MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Université : Tribune libre de Philippe Jean-Pierre


- Publié le Mercredi 22 Juillet 2015 à 17:50 | Lu 2158 fois

Les enjeux de l’Université de La Réunion exigent le retour de la confiance, du respect du débat et la mobilisation de tous les acteurs de la communauté universitaire !
 
Quel triste spectacle nous a encore offert l’Université de La Réunion, à l’aube de la cruciale période des inscriptions. Une fois de plus, un membre de la société civile, député de la République, a constaté la situation alarmante de notre principal établissement d’enseignement supérieur. Une fois de plus, le Président de l’Université a mobilisé, en guise de réponse, un poncif inondé de statistiques faisant d’une catégorie de bacheliers le réceptacle à tous nos maux et apparaissant ainsi comme l’arbre principal masquant une forêt de dysfonctionnements ou d’échecs subtilement ignorés. De même, au cours d’une nouvelle interview, il en a profité pour stigmatiser ou égratigner qui tels acteurs politiques, vus comme ignorants ou intéressés, qui telle collectivité, qui tels membres de la communauté réduits au simple rang, de "quelques irréductibles" ou de "mis en examen" suite à une de ses plaintes. Bonjour l’ambiance…!
 
Mais, cette posture est-elle à la hauteur des questions et des enjeux posés par la société réunionnaise à l’endroit de l’Université de La Réunion ? Non bien sûr ! Le contexte exige au contraire de rassembler, faire bloc et mobiliser ! Car, plusieurs interrogations demeurent au sein d’une communauté désabusée et usée par tant d’approches centralisatrices et autoritaires. Dans cette perspective, toute réflexion ne peut faire fi d’une décennie déstabilisante pour notre université.
 
D’abord, les faits sont têtus. Après plus de 10 ans aux responsabilités le Président actuel ne peut feindre d’ignorer ses propres choix. 10 ans de rapports de forces, de luttes intestines, de conflits, d’évolutions à marche forcée vers de nouvelles normes nationales adoptées sans véritables réflexions stratégiques à la hauteur des enjeux territoriaux. 10 ans d’une méthode de gouvernance qui, le moins que l’on puisse dire, a démobilisé les troupes, n’a pas permis de prolonger ce lien de fierté qui existait jadis entre l’Université et son territoire jusqu’au milieu des années 2000. Alors qu’autrefois, l’Université de La Réunion avait un projet territorial et était en croissance, elle a, depuis 10 ans, échoué à prolonger cette haute ambition. Elle constate dorénavant l’effritement de son offre de formation en ayant comme principaux fondements une approche comptable et une politique de mobilité au dos large.
 
Ensuite, le rôle et l’environnement de l’Université de La Réunion, devenue autonome, ont eux aussi connu de profondes mutations depuis 10 ans. A l’époque, unique établissement d’enseignement supérieur post-deug (ou BTS) et principal acteur de la recherche, l’Université de La Réunion est aujourd’hui concurrencée sur tous les fronts. Sur sa mission de service public d’enseignement supérieur, elle est aujourd’hui exposée à de nombreux concurrents privés qui bien souvent ne se battent pas avec les mêmes contraintes économiques, peuvent user d’une sélection et menacent certaines filières… Cette menace vient aussi de l’extérieur, puisque l’ile Maurice, entend devenir le "knowledge hub" de l’océan Indien. Sur sa mission de recherche, le contexte a également fortement évolué. La raréfaction des moyens, les stratégies européennes, les exigences des territoires conduisent les chercheurs à revisiter leurs métiers. Le parcours de recherche à l’époque inscrit dans un silo protecteur ministériel, doit maintenant être conçu de façon ouverte, multimodale et en réseau. De même, les rôles de nouveaux acteurs clés, comme les collectivités et les entreprises, s’affirment.
 
Dans ce contexte, plusieurs grandes mutations doivent concerner, tout en les conjuguant, management opérationnel (conduire les affaires courantes de l’établissement) et management stratégique (projeter l’Université sur ses grandes fonctions pour le développement du territoire et le rayonnement de la recherche européenne dans l’océan Indien et dans le Monde).
 
D’une part, concernant le management opérationnel, les rapports successifs ont souligné la nécessité d’un apaisement pour remobiliser en interne une communauté universitaire démobilisée et en externe les partenaires enlisés dans une perte de confiance. Une autre gouvernance est possible. Une autre vision des rapports humains est souhaitable. Une co-responsabilisation est nécessaire avec l’ensemble des facultés, instituts, écoles sans oublier le CHU. Certes, l’autonomie de l’Université exige des outils de pilotage adaptés et un renforcement de la maitrise de l’information comptable mais cela ne signifie ni centralisation excessive, ni défiance envers les acteurs. Cette reconstruction de la confiance doit aussi s’appuyer sur un respect scrupuleux des règles. L’arbitraire et le calcul ne doivent plus être de mise.
 
D’autre part, concernant le management stratégique, le premier enjeu, que nous appelons depuis plusieurs années maintenant en interne, est la convocation dès 2016, des états généraux de l’enseignement supérieur à La Réunion face à la nouvelle donne démographique : qui ? Doit faire quoi ? Et, quelles grandes missions doivent être  dévolues à l’UR ? Sur cette base, pourrait s’appuyer toute la réflexion conduisant à la construction partagée du futur schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche. Les conditions à cette réflexion sont bien sûr que l’Université de La Réunion reconnaisse aussi n’être dorénavant qu’un des coproducteurs de la formation dans le supérieur et qu’elle accepte de faire du territoire élargi un axe prioritaire d’engagement dépassant les simples déclarations d’intention. Un engagement doit être tangible et exige de la visibilité au-delà de quelques projets isolés.
 
Cette première étape réalisée, permettrait d’envisager, pour 2017, à l’instar "d’un plan Marshall", un nouveau schéma de financement mobilisant de façon responsable tous les acteurs : l’Etat et l’Académie, les collectivités, les acteurs économiques et l’Université de La Réunion. Celle-ci s’engagerait ainsi sur un nouveau contrat territorial inscrivant un apport de moyens mobilisés auprès des partenaires comme la contrepartie de son utilité territoriale (enseignement, dispositifs d’aides à la réussite et d’insertion à la hauteur des enjeux, recherche, aménagement du territoire, innovation, entrepreneuriat, expertises, ouverture sur le territoire et la grande zone OI). Il y va de la compétitivité de l’économie réunionnaise qui ne peut envisager son futur sans une université impliquée et dynamique. En outre, l’Université de La Réunion ne peut plus se contenter d’être un "simple faire valoir" pour d’autres institutions nationales de recherche. Un meilleur retour sur investissement doit être exigé. De même, à un niveau plus local, l’Université doit prendre toute sa part dans la constitution de villes universitaires qui font la fierté et la compétitivité des villes agiles, innovantes et attractives dans le Monde. Or, notre Université trop souvent "off shore", ou cloisonnée dans ses campus, semble ignorer cette mission.
 
Au total, après dix années d’une gouvernance démobilisatrice et sans ambition, un renouveau semble nécessaire où le dialogue interne et externe doit pouvoir remplacer les défiances, recours, procès et plaintes comme seuls outils d’échange avec les parties prenantes. Bien plus que le maniement habile des statistiques, ce renouveau exige une capacité d’ouverture à l’autre, à la discussion, à la contradiction ! Quoi de plus normal dans une noble institution où penser, se contredire, contester et tolérer font normalement  partie du génome de l’universitaire, rompu à la contradiction et en charge de l’éclairage de la société qui les finance à près de 130 millions d’euros.
 
Philippe JEAN-PIERRE
Professeur des universités




1.Posté par Analyseur politique le 22/07/2015 18:22

Alors décryptage:

Les élections régionales approchent la stratégie est de se faire connaitre car on sera sans doute sur la liste de didier robert après avoir été dans l'alliance TOUT LE MONDE A UN prix.

Donc :

1)Emission de quelques minutes sur festival tous les jours le matin afin de se faire connaitre
en tant qu "économiste"

2) Monter subitement au créneau concernant l'université après s'être tu pendant des mois pour être un peu médiatisé.

2.Posté par Charles le 22/07/2015 19:04

Une autre son doit se faire entendre dans cette université. Un autre destin doit être donné à cette université pour ce territoire. Les libertés universitaires doivent être respectées.

3.Posté par maçonnerie le 22/07/2015 19:32

quelles sont vos préconisations concrètes, au delà de la méthode pour rassembler les énergies de l'Université?

4.Posté par KLD le 22/07/2015 19:42

"une noble institution où penser, se contredire, contester et tolérer font normalement partie du génome de l’universitaire, rompu à la contradiction et en charge de l’éclairage de la société.......... " : un reve de démocratie .......................... ou ça , ds les collectivités , ds les institutions financées par nos impots , donc où chaque citoyen aurait le devoir de demander des comptes ????????????.......... un reve de l'agora grecque ............... ou du mythe de la vrai démocratie partagée par tous les peuples ....? c'est beau l'idéal !

5.Posté par JPP le 22/07/2015 21:22

Au moins quelqu'un qui sait de quoi il parle! Maintenant les objectifs des uns et des autres ne sont pas convergeant et donc concilier les positions ce n'est pas gagné d'avance. Bon courage à vous.

6.Posté par Lynx974 le 22/07/2015 21:29

Y bouge encore celui-là ? On voit qu'il y a des élections qui s'approchent... M'enfin, combien de côté a-t-il à sa veste ?

7.Posté par GIRONDIN le 22/07/2015 21:33 (depuis mobile)

1. Analyseur politique
excellent! Comme c''est un transfuge,Il devra jouer des coudes.

Très très intéressant, KLD t''as tout compris? perso,non.

Bref J''ai pu endormir les marmailles!

8.Posté par baba le 22/07/2015 21:50

il est incroyable de lire ce genre de connerie, tout comme incroyable de lire que les pistonnés de la securité sociale concerne des personnes avec des reseaux venus tout droit de metropole, un autre courrier des lecteurs nous faisait part des magouilles du president de l université. cela fait trente ans que cela dure, que dupuys denonce des inégalités de principe , peine perdu, cela ne sert a rien de faire le jeune coq comme ce monsieur anciennement a l agora reunion car il fait parti de la meme caste de magouilleur. je m explique, le mauricien n'a que faire des milliards de france pourtant son pays reussit pourquoi ? parce qu il est honnete quand au developpement de son ile. pendant que le zoreil de base passe son temps a nous cracher a la figure, a nous inciter a prendre notre independance , le mauricien perfore et performe, un bagatelle cascavelle par ci par la , un la croisette aussi. Donc le mauricien de peut arrive a faire quelquechose de bien pendant que l'on passe notre temps a quemander l'aide de la france a coup de milliard pour soit disant developper cette université. Et bien non avec un cafard on ne peut en faire un paon.............la france est médiocre, le réunionnais encore plus, prenez votre destin en main arrétons de croire que le francais vient dans les iles pour nous aider, il vient pour succer

9.Posté par KLD le 22/07/2015 22:02

girondin , c'est cool ! fectivement du moment que les marmailles dorment , je t'avoue que j'ai pas tout lu , j'ai survolé !si il y avait une réelle " nouvelle donne" , on se tient au courant ..NRL........et c'est pas finie !

10.Posté par KLD le 22/07/2015 23:34

"Comme c''est un transfuge,Il devra jouer des coudes" et oui , girondin , on suit les memes actu , encore un !!!!!!!

11.Posté par GIRONDIN le 23/07/2015 07:40 (depuis mobile)

10. KLD
En lisant ce courrier aux marmailles hier soir, j'ai réussi à les endormir en douceur.
Mauvaise nouvelle ils ont fait des cauchemars toute la nuit.
Tu penses qu'il peut y avoir un lien de causalité?

12.Posté par KLD le 23/07/2015 08:33

mais qu'elle idée de donner à lire ce genre de subterfuge . il faut leur faire lire , le capital, qu'il devienne de future etre conscient de la dureté de ce monde , pas ce galimatias incompréhensible !!! lol . bonne journée !

13.Posté par GIRONDIN le 23/07/2015 09:08 (depuis mobile)

12. KLD
Un moment de faiblesse sûrement, KLD. Mon fils m'a dit ce matin: "papa je veux avoir un vrai métier quand je sera grand".

Bonne journée à toi

14.Posté par ZembroKaf le 23/07/2015 12:14

blablabla...P.JP a des visés politiques..il se positionne "pou'in ti place si la D.R" au mieux...au pire sur une liste "gauche"...ou très pire pour "TR" !!!
rien de concret pour sauver notre université "péi" comme écrit "KLD" vrai galimatias !!!

15.Posté par Angelique le 23/07/2015 15:55

Enfin, un article de haut niveau avec un raisonnement cohérent pour l'université !!! Il est temps de retrouver des cerveaux dans cette université moi je vous dis, ceux qui arrivent en peloton de tête se sentent un peu seul dans cette île et ce n'est pas par manque de volonté.

16.Posté par KLD le 23/07/2015 23:04

"ceux qui arrivent en peloton de tête se sentent un peu seul dans cette île et ce n'est pas par manque de volonté. " si ça c'est pas du "m'as tu vu , je suis trééééééééés intelligent moa ".......de l'arrogance , 4 volumes , à compte d'auteur, éditez à la réunion , bien sur !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes