MENU ZINFOS
Faits-divers

Vidéo - L'avocat du policier accusé : "C'est humiliant d'être jugé comme ça"


Ce lundi matin, le procès du policier accusé d'avoir tiré au LBD sur un individu durant une nuit d'émeutes au Port a été suspendu. Un des assesseurs du tribunal est positif au Covid. Le procès reprendra le 2 mai par la plaidoirie de l'avocat de Steeve qui a perdu son œil droit en recevant un tir de lanceur de balle de défense en 2014 puis la procureure générale donnera ses réquisitions à l'encontre du policier qui se trouve dans le box des accusés.

Par IS - Publié le Lundi 25 Avril 2022 à 09:35

Philippe P. (à gauche) encourt 15 ans de réclusion pour des violences volontaires ayant entrainé une infirmité permanente commises en tant que dépositaire de l'autorité publique
Philippe P. (à gauche) encourt 15 ans de réclusion pour des violences volontaires ayant entrainé une infirmité permanente commises en tant que dépositaire de l'autorité publique
Au troisième jour du procès d'un ancien policier de la brigade anti-criminalité du Port, accusé d'avoir volontairement tiré sur un mineur en marge des violences urbaines qui avaient secoué la ville du Port en février 2014, la matinée devait débuter à 10h avec la plaidoirie de la partie civile. Une plaidoirie assurée par Me Jacques Hoarau. Mais un événement imprévu est venu interrompre le déroulement de cette dernière journée d'audience car un des assesseurs a le Covid. L'audience est suspendue jusqu’au 2 mai

Dans le box des accusés, le fonctionnaire de police est défendu par Me Laurent Franck Lienard qui évoquait, ce matin avant l'interruption du troisième et dernière journée de procès, l'état d'esprit de son client (notre vidéo plus bas). Un client qui se sent "humilié" par l'ensemble de sa personnalité qui est passée au crible alors qu'"il n'a jamais démérité" en quatorze ans de service. 


Deux fautes réglementaires ont été commises par le policier : le tir d'un véhicule et à courte distance
Deux fautes réglementaires ont été commises par le policier : le tir d'un véhicule et à courte distance
Des émeutiers et des spectateurs

Cette nuit du 1er au 2 février 2014, le lycéen de 16 ans avait, comme beaucoup de Portois, décidé d'aller voir ce qui se passait avenue Rico Carpaye. Car depuis trois jours et deux nuits, des émeutiers protestaient contre la hausse du prix des carburants. La tension était retombée mais vers 1h du matin, les échauffourées entre protestataires et forces de l'ordre avaient repris. Plusieurs équipages de la brigade anti-criminalité étaient engagés afin de faire revenir le calme. 

Philippe P., élément de la BAC de jour du Port depuis 2007, se trouvait avec son équipe. Le quatuor de policiers avait l'habitude de collaborer et se connaissait parfaitement. L'ambiance était électrique, il était tard. Des tirs de LBD avaient fusé pour riposter face aux jets de galets.

Encerclés, ils décident de rentrer chez eux

Soudain, Steeve et ses dalons, qui n'étaient que spectateurs des affrontements, s'étaient retrouvés encerclés et avaient préféré partir en courant vers chez eux.

À l'angle des rues Berlioz et Ajaccio, le lycéen raconte avoir perdu une savate et trébuché. Une 308 foncée, celle de la BAC du Port, se trouvait alors sur ses talons. Le véhicule avait stoppé sa route et un des occupants avait tiré alors que Steeve était au sol. Les autres auraient donné des coups de pied et proféré des insultes avant de repartir en marche arrière pour regagner l'avenue principale. Steeve avait ressenti une immense douleur à l'œil. Il était parvenu à se relever et à trouver, un peu plus loin, des riveraines qui avaient appelé les secours. Malgré une opération chirurgicale, Steeve a perdu son œil droit.

Philippe P. et ses co-équipiers n'ont pas livré la même version des faits  aux cinq magistrats professionnels de la cour criminelle. Son équipage suivait de près les émeutiers et œuvrait à leur dispersion. Arrivée à l'angle d'une rue adjacente à Rico Carpaye, la voiture s'était arrêtée. Deux officiers étaient descendus afin de suivre en courant des récalcitrants. Au moment de sortir à son tour, l'accusé raconte avoir vu surgir des buissons une silhouette athlétique sur sa gauche. Au même moment, un de ses collègues lui signalait la même chose. "J'ai eu peur, je me suis senti menacé. Il pouvait être dangereux. Je lui ai fait face et j'ai tiré sans viser car l'individu était en mouvement". Mais le jeune avait semblé en bonne santé et l'équipage était reparti.

Ils cachent les faits jusqu'à l'enquête de l'IGPN

C'est en lisant la presse et en voyant la photo des lieux que le quatuor de la BAC avait compris que tout n'allait pas si bien. Ils s'étaient alors mis d'accord pour ne pas évoquer l'incident à leur hiérarchie et pour ne pas déclarer le tir. Cependant, une enquête de l'IGPN, l'Inspection générale de la Police nationale, avait été déclenchée et avait mis le doigt sur leur responsabilité.

Les quatre officiers avaient été mis en examen  mais la procédure avait écarté leur culpabilité. Sauf pour Philippe P., poursuivi pour des violences volontaires ayant provoqué une infirmité permanente. Des faits criminels passibles de 15 ans de réclusion.




1.Posté par Taloche le 25/04/2022 10:12

Accusé d'avoir volontairement tiré sur un mineur en marge des violences urbaines.
Ça m'étonne qu'il était en marge de ces violences à cette heure de la nuit ?

2.Posté par Jp POPAUL54 le 25/04/2022 10:34

Au lieu de défendre notre police, on l'accable.
Quand tu n'as rien à te reprocher... pourquoi tu cours à la vue des forces de l'ordre ?

3.Posté par Mais LOL le 25/04/2022 11:10

Ben ouais mec, tu as voulu jouer au cowboy et il va falloir payer maintenant ^^

4.Posté par MôvéLang le 25/04/2022 11:43

Il faudrait peut-être le féliciter pour avoir tiré dans l'œil d'un jeune ?

5.Posté par A mon avis le 25/04/2022 11:50

" L'avocat du policier accusé : "C'est humiliant d'être jugé comme ça" "

Qui est accusé ? L'avocat ou le policier ?

6.Posté par TICOQ le 25/04/2022 11:53

Mais oui c'est bien connu, les jeunes viennent juste au "spectacle" quand il y a du flic à caillasser. Mon œil !

7.Posté par Question ? le 25/04/2022 11:55

Les quatre officiers avaient été mis en examen
........................

C'est des officiers ou des gardiens de la paix ? C'est pas pareil et pas la même formation.

8.Posté par Question ? le 25/04/2022 12:02

@1 et 2

1- Citez la loi qui interdit à un jeune homme de 17 ans d'être dans la rue la nuit ? ("Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas". Article 5 DDHC 1789)


2; Citez-moi l'article de loi qui autorise un policier a user de son LBD sans qu'il y ait danger (4 policiers contre un mineur qui levait les mains pour se rendre)?

9.Posté par Ste suzanne le 25/04/2022 12:10

En fonction ou pas il y a qui se prend pour des intouchables on fout sa merde puis on cherche a se couvrir
Il y a d autre qui se prend pour zorro une foi pris se fait tout petit
Il y a d autre qui cherche la protection de leur ancien collègue pour caché leur mensonge

10.Posté par Yoooo le 25/04/2022 13:07

Et de perdre un œil c’est quoi Alor ?!

11.Posté par Ruddy le 25/04/2022 17:38

Post 1 Taloche,
On s'en fiche de ton "étonnement". La justice se base sur des éléments factuels.

12.Posté par Question ? le 26/04/2022 00:17

L'avocat du policier accusé : "C'est humiliant d'être jugé comme ça"
..............................

Et c'est pas humiliant d'être éborgné par ce policier supposé protéger la population ?

13.Posté par Lucide le 26/04/2022 06:30

8.Posté par Question ? le 25/04/2022 12:02

T'étais présent sur les lieux ?

Moi non, donc je ne me la ramène pas et tu devrais faire pareil.

14.Posté par Gringo le 26/04/2022 07:25

Au mauvais endroit au mauvais moment .... Kan ou nena oute ki a graté pour ale argardz zemeute alala... Et kan ou kashiett satt ou la fè a out yièrassi... Ou lé pa prop!!!! Missié polissié!!!

15.Posté par Taloche le 26/04/2022 10:56

Poste 8. J'aimerai mieux que vous me citez l'article de loi qui autorise un mineur à se mêler d'un groupe de voyous qui cassent tout et caillassent les forces de l'ordre la nuit.

16.Posté par Question ? le 26/04/2022 18:59

@15

Il n'y en a pas en ce qui concerne sa participation. Donc ce qui n'est pas interdit est autorisé.

1. Se mêler à un groupe de voyous, ce n'est pas interdit. En comparaison, c'est à peu prés comme si vous vous mêliez à un groupe d'hommes politiques. En cas d'attroupement interdit troublant l'ordre public, si après sommations suivant les formes règlementaires et faites par un OPJ , vous refusez de vous disperser, l'usage de la force est autorisé sur ordre du Préfet.

2. En ce qui concerne le jet de galets, fait sorti de votre imagination, à aucun moment, il n'est dit que la victime lançait des galets. Dans le cas contraire, son avocat aurait exploité le fait. Si cela était exact, il aurait été condamné et ne serait pas fonctionnaire dans la pénitentiaire. S'il avait lancé des galets, lors de leur intervention, les policiers l'auraient interpellé et établi une procédure. Comme il n'y a pas eu d'arrestation pour ce fait de jet de galet, il n'a pas été poursuivi. Donc ce que vous dites est diffamatoire.

3.Lors des manifestations, des curieux (surtout à la Reunion) , il y en a plein. Y a qu'à voir quand il y a un accident de la route combien de curieux bloquent la circulation.


4. Je vous rappelle que c'est le tir de LBD qui est jugé. Vous êtes donc hors sujet.


5. Quand le sage sort le doigt de ses fesses, et montre la lune, seul l'idiot sent le doigt.

17.Posté par Question ? le 26/04/2022 19:06

TALOCHE, relisez le post 11 de Ruddy;

C'est limpide.

Si vous étiez l'avocat de ce policier et que votre argutie de défense se limitait à "Ça m'étonne qu'il était en marge de ces violences à cette heure de la nuit ? ",, l'avocat général vous aurait renvoyé dans les cordes et recadré "Maître, ce n'est pas la victime que l'on juge, mais le policier auteur du tir du LBD et pour ce seul fait. Evitez de vous disperser. Vous avez-lu le dossier j'espère. Vous êtes devant une Cour criminelle qui doit juger un fait criminel. C'est peu-être l'effet jetlag ? Si c'est le cas on peut vous faire remplacer par un zavocat peï".

18.Posté par Question ? le 26/04/2022 19:13

3.Posté par Lucide le 26/04/2022 06:30

8.Posté par Question ?

T'étais présent sur les lieux ?

Moi non, donc je ne me la ramène pas et tu devrais faire pareil.
.............................

Je la ramène parce que d'autres la ramène. Chacun est libre de commenter. C'est le principe de zinfos. Si ça te plait pas, passe ta route et va cuver.

Et toi tu étais sur les lieux ? Non. Ben applique toi ton principe à la con.

Ni les juges, ni les avocats, ni le journaliste qui rapporte les faits, n'étaient présents sur les lieux. Si tu en as, va leur dire de ne pas la ramener. Certains croient qu'ils en ont mais souvent c'est du fictif. La couillonnisse empêche la lucidité.

19.Posté par Sergine le 27/04/2022 06:56

Ce policier assermenté à dissimulé son acte à la sa hiérarchie, preuve que c est un menteur ...
Même à sa hiérarchie il les et roules...

Les gens ne sont pas des animaux, un acte d une tel ampleur doit être déclaré. Qd on a rien à se reprocher on ne dissimule pas, point bas...

Il sera suspendu à vie pour cette grave faite professionnel d avoir dissimulé son acte et sûrement de la tôle car l acte de plomber le jeune prouve la violence policière car le jeune s était soumis en levant les mains...

C est un malade ce policier et qui vas le défendre, pas moi !!

C est un chenapan et il n plus sa place ds la police...

Tant à ce syndicat de police, aucune compassion pr ce jeune, si ce n' est que de soutenir son collègue...


20.Posté par Taloche le 27/04/2022 09:03

On n'a pas vu vos commentaires sur l'affaire Morgane, pourtant ça laisse à réfléchir sur notre jeunesse.

De ce fait, j'ai compris que vous etes anti-flics et vous voulez à tout pris les descendre. Ce n'est pas ma conception de voir les choses. Moi, je suis anti-gangs. De toute façon, la justice fera son travail et quelque le verdict je ne ferai aucun commentaire.

21.Posté par MMarley le 27/04/2022 09:17

Le jeune n'avait pas à être dehors. Les policiers n'avaient pas à mentir et a cacher leurs actes. Grosse amende pour le jeune, licenciement pour le policier responsable du tir, amende plus période probatoire pour les autres policiers complices.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes