MENU ZINFOS
Politique

[VIDEO] Annick Girardin : "Rien n’est gagné" face au Covid-19


La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a dévoilé ce vendredi après-midi l'avis du conseil scientifique Covid-19 pour les territoires ultramarins mais aussi les recommandations retenues par le gouvernement pour lutter contre l'épidémie.

Par Ludovic Grondin - Publié le Vendredi 10 Avril 2020 à 18:26 | Lu 4384 fois

"Rien n’est gagné même si, aujourd’hui, nous avons des raisons d’être optimistes". Annick Girardin a invité l'ensemble des citoyens des Outre-mer à ne pas baisser la garde face au Covid-19.

"Le débat sur la disponibilité des masques, des moyens de protection et des tests doit avoir lieu mais la polémique ne fera pas avancer les choses. Pour avancer, j’ai sollicité le 26 mars dernier l’avis du conseil scientifique présidé par le professeur Jean-François Delfraissy, afin qu’il puisse éclairer le gouvernement sur les mesures engagées sur le terrain et proposer de nouvelles mesures spécifiques en fonction de chaque territoire ultra-marin", contextualise la ministre qui a reçu l'avis du conseil scientifique ce mercredi 8 avril.  

Après avoir mené depuis hier, jeudi, un travail interministériel "intense" et adapté à chaque territoire, Annick Girardin a présenté les recommandations des scientifiques.

"Ils disent quoi ces scientifiques ? Que les Outre-mer sont frappés par le virus avec un décalage de plusieurs semaines. Pourtant, le confinement général a été décrété au même moment qu’au niveau national. Cette avance, nous devons la garder. Cet avis, il nous conforte aussi dans la stratégie que nous avons déployée dans chaque territoire. Toutes ces mesures ont déjà un impact positif. Ces mesures doivent être différenciées selon les territoires. C’est le message que j’adresse à chaque fois aux préfets comme à l’ensemble des élus", révèle Annick GIrardin.

"C’est une doctrine qui se modifie"

"L’avance que nous avons prise rend possible d’autres mesures pour freiner encore davantage la propagation de l’infection", annonce la ministre qui amorce désormais une seconde phase avec "une utilisation plus large des tests et une isolation des patients positifs. C’est une doctrine qui se modifie", confirme-elle

L'une des mesures à retenir de son intervention est sans doute l'obligation de dépistage à laquelle devront désormais se soumettre tous les nouveaux arrivants, à la fin de leur quatorzaine. Rappelons qu'à La Réunion, seuls trois vols réguliers sont admis, chaque semaine, sur le tarmac de Gillot afin d'assurer le transport des personnes ayant un besoin impérieux de se rendre en métropole ou inversement.

Deuxième élément important de son allocution depuis Paris : tout cas symptomatique sera désormais testé et une proposition d’isolement sera faite dans des structures dédiées, permettant à la personne de s’isoler de son contexte familial ou professionnel.

A ce titre, tous les DOM-COM vont être équipés en capacité de test. "Nos quatre nouveaux automates seront à disposition des outre-mer", promet-elle.

"Je sais que ce n'est pas facile"

Par ailleurs, "J’ai dit aux préfets de renforcer les dispositifs de confinement, et notamment durant le week end pascal", a également martelé la ministre des Outre-mer, faisant écho notamment, localement, à l'arrêté préfectoral de Jacques Billant interdisant l'ouverture des commerces après 19H.

"Ce qui marche, et qui a freiné l’épidémie, c'est d’abord la mise en place des gestes barrière, et ensuite la réduction du nombre de contacts et la mise en place de la distanciation sociale. je sais que ce n'est pas facile", a-t-elle une nouvelle fois conseillé.

Avant de conclure une intervention de 19 minutes, Annick Girardin a rappelé, territoire par territoire, la situation épidémiologique. Concernant La Réunion, épargnée en termes de mortalité jusqu'à présent, la ministre a rappelé que le nombre initial de 51 lits de réanimation avait été porté à 81 lits "et nous pouvons aller jusqu’à 176 lits si la situation devait l’imposer."


Les dix recommandations du conseil scientifique :
 
1. Poursuivre le confinement strict dans les territoires d’outre-mer, jusqu’au décours de la vague épidémique, en intensifiant les mesures en faveur des populations précaires, comme l’aide alimentaire, avec l’aide des associations locales et éventuellement des Forces Armées déployées.
2. Renforcer dès à présent les hôpitaux en doublant leur capacité d’accueil en lits de réanimation pour les cas graves de Covid-19. Renforcer les laboratoires de biologie, avec des équipements qu’ils connaissent et des moyens humains venant de métropole si cela est nécessaire pour le diagnostic du SARS-CoV-2.
3. Continuer, dans un contexte de faible arrivage, à pratiquer la quatorzaine à l’arrivée des voyageurs, idéalement en structure dédiée, assortie d’un test de dépistage RT-PCR immédiat à tous les voyageurs symptomatiques et systématiquement à tous les voyageurs en fin de quatorzaine.
4. Renforcer en nombre et en formation les équipes hospitalières, en mobilisant éventuellement la Réserve Sanitaire et le Service de Santé des Armées, pour pallier à la pénurie de personnels de santé dans certains territoires.
5. Mettre en place, en appui aux mesures de quatorzaine préventive, un isolement des cas dans des structures dédiées et un suivi actif des contacts.
6. Pour Mayotte spécifiquement, envisager l’installation d’une structure extrahospitalière médicalisée pour l’isolement des malades non graves du Covid-19.
7. Tester, tester, tester. A ce stade épidémique dans les outre-mer, toute personne suspecte de Covid-19 doit pouvoir bénéficier d’un test diagnostique. Il faut mettre en place dans chaque département/territoire une unité fonctionnelle RT-PCR, dimensionnée à la hauteur du bassin de population.
8. S’assurer de la bonne disponibilité, sans rupture de stock pour les soignants, des masques, des équipements de protection individuelle et des solutions hydro-alcooliques.
9. Renforcer dès à présent les équipes d’épidémiologie et de suivi des contacts, sous la coordination de l’équipe locale de Santé publique France.
10. Permettre en usage compassionnel, voire dans le cadre de protocole de recherche pour certains territoires, l’accès aux traitements antiviraux qui auront montré leur efficacité contre le Covid-19 en analyse intermédiaire d’efficacité des études cliniques en cours.





1.Posté par Ti Tangue zilé zone le 10/04/2020 18:46 (depuis mobile)

Bla-bla-bla...fallait fermer le port et aéroport...et quarantaine pour les arrivants point

2.Posté par Ppov le 10/04/2020 18:53 (depuis mobile)

Oui!la ministre a raison !hélas bp trop tard ! alors que l''île était en mesure d''éviter le virus,qu''a t elle fait ?RIEN! que s''aligner sur les ditacts de la "métropole"! bien triste et consternant !on attend les premiers décès ! pourvu que zéro !

3.Posté par Ar-no le 10/04/2020 19:03

"le nombre initial de 51 lits de réanimation avait été porté à 81 lits"
81 lits utilisés cette fin de semaine par... 3 patients... cela justifie assurément des mesures encore plus strictes de confinement !
Nous avons du changer de dimension et de galaxie, je ne vois pas d'autre raison possible

4.Posté par Grain de goyavier le 10/04/2020 19:20 (depuis mobile)

Le chick était bien pire.. Nombre de morts.. Nombre de personnes infectés..

Bref.. On nous bourre le mou ou pas..?

5.Posté par tantine le 10/04/2020 20:03

c'est mignon de reconnaître qu'on a commencé le confinement en même temps que la métropole et le déconfinement on va aussi se caler sur la métropole ? à quoi servent les élus locaux ?

on n'a pas la même population ni le même tissu économique ni le même calendrier scolaire, on pourrait peut être commencer à plancher pour isoler les malades, tester leurs contacts pour isoler les contagieux asymptomatiques et relancer la vie normale en commençant par les marmailles ?

tant que les écoles ne rouvrent pas on ne pourra pas faire reprendre les autres activités et pendant ce temps cabri i manze salad' !!

a t-on fait le nécessaire au niveau du rectorat pour réfléchir à la reprise des cours, désinfection des établissements, installation de SAVONS, éducation aux gestes barrière pour protéger les personnels ?

6.Posté par JORI le 10/04/2020 20:38

2.Posté par Ppov le 10/04/2020 18:53 (depuis mobile)
" que s''aligner sur les ditacts de la "métropole"!", faudrait savoir, avec nos "nou lé pa plus, nou lé pa moin"!!. En fait le réunionnais bouffe à tous les râteliers quand ça l'arrange. Et quand on pense que didix robertix voudrait que nos spécificités soient reconnues!!.
Si vous attendez les 1ers décés, c'est que vous n'espérez pas le zéro. Assez morbide comme posteur.

7.Posté par Fidol Castre le 11/04/2020 14:28

faudrait savoir, avec nos "nou lé pa plus, nou lé pa moin"!!. En fait le réunionnais bouffe à tous les râteliers quand ça l'arrange.


Racisme primaire anti-réunionnais. C'est abject.
Dès que l'aéroport ouvrira ses portes, il n'est pas interdit de prendre un aller simple.

8.Posté par JORI le 11/04/2020 15:36 (depuis mobile)

7. Fidol castre. Cinq générations de ma famille est enterrées ici. Et C'est vous qui dites ça !. Vous qui execrez macron et son gouvernement. Qui dites que 179 dirigeants d'autres pays auraient fait mieux, et vous restez en France ????.

9.Posté par Saktini le 12/04/2020 08:35 (depuis mobile)

Elle nous parles comme une maîtresse d''école avec un ton arrogant mais elle était ou quand au tout début on demandait de confiner les voyageurs en amont où en aval pendant quinze jours mare de tous c''est politique arriviste

10.Posté par JORI le 12/04/2020 10:24 (depuis mobile)

9. Saktini. Si vous n'êtes pas content d'elle, rien de plus simple, présentez vous aux élections.

Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes