Faits-divers

Université : Mohamed Rochdi entendu par un juge d'instruction

Mercredi 21 Février 2018 - 17:49

L'ancien président de l'université de La Réunion, Mohamed Rochdi, a été convoqué ce mardi 20 février par un juge d'instruction en qualité de témoin assisté dans le cadre d'une procédure visant l'organisation de l'élection des conseils de l'Université du 7 juin 2012. 

Mohamed Rochdi a été entendu pour "outrage, par paroles, gestes ou menaces, de nature à porter atteinte à la dignité ou au respect dû à la fonction" commis du 1er juin 2012 au 30 juin 2012. Au coeur de l'instruction, une note et un courriel faisant état de "pressions, intimidations et menaces sur des cadres de l'établissement qui essaient d'organiser le scrutin du 7 juin", contre Philippe Jean-Pierre, Jean-Paul Morillon, Lionel Viallet, Philippe Bannet et  Jean-François Hoareau. "Cependant, vu la pression du moment, j'ai été dans l'obligation de faire interposition pour protéger les personnels exposés", mentionnait la note.

Pour rappel, Philippe Jean-Pierre, professeur d'économie à l'Université de la Réunion, qui avait mené la liste "Refonder l'Université de la Réunion" était à l'origine de la requête en annulation des élections de Conseils de l'Université du 7 juin 2012. Philippe Jean-Pierre avait remis en doute le fonctionnement des opérations électorales qui avait vu l'élection de Mohamed Rochdi.

Une nouvelle élection avait été organisée le 30 octobre, sous la surveillance d'une commission spéciale. La seule et unique liste "Démocratie, partage et service public" présente aux élections, emmenée par Mohamed Rochdi, remportait sans surprise le scrutin. 

Le tribunal administratif avait ensuite décidé, en janvier 2013, de rejeter la demande d'annulation des opérations électorales du 30 octobre 2012 en vue du renouvellement des conseils centraux de l'Université de la Réunion. 
N.P
Lu 4177 fois



1.Posté par GIRONDIN le 21/02/2018 19:39

..... pressions, intimidations et menaces....

Dans l'hypothèse ou lé vrai, tout ce petit monde serait bien fragile.

Une chance qu'ils ne bossent pas 35heures /semaines et à 40 degrés à l'ombre?

2.Posté par cmoin le 21/02/2018 20:10

Que des pourries qui dirigent ici.

3.Posté par Sans importance le 22/02/2018 03:09

Il est temps que la justice s'occupe de son cas...

4.Posté par Omo le 22/02/2018 10:48

Ce triste personnage doit rendre des comptes.

5.Posté par boeuf moka le 22/02/2018 10:52

Décidement cette université est un vrai panier de crabe.

6.Posté par babar run le 22/02/2018 14:34

....POST@5...LA RÉUNION EST UN PANIER DE CRABE..........

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >