MENU ZINFOS
Société

Vaccination ouverte aux personnes à risque de plus de 18 ans


La campagne de vaccination s’accélère à La Réunion avec l’arrivée des nouvelles doses de vaccin permettant notamment l’ouverture d’un 10ème centre à La Possession dès le 11 mai et de 6 centres gérés par les services de médecine du travail. De même, la vaccination est élargie à compter de ce 30 avril à toutes les personnes de plus de 18 ans atteintes d'une pathologie considérée comme à risque de forme sévère Covid-19 ; parmi celles-ci figurent les personnes qui ont une charge pondérale sérieuse, correspondant à une obésité avec un indice de masse corporelle supérieur à 30.

Par Nicolas Payet - Publié le Vendredi 30 Avril 2021 à 14:09 | Lu 3567 fois

Vaccination ouverte aux personnes à risque de plus de 18 ans
COVID-19 : LA VACCINATION S’ACCELERE ET S’ELARGIE A DE NOUVEAUX PUBLICS PRIORITAIRES



Par ailleurs, les augmentations de créneaux de rendez-vous rendront possible 125 000 prises de RDV au cours des prochaines semaines dont 10 000 supplémentaires pour la semaine du 10 mai. Ainsi, 200 000 Réunionnais auront pu bénéficier de la vaccination d'ici le 30 mai pour au moins une première injection. Les personnes concernées sont invitées à prendre rendez-vous par téléphone ou par internet dans les centres de vaccination de l’île.

Accélération de la vaccination

L’augmentation importante des doses déjà reçues et prévues pour les 4 prochaines semaines, à La Réunion, va permettre de faire bénéficier la vaccination Covid-19 à 200 000 Réunionnais d'ici le 30 mai 2021, soit 125 000 personnes de plus qu’à la fin du mois d’avril.

Cette forte accélération du rythme de la vaccination est aussi rendue possible par :
- l’amplification des possibilités d'injections au sein des 9 centres de vaccination déjà opérationnels,
- l'ouverture d'un 10ème centre de vaccination à La Possession à partir du 11 mai,
-l'ouverture de 6 centres de vaccination gérés par les services inter-entreprises de médecine du travail, répartis sur l'ensemble du territoire pour certains salariés du secteur privé comme du secteur public, sur convocation individuelle,
- l’accroissement des doses mises à disposition des professionnels de santé volontaires (pharmaciens, médecins et éventuellement infirmiers) pour effectuer la vaccination au sein de leurs officines, cabinets et à domicile en plus de leurs activités habituelles de soins.

Élargissement des publics prioritaires
- L’ensemble de ces atouts (augmentation des doses reçues, comme développement et diversification des vecteurs de vaccination) permettra d'offrir rapidement la protection vaccinale aux publics les plus vulnérables, c'est-à-dire ceux qui sont aujourd'hui le plus fréquemment confrontés au risque de formes graves de la maladie voire de décès, que sont :
- toutes personnes âgées de plus de 50 ans
- toutes personnes de plus de 18 ans atteintes d'une des pathologies considérées comme à risque de forme sévère Covid-19 :
o Obésité (IMC > ou = à 30) ;
o Pathologies cardio-vasculaires (hypertension artérielle compliquée, antécédent d’AVC, antécédent de coronaropathie, antécédent de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque) ;
o Diabète (de type 1 et 2) ;
o Pathologies respiratoires chroniques ;
o Insuffisance rénale chronique ;
o Cancer ou hémopathie maligne actif de moins de 3 ans ;
o Cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
o Immunodépression congénitale ou acquise ;
o Syndrome drépanocytaire majeur ou antécédent de splénectomie ;
o Pathologies neurologiques (maladies du motoneurone, myasthénie grave, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, paralysie cérébrale, quadriplégie ou hémiplégie, tumeur maligne primitive cérébrale, maladie cérébelleuse progressive).

En effet, les statistiques les plus récentes se rapportant aux admissions en services de réanimation comme aux décès par tranches d'âge, conforte le bien-fondé, en terme de santé publique, d'une stratégie vaccinale consistant à permettre, le plus rapidement possible, la protection de ces deux types de personnes en particulier.

Au regard de ces données, le taux de vaccination des personnes âgées de + de 75 ans à La Réunion, bien que nettement supérieur à la moyenne des autres départements d’Outre-Mer reste tout à fait insuffisant, puisque limité à 40% des bénéficiaires potentiel ; de même, le taux de vaccination des personnes de plus de 50 ans atteint aujourd’hui 21% seulement de la population concernée.

Pour autant, si l'évolution de la demande de la part de ces publics prioritaires n'évolue pas, dans le courant de la semaine prochaine, aussi rapidement que l'évolution de l'offre de vaccination, il deviendra opportun d'élargir les possibilités de vaccination à l'ensemble de la population de plus de 18 ans sans autre critère d'âge ni de pathologie.

Retrouvez la liste de tous les publics concernés par la vaccination sur le site internet de l’ARS : https://www.lareunion.ars.sante.fr/covid-19-ou-et-comment-se-faire-vacciner

COMMENT SE FAIRE VACCINER ?

La vaccination se fait uniquement sur rendez-vous :
• par téléphone : 0262 72 04 04 (du lundi au samedi de 8h à 17h)
• sur internet : www.sante.fr ou www.lareunion.ars.sante.fr

Documents à fournir :
• carte vitale ou attestation de droits,
• carte d'identité,
• prescription médicale du médecin traitant,
• carte professionnelle/ attestation employeur/ bulletin de salaire (pour les personnels de santé au contact des patients ou personnes vulnérables et pour les professionnels de 50 ans et plus reconnus comme prioritaires) Un bon de transport pour les personnes vulnérables : Les personnes qui ne peuvent pas se déplacer seules dans un centre peuvent bénéficier d’un bon de transport pour se rendre au centre de vaccination. Parlez-en à votre médecin !




1.Posté par Boboland le 30/04/2021 15:04

n'allez pas servir de cobaye!
personne ne parle à la tv des effets secondaires comme si ça n'existait pas! pourtant de nombreuses connaissances vont mal APRES... fatigue énorme, vertige, perte de poids inexpliquée, plus de force pour bouger...et ça n'est que le début...

2.Posté par Jacques le 30/04/2021 16:00

Bravo

3.Posté par JORI le 30/04/2021 18:20

1.Posté par Boboland le 30/04/2021 15:04
Si vous ne voulez pas y aller, personne ne vous y oblige. Pourquoi cherchez vous à faire peur à la population ??. Vous participez donc au maintien de cette peur que je suis sûr que dénoncez par ailleurs ?? 😂 😂 😂

4.Posté par Mensonges & Co le 30/04/2021 18:57

la campagne de vaccination bat son plein en inde....

on voit le résultat

5.Posté par JORI le 30/04/2021 22:29

4.Posté par Mensonges & Co le 30/04/2021 18:57
2% de la population vaccinée c'est ce que vous appelez "battre son plein" 😂😂😂

6.Posté par Mensonges & Co le 01/05/2021 08:55

la montée exponentielle des comtaminations après le début de campagne de vaccination

devrait logiquement ammener certains états à stopper cette démarche désastreuse.

certains ignorants ne regardent les courbes que depuis 15 jours,

toujours les memes donneurs de leçons à sauter sur les cadavres..

7.Posté par Boboland le 01/05/2021 09:10

rectification JORI, je ne "fais pas peur", j'informe simplement des éventuels effets secondaires auxquels les futurs vaccinés pourraient être confronté! Chose complètement occultée par les médias! quand je dis "connaissance, je ne parle pas de sites alternatifs, je parle bien de gens de ma famille et d'amis que je connais, qui me parlent de ce qu'ils vivent.
De plus, on entend la presse commencer à relayer les cas de myocardites suite au pfizer, en france des cas ont été signalés, mais l'agence n'a pas voulu reconnaitre le lien, c'est depuis que ça remonte d'israel qu'ils sont en train de se dire: ah oui, on nous a signalé ça aussi, ah, il y a peut être un lien...
bref... que ceux qui veulent être des cobayes le fassent, mais en toute connaissance de cause! informer n'est pas faire peur et une presse orientée n'est pas suffisante! On doit connaitre les avantages ET les inconvénients et prendre ainsi une décision .

8.Posté par Mensonges & Co le 01/05/2021 09:12

Ce que dit l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM)

La publicité en faveur d’un médicament disposant d’une AMM conditionnelle doit préciser le caractère conditionnel

Ce que dit le code de déontologie médicale
L’Article R.4127-14 du code de déontologie précise : « Les médecins ne doivent pas divulguer dans les milieux médicaux un procédé nouveau de diagnostic ou de traitement insuffisamment éprouvé sans accompagner leur communication des réserves qui s’imposent. Ils ne doivent pas faire une telle divulgation dans le public non médical ».(…)

J’ai ensuite une interrogation sur les deux articles suivants :

L’Article R.4127-39 du code de déontologie précise : « Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé ».
L’Article R.4127-40 indique également : « Le médecin doit s’interdire, dans les investigations et interventions qu’il pratique comme dans les thérapeutiques qu’il prescrit, de faire courir au patient un risque injustifié »
Étant donné que les vaccins à ARN/ADN disposent d’une AMM conditionnelle et sont insuffisamment éprouvés, peut-on malgré tout les présenter comme un remède salutaire qui va sauver des vies ?

L’Article R.4127-35 du code de déontologie indique : « Le médecin doit à la personne qu’il examine, qu’il soigne ou qu’il conseille une information loyale, claire et appropriée sur son état, les investigations et les soins qu’il lui propose ».
Cela semble signifier que toute personne qui désire recevoir ce type de vaccin à ARN / ADN devrait être informée :

que ce type de vaccin ne dispose que d’une AMM conditionnelle
que la balance bénéfices risques ne sera réellement connue qu’en 2022 ou en 2024 selon les vaccins
que l’injection du vaccin à ARN/ADN peut être suivie d’effets secondaires graves
Comme il n’y a pas de notice papier indiquant les effets indésirables, doit-on fournir aux personnes qui souhaitent se faire vacciner les liens pour en prendre connaissance : la base de données de l’ANSM la base de données de l’agence européenne du médicament (à partir de ce lien) et la base de données de l’OMS ?

9.Posté par A boboland et Jori le 01/05/2021 19:49

Boboland C est pas parce que tu informes ,qu on en sera tous convaincus,mais comme on dit c, est l intention qui compte.

Jori oui notre corps nous appartient et nous avons le droit d en faire ce qu nous en en voulons.Par contre , si qqn fait peur depuis 1 an ,je crois pas que c,est Boboland...réfléchis un peu et tu trouveras (mais peut être fais tu en partie?de cette clique?)

10.Posté par Red BULL le 01/05/2021 20:48

Pendant ce temps la le monde pharmaceutique se porte bien.
Les milliards de bénéfices s'accumulent.

11.Posté par Dr Anonyme le 02/05/2021 12:53

De nombreuses révélations officielles (@8) sèment davantage le doute sur la validité de notre possibilité de consentement (une liberté fondamentale) lequel est censé être libre et éclairé.

Chacun sait que les informations données dans la recherche du consentement sont nettement insuffisantes voire absentes.

Toute personne a le droit à une information claire, loyale et appropriée. Cette information est également pérenne car en cas de révélation de nouvelles données, les personnes déjà vaccinées doivent être informées a posteriori (après l’administration de tel ou tel vaccin).

Il me semble que l’« obligation » vaccinale des ARN m ne peut plus prospérer ; même sous la forme déguisée d’un « passeport vaccinal » ou d’une modification de nom ou de mode d’administration.

Il me parait urgent de cesser ou de faire cesser ces expériences évidement non consenties. D’autant plus nécessaire que chaque pays qui a utilisé ces thérapies géniques est désormais victime de l’apparition de variants inconnus, évidement iatrogènes.

Ils sont la suite des vaccinations, c’est une évidence. Ces variants rendent la vaccination, assise sur la souche virale première, inutile. Ceux qui portent ces variants et qui sont ainsi vaccinés sont en fait des non-vaccinés. Pire encore ils sont contaminants à leur insu et même à notre insu.

Comprendre que les souches virales, si elles sont en effet sensibles aux vaccins conçus pour elles possèdent, en leur sein, quelques virus mutants inoffensifs que l'on peut oublier dans un laboratoire de recherche. Mais pas en cas de mise en présence des virus souche avec nos défenses immunitaires.

En cas de bataille virus/défenseurs quelques mutants rares rencontrent, en face d'eux, des faiblesses immunitaires, à savoir les personnes âgées qui constituent des points faibles dans la forteresse.

Le virus mutant y trouve (ou pas) des cellules fragiles au niveau de leur immunité. Les mutants les trouvent par hasard et les pénètrent pour utiliser leur système reproducteur. Ils deviennent des milliers et remplacent les virus souches. Une souche variante est, ainsi, apparue et on ne pourra plus désormais la combattre qu'avec un nouveau vaccin et un virucide

Champ vaccinal. Les individus immunocompétents sont protégés contre le SRAS-CoV-2 par l'immunité cellulaire. La vaccination des groupes à faible risque n'est donc pas nécessaire. Pour les personnes immunodéprimées qui tombent malades avec le COVID-19, il existe une gamme de traitements médicaux qui se sont avérés sûrs et efficaces. Vacciner les personnes vulnérables est inutile, voire dangereux. Les groupes immunocompétents et vulnérables sont mieux protégés contre les variantes du SRAS-CoV-2 par l'immunité naturellement acquise et par des médicaments que par la vaccination.

Quant à l’efficacité les vaccins Covid-19 ils n'ont pas de mécanisme d'action viable sur les sites premiers du virus à savoir les voies respiratoires. L'induction d'anticorps vaccinale ne peut pas empêcher l'infection par un agent tel que le SRAS-CoV-2 qui envahit surtout les voies respiratoires. De plus, aucun des essais vaccinaux n'a fourni de preuve que la vaccination empêche la transmission de l'infection par les individus vaccinés; exhorter la vaccination à protéger les autres n'a aucun fondement.

Les vaccins sont dangereux pour les personnes en bonne santé et pour les personnes atteintes d'une maladie chronique préexistante pour les raisons suivantes: risque de perturbations létales et non létales de la coagulation sanguine, y compris les troubles de la coagulation, la thrombose cérébrale, les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques ; réactions auto-immunes et allergiques; augmentation de la maladie dépendante des anticorps; et les impuretés des vaccins en raison de la fabrication précipitée et des normes de production non réglementées.
Le calcul bénéfice-risque est donc clair: les vaccins expérimentaux sont inutiles, inefficaces et dangereux. Les acteurs autorisant, contraignant ou administrant la vaccination expérimentale contre le COVID-19 exposent les populations et les patients à des risques médicaux graves, inutiles et injustifiés.

Les fabricants de vaccins COVID-19 ont été exonérés de toute responsabilité légale pour les dommages induits par les vaccins. Il est donc dans l'intérêt de tous ceux qui autorisent, appliquent et administrent les vaccins contre le COVID-19 de comprendre les preuves concernant les risques et les avantages de ces vaccins, car la responsabilité des dommages leur incombera.

12.Posté par Franck Éric le 02/05/2021 14:54

Gardez votre soupe fabriquée avec de la poudre de perlimpinpin pour vous!

13.Posté par Dr Anonyme le 02/05/2021 19:49

La soupe de perlimpin ?

Les documents officiels publiés soulignent également la nécessité de preuves relatives à la « qualité » de la « substance active » et des « excipients », du « procédé de fabrication », de la « reproductibilité des lots » commercialisés, etc.

C’est ainsi que le délai pour déposer les compléments de preuves concernant la « qualité » de la « substance active » et du « produit fini » (c’est-à-dire le vaccin autorisé et vendu) est fixé aux mois de « juillet 2021 » pour BioNTech/Pfizer ; de « juin 2021 » pour Moderna ; de « juin 2022 » pour Astra Zeneca ; d’« août 2021 » pour Janssen.

Pour ces vaccins, le paragraphe « E. Obligation spécifique relative aux mesures post-autorisation concernant l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle », extrait de l’annexe II de l’AMM, mentionne pourtant clairement et officiellement ce qui suit :

Pour le vaccin BioNTech/Pfizer (pages 18-19) À échéance de « mars 2021 », le laboratoire doit fournir « des données de validation supplémentaires » en vue de « confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication du produit fini ». À échéance de « juillet 2021 », le laboratoire doit fournir les informations manquantes afin de « compléter la caractérisation de la substance active et du produit fini » ; « renforcer la stratégie de contrôle, y compris les spécifications de la substance active et du produit fini » dans le but « d’assurer une qualité constante du produit » ; « fournir des informations supplémentaires concernant son procédé de synthèse et sa stratégie de contrôle » afin de « confirmer le profil de pureté de l’excipient ALC-0315 » et « d’assurer un contrôle qualité et une reproductibilité entre les lots tout au long du cycle de vie du produit fini » ; « fournir des informations supplémentaires concernant son procédé de synthèse et sa stratégie de contrôle » afin de « confirmer le profil de pureté de l’excipient ALC-0159 » et « d’assurer un contrôle qualité et une reproductibilité entre les lots tout au long du cycle de vie du produit fini » ; Et à échéance de « décembre 2023 », et « en vue de confirmer l’efficacité et la sécurité » de ce vaccin, le laboratoire « devra soumettre le rapport final d’étude clinique pour l’étude randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle (étude C4591001) ».

Pour le vaccin Moderna (page 15) Le laboratoire doit fournir les informations manquantes afin de « compléter la caractérisation des procédés de fabrication de la substance active et du produit fini » (échéance « janvier 2021 ») ;« confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication de la substance active et du produit fini (tailles de lot initiale et finale) (échéance « avril 2021 ») ; « fournir des informations supplémentaires sur la stabilité de la substance active et du produit fini et revoir les spécifications de la substance active et du produit fini après une plus longue pratique industrielle » dans le but « d’assurer une qualité constante du produit » (échéance « juin 2021 ») ; « soumettre le rapport final de l’étude pour l’étude clinique randomisée, contrôlée par placebo et en aveugle pour l’observateur mRNA-1273-P301 » dans le but de « confirmer l’efficacité et la sécurité de COVID-19 Vaccine Moderna » (échéance « décembre 2022 »).

Pour le vaccin Astra Zeneca (pages 14-15) Le laboratoire doit verser les informations manquantes afin de :« fournir les données de validation et de comparabilité supplémentaires, et instaurer des tests plus approfondis » dans le but de « confirmer la reproductibilité des procédés de fabrication de la substance active et du produit fini » (échéance « décembre 2021 ») ;« fournir l’analyse principale (basée sur le data cut-off du 7 décembre (post-verrouillage de la base de données) et l’analyse finale des études pivotales combinées » afin de « confirmer l’efficacité et la tolérance de COVID-19 Vaccine Astra Zeneca » (échéance « 5 mars 2021 » (pour l’analyse principale) et « 31 mai 2022 » (pour l’analyse combinée)) ;« soumettre les rapports finaux des études cliniques randomisées et contrôlées COV001, COV002, COV003 et COV005 » en vue de « confirmer l’efficacité et la tolérance de COVID-19 Vaccine Astra Zeneca » (échéance « 31 mai 2022 ») ; « fournir des données supplémentaires concernant la stabilité de la substance active et du produit fini et revoir les spécifications du produit fini après une longue pratique industrielle » en vue « d’assurer une qualité constante du produit » (échéance « juin 2022 ») ;« soumettre la synthèse et les résumés de l’analyse principale et le rapport final d’étude clinique pour l’étude D8110C00001 » en vue de « confirmer l’efficacité et la tolérance de COVID-19 Vaccine Astra Zeneca chez les personnes âgées et le sujets présentant une maladie sous-jacente » (échéance « 30 avril 2021 » (pour l’analyse principale) et « 31 mars 2024 » (pour le rapport d’étude final)).

Pour le vaccin Janssen (page 18) Le laboratoire doit transmettre les informations manquantes afin de :« fournir des données de comparabilité et de validation supplémentaires » en vue de « confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication du produit fini » (échéance « 15 août 2021 ») ;« déposer le rapport final de l’étude clinique randomisée, contrôlée contre placebo, en simple aveugle VAC31518COV3001 » en vue de « confirmer l’efficacité et la sécurité du vaccin COVID-19 Ad26.COV2.S » (échéance « 31 décembre 2023 »).

J'attends avec intérêt ce que vous pouvez nous dire sur cette soupe.

14.Posté par JORI le 03/05/2021 11:41

12.Posté par Franck Éric le 02/05/2021 14:54
Dr Anonyme est vent debout contre big pharma, mais il est dans l'incapacité de nous dire d'où provenait les traitements qu'il prescrivait à ces patients lorsqu'il exerçait!!. Peut être de chez le tisaneur du coin??. Peut être y a t il trouvé aussi l'ivermectine qui serait pour lui le remède à tout. 😂😂😂

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes