MENU ZINFOS
Société

Université : L’équipe de Frédéric Miranville repart en campagne


Après que le tribunal administratif ait invalidé son élection, Frédéric Miranville et ses soutiens repartent en campagne. La liste Cap 2024 repart donc en campagne pour définitivement valider sa légitimité à la tête de l’Université de La Réunion.

Par - Publié le Lundi 19 Avril 2021 à 16:32

L’ambiance était lourde et les visages fermés dans les coursives de l’Université de La Réunion ce lundi matin. Après la décision du tribunal administratif d’annuler l’élection universitaire le 14 avril et juste après la nomination de Jean-Michel Jauze en tant qu’administrateur provisoire de l’établissement universitaire, le collectif CAP 2024 organisait une conférence de presse.

Après 14 mois de période électorale, l’usure gagne les rangs de l’équipe qui avait remporté la victoire. "Ce n’est pas acceptable d’avoir une telle durée d’une période électorale qui met l’établissement en situation de flou, qui met les uns et les autres en situation potentiellement de friction et qui n’amène pas la sérénité qui est requise pour porter les différentes missions de l’établissement", regrette Frédéric Miranville.

Celui qui est sorti vainqueur de l’élection avant l’annulation considère que sa position reste indiscutable. "Cette décision (du tribunal administratif) ne remet pas en question la légitimité politique que je tirais de l’élection du 17 décembre et qui fait que le collectif Cap 2024, qui m’a porté à la candidature à ce moment-là, représente 22 voix sur 36 au Conseil d’administration, soit 61% des voix du Conseil d’administration. C’est vous dire la légitimité que nous avons" souligne le président sortant.


Le candidat à sa réélection regrette que son adversaire, Brigitte Grondin-Perez, ai porté systématiquement des recours aux 5 scrutins qui se sont déjà déroulés. 

"Elle est bien consciente des rapports de force et de la légitimité que le collectif Cap 2024, que je porte et que j’ai porté lors des dernières échéances. Malheureusement, elle continue un acharnement qui est irresponsable et qui place systématiquement les éléments de débats sur le terrain juridique. 14 mois de période électorale. Cinq scrutins, cinq recours. Des recours qui sont allés à la commission de contrôle. Des recours qui ont été rejetés par la commission de contrôle et qui ont été introduits auprès du tribunal administratif. C’est inadmissible. Un établissement comme le nôtre (…) doit pouvoir fonctionner. Elle devrait accepter la légitimité qui est la nôtre de conduire l’université et se préparer, et préparer son projet, à une alternative dans les délais requis", explique Frédéric Miranville.

L’élection doit se dérouler dans le mois qui suit la décision du tribunal administratif. L’ambiance électrique pourrait, elle, rester bien plus longtemps.



Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Pascal DURET le 19/04/2021 21:08

Monsieur Miranville a dit et répété (notamment à Réunion première) qu'il ferait appel de la décision du TA , et je lui donne raison comment oser sinon se présenter alors qu'on est désavoué par la justice, le minimum quand on se veut un candidat (on ne parle même plus d'exemplarité n'exagérons pas) c'est de ne pas être mis en faux par la justice. Attendons qu'il le fasse réellement et surtout qu'il gagne cet appel.
Si l'élection a durée aussi longtemps la faute à qui ? A ceux qui commettent des actions illégales ou a ceux qui défendent la légalité ?
Vous connaissez bien la réponse

2.Posté par Docteur le 19/04/2021 22:29

Si les élections avaient été organisées en respectant les règles électorales du code de l'Education, si M. Miranville ne tenait pas à garder le pouvoir "quoi qu'il en coûte", si le service juridique avait pris en compte les nombreuses remarques effectuées par Madame la Rectrice, et ses services de contrôle de la légalité, lors de ce long processus électoral, aucun recours n'aurait été déposé et nous n'en serions pas là. Le ou la président·e élu·e serait pleinement LEGITIME.
L'équipe CAP 2024 en a décidé autrement et la nomination de JM Jauze (Vice-Président du Conseil d'Administration de M. Miranville) en tant qu'administrateur provisoire de l'université, par Madame la Rectrice, Chancelière des Universités, ne fait qu'accentuer les tensions générées par cette élection des conseils centraux pipée.

3.Posté par EnVerité le 20/04/2021 09:14

La campagne s’est prolongée du fait d’une prolongation de mandat de Miranville à cause de la crise covid : il a ensuite organisé les élections à la surprise générale à la rentrée de septembre 2020.

Les recours sont bien le fait des irrégularités qu’il a commises : 1ere sanction du CCOE pour le scrutin du collège A du 25 septembre 2020 et 2eme sanction du TA pour la désignation des personnalités extérieures (8 décembre 2020) et son élection (17 décembre 2020).

On ajoutera les élections étudiantes où du jour au lendemain il a empêché la participation des étudiants du sud (dont ceux de médecine majoritairement contre l’UNEF) en les obligeant la veille pour le lendemain à voter au Nord, sans arrêté pris à cet effet. Tout cela pour favoriser l’UNEF en étant sûr les autres organisations étudiantes lésées n’ont pas les moyens de faire une action en justice.

Miranville défend sa légitimité avec une majorité fabriquée !

La nomination « forcée » de JM JAUZE comme administrateur provisoire est illégale, s’il cumule la fonction de Doyen et de vice-président. En plus de son impartialité non garantie...

Quand à des élections dans un mois, elle s’avère déjà compromise par une irrégularité qui se profile.

Madame La Rectrice, vous ne pourrez donc pas réorganiser ces élections sans avoir fait tous les contrôles nécessaires avec votre service juridique et celui du ministère comme vous l’avez souligné (vous ne mentionnez pas le service juridique de l’UR, sans doute parce que Miranville lui fait déjà porter les fautes).

Dura lex, sed lex.

4.Posté par DAJI le 20/04/2021 09:16

Pour une « gouvernance légitime », effectivement avec des collèges électoraux réguliers, la désignation régulière des personnalités extérieures et pour toutes, leur absence de conflits d’intérêts !

Après ça Miranville pourra dire qu’il est légitime !

5.Posté par Roberta CHRISTINA le 20/04/2021 09:20

Une bande de mauvais perdants ! 22 à 13, il n'y a pas photo. La rectrice a appliqué une mesure de bon sens pour que l'université continue à fonctionner ! l'équipe de Nouveau Recours oublie qu'il y a des étudiants et du personnel qui travaillent dans cette université !

6.Posté par LG le 20/04/2021 09:30

S'il est avéré que Frédéric Miranville a triché, il ne doit pas pouvoir se représenter.
Que de magouilles et d'amateurisme !

7.Posté par Vizir le 20/04/2021 10:46

Juste une question : Que fait encore Monsieur Miranville dans son bureau ? Monsieur Jauze l'administrateur provisoire ne devrait il pas lui en interdire l'accès ?

8.Posté par BinBin le 20/04/2021 15:40

LE POUVOIR & LARZEN..
hummmm....

9.Posté par humm le 21/04/2021 06:04

L'UNEF, ce syndicat fortement lié à la FSU soutient Miranville ?
Si je comprends bien, Miranville fortement lié à la CFDT est donc soutenu par la FSU.
L'autre ex candidate était soutenue par qui ?
Je ne comprends plus ... bien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes