Education

Université : Le rattrapage pas supprimé, mais pas prévu non plus

Jeudi 10 Mars 2011 - 07:55

Hier soir, dans un amphithéâtre du campus du Moufia, une centaine d'étudiants était réunie pour débattre avec la présidence de l'Université de la Réunion au sujet de la session des rattrapages. Si des pistes intéressantes ont été formulées par des étudiants soucieux de leur avenir, la rencontre s'est parfois transformée en un ring où critiques fusaient dans un sens, puis dans l'autre.

Difficile de dépassionner le débat entre des représentants syndicaux remontés et la présidence, avec au milieu, des étudiants qui n'avaient finalement envie de savoir qu'une seule chose : "Vais-je bénéficier de mes rattrapages à la fin de l'année en cas de coup dur?" Réponse du président Mohamed Rochdi : "Le CA n'a pas voté la suppression des sessions de rattrapages. Toutefois, un débat est lancé à ce sujet et, en dernier ressort, il appartiendra aux directeurs de chaque facultés de faire une telle demande". Les étudiants ont dores et déjà prévu de les interpeller dans les jours à venir…

Pendant environ une heure et demie, les étudiant ont attendu une garantie du président du maintien ou de la réinstauration des examens de mai : "Arrêtons avec ce bla bla", "Délibérez clairement", "Mettez dans la charte la mise en place des sessions de rattrapages"… Le président Mohamed Rochdi s'est engagé à rouvrir le débat au sein du conseil d'administration mais explique refuser d'imposer une telle décision, "le CA est là pour voter et prendre des décisions".

Les étudiants vont donc poursuivre leur action au sein de l'université pour alerter les étudiants en attendant le prochain conseil d'administration prévu au mois d'avril.
Melanie Roddier
Lu 2869 fois



1.Posté par Zean Bérick le 10/03/2011 08:25

Rochdi ! Pire que tout ce qui est arrivé dans cette établissement ! Même SVIZERRO était meilleur ! En 2012 il n'a pas intérêt à se représenter !

2.Posté par ANIN le 10/03/2011 10:10

Si ce que le vice président de la vie étudiante a dit à la télé est vrai, alors il faut trouver une autre solution que la session de rattrapage. Il a affirmé que 50 % seulement de personnes concernées se présentaient à la 2e session et que 5% obtiennent la validation de leur année.
Si nos jeunes viennent en fac pour glander et attendre la 2e session à part quelques cas compte tenu du coût de l'organisation d'une session il faut se poser la question du maintien.

Apparemment une meilleure prise en compte du contrôle continu et un examen final devrait être suffisant,
d'autant qu'il n'est pas nécessaire de valider tous les UV pour passer en année supérieure

mais bon je ne suis pas étudiant et je pense qu'ils sont mieux placés pour défendre leurs positions.

La rigueur budgétaire est encore en train de frapper et il serait temps qu'on comprenne aussi que l'état providence c'est fini.

3.Posté par ancienne étudiante de l'IUT le 10/03/2011 10:43

je trouve que c'est une bonne chose la suppression des rattrapages à la fac! c'est sûre que pour certaines personnes qui ratent leur semestre d'un dixième de point ça peut-être écœurant! mais je connais beaucoup trop d'étudiants qui préfèrent faire la fête ou autre et qui se disent "de toute façon, il y a les rattrapages..."!
Et je dis aux étudiants qui râlent de se demander comment font les étudiants de l'IUT, qui eux sont certes en examen continue mais qui n 'ont pas de rattrapage. Certaines sections peuvent avoir en moyenne 10h de cours pas jours avec cours le samedi! additionner de petit boulot pour s'en sortir parce qu'ils ne sont pas tous boursier! Et qui malgré de bonnes notes peuvent se voir refuser leur semestres s'ils ont un taux d'absentéisme trop fort!
Pourtant si mes souvenirs sont bons les taux d'échecs au sein de l'IUT et beaucoup plus bas que sur les campus de Tampon ou de St-Denis!

4.Posté par noe974 le 10/03/2011 11:02

Suppression ou pas suppression , il faut bosser pour réussir dans la vie ...

Les aumônes (allocations , RSA , aides diverses ...) données par les pouvoirs publics ne sont pas éternelles ...Q'on le sache bien !

5.Posté par Zean Bérick le 10/03/2011 11:35

Voici quelques liens pour une vue d'ensemble de ce qui se passe à l'université. En comparant les chiffres et le rapport B/A sur l'ensemble des années (2008-2009 et 2009-2010 par exemple), vous verrez des choses étranges, pareil pour les diplômés. Consultez vite les documents avant que l'établissement ne les retirent de la libre consultation en voyant ce poste. Hé oui il y a des Gbagbo et des Ben Ali en local qui ne souhaitent pas que ces résultats soient diffusés au grand public (et ce malgré que les documents soient accessible à tous).

http://sites.univ-reunion.fr/apogeestats/apogee/index.html

(lien général)

http://sites.univ-reunion.fr/apogeestats/apogee/resultat0910/resul0910.pdf

(lien qui fixe les résultats par filières et le nombre de diplômés)

http://sites.univ-reunion.fr/apogeestats/apogee/inscrit2009/nbretap09.pdf

(lien indiquant le rapport 1er inscrit/redoublant)

6.Posté par Lorenzo Lamas le 10/03/2011 13:02

Il faut prendre l'avis des étudiants en compte, effectivement, mais pas UNIQUEMENT !
Les étudiants ne sont pas "objectifs" et sont incapables de prendre en compte l'intégralité des éléments qui entrent en compte, et comme tu le dis si bien ANIN, cela représente un coût non négligeable ....

Les étudiants vont chercher leur confort alors que l'université va chercher a économiser pour pouvoir réinvestir ailleurs (Développement des infra, des programmes, recrutement, etc.).

A partir de la, faut-il écouter ceux qui veulent améliorer l'université (all inclusive) ou ceux qui veulent glander et faire la fête (même si il y a des exceptions). Le contrôle continu étant déjà en place, cela ne représente pas un cout énorme pour adapter et améliorer (puis utiliser); et de plus, cela obligerait les étudiants à venir régulièrement aux cours.
=> Double avantage: financier et sur la qualité des étudiants (car les branleurs seraient filtrés plus facilement).

Au bout d'un moment, il faut quand même se rendre compte que des étudiants de la fac n'ont pas l'expérience, l'ouverture d'esprit et l'objectivité nécessaire pour avoir un avis constructif. ils peuvent certes exprimer leurs besoins/contriantes; mais il faut qu'ils comprennent que la priorité, ce n'est pas de leur faire plaisir et de leur dérouler le tapis rouge; et qu'il y a d'autres "intérêts" qui ont beaucoup plus d'importance !


7.Posté par Réaliste le 10/03/2011 13:18

Noe franchement tu devrais te taire des fois ! Dans ce cas retire le rattrapage du bac pendant que tu es ! Je vous jure !

Encore une fois ne mettons pas tous le monde dans le même panier, je connais des étudiants qui bosse dur et pourtant échoue pour même pas1/10 de point ! Donc si il n'y avait pas de rattrapage il serai obliger de repayer ses frais de scolarité (qui coute cher) et refaire une autre année pour si peu !

En supprimant sa on risque de casser la motivation !

8.Posté par Lorenzo Lamas le 10/03/2011 14:55

Moi je suis assez d'accord avec Noé, on ne peut pas mettre en place une réforme en se basant sur une "minorité" d'étudiant ... Comme le montre les statistiques et qui a été dit par le vice président de la vie étudiante: " 50 % seulement de personnes concernées se présentent à la 2e session et que 5% obtiennent la validation de leur année. "
C'est un chiffre (une proportion) qui ne justifie pas la nécessité et l'existence de sessions de rattrapage !

Si un contrôle continu est mis en place, les bosseurs n'échoueront plus a cause d' 1/10 point; vu que leur travail sera évalué en continu. Si avec contrôle continu + examens finaux, l'étudiant n'a pas le nombre de points nécessaire, c'est qu'il n'a simplement pas les compétences/connaissances nécessaire pour aller a l'année d'après, il faudra donc réussir.

Ce n'est pas RENDRE SERVICE aux étudiants de tout faire pour qu'ils valident leur année sans qu'ils aient les qualités/compétences/connaissances nécessaires! Ce n'est ni bon pour eux, ni pour la société car on donne des diplômes à des gens pas compétents et on les envoi sur le marché du travail comme ça ...

Le contrôle continu associé aux examens finaux permettra de ne donner le diplôme QUE à ceux qui le méritent vraiment et pas a tous les incompétents qui glandent ... Alors si en plus, ça permet d'économiser de l'argent qui peut être réinvesti dans d'autres améliorations, c'est 100% bénéfique !

Les seuls pour qui ce ne le sera pas, ce sont les glandeurs, dont on n'a pas besoin dans une FAC !
Ils font baisser les statistiques, les résultats et la réputation d'une université juste parce qu'ils foutent rien ...

Comme dit avant, l'uni n'est pas la pour dérouler un tapis rouge a des jeunes en fin d'adolescence pour qu'ils viennent s'amuser et glander ... La Fac est la pour former des personnes et les rendre compétentes !

9.Posté par noe974 le 10/03/2011 17:03

S'il y a autant d'échecs en 1ère année de fac ...il faut voir en amont ...au lycée ...

Souvent on fait monter des élèves même s'il n'ont pas la "moyenne" ...ils sont là pour boucher les "trous" , pour gonfler les effectifs ...et bien sûr ils sèment aussi le désordre (voir Oasis)

Les profs aussi ont leur responsabilité ...beaucoup doivent être recyclés ...ils ne savent plus ou pas enseigner ...
Les profs doivent pendant les vacances scolaires faire des "remises à niveau" ... Les mauvais ...à la porte !!
L'école fonctionnera mieux ...si les profs ont des sanctions ..ils doivent être sanctionnés si leur pratique pose problème ....

10.Posté par Etudiant le 10/03/2011 18:04

“Nous n’avons jamais mesuré le coût d’une session de rattrapage, mais il est marginal” (Rochdi, d'après un autre article sur un autre journal en ligne) .
Il n'est pas question de donner le diplôme à n'importe qui (CAD les glandeurs ) mais de donner une deuxième chance au personnes qui ont des problème et qui n'ont pas été vraiment la en cours a cause x et y problème , mais qui ont acquis les connaissances nécessaire pour la validation . De plus , quelqu'un qui n'as pas vraiment bosser pendant l'année , qui est venu pour glander et donc qui veut essayer de faire les rattrapages , ratera presque forcément !!! Et si par hasard il a son année , l'année d’après il s'écroulera (puisque la fac c'est au minimum 3 ans) !

Ps : le commentaire de noe , je me demande ce qu'il fout la

11.Posté par Lorenzo Lamas le 11/03/2011 01:52

Par rapport au post de Noe, il s'écarte du sujet principal, mais son approche est intelligente. Il y a des problèmes en amont également, et ils ont une influence. Un étudiant qui a son bac tout juste, au rattrapages n'arrivent pas dans les meilleures conditions a la fac. Au lycée, il y a un encadrement très supérieur à la fac (en terme de foemation et suivi), donc si l'étudiant ne s'en est pas sorti en étant encadré, il y a pas vraiment beaucoup de chance qu'il réussisse mieux "largué" tout seul ... Qui plus est si il n'a pas toutes les bases maitrisées.

par rapport aux coûts des rattrapages ... il n'est pas si marginal si on compte: les surveillants à payer, les profs à payer pour corriger, les taches administratives relatives à ces sessions de rattrapage, le personnel qui doit nettoyer les locaux uilisés par les rattrapeurs, et tousl es autres frais annexes ... ça fait quand même beaucoup mis bout a bout ... Tout ça pour 50% des rattrapeurs qui viennent et 5% qui passent ...

A partir de la, vu que ce n'est pas un coût SI marginal ... ils cherchent une solution plus efficace. Le contrôle continu offre de nombreux avantages et des coûts moins imporants ... La grande majorité des élèves peut suivre les cours normalement (au moins se procurer les cours et être présents aux sessions de contrôle). Le fait d'avoir plusieurs notes avec des coefficients, ça permet aux étudiants d'arriver aux examens finaux avec moins de "points à gagner", donc moins de stress, et donc beaucoup plus de chances de réussir ...

Si on suit cette logique, le pourcentage d'étudiants qui "rateront leur année va diminué. En étant pas maxi optimiste, si on estime que 5% d'étudiants supplémentaires réussiront les examens, ça fait déjà plus d'étudiants que les 5% des 50% qui ratent les exams actuellement ... A partir de la, meilleur taux ed réussi, meilleures conditions générales pour la majorité des étudiants ... et économie d'argent ...

Si on essaye d'être pragmatique et factuel, aujourd'hui, les rattrapages ne bénéficient qu'a 2,5% de ceux qui ont échoué au premier tour. Est ce qu'il faut continuer a avantager ces 2,5% ou est ce qu'il faut essayer d'augmenter ce pourcentage en évaluant différemment?

Après c'est clair que les quelques exceptions (étudiants qui font 2 facs en même temps, ou qui ont un boulot à côté qui empiète sur les heures de cours - ce qui n'est pas une très grande majorité des étudiants - et les branleurs dont on veut plus) ça ne va pas forcément les arranger, et certains devront bosser un peu plus pour les examens finaux, mais dans l'ensemble ... ça avantagera une majorité d'étudiant.

Et puis il n'y a pas vraiment d'arguments CONTRE le contrôle continu dans les différents posts, et à titre personnel, j'en vois beaucoup moins que poru els sessions de rattrapage ... Et je n vois pas non plus de réel argument POUR les rattrapages qui différencient vraiment ces deux "méthodes".

Parce que l'argument "laisser une deuxième chance ..." n'est absolument pas valable. Car avec le controle continu, c'est une nouvelle chance à chaque évaluation, soit une dizaine de chances (avec des coefficients plus modérés)... un exeman final c'est passe ou rate, et le rattrapage, c'est passe ou rate ...Le controle continu + examen c'est: 10% + 10% + 10% +10% + 10% + 50% exam final => ce qui donne beaucoup plus de facilité pour atteindre la note minimale pour passer.

Un autre avantage non négligeable, c'est que poru es sessions d'exam, les étudiants révisent la majorité des choses juste poru els exams, et donc n'intègrent pas tout ce qu'ils devraient, et vont oublier très vite les 3/4. Dans le cadre d'un controle continu, ça oblige les étudiants à travailler régulièrement, et donc, d'emmagaziner mieux, et surtout, a plus long terme.

Bref, pour moi, ceux qui militent pourl e second tour n'ont absolument pas analysé les avantages du controle continu + examen final OU ne veulent pas travailler régulièrement et être régulièrement en cours (donc des glandeurs ou des flemmards) OUne comprennent rien a rien et font juste une révolte car c'est un peu le sport national ...

Bien entendu, je reste ouvert aux contres arguments en défaveur du controle continu, et a l'utilité de la session de rattrapage (a part une "seconde chance, parce que le controle continue c'est 10 ou 15 chances).

il est aussi interessant de s'interroger sur le but/l'objectif d'une universié: est de sortir/faire sortir un maximum d'étudiant diplomés OU faire en sorte que ceux qui sortent diplomés soient compétents, efficaces et se souviennent de ce qu'ils ont appris? Est ce qu'une fac doit dépenser son argent pour offrir plus de diplome avec des rattrapages OU essayer de réinvestir dans d'autres développements?

12.Posté par Mamo le 11/03/2011 11:41 (depuis mobile)

Juste pour dire que 35% des étudiants qui ont eu leur L2 de droit, d' économie ou de MES, l ont eu aux rattrapages ....

13.Posté par Lorenzo Lamas le 11/03/2011 14:06

Juste pour dire, est ce que ça veut dire qu'ils sont efficaces, compétents et qu'ils ont assimilés les connaissances nécessaires pour passer et être efficace dans l'année supérieure?

Juste pour dire, est ce que ça veut dire que ces 35% n'aurait pas eu leur année avec le contrôle continu + examen final??

juste pour dire Mamo, ton commentaire n'apporte absolument rien dans le débat ...

14.Posté par MoMa le statisticien le 11/03/2011 14:46

Juste pour dire que 100% des étudiants L1 d'anglais ou d'espagnol qui ont passé les examens ont eu une note aux examens.

Juste pour dire que 100% des étudiants d'histoire qui ont passé les rattrapages n'ont pas eu leurs examens au premier tour.

Juste pour dire que 100% des étudiants qui ont réussi les rattrapages passent à l'année suivante.

Juste pour dire que si on enlève les examens et les rattrapages et les contrôles continus, je pense que 100% des étudiants vont avoir leur année et pouvoir continuer.

Juste pour dire que donner un chiffre au milieu de rien et le comparer a rien, ça ne sert à rien ...

15.Posté par Mamo le 11/03/2011 17:05 (depuis mobile)

Juste pour dire que dans les écoles d' ingénieurs et les écoles de commerce de France et de Navarre, il y a à la fois le contrôle continue et la session de rattrapage ... Pourtant leurs diplômes, c est pas de la merde !!!

16.Posté par ranjit camalon le 11/03/2011 17:52

Juste pour dire que "ceux qui manquent d'objectivité" demandent à Lorenzo Lamas de se pencher très rapidement sur les conditions de la mise en place du contrôle continue à l'université de la Réunion avant de parler pour ne rien dire... Juste pour lui demander de clairement revoir son avis et de lire la Charte il comprendra très vite (car j'ai l'impression qu'il dispose tout de même d'un cerveau) pourquoi on s'inquiète... qu'il se demande pourquoi la majorité des majors se mobilise aujourd'hui pour le maintien de la 2ème session (ce n'est pas sensé être des "branleurs" pourtant)...qu'il passe à une AG et on lui montrera comment c'est possible de manipuler des chiffres... qu'il passe en droit et en lettre et qu'il demande aux Doyens leur point de vue... qu'on arrête de se tromper de débat... la qualité d'un diplôme ne se mesure pas à la difficulté des moyens de contrôle de ce diplôme mais plus sur sa nature et son contenu...Je mettrai en relation le fait que les rattrapages "ne coûtent rien" (dixit Mr. le Président de l'Université) et le fait que l'on a mis en place des seuils pour justement essayer de lui faire prendre conscience toute la mesure de la manoeuvre politico politicienne qui est à l'oeuvre. Aujourd'hui si une licence 2 ne compte pas au minimum 35 personnes elle ferme...Alors çà tombe à pic... toutes les filières qui embêtent l'Université depuis un moment déja vont enfin pouvoir fermer (Histoire/Géo...Math... et j'en passe). . Ou alors pour pouvoir maintenir des filières ouvertes on va tout simplement surnoter et faire passer plus de monde, et là il y a danger pour la qualité de nos diplomes...La politique de l'Université n'est pas de garder le panel de diplôme aujourd'hui proposé aux réunionnais et réunionnaise. Cela est scandaleux!!! Je ne parlerai pas des étudiants qui travaillent pour payer leurs études (et oui les étudiants ne sont pas tous des glandeurs) et qui ne pourront pas de fait assister à certains examens... Donc si Lorenzo,nous avons bien tout le recul, la maturité et l'objectivité nécessaire pour pouvoir prendre position sur ce problème... Vous par contre vous semblez très loin et même sans doute hors sujet sur pas mal de chose... renseignez vous cela vous permettra d'éviter de vous ridiculiser à l'avenir...

17.Posté par Lorenzo Lamas le 11/03/2011 18:56

@Mamo: Une fois de plus, ça ne prouve rien ... Si tu donne le meilleure diplôme du monde a n importe qui parce que tu évalue mal ses compétences ... Même avec le meilleur diplôme, ces personnes seront quand même incompétentes...
De plus, toujours AUCUN argument concret en faveur des sessions de rattrapages !

@Ranjit: Déjà, je ne pense pas me « ridiculiser », car moi je ne mélange pas tout et j’essaye de construire une argumentation cohérente contrairement à d’autres dont toi, qui poste un gros bloc incompréhensible dans lequel on a du mal a faire le lien d’une phrase a l’autre !
Je ne mets pas en relation des faits qui n’ont pas forcément de corrélation entre eux. Dans mon argumentation, j’ai juste dit que le contrôle continu offre beaucoup plus d’avantage qu’un second tour, si on a pour objectif de donner un diplôme a des gens compétents et méritant, et si on veut filtrer les branleurs. (ce qui n’a ABSOLUMENT rien a voir avec le fait que l’université ferme des sessions si il n’y a pas assez d’élèves, que la majorités des majors se mobilisent et toutes ces conneries)
Par rapport à ce débat Contrôle continue VS Second tour et UNIQUEMENT ce débat, pour le moment je n’ai vu AUCUN argument concret qui montre que le second tour est une meilleure évaluation des compétences que le contrôle continu, et sur le fait que c’est plus bénéfique pour un étudiant en terme d’apprentissage.
Moi c’est QUE a ce niveau la que j’argumente. Le reste, à titre perso, je m’en tape royalement … j’ai mes diplômes et un job super … et les problèmes des étudiants … ce n’est pas ma priorité dans la vie …

Toi, tu mélange tout et tu commences a extrapoler … du coup … on ne voit absolument pas ou tu veux en venir … alors qu’a la base, moi j’ai juste comparé deux méthodes d’évaluation, et les conséquences positives/négatives sur la certification des compétences des étudiants.
Pour entrer dans le détail des coûts :il y a déjà des évaluations tout au long de l'année a la fac, ce n'est donc pas "mettre en place de A a Z", mais améliorer ce qui est déjà existant, ou simplement, prendre en compte ces notes dans l'élaboration d'une moyenne. Ce qui ne représente pas un coût SI important.

Par rapport à "les rattrapages "ne coûtent rien" (dixit Mr. le Président de l'Université)" ... il suffit de réfléchir un minimum pour savoir que c'est faux ... les surveillants et profs et les gens de l'administration ne travaillent pas gratuitement pour faire plaisir à ceux qui ont raté les examens au premier tour.

Pour revenir sur le sujet dont je parle, j’ai fait une grande école internationale, qui fonctionnait avec un système de second tour et qui est passé a un système de contrôle continu ; et pour l’avoir vécu, et vu les résultats, je pense que je sais de quoi je parle en terme d’évaluation de compétences, de confort pour les étudiants, et d’acquisition de connaissances/compétences plus régulières et plus efficace sur le long terme.

Pour moi ce sont deux problèmes très différents: 1) le contrôle continu VS le second tour et 2)la disparition de certaines formations car pas assez d'étudiant dans les classes et de ce qu'il faut faire pour les garder. Ce n’est pas en mélangeant tous les problèmes, en venant en masse et en gueulant que ces problèmes vont se résoudre … Surtout si vous argumentez comme ton post 
Et même si les rattrapages sont maintenus, est ce que ça va résoudre le problème des classes qui disparaissent/sont supprimées ? est ce que ça va faire que les étudiants diplômés vont être plus compétents et opérationnels pour le marché de l’emploi ?
 Absolument pas.

Bref, comme j’ai dis, moi a titre personnel ça n’a et n’aura absolument aucune influence sur ma vie…
Si on parle de sujet et hors sujet, le sujet de l’article est : Université : Le rattrapage pas supprimé, mais pas prévu non plus

Je parle principalement de rattrapages (et de contrôle continu, sujet qui été abordé dans le précédent article) … du coup je ne vois pas en quoi je suis hors sujet …

18.Posté par Etudiant le 11/03/2011 23:18

Le 2eme post de noe n'était pas la lorsque j'ai posté mon commentaire , je parlais du tout premier . Mais suis tout de même d'accord sur le fait que le bac est donné trop facilement . Par contre pour des remise a niveau pendant les vacances , pas d'accord déjà que les lycéens ont trop de jours surchargés lors des périodes scolaires.

Bon surtout que dans quelques fac , le soit disant contrôle continue n'est qu'une seule évaluation . Alors pour l'arguments du nombre de chance 10%+10%+10% ne tiens plus vraiment debout , car ils y a certain professeurs qui gardent les habitudes . De plus pour les vrais contrôles continue aussi il faut réserver les amphis et salle de classe , le nettoyage , donc des frais en plus .
donc pour ma part je suis pour le contrôle continue et une session de rattrapage . Les 2 ne sont pas incompatible

19.Posté par ranjit camalon le 12/03/2011 00:55

parce que tu viens de cerner le problème...tu nous parles de la mise en place d'un controle continu... un vrai... moi je veux bien l'entendre dans ce sens la... viens voir ce que l'on veut mettre en place a la fac et tu me diras si tu appelles çà du contrôle continu!!! d'ailleurs l'université de Lettres est déjà en contrôle continu total( enfin ce qu'il appellent du contrôle continu)...et cumulé à du rattrapages... pourtant l'échec reste le même... donc voila pourquoi je m'inquiette de la fermeture de certaines filière mais comme je le dis tu manques d'éléments pour pouvoir avoir une opinion "constructive". Donc renseigne toi! Et je ne vois pas pourquoi on oppose rattrapages aux contrôle continu...encore une fois ces deux notions ne sont pas antagonistes... la crédibilité d'un diplome encore une fois ne se mesure pas à la difficulté de son mode d'évaluation mais à son contenu!!!! Et çà si tu ne le comprends pas tu peux être diplomé de n'importe quelle grande école (au passage très éloignée des réalités auxquelles sont confrontées les étudiants réunionais) et bien tu es un âne...

20.Posté par Lorenzo Lamas le 12/03/2011 23:25

Pour moi, Le niveau d'un diplome se juge aux compétences et connaissances des diplomés. Plus tu "brade" le diplome, plus tu diminue la moyenne des compétences des diplomées.
A partir de la, effectivement le controle continu et les rattrapages ne sont pas incompatibles, mais c'est pas non plus incompatbile avec 3 sessios de rattrapaes suppléemntaires, baisser la moyenne nécessaire pour avoir le diplome, diminuer la difficulté des examens ... Mais a la fin, tu donnes le diplôme un peu à tout le monde ... Et donc peu importe la "valeur" du diplome, beaucoup de gens sortent incompétents et c'est ça qui est un peu dramatique ...
Ajouté a ça, toujorus en parlant de coûts, le cumul des deux c'est un cout encore plus élevé ...

Maintenant, moi comme je dis, j'ai un job ... Pour les étudiants, avoir le diplome plus facilement, c'est négatif dans plusieurs aspects:
1) Le marché de l'emploi est assez saturé, donc plus il y a de diplomés, moins il y a de chances de trouver un job
2) Les diplomés incompétents vont casser l'image des étudiants de cette université, ce qui va pénaliser tous les diplomés, donc un inconvénient de plus sur le marché de l'emploi
3) Un gars pas compétent qui est diplomé et qui trouve un job va galérer rencontrera peut-être des difficultés, et avoir un parcours professionnel très difficile

Un autre truc aussi: les étudiants ne sont pas "prisoniers" de cette université ... de plus, selon moi ce n'est pas à eux de dicter leurs préférences à l'université. Si ils ne sont pas content des conditions, ils n'ont qu'a changer d'université. Il y a des milliers d'université dans le monde ...

21.Posté par Etudiant le 12/03/2011 23:54

"Un autre truc aussi: les étudiants ne sont pas "prisoniers" de cette université ... de plus, selon moi ce n'est pas à eux de dicter leurs préférences à l'université. Si ils ne sont pas content des conditions, ils n'ont qu'a changer d'université. Il y a des milliers d'université dans le monde ..."

Bien sur va dire ça à ceux qui manquent de moyen pour aller en métropole et qui se résignent à rester ici >.< .A part si tu donne un peu d'argent a ceux qui aimerais changer (par exemple moi )
On ne demande pas non plus 3 session d'examen non plus et de donner le diplôme à tout le monde , on demande une session de rattrapage , pour ceux qui ratent leurs année à cause de quelque centième de points qui leurs manquent . Et la tu veut me dire que une personne a qui il a 9.8 n'as pas les compétences qui ont 10.2 ? De plus ce n'est pas le diplôme qui comptent mais sa compétence au travail . Une personne qui serait eu son diplôme avec rattrapage pourrait être plus apte au travail , ce qui n'est pas une perte . Alors que toi tu aimerais lui faire perdre une année en plus .

De plus l'argent que tu cherche à faire économiser , en tout cas ce n'est pas réinvesti dans l'université . Car , par exemple , dans le département chimie de l'université , le budget a été au moins divisé par 2 .Donc si ils veulent renouveler le matériel (qui est tout de même assez chère ), ben ils doivent faire des économie sur d'autres choses .

Et bien sur contrôle continue et rattrapage ne sont pas incompatible , mais bon si ils mettait en place un VRAI contrôle continue pour toute l'université . En gros il y aura certain qui se retrouverais avec un partiel et pas de rattrapage pour l'instant .

22.Posté par zouzou974 le 13/03/2011 06:53

Pourquoi débatre la dessus quand on sait que les diplomes aujourd'hui non plus de valeur propre car les patron les utilises pour faire la différence dans le choix de recrutement mais ne paye jamais en concéquence.
l'université a perdu de sa valeur depuis bien des années les étudiants y vont pour avoir la bourse ou dire "je suis à la fac" et seulment 10% d'entre eux y vont pour avoir des diplomes. Il faut donc arréter commencer par demander à mettre en place une charte avec les patrons (tel diplome= tel montant de salaire minimum) donner des professeurs qui ont vraiment envie d'enseigner et de motiver leur éléve (et sa meme au lycée) et on vera se que cela donne parce que pour le moment l'éducation devient vraiment du gros n'importe quoi et beaucoup de jeune préfère tenter la voix de l'alternance ou des filières professionnelles plûtot que de se crevé 6 à 10 ans à faire des études qui au bout du compte vous amène a devenir caissier ou simple vendeur.

23.Posté par Lorenzo Lamas le 13/03/2011 17:08

@Ranjit: Bien sur va dire ça à ceux qui manquent de moyen pour aller en métropole et qui se résignent à rester ici >.< .A part si tu donne un peu d'argent a ceux qui aimerais changer (par exemple moi )
=> Moi non plus je n'avais pas beaucoup d'argent, j'ai demandé des bourses et j'ai fait un prêt étudiant. Ensuite pendant mes études et 2 ans après j'ai du bosser et rembourser. De plus, il y a des universités beaucoup mieux dans des pays étrangers et uqi ne coutent pas forcément super cher. (Et dans des pays ou des jobs étudiants sont beaucoup plus faciles a trouver).

@zouzou974: Effectivement, les patrons ne prennent pas vraiment en compte le diplome pour fixer des pailers de salaire mais ça, c'est A LA REUNION (et un peu en France). Il y a des pays ou ce n'est absolument pas le cas. Par exemple en Suisse (pays ou j'ai étudié et ou je bosse actuellement), toutes les formations ont un très bon niveau: l'université, les apprentissages (qui ne sont pas une voie de garage comme en France, mais une réelle formation reconnue pour les gens qui sont plus doués dans la pratique que dans la théorie) et les diplomes sont reconnus pour ce qu'ils sont ... Il n'y a que en France ou on regarde le chiffre après "bac +" et qui fixe un niveau de salaire en fonciton de ce chiffre et non du diplome exacte. Dans tous les autres pays, un diplome est reconnu et valorisé pour ce qu'îl est(les compétences/connaissances qu'il sous entend) et non par rapport au nombre d'années d'étude.

Du coup on revient à ce que je dis: sois vous restez dans le système français et vous faites avec tous ses défauts (car gueuler et se révolter ne fera pas changer les choses drastiquement) soit vous vous barrez ailleurs ...

24.Posté par un ancien étudiant le 19/03/2011 20:59

Bcp de débats sur ce dossier de la suppression possible des rattrapages, des élus en collectif qui rencontrent deux députés réunionnais, qui veulent se mobiliser pour le maintien de cette 2nde session.

Je ne comprends pas l'intérêt des majors à défendre cela, ils pensent à leurs camarades, où à eux même ? c'est plutôt à ceux qui risquent de ne pas passer de se mobiliser non ? j'ai quitté l'université de la Réunion, il y a longtemps, je ne me retrouve plus, c'est vrai qu'à mon époque, on parlait de Deug, licence, maitrise, dess, dea, doctorat... finalement, je me demande si on n'aurait pas du garder ce système, l'élévation du niveau des diplômes a déjà causé des soucis par le passé, regardons le bac de nos jours, cela ne vaut plus rien ! avant avec même un BEPC (ex- brevet des collèges), on pouvait enseigner ! et les enseignants n'étaient pas plus mauvais que ceux de nos jours (désolé MM et MME les enseignants qui ont fait l'IUFM et qui vont devoir bientôt faire un Master enseignement).

Je suis assez d'accord avec ce qu'un post précédent disait, le problème ne vient pas de l'organisation de la fac, ne faut il pas faire une réforme du bac d'abord ? ou si on ne réforme pas le bac, pourquoi ne pas proposer, comme "étudiant" le disait, un concours d'entrée, là effectivement le contrôle continu serait légitimer, et la sélection ne se ferait pas par l'échec mais par la réussite ! des jeunes bacheliers qui ont le bac "juste", parfois aux rattrapages, ont peu de chance de réussir à l'université étant donné la masse de travail personnel à fournir !

le Bac n'apporte plus rien, ce que le président de l'université propose serait, dans un premier temps, plus utile, aux lycées, pourquoi pas dans un second temps à l'université. Je me demande même si, en 2003, il n'y avait pas une réforme du bac prévu par le ministre de l'époque, je crois que c'était Fillon, pourquoi cette réforme a été retiré ! je pense qu'elle aurait du être maintenu, étant donné sa proposition intelligente d'avoir un examen terminal d'une valeur de 40% et un contrôle continu de l'ordre de 60% niveau coeff.

Cela aurait été novateur, réformiste, et là, on aurait pu encourager ceux qui travaillent toute l'année, et non pas ceux qui misent sur le petit bonheur la chance ! imaginez le lycéen qui a bien travaillé, et hop , en juin, il perd un proche... bref. ce jeune aura été récompensé par son travail annuel !

A l'université, cette proposition pourrait fonctionner aussi, je ne vois pas pourquoi les étudiants font une crise autour de la suppression des rattrapages, car il est logique, au lycée, ou à l'université, que les sessions de rattrapages tendent à disparaître, cela contrevient même aux principes du contrôle continu !

D'après cette fameuse charte, il est bien expliqué que les étudiants qui auront eu un cas de décès, ou qui exerce une activité salariée en parallèle, disposeront de mesures dérogatoires pour passer les exams.

Soyez plus ordonnés dans vos démarches MME et MM les élus étudiants, vous êtes censés être des techniciens du dossier, nous, lecteurs, anciens étudiant et travailleurs, qui s'inquiètent pour l'avenir de nos enfants qui partiront à l'université, on est tous des profanes en la matière !

Cordialement,


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter