MENU ZINFOS
Faits-divers

Vidéo - Deux des braqueurs demandent un délai, les deux autres rejoignent Domenjod


Défèrement sous haute surveillance ce lundi au vu du profil des mis en cause. Les braqueurs d’un fourgon transportant des cigarettes ont en effet reçu le soutien d’amis (certains arrivés torses nus) et de mères de famille à leur présentation au palais de justice de Saint-Denis en milieu d’après-midi.

Par I.Serre - L.Grondin - Publié le Lundi 3 Mai 2021 à 20:24 | Lu 4008 fois

Les quatre auteurs présumés du braquage d’un fourgon au Port étaient déférés au tribunal de Champ fleuri ce lundi en milieu d'après-midi. Les auditions devant le juge d'instruction n’ont commencé qu’après 18 heures. L’un des quatre de la bande risque particulièrement gros. Il se retrouve en situation de récidive et encourt donc la perpétuité.

Le premier à passer au crible de la juge des libertés et de la détention est un homme d’une trentaine d’années se faisant appeler « monsieur R(...) ». D’emblée, il défend sa cause en expliquant avoir été influencé. Le trentenaire évoque aussi sa peur de partir en prison où, dit-il, il risque d’y être harcelé. Sa ligne de défense, qui consiste à minimiser son rôle puisqu’il affirme "regretter vraiment" ce qu’il a fait et "n’a pas réfléchi avant", n’a pas attendri le procureur. 

Il est mis en examen pour vol à main armée en bande organisée. Il lui serait également reproché d’avoir fait des repérages et d’avoir recherché une arme. Le parquet demande une détention provisoire pour éviter la concertation frauduleuse notamment. Malgré ses remords, son passé plaide peu en sa faveur puisqu’il a déjà été condamné par le passé. "Donnez moi une chance", a-t-il fini par demander, sans plus de succès d’ici de possibles demandes de remise en liberté dans l’attente de son procès.

Deux braqueurs présumés demandent un délai

Le procureur insiste pour sa détention afin d’éviter d’éventuelles représailles car il pourrait être pris pour une balance. Il a en effet beaucoup collaboré à l’enquête, selon le procureur. Emmanuel R. aurait activement participé à toute l’organisation de ce braquage au Port. La tête pensante de ce forfait particulièrement osé dans la cité portuaire.

Il était le premier à être déféré puisqu’il avait été interpellé jeudi soir vers 20H. Il a donc passé 96 heures en garde à vue à l’issue desquelles une ultime confrontation avec ses acolytes a fini d’éclairer les enquêteurs de la sûreté départementale. En confrontation avec les autres mis en cause ce matin, il a maintenu ses dires. Emmanuel R. est placé en détention à Domenjod dès ce soir.

Le déferrement des autres protagonistes a été plus rapide puisque deux d'entre eux ont demandé un délai pour préparer leur défense. Il s'agit d'Alexandre M., qui aurait fourni le camion dans lequel la marchandise a été transférée, et de Kévin G. 

Ce dernier a la particularité de se trouver actuellement sous bracelet électronique dans le cadre d'une condamnation pour vol. Raison pour laquelle la récidive pourrait être retenue à son encontre. Le débat différé devant le JLD devrait se dérouler ce jeudi pour ces deux protagonistes.

Personne n'a rien fait

Le dernier à passer devant la JLD, Alexandre B., a quant à lui été mis en examen pour participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime, ce qui ne constitue pas un chef d’inculpation de nature criminelle mais délictuelle passible de 10 ans de prison. Lui aussi tente de minimiser son rôle. "J’ai rien fait", dit-il, mais comme son premier compère placé en détention une heure avant lui, une mention pour vol aggravé garnit son casier judiciaire. Un fait commis en 2001 alors qu'il n'avait que vingt ans.

Le procureur requiert à son encontre la détention provisoire pour éviter la pression sur d’éventuels témoins ou d’éventuels autres mis en cause qui pourraient être inquiétés au cours de la suite de l’enquête. Rappelons en effet que le procureur a décidé de l'ouverture d'une information judiciaire, procédure pénale au cours de laquelle le juge d'instruction procède aux recherches permettant la manifestation de la vérité.

Selon son avocat Me Jean Christophe Molière, il est reproché à son client d’avoir fourni l’arme qui, selon le conseil, était factice. Il est mis en cause par Emmanuel R. qui affirme qu'Alexandre B. lui a remis un pistolet à billes. Mais ce dernier ne savait pas à quoi allait servir cette arme, selon sa version. Dans cette même ligne de défense qui consiste à tout contester, son client affirme "ne pas avoir participé" à ce forfait et "ne connaît rien à ce qu’il s’est passé", d’où la demande de placement sous contrôle judiciaire qu'a tenté de faire valoir son avocat. Peine perdue puisque lui aussi, peu avant 22 heures ce lundi, s'est vu signifier sa mise en détention provisoire.

A ce jour, ni les cigarettes ni l’arme n’ont été retrouvées. D’autres investigations sont à mener. 

Me Julien Barraco, avocat de Kévin G. qui, si la récidive est retenue, encourt la perpétuité :

Me Jean Christophe Molière, avocat d'Alexandre B. qui encourt 10 ans de prison :





1.Posté par Damnatio memoriae le 03/05/2021 20:35

Des pieds nickelés mais en plus idiots.

2.Posté par vérité le 03/05/2021 18:38

du coup jv me reprendre des pop-corn...
je reviens

3.Posté par mac974 le 03/05/2021 19:03

Pauvre bichette, maintenant on regrette. ' donnez moi une chance' allez dort au trou gars.

4.Posté par Rive Sud le 03/05/2021 21:36

"D’emblée, il défend sa cause en expliquant avoir été influencé. Le trentenaire évoque aussi sa peur de partir en prison. Il parle de sa peur d’y être harcelé. Sa ligne de défense, qui consiste à minimiser son rôle puisqu’il affirme « regretter vraiment » ce qu’il a fait et « n’a pas réfléchi avant »"

Classique.

5.Posté par Bibi le 03/05/2021 22:14

Jamé mr lé juré, sa ban bon marmail... kan y dor...mdr

6.Posté par ddchat974 le 03/05/2021 21:05

Un délai pourquoi faire ?pour réfléchir à la belle bêtise et je pèse mes mots qu’ils viennent de commettre ????ça c’est le comble et en plus ils en ont le droit ces morveux !!!!!

7.Posté par Jp POPAUL54 le 04/05/2021 10:09

Le jour du braquage le chauffeur du fourgon aurait également du demander un délai !!!
"Oh , les gars ...revenez la semaine prochaine "

8.Posté par MICHOU le 04/05/2021 10:31

quand on dit réfléchir il vaut mieux que ce soit avant. Après les actes délictieux, si c'est sincère, ça s'appelle prendre du recul.
Ah laisser parler ses pulsions en se disant pas vu pas pris c'est trop facile
Et le respect des autres?

9.Posté par "J''''ai rien fait" le 04/05/2021 10:31

Quelle bande de lâches ! Même pas le courage d'assumer leurs actes.
Lâches et menteurs, ils méritent la prison pour réfléchir s'ils en sont capables.

10.Posté par Ouais... le 04/05/2021 10:52

Te bé, zot la rien fait...
De toute façon, ils iront en tôle, en sortiront encore plus musclé et tatoué. Jouiront d une réputation, plus forte et recommenceront. Alors epargnons nous cette mascarade.donnont leurs les habituels félicitations du du jury et à la prochaine, dans "toujours plus haut, toujours plus fort" ...

11.Posté par MôvéLang le 04/05/2021 11:35

'' 6.Posté par ddchat974 le 03/05/2021 21:05 ''
Le délai c'est pour trouver une solution pour alléger la balance, réfléchir, c'est comme dormir, ça porte conseil

12.Posté par didier le 04/05/2021 12:07

Bande de merdeux

13.Posté par Ti pol le 04/05/2021 13:49

Les prisons françaises sont des camps de vacances les prisonniers sont mieux lotis que ils sont à leur maison tv , salle d sport, lecture, nourriture, la vie et belle

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes