MENU ZINFOS
Société

Vidéo - Incendies du Maïdo : 10 ans après, la forêt panse encore ses plaies


Dix ans après le départ du premier incendie qui a ravagé le Maïdo, le travail de reconstruction se poursuit. Si une partie du patrimoine naturel est perdue de manière irréversible, dans certaines zones, la forêt commence à renaître de ses cendres.

Par - Publié le Mercredi 14 Octobre 2020 à 12:16 | Lu 996 fois

Les terribles incendies qui ont ravagé le Maïdo sont dans la mémoire collective. 10 ans après le premier départ de feu, en octobre 2010, certaines zones renaissent de leurs cendres. "On commence à panser les plaies", commente Pascal Perreard, technicien forestier territorial à l'ONF, alors que l’important travail de reconstruction se poursuit.

Pour mémoire, entre 2010 et 2011, ce sont près de 3600 hectares qui sont partis en fumées (dont près de 2800 hectares en cœur de parc, le reste en forêt de production). La main de l’homme a donc été nécessaire pour tenter de réparer (un peu) ce que la main d’un homme a saccagé

Parmi les espèces endémiques particulièrement touchées, les tamarins des Hauts. "L’incendie de 2011 a été tellement puissant qu’il a brûlé tout le sol. Et pour la reconstitution d’un sol, c’est plusieurs centaines d’années", indique Pascal Perreard, précisant que sur certains secteurs, le sol est même irrécupérable. 

Plus de 300 opérations de boisement

Dans la forêt de production, près de 90 hectares ont été concernés par plus de 300 opérations de reboisement. Essentiellement des tamarins. "Une fois qu’on a enlevé les bois, on broie les végétaux présents sur le terrain avec un gros engin. Ensuite on utilise un genre de mini-pelle pour faire des placeaux (petit espace où sont installés ensemble quelques jeunes plants d'arbre, ndlr) sur lesquels on va gratter la terre, et dans ces placeaux on va installer de l’avoune. C’est une litière qu’on va chercher dans les vieux peuplements, et qu’on installe pour faire venir des graines", explique le technicien forestier.

Puis, place au dépressage : "On enlève quelques plans pour laisser pousser les plus jolis". Les tamarins pouvant prendre 20 à 30 cm de hauteur par an (voire plus lors d'une année pluvieuse) les premiers reconstitués atteignent déjà plusieurs mètres de hauts. 

Depuis 3 ans, des cryptomérias sont également plantés sur des sols un peu moins riches, tandis que l'acacia, lui, parvient à pousser sans intervention humaine, et pourra servir prioritairement à la filière Bois énergie. 

Prolifération des espèces exotiques envahissantes

Outre les arbres partis en fumées, la grosse problématique est le développement des espèces exotiques envahissantes, et notamment l’ajonc, qui a explosé. "Le but c’est d’intervenir dans des zones où il est très peu présent". Mais le combat est compliqué, voire perdu d’avance dans certains secteurs. "Certaines zones sont complètement envahies comme le sommet du Maïdo où l’intervention est pratiquement anéantie", se désole Pascal Perreard. Et si certains pieds, de petites tailles, ont pu être arrachés à la main, le reste est exterminé à l’aide de produits chimiques, et ce même dans les zones du parc national, où certaines espèces endémiques ont même disparu aux profits de ces pestes végétales.

Autre sujet épineux, celui des moyens. "C’est un peu compliqué,  l’incendie n’est pas considéré comme un risque naturel. On n’a pas eu beaucoup plus de moyens, donc on a dû réorienter les crédits sur ces zones brûlées. On a fait avec les moyens du bord. Si on avait eu plus de moyens on aurait été beaucoup plus rapides on aurait pu faire plus de surface", note-t-il. Et vu l'ampleur des dégâts, ce fastidieux travail est malheureusement bien loin de compenser la prolifération des pestes végétales et la perte irréversible d’une partie du patrimoine naturel réunionnais. "Mais on essaie de cicatriser au maximum", conclut-il.




Marine Abat
Journaliste - En charge du secteur Ouest - Fortement attachée aux valeurs du développement durable... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par vince le 15/10/2020 12:48

le coupable devrai pas tarder a sortir d'ailleur

2.Posté par Sam 974 le 15/10/2020 15:41

Je suis le randonneur entendu par les gendarmes et qui a donné l'alerte vers 15h en insistant sur la puissance du vent et l'orientation du feu vers les forêts. C'est donc une véritable honte ! les pompiers auraient dû intervenir dans les heures qui suivent et non pas "tranquillement" + de 24h après avec les conséquences que l'on connaît... je ne vous félicite donc pas !!! Il était facile de réquisitionner les hélicoptères et larguer de l'eau avant que cela prenne de l'ampleur. Au lieu de cela ces messieurs se sont baladés au-dessus du site en hélico alors que moi je fuyais les flammes et la fumée... voilà la vérité sur ce scandale !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes