Education

Vêlayoudom Marimoutou: "Le bon moment pour revenir"

Mercredi 9 Mars 2016 - 23:01

"oui, on discute du calendrier, mais ce n’est pas aussi simple que ça"
"oui, on discute du calendrier, mais ce n’est pas aussi simple que ça"
Nommé recteur de l’Académie de La Réunion en remplacement de Thierry Terret, le Réunionnais Vêlayoudom Marimoutou a officiellement pris ses marques ce mercredi. L’économètre spécialiste des questions liées aux séries temporelles avec des applications en macroéconomie et en finance, a indiqué que c’était "le bon moment pour revenir", afin de faire bénéficier l’académie de "toute son expérience".

Vêlayoudom Marimoutou, professeur à la faculté des Sciences de Luminy à l’Université d’Aix Marseille depuis de nombreuses années, a commencé par retracer son parcours, débuté à La Réunion avant de poursuivre sa formation en métropole, où il est devenu tour à tour docteur en sciences économiques, ingénieur d’études CNRS en économétrie et informatique, maître de conférences, mais aussi directeur de l’Institut français de Pondichéry de 2008 à 2011.

"Un recteur a le pouvoir de changer les choses"

"J’ai eu la chance de faire des études de qualité et de rencontrer des enseignants dans un domaine dans lequel on ne prédisait aucun avenir", déclare-t-il, avant d'ajouter avoir choisi, depuis, "une voie plus formelle".

Pour son nouveau poste, le patron de l’Éducation dans notre département dit avoir "synthétisé une somme d'expériences dans nombre de domaines".

"J’arrive ici avec beaucoup d’enthousiasme et d’envie. Je vais travailler et prendre contact, et me donner le temps de me faire une doctrine après un examen des dossiers, toujours dans la continuité de l’État", tient à rappeler Vêlayoudom Marimoutou.

Le calendrier climatique, encore...

Ce dernier veut faire progresser l’académie "dans toutes ses dimensions", avec des contraintes supplémentaires, notamment dans le social. "Je veux faire en sorte que les personnes classées REP ou en ZEP puissent bénéficier des meilleures formations possibles", poursuit le recteur qui rappelle que les personnes ayant une qualification supérieure ont 20% de chance supplémentaire de trouver un emploi.

"On verra s’il faut changer la doctrine ou pas, tout ceci sera travaillé dans les semaines à venir. D’ici là, je vais rencontrer les organisations syndicales, les collectivités territoriales ainsi que le préfet", reprend Vêlayoudom Marimoutou, qui ajoute qu’un recteur "a le pouvoir de changer les choses, tout en travaillant avec les services centraux".

Interrogé sur une éventuelle évolution du calendrier scolaire, basé sur un calendrier climatique, le nouveau recteur reconnaît que cette mise en place serait "compliquée" : "Ce changement de calendrier, s’il se fait, va concerner plusieurs centaines de milliers de personnes. Si l’on regarde l’ensemble des pays du Sud, ils ont un calendrier climatique qui va de mars à décembre. Cela est compliqué pour nous car les examens ont généralement lieu en juin et la nomination des enseignants en février. Alors oui, on discute du calendrier, mais ce n’est pas aussi simple que ça".
SI
Lu 2757 fois



1.Posté par totor le 09/03/2016 23:12

la sauveur est parmi nous !
Tous nos enfants seront beau intelligent et riche demain ......

1ere decision de ce monsieur : sa photos dans tous les bureaux des directeurs d'école ( hihihi )

2.Posté par A mon avis le 09/03/2016 23:23

"personnes classées REP "
étonnant comme expression dans la bouche d'un recteur : peut on classer une personne "Réseau d'éducation prioritaire" ?
Et les "ZEP" n'ont-elles pas disparu ?

3.Posté par Eno2016 le 10/03/2016 06:03

Bienvenue M. le Recteur !

Connaissant les mentalités réunionnaises , il saura trouver les mots et expressions bien de chez nous pour faire passer la sauce dans le cerveau de certains pseudo réformateurs péi qui veulent tout changer pour mieux se la couler douce !
Et ça se sent tous les jours ...

Le Recteur fera ce que les lois lui indiqueront tout simplement !

4.Posté par dègue le 10/03/2016 08:29

môssieur n°2 en sauveur de la réunion ?

5.Posté par Vêlayoudom ? le 10/03/2016 08:33

Pourquoi notre nouveau recteur, qui est au demeurant une belle pointure universitaire, a-t-il choisi ce curieux prénom alors qu'il se prénomme réellement Charles ?
Et pourquoi son frère, également brillant homme de lettres, préfère-t-il se faire appeler Carpanin alors qu'il a un joli prénom : Jean-Claude ?
L'un comme l'autre, s'ils lisent Zinfos, peuvent-ils nous fournir des explications sans langue de bois ?

6.Posté par Sortons de la Chance. le 10/03/2016 09:50

Très bonne première intervention sur antennes réunion hier soir.
Enfin un recteur qui connait les problématiques réunionnaises.

La Réunion va dans le bon sens. Le calendrier climatique doit être appliqué. Il est un anormal d'avoir un calendrier basé sur l'Etat colonial. Il faut enfin pensé au marmaille péi et au spécificité de notre péi.

Quant à l'idée du développement de l'anglais c'est également une très bonne initiative à mettre en place au plus vite. Tous le monde a conscience que le kreol doit apprendre au plus vite l'anglais dans un but touristique évident. (la réussite touristique mauricienne passe également par une bonne maitrise de l'anglais).

J'ose même dire que l'idéal pour nos marmailles péi serait le kreol à l"école avec un anglais bien maitrisé afin d'être ouvert sur le monde.
Tous le monde sait que la langue française est une langue de moins en moins international et de moins en moins parlé dans le monde. Une langue qui ne permet pas d'être ouvert sur le monde contrairement à l'anglais.

7.Posté par République le 10/03/2016 10:30

L'enfant est au centre du système éducatif. Tout est fait pour lui, en tenant compte de son environnement : les parents, les enseignants, les administratifs, les élus locaux qui sont responsables des dispositifs à mettre en place. D'ailleurs, le nouveau recteur l'a bien souligné lors de son premier passage à la télévision. On consulte les parents sur l'organisation de la semaine scolaire, rien de plus normal ! Mais cette consultation est faite pour l'élève, plus exactement dans l'intérêt de tous les élèves, pas seulement pour une élite (voir les débats sur les rythmes scolaires, sur la nécessaire interdisciplinarité et sur les activités périscolaires) – d'ailleurs l'élite avance toute seule, mais pour cette frange qui reste en panne, pour toutes sortes de raisons, et qui coûte cher à la société plus tard dans sa remise en formation et dans son insertion après l'échec scolaire voire le rejet scolaire. Alors faire voter les parents, oui ! Mais il eût été bien mieux d'avoir débattu devant eux de l'essentiel : on ne réforme pas pour organiser le week-end des parents, même s'il faut tenir compte de la vie dans toutes ses dimensions. On vise l'éducation de tous les enfants, sur le long terme. Le résultat d'un vote n'a de sens que si tout cela est expliqué aux parents, ce qui n'est pas le cas, tant s'en faut ! C'est vrai que tout est complexe, mais il faut trouver un équilibre qui sert l'intérêt général.

8.Posté par directeur le 10/03/2016 10:43

Je l'invite dans mon école !

9.Posté par St-André le 10/03/2016 11:29

@ post 5 :

ce curieux prénom, comme vous dites, est d'origine indienne. Comme le recteur est un descendant d'engagé Indien, il a le droit de préférer son prénom indien, ne vous en déplaise ! La loi française permet d'avoir un prénom autre que français. Les Musulmans n'ont pas de prénom français. Le colonialisme assimilationniste est fini depuis longtemps, n'en déplaise aux nostalgiques de l'époque ! Moi, mes enfants ne portent que des prénoms indiens, ils sont ingénieurs et travaillent en métropole dans des grandes firmes et leurs prénoms ne dérangent personne. C'est leur travail qui est apprécié ! Et pour finir, si les prénoms indiens vous dérangent, n'utilisez-plus l’informatique ! Car, les grands noms de l’informatique maintenant sont indiens : Satya NADELLA (Microsoft), Sundar PITCHAI (Google), Shantanu NARAYEN (Adobe Systems),...

10.Posté par le 10/03/2016 11:44

à post 6

ne seriez vous pas un peu trop indépendantiste. parce que votre discours sonne un peu comme.

"calendrier basé sur l'Etat colonial", "marmaille péi et au spécificité de notre péi",
"le kreol doit apprendre au plus vite l'anglais"
"l'idéal pour nos marmailles péi serait le kreol à l"école avec un anglais bien maitrisé afin d'être ouvert sur le monde. "
"Tous le monde sait que la langue française est une langue de moins en moins international et de moins en moins parlé dans le monde. Une langue qui ne permet pas d'être ouvert sur le monde contrairement à l'anglais."

Une maîtrise minimum de la langue nationale devrait être prioritaire à mon sens et vous en êtes la preuve vivante. Parce que si vous pensez que votre orthographe et votre vision coloniale de votre Pays vous ouvre sur le monde c'est un peu raté pour le coup. Je ne savais pas que le créole était internationalement parlé mais bon normal les réunionnais se croient toujours le centre du monde.

Bref La France et sa langue ne vous va guère exilez vous il y a l'île Maurice et l'Angleterre, à vous de choisir, le système de protection français en moins.

11.Posté par L'Ardéchoise le 10/03/2016 14:23

@ 10 : le posteur auquel vous vous adressez a soit" fourché son doigt", soit changé son pseudo, qui ne veut plus rien dire par rapport à son éternel discours, qu'il "signe" habituellement : Sortons de la France !

Il omet un détail qui me semble pourtant avoir son importance : ce nouveau recteur fera peut-être de belles et bonnes choses pour la Réunion, mais il ne pourra se libérer de la tutelle de sa ministre, ce qu'il reconnait lui -même : ..."toujours dans la continuité de l'Etat." (à la différence de notre posteur, il n'ajoute pas "colonial"...)

Quant au langues qui ouvrent sur le monde, au train où vont les choses...l'arabe et le chinois ?

12.Posté par L'Ardéchoise le 10/03/2016 14:27

AUX, pardon, j'ai un problème avec l'X sur mon clavier et si je n'appuie pas comme une brute, il me le zappe !

13.Posté par verolia le 10/03/2016 16:25

Qu'ils donnent des coups de pieds au cul de certains invisibles, c'est urgent :
Proviseurs, CPE, enseignants en perpétuels congés maladie, Région...

Favoritisme, discriminations dans la manière dont les classes sont formées (classes pour les fils et filles de, classes pour ceux venant de milieux social défavorisé..) dans un collège du sud, c'est la règle.
Il lui serait facile de vérifier. Et de mettre fin à ces procédés intolérables.
Merci pour les enfants.

14.Posté par A mon avis le 10/03/2016 17:50

@ 9 St André : votre discours est tout à fait recevable.

Mais votre modèle d'argumentation peut être inversé.

Vos ancêtres sont d'origine indienne ; mais (comme vous dites) l'engagisme et le colonialisme sont abolis depuis longtemps. Vous avez choisi d'être (ou de rester) Français et avez bénéficié de la culture et de l'éducation françaises : renier vos prénoms français, ne peut-il pas être considéré comme une offense à cette France où vous vivez ?
Pourquoi vouloir à tout prix gommer votre prénom symbole de culture française ? La France vous traiterait donc si mal ?

15.Posté par Pro No Stick le 10/03/2016 18:07

Qu il mette en place la réussite au coeur de son action envers et contre les corporatismes zorey s il le faut..sans oublier la médiocrité à laquelle beaucoup de créoles et de zorey participent..c est dit.

16.Posté par Candide le 10/03/2016 20:14

Qu'il sanctionne les congés maladies abusifs ainsi que les familles qui se déchargent de l'éducation sur l'école. Avec l'argent économisé (moins de remplaçants et suspension des allocations familiales), on embauche des éducateurs pour les cas difficiles. N'est ce pas une piste à essayer ?

17.Posté par Loulou le 10/03/2016 20:19

@ Post 14 : ce sont surtout des prénoms catholiques et la France est un pays laïc, c'est-à-dire que toutes les croyances, religions ou non croyances sont autorisées. Donc, les prénoms des autres religions autres que chrétienne qui se pratiquent en France sont aussi autorisés. Ce n'est absolument aucune offense envers la France. Beaucoup de jeunes Tamouls à La Réunion se marient de plus en plus selon les rites hindouistes et c'est normal qu'ils donnent à leurs enfants un prénom de confession hindou. D'ailleurs, en Métropole, beaucoup d'enfants ont des prénoms américains. Font ils offense à la France ? Et ces Indiens de Pondichéry qui ont parfois des prénoms français, comme notre ex consul de l'Inde Georges RAJU, font ils offense à l'Inde ?

18.Posté par Zozossi le 10/03/2016 21:07

Merci à post 5 de soulever un lièvre de taille: le nouveau "recteur pays" réclamé (et imposé?) par les groupes de pression communautaristes ne se prénomme pas "Vêlayoudom" mais Charles.
De même que son frère se prénomme Jean-Claude et non "Carpanin".

Ce rejet de son prénom (qu'il considère sans doute comme trop français?) claque comme un affront à la France qui fait de lui un recteur d'université.

Si la responsabilité collective n'existe pas, il est néanmoins intéressant de rappeler que son père est un ancien prof de maths co-fondateur du Parti communiste "réunionnais", syndicaliste au SNI, qui déclarait en 2004:
«Je suis devenu stalinien [à 16 ans!]. J'avais dépassé ma condition de malbar de la Réunion, car il y avait mieux à faire: changer le monde.»

La cour de la maison familiale servait alors de lieu de meeting au PCR et les enfants semblent plus ou moins contaminés.
Sur les huit enfants, deux deviennent médecins, six profs comme Papa (et cocos comme lui?...):

-Monique, historienne spécialisée dans l'"engagisme" malbar,

-Jean-Claude (dit "Carpanin"), spécialisé dans la "kwéyolitude", engagé dans l'agit-prop marxiste-léniniste "culturelle" dès ses études universitaires,

-Charles notre recteur (dit "Vêlayoudom"), que son père appelle "le beau gosse" (quand il est bien coiffé?), qui n'aurait, selon son père, eu le bac qu'à 20 ans et demi,

-Félix, prof d'université, titulaire d'un DEA sur le "chant-poème créole",

-Joëlle, institutrice, qui s'est vu "confier par le rectorat de la Réunion la mission d'enseigner le français en milieu créole" (sic),

-Monique, prof de sciences.

Comme on le voit, un fort parfum de communautarisme politisé flotte sur cette famille, le père ayant même appris le tamoul sur le tard pour l'enseigner à l'université populaire de Saint-Benoît avec une méthode tamoul-créole (français? inconnu).

On s'explique mieux le rejet par notre nouveau recteur pays de son prénom français.
Mais nous ne sommes pas obligés, nous, d'encourager cette choquante marotte de défrancisation.

Appelons un chat un chat, et donnons donc à ce pseudo "Vêlayoudom" son vrai prénom de Charles. Et sans accent tamoul.

19.Posté par CUT le 10/03/2016 21:54

@ post 18 qui répond à son post 5 : arrêtez vos délires de raciste anti Tamoul, allez vous faire soigner et laissez notre nouveau recteur travailler pour l'éducation de nos enfants. Bientôt vous allez nous dire que M. Vêlayoudom MARIMOUTOU a enseigné plus de 20 ans les sciences à l'université d'Aix Marseille en tamoul et en créole. Pauvre idiot ! Cet homme est bien trop intelligent pour vous...

20.Posté par Dipavali le 10/03/2016 22:17

Moi aussi je me prénommai Louis. Il y a quelques années, j'ai pris un avocat et j'ai changé de prénom. La loi française le permet. J'ai maintenant un prénom tamoul : Loguesh. Mais ce n'est pas pour autant que je suis devenu indépendantiste ou quoi que ce soit. Je continue à être Français, je suis fonctionnaire et je paie mes impôts à l'Etat. Je voulais un prénom tamoul parce que ça colle mieux avec mon physique typiquement indien et mon nom tamoul. Un point c'est tout ! Et tan pis si ça emmerde quelques uns !

21.Posté par Saint-André le 10/03/2016 22:24

A Zizisso 21:07 :

et vous avez enquêté pour savoir si son nom tamoul (MARIMOUTOU) est bien son nom et pas un pseudo ? Des fois qu'il se nommerai DUPONT...

22.Posté par babar run le 11/03/2016 07:04

Charles, Vêlayoudom, Trou de balle ou autres prénoms...on s'en fout...il se fait appeler comme il veut...

Tout cela ne fera peut être pas de lui un bon recteur.....la qualité d'un homme ne vient pas de son prénom.....

Ici beaucoup de repris de justice et bon nombre de crétins ont un prénom ridicule (Casanova,Brian, Kevin, Jordan,.....) donc.....

23.Posté par recteur à vos ordres! le 11/03/2016 10:07

Le nom d'un recteur doit "flasher" pour donner plus de poids à sa fonction !
Par exemple :
-"Hollande" ça fait "président de la République" jusqu'en 2017 ...
-"Valls" ça donne l'impression de 1er ministre sans plus jusqu'à sa démission
-"Marimoutou" ? ça fait assez sérieux pour un recteur péi ... 58 ans , âge idéal pour mieux comprendre les choses scolaires et ne pas se laisser berner par des syndicalistes trop sectaires qui demandent plus qu'ils ne proposent !
Son sourire en dit long ... il ne se laissera pas avoir ... il a plein d'adjoints compétents autour de lui pour l'empêcher de dire des conneries en public !

Je l'invite dans mon établissement ...

24.Posté par Zozossi le 11/03/2016 10:13

-Ca fait apparemment mal à certains de s'entendre rappeler que ce recteur ne doit son poste qu'à des pressions politiques communautaristes, et donc à des considérations ethniques.
Voir du wâââcizme partout est la parade du faible d'esprit incapable d'affronter le rappel de la dure réalité.

-Ce recteur est "bien trop intelligent pour moi", selon CUT (post 19)?
Certes, on peut avoir obtenu son bac à 20 ans et demi et être intelligent.
Mais les premières déclarations télévisées de ce recteur Charles Marimoutou (dit "Vêlayoudom") sont pourtant assez décevantes: il bredouille plus qu'il ne parle, fait des fautes d'accord grammatical des fautes d'accord grammatical ("lequel" au lieu de "lesquelles"), cherche ses mots, abandonne sa phrase commencée, bien qu'il lise un papier dissimulé hors caméra.
Sa première allocution publique était peu audible faute d'articuler et de soutenir sa voix.
S'agissant d'un homme public dont on attend que le discours soit exemplaire, ma première impression n'est donc guère favorable.
Pour le reste, rien à attendre d'un commis (même "numéro deux de l'Etat"): il ne sera comme tous ses semblables qu'un paillasson du pouvoir complice des fossoyeurs de l'instruction publique.

-Quant à Louis dit "Dipavali" devenu "Loguesh" (post 20), il n'"emmerde" que lui-même avec ses torturants problèmes d'identité.
Je lui souhaite de poursuivre sur cette voie d'indianisation jusqu'au bout de sa logique en abandonnant maintenant la langue française, la logique française, son emploi français, son département français etc. -et évidemment son revenu et sa couverture sociale de Français.
Car renoncer à un beau prénom français pour un prénom étranger est évidemment un signe ostentatoire de défrancisation.
Il est lamentable de voir se répandre cette mode chez les Malbars sous la pression de groupes communautaristes qui travaillent évidemment sans le dire pour un gouvernement étranger. Il est significatif, par exemple, que le consulat de l'Inde à la Réunion pratique (illégalement?) deux tarifs de visa différents selon qu'on est réunionnais ou métropolitain.

-Cela dit, ce phénomène de défrancisation par le prénom n'est pas propre aux Malbars: c'est une pitié de voir se multiplier les prénoms anglo-saxons et autres chez les petits Français de toutes races dont la liste évoque plus un générique de navet télévisé états-unien que des habitants de ce grand pays à la culture et à la langue si riche qu'est la France.
Et il en sera ainsi tant que notre pays sera gouverné par des élites traîtres et corrompues qui l'asservissent et l'humilient au lieu de l'élever.
Il est plus difficile d'aimer son pays, sa langue et ses noms quand celui-ci n'est plus aimable.
Mais c'est là qu'on distingue les faibles qui se détachent de lui et se raccrochent à une pseudo-identité toc de substitution, et les forts qui luttent contre le courant pour rétablir sa grandeur: vous semblez bien faire partie des premiers.
Pas moi.
Tant pis pour vous.

25.Posté par vincent Caramante le 11/03/2016 18:53

Au fait, les prénoms, d'où viennent-ils, d'où sont les origines ? Bien avant Clovis, avant que le Catholicisme deviennent la religion de la France Monarchique, que la langue des Romains, ( le Latin), efface les dialectes Gaulois ? L'Arabe, l'Hébreu, le Grec, le Celte, etc, ont, à chaque époque de notre Histoire influencé la composition des noms, des prénoms.
L'époque moderne, médiatisée, incite à donner de nouveaux prénoms, issus des autres Continents et pays.
Il n'y a rien de choquant, puisque la République Française, autorise l'état civil de reconnaître ces nouveaux prénoms à consonance étrangère.
Donc, à La Réunion, enfin, La France, notre Patrie, nomme à la direction du rectorat, un descendant d'engagé, d'origine Tamoul, bref, un Réunionnais.
Ce qui suscite des réactions et des commentaires étranges. Pressions, communautarisme, prénoms d'origines Tamoul,etc.
Reste à définir ce qu'est le communautarisme ?
La diaspora juive, à laquelle, les Monarques et les Seigneurs Européens anti-sémites lui interdisaient de posséder des terres, de chasser, de cultiver, pour survivre et subsister, avait l'obligation de se rassembler et s'unir. Elle utilisa le troc, les arts comme moyens d'existence.
La plupart des minorités ont réagi de la même manière donnant naissance à des communautés.
Le colonialisme est responsable de l'existence de ces communautés.
A la Réunion, il n'est donc pas choquant de voir des communautés continuer à vivre leurs héritages culturels et cultuels.
En revanche, la communauté métropolitaine, dont certains sont choqués par le communautarisme Tamoul, Zarabe ou Chinois, (dommage, le régime a créé trop de divisions chez les Cafres, les Métisses, les Yabs pour jouir de leur communauté Kréol, comme il se doit), ne s'émeuvent pas des réseaux qui s’accaparent des postes de directions administratives et organisent avec l'aide des élus de la continuité territoriale à exiler notre jeunesse.
Alors, si il faut mettre tous les élus et les Partis dans le même sac poubelle, la nomination de Vêllayoudom MARIMOUTOU, est un pas de progrès, la reconnaissance de notre Département.
C'est l'inverse des arguments méprisants de la route vers l'indépendance et le chantage des dotations, les prestations sociales attribuées, au même titre, voire un peu moins, que les autres Départements de l'Hexagone.
D'autres nominations de Réunionnais sont à prévoir et à venir, pour le plus grand bien de La Réunion et de sa population.

26.Posté par ANIN le 19/03/2016 12:51

En tout cas, vu les réactions, c'est un super pied de nez réussi par Le Crefom et Ericka Bareigts à ceux qui ne plaident que pour le maintien de la hiérarchie administrative actuelle de ce département dont les représentants viennent tous d'ailleurs....les temps changent il va falloir changer vos mentalités... il y a de plus en plus de réunionnais formés voire mieux formés : il faudra donc partager les postes à responsabilités si on ne veut pas que le "bien vivre ensemble réunionnais" disparaisse !!!

27.Posté par Sudiste le 29/05/2016 15:10

Le pire choix pour la Réunion. Bien connu à Marseille pour piquer le travail de ses doctorants et publier. Carrière purement politique. Une nullité scientifique

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter