Education

Va-t-on vers le boycott du baccalauréat ?

Dimanche 12 Avril 2009 - 13:49

Le conflit enseignants-chercheurs, la réforme des universités et le décret sur le temps de travail des enseignants d'un côté, et le gouvernement de l’autre, pourrait déboucher sur un autre bras de fer : le boycott ou non du Bac blanc de mai, et peut-être du baccalauréat général de juin et juillet.


Va-t-on vers le boycott du baccalauréat ?
Le boycott du baccalauréat a toujours été un épouvantail que les enseignants ou leurs syndicats en conflit ouvert avec leur ministère de tutelle, sortaient (ou ressortaient) à l’approche de l’examen. Ça été le cas l’année dernière et les années précédentes.
Mais c’est surtout en 2003 à La Réunion que la profession qui a refusé de passer sous la tutelle de la Région Réunion et du Conseil général, comme cela a été le cas pour les TOS (technicien ouvrier de service) que cette menace a failli être mise à exécution.
Cette année-là, la grève a duré trois mois, la préparation du bac a été sommaire, mais les résultats à l’examen ont été exceptionnels. Comme quoi c’est quand les professeurs ne sont pas là, que les élèves sont plus sérieux et travailleurs…
Plus sérieusement, cette fois-ci la contestation partie des enseignants-chercheurs bien relayée par les étudiants à La Réunion (contre la réforme des universités), touche aujourd’hui l’ensemble de la profession.
C’est un décret qui serait à l’origine de la généralisation du mouvement. “Ce décret entraîne une baisse de salaire de 1.400 € pour au moins 50 000 enseignants”, explique un professeur d’Histoire – Géographie d’un lycée de Saint-Paul. Il fait partie des personnes qui ont déjà reçu par mail l’appel au boycott.
Ce courriel est explicite : “Aucun jury ne doit être constitué tant que les revendications n’ont pas été satisfaites. Un refus de participation au mois de mars est une arme de plus dans la grève administrative que nous poursuivons”.
Le refus du mois de mars 2009 était de ne pas répondre à l’inscription pour les présidences de jurys du baccalauréat 2009, qui était ouverte pendant cette période.
Pour le gouvernement, ce mouvement est isolé alors que les lycéens réfléchissent à l’opportunité de rejoindre les contestataires. Premier élément de réponse au baccalauréat blanc du mois de mai…
Jismy Ramoudou
Lu 1025 fois



1.Posté par Cambronne le 12/04/2009 15:17

L'apanage de l'administration Jacobine dans toute sa splendeur depuis 1793 et dans les plus grands principes fondamentaux d'agir pas des provocation du chantage et de la menace exercé par ces aboiements des groupuscules, de pseudos chercheurs, vous allez voir que le gouvernement comme en 2003 le gouvernement français risque fort malheureusement après avoir voulu réformer la Recherche. Et surtout de faire de drastiques économies sur un gaspillage des deniers de l'état . Dans ce traditionnel élan de corporatisme de l'éducation nationale , les chercheurs français vont encore se mobiliser en masse. Le gouvernement devant les atermoiements , reculera comme d'habitude , car ces gens n'ont que faire ils sont payé à ne rien faire s'ils avaient trouvé ce qu'ils cherchent nous en serions averti hors malheureusement vous en connaissez vous des chercheur qui trouvent mis à par les tentative de menaces à faire pression sur la jeunesse par la peur, chantage et culpabilisation.
Au passage, suffit de comprendre comment déjà les ministres de l’époque en 2003, traitent les chercheurs de rond de cuir et les post-docs de "ingrats qui foutent le camp à l’étranger" et autres joyeusetés.
Un appel public au lynchage, pourrait-on dire.
Qu'est ce que vous voulait l'ingratitude Jacobine et surtout cet forme d'égoïsme qu'on ces gens de l'éducation nationale de faire grève à la veille des examens

2.Posté par MoA le 13/04/2009 06:53

Monsieur Ramoudou,
“Ce décret entraîne une baisse de salaire de 1.400 € pour au moins 50 000 enseignants” cette phrase n'est pas une explication mais une affirmation. L'explication aurait de nous dire pourquoi et comment cette baisse !

3.Posté par Pierre Dupuy Junior le 13/04/2009 08:08

"que cette menace a failli être mis e "

4.Posté par MOI le 13/04/2009 21:52

post n°3 très constructif, post n° 2 éclairez notre lanterne, ce serait encore mieux!

5.Posté par Pierre Dupuy Junior le 14/04/2009 08:14

N°4: je corrigeais juste une faute de français (qui est toujours là d'ailleurs) : dernière ligne du deuxième paragraphe (sans compter l'intro) : le verbe "mettre" s'accorde avec menace vu qu'il utilise l'auxiliaire "être" .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter