MENU ZINFOS
Faits-divers

Vidéo - Décès d’Elianna : un violent coup de pied à l’origine de sa mort ?


Le calvaire enduré par la petite Elianna, décédée le 28 mars 2018 à l'âge de 2 ans, a été longuement exposé lors de cette première journée d'audience devant la cour d'assises. Selon les experts médico-légaux, un coup de pied est probablement à l'origine du décès de l'enfant.

Par RL - MA - Publié le Lundi 3 Mai 2021 à 19:05

Elianna et sa mère, Pascaline Guilgori (photo : DR)
Elianna et sa mère, Pascaline Guilgori (photo : DR)
Ouverte ce lundi matin, l'audience de la mère et du ti père d'Elianna s'est poursuivie cet après-midi devant la cour d'assises. Après avoir entendu les réfutations des accusés, les détails de l'autopsie et le résumé de l'enquête, les jurés ont assisté au témoignage de l'éducatrice spécialisée qui suivait la famille. Celle-ci affirme que lorsqu’elle est passée au domicile de Pascaline Guilgori (la mère d'Elianna) pour établir le planning de visite de la fille aînée, Elianna était en bonne santé, et jouait dans la cour. C’était le 28 mars 2018, quelques minutes avant le décès de la fillette. 

Selon ses dires, la maman était informée depuis le 21 mars 2018 que les deux plus jeunes enfants allaient être placés pour des raisons de carence éducative. Il avait en effet été décidé que les enfants ne devaient plus vivre dans cette atmosphère de violence que la maman subissait du fait de ses différents conjoints successifs.

"Relation fusionelle"

Pour autant, l'éducatrice spécialisée est catégorique : Pascaline Guilgori était très câline avec sa fille et la grossesse, intervenue lorsqu'elle était encore en couple avec le père, était désirée. La petite fille, selon elle très attendue par sa maman, n’aura malheureusement pas eu le temps d’être protégée par les services sociaux.

"La relation qu’elle avait avec Elianna était très fusionnelle", indique l'éducatrice spécialisée, répondant à l’avocat général. Elle ajoute qu’elle avait plusieurs fois soupçonné la mère d’être violentée et avait constaté une fois sa joue rouge et gonflée. Pascale Guilgori avait alors nié les violences, expliquant qu’elle s’était fortement grattée. "Il fallait sortir les enfants de cet environnement violent". 

L’éducatrice ajoute que la mère a toujours nié avoir été battue, mais qu’elle s’attendait un jour à des aveux de sa part. "Elle était dans la banalisation de la violence", commente-t-elle, soulignant que pour elle, avoir ses enfants près d’elle était une manière de les protéger.

"Elle a énormément souffert"

C'est ensuite au tour d'une experte médico-légale de passer à la barre. Celle-ci décrit l'aspect congestif du cerveau sans lésion visible, ainsi qu'une infiltration hémorragique au niveau du poumon droit, avec un épanchement de faible quantité. Par ailleurs, des fractures sont décelées dans le foie  (sur les 3/4 du foie), mais aussi au niveau du rein droit, avec une présence importante de sang.

D'où viennent les lésions ? Si les ecchymoses au niveau du thorax et du sternum sont imputables au massage cardiaque, les lésions au thorax, à l'abdomen, au poumon, au foie et au rein ont été causées par un mécanisme contendant (mécanisme de pression entraînant un éclatement). L'experte précise que la fillette a perdu plus de 25% de sang par rapport à son poids, ce qui a entraîné un arrêt cardiaque.

Elle ajoute que l'hémorragie méningée à trois endroit n'a pu être provoquée que par la violence d'un tiers. Plusieurs coups auraient été portés. Elle aurait aussi pu être projetée "Le décès n’a pas été immédiat et elle a énormément souffert (...) Ça a dû durer entre 30 et 45 minutes", estime-t-elle. Aurait elle pu être sauvée ? "Elle aurait pu être sauvée avec une intervention urgente, mais malgré cela le pronostic aurait été réservé en raison de la perte importante de sang", explique-t-elle.

Si la fillette est tombée de sa hauteur sur un galet le matin de son décès, "cela ne peut pas être à l'origine du décès", précise l'experte, répondant à une question de la défense et rappelant que le gabarit de Elianna était si petit qu'une femme ou un homme pouvaient être à l’origine de ces lésions.

"Un choc violent et délétère"

Un autre expert, mandaté par le juge d'instruction, confirme en visioconférence qu'il s’agit d’un choc violent et délétère qui ne peut être occasionné que par un adulte. "Par un coup de pied par exemple alors que l’enfant est allongé sur un lit, ou par projection de l’enfant".

Vu l’importance du traumatisme de l’enfant et les douleurs entraînées, l’enfant a dû certainement crier fortement et audiblement", suppose-t-il. Selon lui, l'impact du coup, qui est situé à l’arrière de l’enfant, est intervenu après son coucher, pendant la sieste. 

La perte de connaissance aurait été brutale, entraînée par le changement de position de la fillette. Il explique qu'allongée, elle était déjà dans un état précaire mais vivante. Le sang est resté séquestré dans les membres inférieurs quand elle s’est levée. Combien de temps a-t-elle pu survivre dans cet état ? "Il est possible que le coup ait été porté moins de 2 heures avant le décès", poursuit-il. Mais avec les éléments des analyses, "vu l’aspect du foie, la durée d’évolution a été courte vraisemblablement inférieure à 2h, et possiblement inférieure à une demi-heure".

Selon l'expert, c’est bien un coup de pied qui apparaît le plus plausible. "Cette petite fille a-t-elle était prise pour un ballon de football ?", questionne la présidente, s’excusant auprès de la famille pour la rudesse de la question. "Oui, elle a été shootée, madame la présidente", répond-il, avec le respect dû à la jeune victime, soulignant que le coup aurait pu être porté aussi bien par un homme que par une femme. Les déclarations des accusés, qui seront entendus demain, sont très attendues.

Les avocats de Pascaline Guilgori, Cédric Babas (le ti père) et de la partie civile nous ont fait part de leurs impressions à l'issue de cette première journée d'audience : 
 






1.Posté par Choupette le 03/05/2021 19:42

Ils vont devoir vivre avec ça toute leur vie.

Pour l'instant, ils sont encore jeunes, mais l'âge venant, quand on regarde en arrière ... .

2.Posté par Gros4X4petit...KBO le 03/05/2021 19:44

Et les gens continuent de procrééer égoistement pour passer le temps
comme des betes sans réflexions considérations respect ni rien a offrir qu un monde et une société pleine de corona
pour l etre a venir .
au passage Vive les allocs

3.Posté par HULK le 03/05/2021 19:56

La lie de l'humanité, même pas des bêtes. Pauvre petit ange. Ils vont encore dire qu'ils ne l'ont pas fait exprès. Et ils pourront encore se reproduire. La honte.On va leur trouver des circonstances atténuantes : elle les empêchait de dormir peut-être?

4.Posté par Fabiho le 03/05/2021 20:27

Pauvre petite quelle tristesse ! Pourquoi ???

5.Posté par Je voudrais comprendre....! le 03/05/2021 20:43

D'apres les medias
1/ la grand mere aurait fait un signalement !
2/les voisins etaient au courant !
3/ les services sociaux etaient informes !
4/ le ti'pere aurait deja etait condamne pour violence
5/ la " mere" identifiee comme immature, incapable, non seulement , d'eduquer ses enfant, mais aussi de les proteger, ce que fait n'importe quel animal !!!
Bien, fort de ces constat, il semblerait que non seulement les presumes coupables, devraient etre condamnes a de tres, tres longues peines d'emprisonnement, qui a mon avis seront toujours trop legeres, comment peut-on tuer, torturer un ( son ) enfant !!! mais aussi d'autres coupables, comment expliquer que des mesures conservatoires ( appliquees dans des affaires bien moins graves ! ) n'aient pas ete appliquees des que la " mere ! " etait identifiee comme incapable non seulement, d'eduquer ses enfants, mis mettait leurs vies en danger...je voudrais comprendre !!!!

6.Posté par Ouais... le 03/05/2021 21:18

Post 5, entièrement d accord avec la deuxième partie de votre commentaire. J ai personnellement vue les limites du système, sur des enfants maltraité...du temps où je faisais dans le social.

7.Posté par Tikaf le 03/05/2021 21:41

Tout comme je voudrais comprendre.... Les gens autour sont aussi coupable ils savaient que la mère était incapable et que les parents étaient immature. Pourquoi ils n'ont rien fait? Les services sociaux s'ils étaient courant pourquoi ils n'ont rien fait.... C'est le système qui est mal foutu. Maintenant on pleure cette petite fille 😔😔😔 vraiment triste

8.Posté par Amonavis le 04/05/2021 04:54

À mon avis, le jury peut dès ce premier jour donner son jugement, une peine clémente incompressible de 30 ans pour le ti-père.
Pour la mère, elle sera moins sévère 29 ans serait juste car c'est elle qui a permis ce crime.
Mais voilà, la zistis lé toujours makro

9.Posté par oté la Réunion le 04/05/2021 06:07

Les services sociaux n'ont pas mesuré la mise en danger et si une décision de placement était envisagée, c'est qu'elle aurait être immédiate! L'éducatrice a déconné! Les services sociaux sont toujours très lents et cela occasionne des risques pour les mineurs!

10.Posté par Lulu le 04/05/2021 07:07

à Tikaf, les voisins ont très certainement alerté l'environnement de cette personne mais que voulez vous qu'ils fassent de plus???? là les services sociaux aussi lents que leurs procédures administratives.......et voilà le résultat!

11.Posté par Camizen le 04/05/2021 07:51

Le diable est assit confortablement sur terre..repose en paix petit Ange.

12.Posté par Damnatio memoriae le 04/05/2021 08:11

D'accord avec post 5.

13.Posté par SuperDodo le 04/05/2021 08:41

J’ai envie de vomir. Peut-on envoyer ce couple faire sa promenade avec les autres détenus svp? Ils sauront s'occuper de ces espèces de dégénérés. Cela me rend malade il faut leur faire subir le même sort à coups de poings/pieds cela me révolte.

14.Posté par Shit le 04/05/2021 09:20

Il n'y aurait pas la formation d'un lac de lave dans l'enclos actuellement ? ...
Là on fait des économies et on s'assure d'aucune récidive !

15.Posté par MICHOU le 04/05/2021 10:43

A2, On sait imposer un vaccin pas obligatoire mais on se réfugie derrière la liberté de chacun pour éviter le sujet de la responsabilité parentale.
On occulte le sujet, c'est plus facile de donner des prestations, placer.....

16.Posté par MICHOU le 04/05/2021 10:51

A 9, l'Educatrice ne peut pas tout voir, savoir et ne peut en aucun cas prendre de décisions. Elle fait son rapport, rapporte des faits et son supérieur, peut donner son avis, puis le cadre socio éducatif, échange avec son inspecteur et le psychologue pour transmettre au juge ou procureur qui prend la décision.
Il faut bien comprendre les circuits et comme partout, des demandes des professionnels sont souvent balayées, non retenues.
E n France on a des droits de l'Enfant mais qui se heurtent souvent au droits de la Famille. Quand on aura les Droits de l'être vivant ça évoluera peut être

17.Posté par MICHOU le 04/05/2021 11:00

Ce qu'il ne faut jamais oublier:
Chacun peut alerter à tout moment en évitant les fausses accusations, les règlements de compte.
On peut alerter les services sociaux, l'école, le 119 de façon anonyme.
le 3919 le 3977
Ne pas fermer les yeux mais ne pas se mettre sous le coup de la diffamation ou dénonciation calomnieuse.
L'urgence c'est de sauver une vie en appelant, donnant son sang

18.Posté par Papapio, "Pères Amor" le 04/05/2021 11:42

Franchement j.ai pas pu lire jusqu'au bout... Écoeurant...

Désolé Petit Ange, les grands ne sont décidément pas à la hauteur... J.ai eu mal pour Toi

19.Posté par Choupette le 04/05/2021 13:35

5.Posté par Je voudrais comprendre....!

Effectivement, c'est incompréhensible.

J'ai signalé un cas comme ça dans mon voisinage. J'ai dû faire 2-3 numéros mais cela a été efficace. Dans le 1/4 d'heure qui a suivi, la maltraitance a cessé définitivement. Avec anonymat respecté.
Aussi, quand j'entends, "oui mais on avait peur des représailles ... ". Pour moi, cela s'apparente à de la complicité.
Et je peux compter sur les doigts d'une main les mots qu'il a fallu prononcer pour activer une action contre la mère qui martyrisait ses enfants.
C'était toujours aux heures du bain : à 10 heures quand elle se levait et à 21h, on entendait les gosses huuuuuuuuuuler pendant 1 heure. Et je passe sur les grossièretés proférées sur ses enfants, en plus du conjoint.
Imaginer la nuit quand tout est calme et que TOUT le monde entend ça et que je sois la seule à avoir réagi.

Donc, cette petite serait encore en vie si les poules pondeuses du voisinage avaient eu un brin de jugeotte ... .

Dites-vous bien que les enfants grandissent ... .

20.Posté par komssameme le 04/05/2021 21:09

Quel grand regret, bien dommage qu'il n'y a plus la peine de mort pour ces parents (…). Pauvre enfant... Courage aux familles.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes