MENU ZINFOS
Faits-divers

Vidéo - Les gendarmes peuvent enfin investir la scène des départs de feu du Maïdo


Il avait fallu quasiment quatre ans aux enquêteurs pour confondre Patrice Nirlo, le pompier pyromane du Maïdo en 2010 et 2011. Autant dire que l’enquête de gendarmerie qui débute à peine promet sans doute d’être à son tour longue et compliquée.

Par Ludovic Grondin - Publié le Mardi 10 Novembre 2020 à 17:41 | Lu 3346 fois

"À ce stade, on ne privilégie aucune piste plus qu’une autre. Toutes les possibilités sont étudiées. On a des techniciens en investigation criminelle de la gendarmerie qui viennent de Saint-Denis pour nous aider à faire des prélèvements. Ces prélèvements nous amèneront peut-être des informations. Après il s’agira surtout de figer la scène, de savoir d’où est parti l’incendie. C’est le travail que l’on mène habituellement sur les incendies : déterminer le lieu de départ, déterminer la cause, ce qui a pu provoquer cette incendie, est-ce qu’il y a eu une intervention extérieure", énumère le chef d’escadron Vincent Audon, commandant de la compagnie de gendarmerie de Saint-Paul. 

Ce sont ses hommes de la section de recherches qui s’attèlent à rassembler le maximum d’indices pour reconstituer le puzzle de la scène de ce qui s’apparente à un acte volontaire, qui plus est en pleine nuit. Dès la journée de samedi, pour les sapeurs pompiers qui nous partageaient leurs impressions, le caractère volontaire ne faisait aucun doute. Ajouté à cela qu’un autre indice vient jeter un trouble certain : peu de personnes étaient dans la boucle de l’indisponibilité du DASH depuis deux jours. Où alors la concomitance des deux événements relève de la pure coïncidence… 

Les enquêteurs sur place ce matin

En 2010 et 2011, plusieurs compagnies de gendarmerie avaient planché sans le savoir sur des incendies mis par le même homme : le caporal Patrice Nirlo. 

C’est après avoir été confondu après l’incendie de la forêt du Moka en octobre 2013 que l’étau s’était resserré autour du caporal pyromane. Ce dernier avait tout avoué au cours de sa garde à vue. Lui avait été imputé à l’époque pas moins de cinq mises à feu : le feu du Volcan 2010, ceux de Beaumont à Sainte-Marie en 2013, ceux coup sur coup du Maïdo et donc celui du Moka.

Concernant l’incendie qui a démarré vendredi 6 novembre sur le petit îlot de végétation du belvédère du Maïdo puis sur un second départ déclenché plus loin vers 2H du matin (samedi), les gendarmes n’ont pu investir les lieux qu’une fois la menace des flammes éloignée.

Depuis que la situation est revenue sous contrôle depuis lundi après-midi, une réunion entre enquêteurs s'est tenue ce mardi matin sur site. Parallèlement, un appel à témoins a été émis  pour quiconque aurait des informations à soumettre aux enquêteurs. 






1.Posté par cigarette le 10/11/2020 17:47

c'est sec, c'est la sécheresse ... un cigarette et le désastre est en route ..

2.Posté par PIPO 🙈🙉🙊 le 10/11/2020 18:16

commandant?

Il me semble bien jeune pour être commandant le monsieur....

3.Posté par À post6 le 10/11/2020 18:56

Cherchons la' ou il le faut
Un pro
Et des primes

4.Posté par lavérité le 10/11/2020 19:38

et oui on ami pipo, on peut être Commandant en gendarmerie à 28 ans de nos jours, on arrête pas le progrès après ces jeunes officiers sont souvent secondés par de vieux briscards, sa soulage et parfois rassure la troupe ...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes