curieux :"véritable cohérence" ,"véritable investissement" ," offre de sécurité supérieure"...On ne le sent pas véritablement convaincu...

6.Posté par Guétali le 05/03/2022 02:17

Du pipeau.

Que du blabla.


7.Posté par Lulu le 06/03/2022 06:46

clair que si chaque unité veut garder ses "billes" on avancera jamais!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes