MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Vaccins COVID


Dans son souci habituel de privilégier l’intérêt du patient, la qualité et la transparence en médecine, MED’OCEAN s’est penchée sur l’état des recherches concernant les vaccins contre la COVID.

Par Méd'Océan - Publié le Mardi 27 Octobre 2020 à 08:09 | Lu 352 fois

Vaccins COVID
La situation est inédite, tant en ce qui concerne le nombre d’équipes qui se sont mises à chercher un vaccin, que par la rapidité des recherches induite par la pression qui pèse sur ces équipes (on rappelle que le développement normal d’un vaccin prend en général 10 ans). 136 vaccins sont à l’étude dans le monde, mais seuls 44 font l’objet d’études chez les primates ou l’homme (petit nombre), et 11 d’entre eux en phase III (comparer l’efficacité à un placebo chez l’homme sur un grand nombre).

Il est tout d’abord curieux de remarquer que ces essais de phase III se basent tous sauf un sur un objectif d’efficacité à 60 % (un vaccin n’est jamais efficace à 100 %) prenant pour critère premier l’efficacité sur les formes légères à modérées. Seul un essai a pour critère principal l’efficacité sur les formes modérées à sévères 1.

Quand on sait que ce sont évidemment ces formes là qui posent problème, on peut se poser des questions… Et rien n’indique qu’un vaccin efficace sur les formes modérées pourrait l’être sur les formes sévères !! Par exemple, dans le cas de la grippe saisonnière, l'augmentation du pourcentage de personnes âgées vaccinées ces dernières années ne s'est pas traduite par une réduction du nombre de décès, malgré l'efficacité du vaccin pour prévenir les formes légères à modérées dans cette population2.

Ensuite il faudra précisément être sûr que ce vaccin n’augmente pas de façon paradoxale les cas graves et du coup la mortalité, ce qui s’est passé avec le vaccin contre la dengue, qui a été arrêté aux Philippines, et dont le fabricant lui-même déconseille l’emploi3.

De plus, on est incapable actuellement de dire, parmi les candidats de tête, quelle est la durée de l’immunité éventuellement provoquée (6 mois, 1 an, plus ?), on est incapable de savoir si le virus ne va pas muter et nécessiter une adaptation régulière (cf vaccin anti grippal dont l’efficacité est fortement impactée par ces mutations). De nouvelles voies sont envisagées pour ce vaccin anti-Covid, par exemple les vaccins à ARN ou à ADN, pour lesquels on a très peu de recul en termes de sécurité, n’étant utilisés jusqu’à présent que chez l’animal4.
Ces vaccins pourraient aussi (sur le plan théorique) aggraver ou provoquer des maladies auto-immunes, des thromboses, voire des cancers5.
Ces craintes sont possiblement infondées, mais il faudra du temps pour en être sûr… Bref, on essaie de développer un vaccin contre un virus qu’on connaît encre très peu.

Par ailleurs, la pression exercée par la situation (très forts enjeux géopolitiques), mais aussi par le sentiment d’impuissance et la peur du grand public face à cette infection peu connue, peut inciter l’industrie à aller très vite, trop vite. C’est au pays, au laboratoire, qui produira le premier vaccin, ou qui en aura acheté le plus, mais qui prendra garde en même temps d’en offrir un peu aux pays démunis…

Comme toujours, hélas, dans le domaine de la santé, les enjeux économiques sont énormes. La course au « premier vaccin » -dans la mesure où l’épidémie, qui peut s’éteindre d’elle-même, ne laissera peut-être pas le temps à un vaccin d’être vendu !- risque fort de nuire à la sécurité  d’évaluation de ces vaccins (balance bénéfices/risques). Des fonds publics sont alloués sous forme de « pré achats », dans l’urgence aux industriels. Certes, ces pouvoirs publics négocient une tentative de contre partie sous forme de garantie des prix (prix coûtant au début) et de la disponibilité (monde entier au début), mais limitée dans le temps. Ces préachats ne présupposent même pas de contrôle particulier des Etats sur la qualité de ces recherches ! Comme pour le vaccin anti H1N1, les industriels ont négocié une clause de « non responsabilité » en cas d’effets indésirables ou de décès potentiels à venir, compte tenu des délais serrés qu’on leur demande. En clair, ils ne prennent pas autant de risques qu’ils veulent bien le dire en cas d’échec, et se préparent des bénéfices considérables en cas de succès (comme pour la grippe, dont, en plus, le vaccin doit être « refabriqué » chaque année pour s’adapter aux mutations)6
.
Il faut bien comprendre qu’en ce qui concerne la sécurité des recherches sur les vaccins, le problème est différent de celui concernant les médicaments curatifs : on administre un vaccin à quelqu’un qui n’est pas malade. La sécurité d’emploi ne peut donc supporter aucune entorse (si quelqu’un est de toute façon malade, « essayer » un traitement quitte à avoir des effets indésirables, peut être admis).

C’est la raison pour laquelle ASTRA ZENECA stoppe début septembre son essai devant un effet indésirable grave (on apprend le décès d’un patient en octobre, est-ce le même ?), Johnson et Johnson est également obligé de stopper « temporairement » son essai pour un patient tombé malade. Cela pourrait être rassurant car prouvant que ces essais sont rigoureux, mais démontre aussi qu’il y a de l’empressement à trouver !

D’un super business à faire sur le dos de cette pandémie via la fabrication d’un vaccin (et, tant qu’on y est, l’instauration possible de son caractère « obligatoire » pour pouvoir voyager), à la possibilité, non nulle mais assez peu probable, que l’évolution de celle-ci puisse être enrayée par un vaccin sûr et efficace dans des délais attendus, la réflexion doit considérer avant tout le bien être (définition OMS de la santé) de l’ensemble de la population (et pas seulement des jeunes ou des vieux à risque ou des actifs…) !

En conclusion, il faut donc essayer de se détacher de l’émotion ambiante pour considérer lucidement ce qu’on nous dit sur cette épidémie de façon générale, et sur un potentiel vaccin en particulier. Il ne s’agit pas de dénigrer les actions, parfois prises dans la nécessité de trancher et au gré de l’évolution de l’épidémie, mais de bien faire attention à tous les éléments en jeu. La mise au point d’un vaccin efficace et sûr devrait se faire en toute transparence.


1 https://www.vidal.fr/actualites/25914/vaccins_contre_la_covid_19_un_point_sur_les_essais_
de_phase_iii_en_cours/
2 https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/fullarticle/486407
3 https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/sanofi-deconseille-son-vaccin-contre-ladengue_2498291.html)
4 (https://www.franceculture.fr/sciences/covid-19-linstitut-pasteur-developpe-trois-vaccins)
5 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Vaccin_%C3%A0_ARN, https://fr.wikipedia.org/wiki/Vaccin_%C3%A0_ADN).
6 https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/10/15/le-covid-19-et-la-course-au-vaccindialoguez-en-direct-avec-la-redaction-du-journal-le-monde_6056093_3244.html




1.Posté par A mon avis le 27/10/2020 11:12

Bref !
Tout ça pour dire que vous ne savez rien !
Et qu'on n'est pas près de savoir éradiquer cette Covid-19.

Vous êtes pourtant bien placés pour savoir que le temps de la science n'est pas celui de l'information.

C'est étonnant, en cette période de crise sanitaire, le nombre de "spécialistes" (ou se présentant comme tels) qui tiennent à bla-blater inutilement !
Ce sont les mêmes qui reprocheront ensuite aux gouvernants et aux médias d'instaurer un climat anxiogène !

2.Posté par polo974 le 28/10/2020 11:59

""" La mise au point d’un vaccin efficace et sûr devrait se faire en toute transparence. """

Et c'est tellement pas transparent qu'on sait qu'il y a des essais qui ont été suspendus, et que c'est documenté...

Il faut quoi en plus? Un truc genre télé-réalité où tous les intervenant sont scrutés par des caméras de jour comme de nuit ? ? ?


""" Il faut bien comprendre qu’en ce qui concerne la sécurité des recherches sur les vaccins, le problème est différent de celui concernant les médicaments curatifs : on administre un vaccin à quelqu’un qui n’est pas malade. La sécurité d’emploi ne peut donc supporter aucune entorse (si quelqu’un est de toute façon malade, « essayer » un traitement quitte à avoir des effets indésirables, peut être admis). """

Gros nawak: on n'"essaye" pas un médoc sur un malade pour voir si ça marche (même si Raoult l'a dit). On fait une étude scientifique, une vraie, déclarée, avec un protocole et tout un cadre juridique.

Gros nawak bis: on administre déjà des vaccins avec des effets indésirables, il y a même parfois des effets indésirables graves, mais on utilise quand même ce vaccin quand la balance est statistiquement positive. exemple: On te propose un vaccin avec une chance sur 100 de mourir contre rien avec une chance sur 10 de mourir, tu fais quoi ? ? ?

3.Posté par Luc-Laurent Salvador le 29/10/2020 04:30

Article intéressant parce qu'assez honnête, notamment avec son appel à la transparence.

Mais la transparence commence par le fait d'informer le lecteur que les vaccins ne sont pas testés contre placebo. Non, non, non.
Ils sont testés contre un autre vaccin (de n'importe quoi) de sorte que les effets indésirables TRES REELS de la plupart des vaccins apparaissent non significatifs quand comparés à d'autres vaccins.
Cela s'appelle de l'escroquerie pure et simple consentie par toutes les autorités de santé en complet reniement du serment d'Hippocrate.
Bref, dans le meilleur des cas la vaccination peut avoir un intérêt sanitaire mais il est très clair qu'elle a pour le moment surtout un intérêt financier et que nous ne prenons pas actuellement le chemin de la transparence.
Tout au contraire, avec la farce du covid nous allons vers la domestication de l'humain de sorte qu'au troupeau bêlant l'élite n'aura pas besoin de rendre des comptes...

4.Posté par Olivier Minatchy le 03/11/2020 14:51

@Post 2:"Gros nawak: on n'"essaye" pas un médoc sur un malade pour voir si ça marche (même si Raoult l'a dit). On fait une étude scientifique, une vraie, déclarée, avec un protocole et tout un cadre juridique."
Une cadre de santé que j'avais au téléphone lors d'une réclamation me l'a dit...
idem: dans certains services, au nom du "principe de précaution" ou plûtot d'une paranoia pour éviter de s'apercevoir du "je sais pas" du médecin, on charge la bête dés le début et ensuite éventuellement on révise.
Pour un diagnostic çà se comprend d'envisager le pire au départ et je dis bien envisager.Par contre, prendre le mauvais médicament en dose de mammouth dés le départ voyez Obélix et la potion magique ou donnez un tranquilisant à un paresseux ce sera pareil.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes