Politique

[VIDEO] Ce qu'il faut retenir du débat (houleux) entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Très attendu, le débat d’entre-deux tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a été d’une rare violence. Interrogés sur une douzaine de thèmes durant ce débat (chômage, terrorisme, économie, Europe ou encore sécurité), les deux candidats ont passé pendant plus de 2h30 à échanger des invectives.

Jeudi 4 Mai 2017 - 08:54

La candidate du Front National a été la première à lancer les hostilités contre l’ancien ministre de l’Économie, qu’elle a qualifié de "candidat de la mondialisation, de la mondialisation sauvage, de la guerre de tous contre tous, le tout piloté par Monsieur Hollande". Le candidat d'En Marche!, lui, a accusé Marine Le Pen de manquer d'"esprit de finesse".  

Sur la question européenne, les deux candidats ont montré leurs divergences. Emmanuel Macron a qualifié de "mortifère" le projet de Marine Le Pen. Cette dernière a de nouveau réitéré sa volonté d’instaurer une monnaie nationale. "Les Français auront une monnaie nationale et il y en aura une autre qui servira aux banques centrales et aux grandes entreprises afin de commercer entre elles. Ça a existé juste avant l'euro", a-t-elle affirmé. "Ce que je veux, c'est une France qui fait des réformes, prend ses responsabilités. Beaucoup de pays s'en sortent très bien dans l'euro. Ce que vous proposez, c'est la guerre des monnaies", lui a répondu Emmanuel Macron. "Sur l'Europe, votre projet est mortifère", poursuit l'ancien ministre.

Ils sont également en rupture totale concernant la vision européenne. Emmanuel Macron, qui souhaite "refondre l’UE", accuse sa concurrente de "ne pas en vouloir".

Les deux candidats se sont également envoyés des piques sur la question du terrorisme. Marine Le Pen accuse Emmanuel Macron de complaisance envers le fondamentalisme islamique. Elle reproche notamment à l’ancien ministre d’avoir reçu le soutien de l’UOIF, une association proche des Frères musulmans. "Je ne soutiens pas l'UOIF, assure le candidat d'En Marche. Je demanderai la dissolution de toute association qui incite à la haine".

Marine Le Pen lui a aussi reproché de n'avoir "aucune proposition qui tienne la route" pour assurer la sécurité des Français. La sécurité est "totalement absente de (son) projet, (…) Il faut qu'on expulse les fichés S étrangers de notre territoire", martèle MLP, qui veut "mettre en œuvre la déchéance de nationalité, fermer les mosquées salafistes, expulser les prêcheurs de haine".

Emmanuel Macron, lui, propose de son côté "une mesure chirurgicale et pas générale comme Mme Le Pen". "Mettre tous les fichés S en prison ou hors du territoire n'aurait pas de sens, tous les professionnels du renseignement vous le diront", assure-t-il.

Concernant l’emploi, Marine Le Pen a accusé Emmanuel Macron d’être à la solde des grands groupes, via "le CICE" et de n'avoir "rien fait pour les PME et TPE". "Si vous aviez la recette pour diminuer le chômage, pourquoi est-ce que vous n'avez pas fait profiter monsieur Hollande de vos recettes ?", s’interroge-t-elle. L’ancien ministre a renvoyé son adversaire dans ses cordes, et lui a, à plusieurs reprises, reproché "de ne rien proposer".

Sur la question du pouvoir d’achat des Français, Marine Le Pen a détaillé ses propositions, affirmant être "la candidate du pouvoir d’achat" contre Emmanuel Macron, qu’elle a qualifié de "candidat du pouvoir d’acheter". "J’ai des mesures pour rendre l'argent aux Français: avec 10% de baisse sur les trois premières tranches d'impôts sur le revenu (...), par la défiscalisation des heures supplémentaires, une baisse du prix du gaz et de l'électricité de 5% car il y a eu des hausses successives (...), et une hausse des petites retraites car vous tapez dessus M. Macron", clame-t-elle.

Réplique de ce dernier: "Vous faites une liste à la Prévert que vous ne financez pas. Vous faites des cadeaux de baisse d'impôts que vous ne financez pas. Soit vous augmentez les impôts soit la dette et là, c'est nos enfants qui paieront. Marine Le Pen voudrait que je porte le fardeaux des vingts dernières années".

En matière fiscale, ils proposent tous les deux de baisser les impôts des ménages et des entreprises, mais différemment. Alors que le candidat d'En Marche! veut supprimer la taxe d'habitation et une partie de l'ISF, Marine Le Pen entend elle baisser l'impôt sur le revenu et annuler le prélèvement à la source.

La question épineuse de la retraite a également été abordée par les deux postulants à l’Élysée. Marine Le Pen l’a redit, elle est favorable à un retour à 60 ans "quand il y a 40 annuités". "Mme Le Pen propose de partir à 60 ans. Elle proposait naguère qu'on puisse le faire dès son élection, maintenant elle a reporté la chose", déplore Emmanuel Macron, qui rappelle que ce passage à 60 ans coutera "30 milliards, c’est infinançable". Emmanuel Macron, lui propose la mise en place d’un régime unique. "Un régime unique ça fait très longtemps que c'est dans les cahiers des ultralibéraux", peste Marine Le Pen.
 

Zinfos 974
Lu 8483 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

3.Posté par Second Tour le 04/05/2017 09:27

Bataille d'une poule contre un coq pour une place au poulaillser. Déja c'était flou leur programme, mais après le débat on ne voit plus rien. On aurait dit 2 enfants dans une cour d"école qui se jetaient des boules. Si Marine ne répondait pas vraiment c'est qu'on avait déjà nos réponses, mais Mr Macron a bien essayé de nous entuber avec ces grandes paraphrases économiques. Toujours en train de contester ou nier ce que Lepen disait. Si elle l'a dit c'est que les infos sont là. Un peu mal à l'aise, Macron commençait à un moment donné montrer des signes d''agacement (comme un boeuf enragé, il avait la commissure des lèves qui s'écumait). Dur de garder son calme devant de telles affirmations. Si Marine n' a pas été à la hauteur, Macron ne l' a pas été non plus. Ses paroles étaient plus posées (vu l'armada de soutiens de tous bords), mais hélas dénuées de sens. Il m'a pas convaincu , enfin, si; i il m'a convaincu de voter Lepen.

2.Posté par lyson le 04/05/2017 09:18

Ce débat n'a pas apporté grand chose de plus que ce que l'on sait déjà. Macron c'est un Hollande bis et un loup de la finance, le peuple pourrait bien déchanter. De plus, pour la protection animale alors que les scandales se multiplient avec les cruautés dans les cirques, les abattoirs et les élevages, Macron prend le parti des éleveurs et des chasseurs contre les associations de défense des animaux qui luttent avec difficulté face aux lobbies qui semblent avoir tout pouvoir sur ce candidat.
Le projet que porte Macron pour les animaux est mortifère, scandaleux et désespérant, et il s'était notamment déclaré favorable à la réouverture des chasses présidentielles s'il accédait à l'Elysée. Et sur le site du journal Le Parisien est publié un article du 2 mai ayant pour titre : "Brigitte BARDOT invite ceux qui aiment les animaux à ne pas voter Macron."

1.Posté par Bleu outre mer le 04/05/2017 09:13

Que puis-je dire du débat la première chose est que MLP à utiliser la mauvaise stratégie qui était de vouloir attaquer sans cesse Macron quitte à plusieurs moments occultée son programme et fait des amalgames pas judicieux. C’est à l’image de la conclusion du débat par chacun ou cela devait être pourquoi me choisir comme président(e) et de dire quel est notre intérêt de voté pour l’un ou l’autre. MLP a critiqué dans tous les sens en devenant inaudible et ne sachant pas qu’est ce qu’elle nous proposait. Pourquoi la choisir, je pense qu’elle a fait une grosse erreur en pensant vouloir déstabiliser son concurent et cela c’est retourné contre elle. Une autre chose la position ou Macron est resté fixe tandis que MLP a beaucoup bougée en faisant croire que cela a des moments la faisait rire (qui était plutôt jaune).Pas capable de rester en place image de donner de personne pas stable Qui montre surtout le fait qu’elle voulait déstabiliser mais que c’est elle qui s’est fait prendre. MlP a gagné sur une chose les approximations. Déjà sur les chiffres de l’UE ou elle a maintenu 9M Macron la repris elle à maintenue le chiffre qui est de la moitié, cacophonie de sa part sur les entreprises pourrons payer en euros et les ouvriers seront payés en franc et en plus de vouloir que toute l’Europe fonctionne comme cela. Grosse intox de sa part quand elle a dit « De 1993 à 2002, toutes les grandes entreprises françaises pouvaient payer en euros » ce qui est faux dans les dates c’était le 1er janvier 1999, ainsi que de dire que les entreprises utilsaient une monnaie commune l’Ecu ce qui est faux cela s’est passé au niveau des banques et non des entreprises.
Grave pour une personne soit disant Française et qui à vécue cette époque de ne pas le savoir et de maintenir qu’elle avait raison C’est le seul sujet que j’ai de sa part que j’ai entendue développer vu qu’elle a passé son temps à attaquer à outrance, peut-être était-ce la technique pour ne pas parler de son programme. Macron a su rester dans ses bottes ainsi que d’expliquer son programme que je n’aime pas mais il a pu dérouler l’éducation, l’Europe…. Macron a demandé à un moment comment elle finançait l’argent qu’elle donnait d’un côté, réponse de MLP comme à leur habitude vous leur poser une question qui ne peuvent pas répondre il la dévie ailleurs ce qui a été le cas aussi avec les journalistes.
En conclusion MLP a fait du MLP aucune argumentation que de la critique, pas trouvé dans son discours une France apaisée par ses propos

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie