MENU ZINFOS
Faits-divers

Université de La Réunion: Harcelée sexuellement par son prof d’anglais, elle témoigne


Aurélie*, 21 ans, est actuellement hospitalisée pour dépression.
Fragile, mais incroyablement courageuse, elle a décidé de dénoncer le harcèlement sexuel dont elle a été victime de la part de son professeur d’Anglais, à l’Université de La Réunion.
Entre baiser forcé, messages déplacés et favoritisme, l’homme lui a fait vivre un cauchemar : "Il m’a volé mon année".

Par - Publié le Mercredi 22 Juillet 2020 à 17:58 | Lu 14236 fois

C’est le comportement classique des prédateurs : s’en prendre aux proies qu’ils imaginent les plus fragiles. Mais ce professeur d’Anglais ne connaissait sûrement pas toutes les facettes de la personnalité de sa victime. Car si la jeune femme souffre de dépression, elle ne manque certainement pas de caractère, et compte bien dénoncer le calvaire qu’il lui a fait subir.
 
Tout commence en 2019. Aurélie* doit entamer sa troisième année de licence d’Anglais (L3) à l’Université de La Réunion. Mais la jeune femme passera les trois quarts de l’année à l’hôpital suite à une dépression sévère et une tentative de suicide.
 
Elle contacte l’enseignant en début d’année pour l’informer de sa situation, et expliquer pourquoi elle n’a pas pu rendre certains devoirs. Suite à cette prise de contact, il l’ajoute en amie sur Facebook.
 
Le professeur se met à lui écrire, d’abord pour évoquer la situation d’Aurélie, puis pour parler de sujets variés, sans lien avec ses études. Mais les messages deviennent rapidement de plus en plus dérangeants, comme nous avons pu le constater:
 
"On pourrait faire un truc un soir si tu veux - expo ou autres, qu’en penses-tu ?"
"Si tu as besoin de calme à la fac, tu peux toujours venir te réfugier au bureau - j’y suis quasiment tous les jours et c’est très calme"
"Jusqu’à mon dernier souffle tu seras dans mon coeur et même après"
"Prends bien soin de toi, ma seule vraie amie"

Il ira même jusqu'à lui écrire un poème où il lui déclare sa flamme.

Il lui rend visite à l’hôpital psychiatrique et l’embrasse 
 
Le professeur ne s’arrête pas là. Il va lui rendre visite à plusieurs reprises directement à l’hôpital psychiatrique, où se trouve Aurélie suite à une nouvelle tentative de suicide.
 
Là, il se met à lui rendre des services, et s’occupe notamment de lui réparer son téléphone. Un outil dont la jeune patiente a désespérément besoin pour sortir de l’isolement dont elle souffre dans l’établissement de santé.
 
"J’étais sous l’effet de plusieurs médicaments très lourds. Je l’ai pris dans mes bras pour le remercier pour le téléphone. Mais apparemment c’était une erreur, parce qu’il m’a embrassée sur la bouche. J’ai immédiatement reculé, mais il a continué et m’a à nouveau embrassée. C’est un infirmier qui a dû lui dire d’arrêter."

Son geste, qui s’apparente à une agression sexuelle, laissera de graves séquelles: Aurélie se met à souffrir de crises d’angoisse et d’agoraphobie.
 
"Je ne savais pas comment réagir à cause de l’effet des médicaments, mais surtout par peur des répercussions que ça pourrait avoir sur mes études par rapport au pouvoir du professeur", nous explique la jeune femme.
 
"Il savait très bien ce qu’il faisait, il était parfaitement conscient du fait que moi je n’étais pas forcément lucide, que j’étais fragile. Se rendre dans un asile, et embrasser son élève dans un asile… il y a quand même un problème!"
 
Suite à ça, l’enseignant revient à l’hôpital quelques jours plus tard. L’équipe médicale s’alarme mais Aurélie décide de gérer elle-même la situation et de mettre les choses au clair. "J’étais très angoissée, et je ne voulais pas l’envoyer balader par peur pour mes études".

"J’avais déjà clairement refusé ses avances et je lui ai dit à plusieurs reprises que j'avais un petit ami. J’ai eu peur pendant très longtemps. Je lui ai dit que j’étais désolée parce que ce n’était pas du tout le type de relation que je voulais avec lui".

Il lui propose de partir s’installer avec lui en Nouvelle-Zélande
 
Alors que la jeune étudiante se bat contre la maladie, elle essaie tant bien que mal de poursuivre sa dernière année.

En octobre, elle retourne sur le campus, mais il ne faudra que quelques minutes avant qu’elle ne soit victime d’une très grosse crise d’angoisse en présence de plusieurs personnels de l'université. Elle n’y retournera plus jamais.
 
"Juste après la crise d’angoisse, mon professeur m’envoie un message pour me proposer de partir vivre avec lui en Nouvelle-Zélande. Je lui ai dit qu’il me faisait peur et je l’ai bloqué."

Des dizaines de témoignages similaires

Aurélie a survécu à une nouvelle tentative de suicide il y a deux semaines de cela. C’est là qu’elle a un déclic: "Il a fait du mal à plusieurs personnes. Il faut que ça s’arrête maintenant, stop."
 
Puisque sa dernière année de licence d’Anglais est terminée, elle n’a plus peur des conséquences, et décide de dénoncer le professeur harceleur.
 
C’est sur Instagram, par le biais de "story" qu’elle raconte son calvaire.

Immédiatement, elle reçoit des dizaines de messages de soutien, mais surtout, des témoignages similaires d’anciennes étudiantes que nous avons pu lire :
 
"Il me parlait en première année de fac via Facebook. Je trouvais ça quelque peu étrange qu’un enseignant vienne me demander ce que je faisais ce week-end ou autre."
 
"Ce n’était que sur Facebook mais ce genre de sous-entendus ça m’a un peu choquée de sa part. Mais je n’ai rien fait car je me disais la même chose que toi : j’ai pas envie qu’il me fasse rater ma licence."
 
" Je ne venais plus à ses cours parce qu’il me faisait peur."
 
"À l’époque où j’étais à la fac il y a 5 ans il avait un comportement déplacé et irrespectueux envers certains élèves…"
 
" Je suis moi aussi en anglais et nous sommes unanimes dans la promo sur le comportement plus que douteux du professeur dont il est question."
 
"Il approche quand on est vulnérable et nous fait des avances et forcément on veut pas le froisser parce que notre avenir académique dépend de lui."

"L’université tente d’éviter le scandale"
 
L’Université de La Réunion a communiqué sur l’affaire ce mardi annonçant qu’une enquête interne était en cours.

Le professeur a été entendu la semaine dernière par l’institution.

Une rencontre avec Aurélie était organisée le 17 juillet dernier, après l’entretien de l’enseignant, et l’université a pris le soin de préciser qu'Aurélie avait "quitté la réunion prématurément".
 
Aurélie tient à expliquer ce départ : "J’ai été reçue par une responsable du pôle égalité et mission handicap et une juriste. Elles ne voulaient pas m’écouter. Elles n’ont fait que me répéter que personne n’avait jamais fait de signalement sur ce professeur, et qu’elles n’avaient jamais entendu de rumeurs sur lui. En gros que ce que je disais était un gros mensonge. J'avais l'impression de parler à un mur".
 
Curieux de voir que l’Université de La Réunion découvre aujourd’hui le comportement de ce professeur, alors que parmi les témoignages reçus par Aurélie, certains font état de plusieurs signalements:
 
"Il a été plein de fois irrespectueux. On s’est plaint avec notre professeur référent mais rien n’a changé à ce que je vois. C’est si rageant de voir qu’une personne aussi dégoûtante continue à être impunie."
 
"L’université a été mise au courant mais a prétendu ne rien pouvoir faire si une lettre officielle n’était pas faite par les étudiants impliqués. J’étais l’un d’entre eux mais j’ai laissé la possibilité à une fille de ma promo d’aller jusqu’au bout ou pas puisqu’elle avait subi un bien plus grand préjudice que moi. Il avait eu des propos clairement misogyne avec cette fille. Malgré notre soutien, elle n’a pas eu envie de le faire et voulait passer à autre chose. Et je n’ai pas écrit la lettre parce que je n’aurais pas pu faire autrement que d’impliquer la fille qui avait décidé de passer à autre chose, donc ça s’est arrêté à là. Le plus triste dans tout ça c’est que les profs et responsables mis au courant n’étaient pas étonnés par ce qu’on racontait, parce que ce n’était pas la première fois."
 
" Je ne me sens pas du tout en sécurité à l’Université de La Réunion" conclut Aurélie, "C’est pour ça que je leur ai dit de ne plus jamais me contacter. Parce que l’université, ce qu’ils font, c’est qu’ils essaient seulement de se protéger, d’éviter le scandale. C’est tout."
 
L’étudiante compte bien porter plainte très prochainement et a déjà choisi son avocat.


Charlotte Molina
Poseuse de questions qui fâchent, j’aimerais pouvoir arrêter la musique qui joue constamment dans... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ouais... le 22/07/2020 18:18

Quel surprise vraiment,que l on souhaite faire le moins de bruit possible, de toutes façons les femmes sont souvent là proie d hommes, qui crée par la manipulation une fausse intimité pour arriver à ce qu il veulent. L être humain est malléable trop orgueilleux pour s en rendre compte...

2.Posté par 7AC le 22/07/2020 18:44

"Facebook"

Le terrain de chasse privilégié de tous les rebuts du système !

A fuir d’urgence !

3.Posté par Lecon le 22/07/2020 18:59

Fou dehors ! Et " go back home please " !!!!

4.Posté par Manapany boy le 22/07/2020 19:07

Dans toutes ces administrations, la règle de base: pas de vague ! Cela pourrait nuire à l'évolution de carrière des uns et des autres.

5.Posté par Marcus Fredrich le 22/07/2020 19:15

Au fond juste en lisant ses déclarations, qu'a t'il fait de mal sinon que de tenter sa chance avec elle? Je ne trouve que cela ne s"assimile pas franchement à un harcelement lourd et menaçant....

6.Posté par jlr le 22/07/2020 19:35

@5Marcus : eh bien , qu'est-ce que ce serait donc pour vous qu' un harcèlement lourd ?

7.Posté par Zarin le 22/07/2020 19:37

Mars 2018

Air France: Le directeur rappelé à Paris pour comportement inapproprié auprès d'employées

hristian Oberlé n'est plus directeur régional d'Air France à la Réunion.
Peu de personnes étaient au courant, tant son départ a été précipité.
Officiellement, il a été muté au siège à Paris, dans le cadre d'une mutation classique.

mon commentaire :

36.Posté par Zarin le 28/04/2018 08:49

Vous avez dit péquenot ?

Le problème c'est les sabots (avec un costume) !!!

"Ca, c'est ben vrai ça aurait dit notre mère Denis
------

CERTAINS N'ONT JAMAIS RIEN VU DANS LEUR VIE !

8.Posté par Papayou le 22/07/2020 19:44

@Marcus
Donc un prof qui ne cesse de draguer ses élèves, faire preuve de favoritisme envers ses "chouchous", d'année en année, ça ne vous choque pas?
Tout va bien....

9.Posté par menfin le 22/07/2020 20:53

@marcus, le gars profite de la faiblesse d une personne en pleine depression, tentative de suicide, shootée aux anxiolitiques et autres neuroleptiques, mais tout va bien c est normal, pas malsein du tout...

10.Posté par Gilo le 22/07/2020 21:55

La responsable de pôle peut-être mais là juriste ne peut ignorer l article 434-3 du code pénal. J ose espérer que le parquet se saisira de cette affaire si aucune plainte ne lui parvient. Ses énergumènes ne doivent plus pouvoir exercer en toute impunité.

11.Posté par Evwlyn le 22/07/2020 22:44

On attend l'enquête et on verra après.....

12.Posté par Adolphe benito le 22/07/2020 23:18

2 ts.. À cause du prof ?? Mouais..

13.Posté par Zéphirin le 22/07/2020 23:43

Un baiser volé en dehors du boulot, il s'en produit rien que des Milliards chaque samedi soir sur la Terre ! 💛🧡🤎🖤

14.Posté par Al lauret le 23/07/2020 07:26

Le gars est lourd mais de la à faire un papier par des journalistes en mal d'inspiration sur des cas particuliers dont on ne sait pas si le journaliste a accentué le trait de l'histoire ce qui est très fréquent

15.Posté par Lulu le 23/07/2020 08:00

bon j'attends l'autre version! quand au Facebook où tout le monde fait étalage de leur vie privée, faut pas être non plus surpris de la suite!

16.Posté par HERVE le 23/07/2020 08:04

Bonjour,

Cette jeune fille aurait dû accepter une invitation de ce prédateur "de préférence la nuit" et comme elle a un petit ami prévenir ce dernier afin de régler le problème d'homme à homme à mon sens c'était la solution la plus appropriée pour mettre fin à genre de fait grave. Remède que j'ai utilisé à propos de ma fille.

17.Posté par laborieux le 23/07/2020 09:10

ou est la présomption d'innocence dans le titre de l'article la svp ?

18.Posté par romeo du tampon en short orange le 23/07/2020 11:59

il se prend pour Darmanin. S'il veut l'immunité il doit se depecher de prendre sa carte à l'ump ou LREM

19.Posté par Richard Zoreil de Sin Dni le 23/07/2020 12:07

Je comprends tout à fait préjudice que cette jeune fille a subit et je lui souhaite bon courage pour la suite de sa plainte...
Par contre, jusqu'à preuve du contraire ce monsieur un présumé innocent et que je sache son procès n'a pas eu lieu.
SIC

20.Posté par Choupette le 23/07/2020 12:52

Cela me fait penser à un téléfilm qui est encore passé dernièrement. Lui prof, marié à une de ses anciennes étudiantes et qui se met à en draguer une autre, etc. ... .

C'est pénible. Et tout simplement invraisemblable.

Elle est hospitalisée, sous traitement chimique et le prof qui serait la cause de sa dépression vient lui rendre visite.

Euh ..., elle n'avait pas l'option de filtrer ou d'interdire certaines visites ?

21.Posté par Percee le 23/07/2020 14:21

Le prof était pas claire mais la fille aussi....

22.Posté par dimension974 le 23/07/2020 15:00

Faut cesser 'd'accuser ce prof sans savoir... Il va finir par faire une dépression...

23.Posté par Jambalac le 23/07/2020 16:38

Anecdote véridique d'oraux:

Le professeur: Bonjour! Vous êtes belle. Est-ce qu'on peut avoir rendez-vous à l'extérieur ?
L'étudiante: non
Le Professeur: d'accord. Eh bien,, puisque c'est ainsi, rendez-vous l'année prochaine pour votre diplôme.

24.Posté par une réunionnaise 97410 le 23/07/2020 20:07

"Jusqu’à mon dernier souffle tu seras dans mon coeur et même après"
"Prends bien soin de toi, ma seule vraie amie"
ce sont des paroles de chansons çà.Les petits écoutent nightcore et youtube et j'écoute avec eux, ces paroles ce sont les paroles de chansons.
qui peut croire, en 2020 "meme après le dernier souffle du mec, tu es là dans son coeur"à moins qu'il te laisse toi la veuve une grosse assurance décés, et que tu lui as tenu vraiment la main pendant ses dernières heures, ce ne sont que des mots de chanson.et encore meme les dernières heures ainsi, tu te demandes si c'est la mort qui lui fait parler ainsi, ou c'est son coeur vrai.s'il te fait venir à son chevet ou il te téléphone pour te dire je t'aime et tout et après il meurt là tu peux dire que tu as été ses dernières pensées.sinon....j'ai vécu ce chapitre d'une vie, donc je peux en parler sincèrement.

25.Posté par JORI le 23/07/2020 21:19

21. Percée. Qu'est ce qui vous fait dire que la fille n'était pas claire ?. Votre misogynie !! 😂

26.Posté par Zarin le 23/07/2020 21:41

24.Posté par une réunionnaise 97410 le 23/07/2020 20:07

"Jusqu’à mon dernier souffle tu seras dans mon coeur et même après"
"Prends bien soin de toi, ma seule vraie amie"

------

I'COV YOU !

c’est de l'amour vache !!!

27.Posté par Pistache le 24/07/2020 21:05

Aie

28.Posté par lorema le 26/07/2020 07:56

Hé , les posteurs vous accusez les journalistes , vous êtes aussi vils qu'eux !. Sous Hollande il y avait un sieur boen placé qui passait les mains aux fesses des femmes et les embrassait de force , il n'a rien eu .

29.Posté par Bien entendu le 26/07/2020 11:06

Question objectivité il y a un problème. J'ai posté en deux fois hier sur ce sujet. Censuré ! Il est vrai que certaines évidences y étaient évoquées aucunement à l'avantage de la plaignante. Si elle est si fragile que cela, je comprends que vous optiez pour la censure. Mais de grâce n'en faites pas un sujet, car votre objectivité est totalement remise en cause. Comment expliquer que le professeur mis en cause n'ait pas eu l'heur de donner sa version des faits ? Si votre exposé unilatéral des faits participe de la thérapie de l'étudiante, autant l'affirmer d'entrée de jeu ou mieux supprimer tout commentaire, car si les seuls acceptables à vos yeux sont ceux qui abondent dans le sens de cette plaignante, autant préciser que tout lynchage du professeur sera publié, à l'exclusion de toute analyse démontrant les comportements imprudents de la plaignante. Ce constat sera t'il publié ? Wait and see !

30.Posté par jeanbaiselarak le 26/07/2020 14:18

Et si tout était monté pour prendre le parti de la Lycéenne ?

31.Posté par Lulu le 26/07/2020 19:00

Décidément pas de vagues à la Réunion https://www.zinfos974.com/Lycee-Vue-Belle-FO-repond-aux-accusations-et-demande-l-apaisement_a156880.html

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes