MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Valorisons notre "patrimoine humain". De la promotion de l’élite locale


- Publié le Mardi 24 Novembre 2015 à 08:39 | Lu 299 fois

Valorisons notre "patrimoine humain". De la promotion de l’élite locale
L’édito du « quotidien » soulignait le 23 Octobre s’agissant de la promotion de l’élite locale, le décalage entre le discours et la réalité en s’interrogeant sur les conditions de nomination du secrétaire général du rectorat.

L’éditorialiste rappelle la définition par le président de la république d’une règle claire, donnant à compétence égale, une priorité aux ressortissants des DOM-TOM pour une affectation dans leur territoire d’origine. Il s’étonne qu’en dépit du discours du président relayé par le recteur, le choix  du secrétaire général du rectorat soit en passe de se porter sur une candidature non conforme à ce profil et le qualifie de « trahison du chef de l’Etat par son administration ». Il indique à ce sujet, « qu’il y a un pas que la haute administration franchit moins facilement que les politiques ». (Celui de la promotion d’une élite locale)

Cette appréciation tendant à exonérer le « politique » de sa responsabilité, je me permets d’apporter mon point de vue qui vise à la nuancer et rétablir une part de ma vérité.

Les hauts fonctionnaires sont la plupart du temps respectueux du devoir de loyauté à l’égard de leur gouvernement, d’abord parce qu’ils sont avant tout au service de l’Etat et non de partis. Ensuite les responsables de  la haute fonction publique sont nommés par le gouvernement et les décisions de nomination des fonctionnaires sont à ma connaissance prises au niveau national.

Dès lors il me parait discutable de faire porter à la seule « Administration » la responsabilité d’une potentielle nomination peu conforme aux orientations du président de la république.

Bien entendu, je n’ose pas imaginer qu’une candidature puisse être écartée au seul motif de l’origine. Toutefois, les responsables administratifs locaux, toujours saisis d’un avis, en dépit d’un discours nécessairement « politiquement correct » sont cependant naturellement, souvent enclins à des choix affinitaires et le critère subjectif de la compétence peut leur permettre d’influencer la décision dans ce sens.

En tout état de cause, le ministre compétent  ne saurait à mon sens tolérer qu’une décision ne soit pas conforme aux orientations prises par le président de la république. Autrement dit ou il cautionne, ou il sanctionne. L’avenir nous le dira.

Il revient aux responsables politiques locaux de veiller à l’égalité de traitement pour la promotion de l’élite locale. C’est à eux d’intervenir.

Encore faut-il qu’ils soient convaincus de l’intérêt de la cause. (qu’à l’occasion je pourrais développer) et qu’ils aient l’autorité nécessaire.

Mes demandes d’intervention relativement récentes*, sont restées sans suite et même sans réponse. Elles visaient la nomination de fonctionnaires de responsabilité (notamment au rectorat). Elles m’amènent à penser qu’ils n’ont pas tous cette conviction ou cette autorité. L’égalité réelle a encore du chemin à parcourir.

Et pourtant à mes yeux, pour diverses raisons, et notamment, pour la recherche d’un équilibre, elle est aujourd’hui devenue indispensable.

Enfermer notre élite dans des postes subalternes ne suscite pas l’ambition chez notre jeunesse.  

Nos élus doivent en être convaincus. Il leur revient de soutenir les orientations claires du président de la République.
 
Alix SERY

*Formulées au nom d’un groupe de réflexion sur ce thème lors d’une audience




1.Posté par zorbec le 24/11/2015 10:19

"Il revient aux responsables politiques locaux de veiller à l’égalité de traitement pour la promotion de l’élite locale..." : quelle grande et fausse naïveté pour quelqu'un qui fut quand même en son temps - et ce n'est pas rien - Directeur de l'Emploi sur l'île. En réalité, les hommes (et les femmes) politiques locaux redoutent par dessus tout les jeunes "élites". A la plupart des postes à responsabilité dans les collectivités locales, ils ne nomment ou ne promotionnent que leurs amis ou des béni-oui-oui qui ne leur feront aucune ombre durant leurs mandats. Alors oui, les politiques locaux n'ont qu'une culture : celle de la médiocratie à tous les échelons... La méritocratie, ils l'ignorent superbement en ne s'en portent pas plus mal !

2.Posté par un transformé le 24/11/2015 11:34

alix, je te suggère de nous dire sans détour ton sentiment sur la nomination du nouveau patron de groupama à la Réunion..un bel exemple de promotion de l'homme réunionnais ??

qui est au conseil d'administration de groupama Réunion ? une famille qui n'a jamais misé sur l'homme réunionnais à sa direction...

faut taper un peu sur les réseaux francs maçons auxquels notre élite capitalistique péi appartiennent.. allez alix..courage..tu y es presque !

3.Posté par Lokiel le 24/11/2015 12:45

C'est mal connaître le fonctionnement administratif... En réalité, dans bien des cas, l'administration est plus puissante que le ministre. Notamment, les directeurs d'administration centrale, surtout si ladite administration est puissante (je pense à celles de Bercy) n'ont souvent rien à foutre des instructions ministérielles et n'hésitent pas une seconde à les ignorer ou à les renverser. Ces mecs sont difficilement remplaçables et ils le savent et en jouent.

4.Posté par kld le 24/11/2015 19:10

heu............ oui , "nou la fé" ???ha, ha.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes