Courrier des lecteurs

Victoire des citoyens Réunionnais en ce novembre jaune !

Vendredi 28 Décembre 2018 - 16:14

Nous assistons ces jours-ci à une victoire citoyenne de la parole libérée: Rényoné dobout po di assé !

Une victoire des Réunionnais qui ont forcé deux présidents de collectivités, Messieurs Melchior et Robert à reconnaître l’inadéquation de leurs méthodes et la nécessité de les changer, en commençant par « un homme, un mandat, une fonction ».

Des Réunionnais qui veulent mettre fin aux aberrations : un chef d’entreprise, élu régional, ne doit plus être, à l’avenir, président de la chambre de commerce, par exemple.

Une victoire des Réunionnais face à ces hommes et femmes politiques de la Région qui se sont entêtés dans le tout-voiture avec une route à 2 milliards d’euros qui va peser sur l’avenir de la Réunion ; Une route où le transport en commun et le covoiturage sont à peine en options. L’amélioration des conditions de vie des Réunionnais sera possible grâce au transport sur rail, au déplacement sur voie réservée. La Région a pu mettre en place une voie réservée pour les camions de galets mais a laissé partout les cars jaunes coincés dans les embouteillages : Ceci n’est plus admissible !

Plus de pouvoir d’achat, c’est aussi dépenser moins pour se déplacer.

Il faut moins de transport individuel. Plus de pouvoir d’achat à la Réunion, c’est un transport en commun efficace. La gratuité des transports doit être sérieusement étudiée à l’image de certaines villes françaises.

Des faiblesses aussi ont été mises en lumière lors de cette crise sociale.

Première faiblesse : un déséquilibre énorme entre production alimentaire locale insuffisante et dépendance vis à vis de l’extérieur. C’est une différence fondamentale par rapport à nos cousins Guyanais qui ont pu tenir plusieurs semaines lors des blocages.

Dans notre île, l’autonomie alimentaire sera possible grâce à une décision politique ferme :Nous devons entamer la diminution de la canne à sucre qui nous maintient sous perfusion et engraisse une multinationale. Les planteurs sont en difficulté. Nous devons resserrer les liens avec la terre et faire confiance à ceux qui la cultivent.

Deuxième faiblesse : l’amendement Virapoullé (article 73) qui empêche les mesures particulières dont notre île a besoin. En Guadeloupe, des lois ont été votées par la région en faveur du pouvoir d’achat des Antillais. Impossible à la Réunion à cause de cet article qui bloque les prises de décision localement. Nous devons changer cela.

Changer la donne, en premier lieu, par l’utilisation des dispositifs de transparence.

La chambre régionale de la cour des comptes (CRCC),par exemple, alerte depuis plusieurs années sur des dysfonctionnements. Un exemple précis : l’inefficacité des dispositifs de la Région en matière de tourisme, pointée dans les rapports depuis 2015.

Ensuite, en obtenant l’attribution des emplois aidés par un organisme externe, le pôle emploi par exemple, afin d’interdire la main-mise des maires et des élus.

Certains dirigeants politiques ont utilisé les emplois aidés comme des appâts.

Les citoyens peuvent aussi changer la donne en s’inscrivant sur les listes électorales afin d’ aller voter massivement dès 2019: à nous de ne pas réélire ceux qui nous ont entrainés dans cette situation.

Mais en attendant, nous devons faire avec les élus en place qui ne démissionneront pas, sans doute.

Ou plutôt, nous ne devons pas leur laisser d’autre choix que de faire AVEC NOUS.

Pour cela, il faut poursuivre l’action politique, car dresser des barrages avec des slogans, c’est une action politique !

Pour cela, les gilets jaunes, LES CITOYENS devraient exiger la signature d’une charte à chaque collectivité. Une charte qui prévoirait la création de groupes d’élu(e)s chargé(e)s de débattre dans les quartiers. Cette charte prévoirait aussi, via internet, la publication nominative des votes des élus et des décisions prises en séances.

Sur les barrages et devant la préfecture, j’ai échangé avec les personnes mobilisées.

Ce formidable élan doit prendre d’autres formes et s’organiser dans chaque quartier: Il faut imposer aux collectivités un espace d’écoute des administrés.

En tant qu’élu, je souhaite que les citoyens poursuivent leur action politique. Ils doivent se faire entendre des élus, assister aux conseils municipaux, organiser des conférences de presse : ils sont les garde-fous de notre démocratie!

C’est le souhait que je formule pour que cette situation critique aboutisse et change durablement la condition des Réunionnais, en attendant la 6e république.
Charles MOYAC élu de l’opposition de Saint Paul
Lu 686 fois



1.Posté par JORI le 28/12/2018 18:34 (depuis mobile)

Tous les élus une fois dans l''opposition se prétendent toujours meilleurs et dès qu''ils sont au pouvoir et personne ne sait pourquoi ils sont frappés d''amnésie pour ne pas dire d''alzeihmer. Pourquoi seriez vous différent d''eux ??.

2.Posté par Elle le 28/12/2018 19:58 (depuis mobile)

La "prise de conscience" durera combien de temps ? Le temps d''une campagne ?
1 homme 1 mandat 1 fonction, oukilé ? Dans l''esprit ? Dans l''air ?
Quelle victoire ? Toute cet la kozé, où sont les faits ?
Bonne chance !

3.Posté par JORI le 28/12/2018 21:27 (depuis mobile)

1homme, 1 mandat, 1 fonction ???. Quels sont nos élus à l'avoir mis en oeuvre ??

4.Posté par JORI le 28/12/2018 23:05 (depuis mobile)

1homme, 1 mandat, 1 fonction ???. Quels sont nos élus à l''avoir mis en oeuvre ??

5.Posté par Ploucocratie le 30/12/2018 07:06 (depuis mobile)

En voila un qui transpire l'intelligence et la.maitrise de.son sujet...

6.Posté par Joy le 30/12/2018 22:21

Quelques commentaires sur votre intervention Monsieur MOYAC :

Nous assistons ces jours-ci à une victoire citoyenne de la parole libérée: Rényoné dobout po di assé !

> Parole libérée ou vocifération et privation de liberté de travailler, de commercer, d'étudier de leurs concitoyens ? Les colères et les frustrations individuelles doivent-elle aboutir à une paralysie de l'île et la recherche de boucs émissaires ? Quelle est la place de ceux qui expriment leur ras-le-bol vis-à-vis d'un mouvement populiste et antidémocratique ? (un mouvement politique a-t-il le droit d'imposer ses idées de cette manière alors que des élections ont eu leu en 2017 et qu'elles ont abouti à la défaite de candidats qui soutenaient les idées des "gilets jaunes" ? )

Une victoire des Réunionnais qui ont forcé deux présidents de collectivités, Messieurs Melchior et Robert à reconnaître l’inadéquation de leurs méthodes et la nécessité de les changer, en commençant par « un homme, un mandat, une fonction ».

Des Réunionnais qui veulent mettre fin aux aberrations : un chef d’entreprise, élu régional, ne doit plus être, à l’avenir, président de la chambre de commerce, par exemple.

> Vous semblez vouloir "moraliser" la politique mais le "gilet jaune" que vous arborez est-il un gage de moralité quand on connaît les débordement dont votre a mouvement a été responsable : les violences dans toute l'île à l'égard des citoyens (racket organisé sur les barrages dont le montant correspondait à l'origine ethnique supposée des automobilistes), de fonctionnaires de l'Etat dont certains ont été menacés, de commerçants intimidés, de bien communs vandalisés, de symboles de la République (arc de triomphe saccagé, préfecture du Puy en Velay incendié...)...

Une victoire des Réunionnais face à ces hommes et femmes politiques de la Région qui se sont entêtés dans le tout-voiture avec une route à 2 milliards d’euros qui va peser sur l’avenir de la Réunion ; Une route où le transport en commun et le covoiturage sont à peine en options. L’amélioration des conditions de vie des Réunionnais sera possible grâce au transport sur rail, au déplacement sur voie réservée. La Région a pu mettre en place une voie réservée pour les camions de galets mais a laissé partout les cars jaunes coincés dans les embouteillages : Ceci n’est plus admissible !

> Excellente idée!

Plus de pouvoir d’achat, c’est aussi dépenser moins pour se déplacer.

Il faut moins de transport individuel. Plus de pouvoir d’achat à la Réunion, c’est un transport en commun efficace. La gratuité des transports doit être sérieusement étudiée à l’image de certaines villes françaises.

> Pourriez-vous nous préciser comment vous comptez financer cela ? Je rappelle que le motif de contestation des gilets jaunes était la baisse des prélèvements. Que prévoyez vous pour la saturation du réseau que l'on constate d'ores et déjà et qui devrait s'aggraver du fait de la gratuité que vous proposez ? Le problème vient non pas du tarif des transports mais de la construction du réseau de transport à la Réunion (différentes compagnies de bus, qui obligent à prendre des correspondances, zones mal desservies notamment dans les "hauts" de l'île).

Des faiblesses aussi ont été mises en lumière lors de cette crise sociale.

Première faiblesse : un déséquilibre énorme entre production alimentaire locale insuffisante et dépendance vis à vis de l’extérieur. C’est une différence fondamentale par rapport à nos cousins Guyanais qui ont pu tenir plusieurs semaines lors des blocages.

> Belle idée qui ne date pas d'hier, mais que proposez-vous pour renforcer l'autonomie alimentaire de la Réunion ?

Dans notre île, l’autonomie alimentaire sera possible grâce à une décision politique ferme :Nous devons entamer la diminution de la canne à sucre qui nous maintient sous perfusion et engraisse une multinationale. Les planteurs sont en difficulté. Nous devons resserrer les liens avec la terre et faire confiance à ceux qui la cultivent.

> Resserrer le lien avec la terre, c'est-à-dire concrètement ?

Deuxième faiblesse : l’amendement Virapoullé (article 73) qui empêche les mesures particulières dont notre île a besoin. En Guadeloupe, des lois ont été votées par la région en faveur du pouvoir d’achat des Antillais. Impossible à la Réunion à cause de cet article qui bloque les prises de décision localement. Nous devons changer cela.

> En quoi l'amendement Virapoullé empêche-t-il des mesures en faveur du pouvoir d'achat ?

Changer la donne, en premier lieu, par l’utilisation des dispositifs de transparence.

La chambre régionale de la cour des comptes (CRCC),par exemple, alerte depuis plusieurs années sur des dysfonctionnements. Un exemple précis : l’inefficacité des dispositifs de la Région en matière de tourisme, pointée dans les rapports depuis 2015.

> Vous soutenez malgré ce que vous venez dire un mouvement qui a détruit pour quelques temps l'image de la Réunion auprès des touristes ?

Ensuite, en obtenant l’attribution des emplois aidés par un organisme externe, le pôle emploi par exemple, afin d’interdire la main-mise des maires et des élus.

> Déjà proposé par Annick Girardin dont vous disiez qu'elle venait "pour nous faire baisser la tête".

Certains dirigeants politiques ont utilisé les emplois aidés comme des appâts.

Les citoyens peuvent aussi changer la donne en s’inscrivant sur les listes électorales afin d’ aller voter massivement dès 2019: à nous de ne pas réélire ceux qui nous ont entrainés dans cette situation.

> C'est-à-dire pour vous ?

Mais en attendant, nous devons faire avec les élus en place qui ne démissionneront pas, sans doute.

Ou plutôt, nous ne devons pas leur laisser d’autre choix que de faire AVEC NOUS.

Pour cela, il faut poursuivre l’action politique, car dresser des barrages avec des slogans, c’est une action politique !

> Oui, et cette action politique est antidémocratique, elle repose sur la privation de liberté des concitoyens réunionnais au nom d'idées que les Français ont rejeté en 2017 pendant une longue période de débats et d'élections démocratiques.

Pour cela, les gilets jaunes, LES CITOYENS devraient exiger la signature d’une charte à chaque collectivité. Une charte qui prévoirait la création de groupes d’élu(e)s chargé(e)s de débattre dans les quartiers. Cette charte prévoirait aussi, via internet, la publication nominative des votes des élus et des décisions prises en séances.

Sur les barrages et devant la préfecture, j’ai échangé avec les personnes mobilisées.

Ce formidable élan doit prendre d’autres formes et s’organiser dans chaque quartier: Il faut imposer aux collectivités un espace d’écoute des administrés.

> Cet espace démocratique sera-t-il pris en otage par votre mouvement comme cela a été le cas au mois de novembre ? A-t-on laissé des voix dissonantes s'exprimer ?

En tant qu’élu, je souhaite que les citoyens poursuivent leur action politique. Ils doivent se faire entendre des élus, assister aux conseils municipaux, organiser des conférences de presse : ils sont les garde-fous de notre démocratie!

> C'est une évidence, mais le problème ne vient-il pas tout simplement du choix de nos élus ?

C’est le souhait que je formule pour que cette situation critique aboutisse et change durablement la condition des Réunionnais, en attendant la 6e république.

> 6e République ? La France Insoumise est donc bien derrière tout cela...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Septembre 2019 - 16:52 Va-t-on retrouver la Veuve ?

Lundi 16 Septembre 2019 - 14:24 Ensemble vivons la paix