Société

Unesco: L'état des pitons, cirques et remparts jugé très préoccupant

Jeudi 30 Novembre 2017 - 17:40

La situation des Pitons, cirques et remparts de la Réunion, inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, a de quoi inquiéter. Une évaluation de la conservation des sites publiée par l'IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) le 13 novembre dernier révèle en effet une détérioration de la situation.

De l'état "bon avec quelques préoccupations" en 2014, le site est passé à celui de "préoccupation importante" en 2017. Une catégorie qui signifie que les valeurs du site sont menacées et/ou montrent des signes de détérioration, et que des mesures de conservation sont nécessaires pour maintenir et/ou restaurer les valeurs à moyen et à long terme.

Principale source de menaces : les espèces exotiques envahissantes, précise une note de l'IUCN. Déjà préalablement considérées comme étant "de haut niveau", elles ont continué de s’accroître, et ce malgré la mise en place d’actions de lutte.

Détérioration progressive en voie de généralisation

Photo : IUCN
Photo : IUCN
"Si des résultats encourageants ont donc bien été enregistrés dans ce domaine (prévention, lutte), l’ampleur de la vague d’invasion, l’insuffisance des moyens alloués et les besoins de renforcement de la gouvernance et de la coordination de la lutte contre les invasives aboutissent in fine à une détérioration progressive en voie de généralisation, que certaines catastrophes comme les incendies de 2010 et 2011 ont encore amplifiée", indique l'IUCN.

Selon cette note, la stratégie d'action du gestionnaire -dont "la réponse et l'engagement sont déjà très forts"- doit donc être "rapidement renforcée afin de pouvoir tenir compte dans ses priorités et modes d’action de l’ampleur croissante de l’invasion"

"Pour le futur, alors que la population humaine en pleine croissance de l'île continuera de poser des défis permanents et face à l’ampleur croissante de l’invasion, l’approche globale et collaborative dans la gestion du Bien nécessitera sans doute des décisions très difficiles", prévient l'IUCN.
N.P
Lu 11821 fois



1.Posté par politic parnoumim... le 30/11/2017 17:58

pas étonnant les prefets sont en vacance a la RUN et les zelus toujours entrain de trafiquer.. voila le résultat!!.

2.Posté par politique mafieuse... le 30/11/2017 17:59

ou est le president du parc HS,,???

3.Posté par TICOQ le 30/11/2017 18:58

Pour faire court, la Réunion est passé de A++ à A. lol !

4.Posté par klod le 30/11/2017 19:48

le "cemac " va nous arrangeait tout ça ( sic!!!!).................................... ceux qui croivent défendre l'ile (comme le cemac) l'enfoncent dans la caricature intense , "cemac un jour , cemac toujours" , pov 974 pour deux trois certains . mais bon , mi aime zot toute comme dit l'autre jusqu'à la lie , y fé ri ou pas .

5.Posté par klod le 30/11/2017 19:55

vu l'état des dépôt "sauvages" , vu l'état du lagon ................ vive la réserve marine et vive le parc national ....................

b[

quand NOUS lé pas capab défend la nature la Réunion , la réglementation lé nécessaire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ]bAprés y fo kasse kassé , kose kosé mais pas"jeter" ces institutions qui défendent nout terre à kose deux trois certains l'a pas été capab sans "REGLEMENTATION" ........................nous paye la couillonisme des "pa la ek sa, pa la ek la terre , la NATURE de la RUN !!![ .et nana bon peu !


vive le parc , vive la réserve ............... meme si nana pou amélioré !

6.Posté par Réunionnaise le 30/11/2017 20:20 (depuis mobile)

Pourrait on avoir une liste détaillée des espèces envahissantes svp ? Car a par l'humain qui saccage tout je ne vois pas....

7.Posté par Kreol974 le 30/11/2017 20:23

La seule espèce envahissante, c'est l'homme ... Regarder combien de courses de montagnes organisées sur une année dans nos sentiers .... tout ça pour remplir les poches grâce aux partenariat et sponsoring, et en pratiquant des tarifs d'inscription exorbitants....et l'ONF autorise tout cela .... ces mêmes personnes qui vont mettre une amende pour une plante endémique, mais autorise plus de 500 personnes piétinent nout' zerbage en une journée...Il y a de quoi se poser des questions, non ????

8.Posté par DOGOUNET le 30/11/2017 21:45

Nous ne doutons pas que par un énergique coup de menton associé à un effet de manches (à balais...), notre ineffable Mr Bean peî, président à vie (la soup lé bonn), règlera tout ça !

9.Posté par Zarin le 30/11/2017 22:58

Ratenon: "1 million d'habitants dans 20 ans... et maintenant que fait-on?"

Il faudra maigrir pour prendre moins de place !

10.Posté par Question bête le 01/12/2017 00:55 (depuis mobile)

La faute à didier et le picroquignolesque maire de bras panon..?

11.Posté par De l argent, des subventions, des elus le 01/12/2017 06:24

Le remède, vous prenez [quelques
millions d euros d argent public, de la région ou de l Europe peu importe, surtout des millions frais et disponible à souhait, quelques elus bien chaud pour gerer la situation, et apres enfournés 6mois a 1 an, vous n'aurez plus d espèces invasives tel que le goyaviers, la vigne maronne, mais apres il faudra s occuper des chats errants qui nous bouffent les pétrel les de barreau et autres tec tec et zoiseau blanc, et oui les chats sont des animaux invasifs, mais chut sa sera pour fin 2018 avec quelques millions supplémentaires. L espèce invasive appeler ÉLU n aura jamais de fin.

12.Posté par Thierry le 01/12/2017 07:10

... Et avec la politique du gouvernement, de supprimer les emplois aidés, kissa sa va aller coupe do bois dann bann forêts là ? néna point la clim ek café, ni faeuil en cuir ... en plyiss i fo manié grand couteau ... i trouvra pas grand monde !!

Noute l'Unesco lé cuit... allons passe à table.

13.Posté par jean claude payet le 01/12/2017 07:44

y a un gestionnaire arret deconner dont un cumular plutot....fe pitie

14.Posté par maloki.. le 01/12/2017 05:14

allez des petits services civiques a 500 euros le mois pour nettoyer tout çà sous couvert d'une bonne cause ... vive esclavagisme moderne ...

15.Posté par justedubonsens le 01/12/2017 08:50

Ce rapport est optimiste concernant la recherche géothermique. Il y a moins d'un mois TAK a relancé l'Etat à ce sujet ! Par ailleurs notre Didix régional ne doit pas être perturbé dans son sommeil par cette lecture lui qui s'interroge sur l'utilité de ce parc. Peut-être aussi devrait-on revoir les moyens de réhabilitation des sentiers. Est-il indispensable d'installer des échelles ou des installations de passages aussi conséquentes et onéreuses ? Est-il besoin d'installer des escaliers métalliques là où une échelle suffirait, un pont où une passerelle type "jungle" rendrait le parcours plus atypique, des voies bétonnées où un enrochement garderait l'aspect naturel, la fermeture de nombreux sentiers facilitant encore le développement invasif, faute de passage. Interrogeons-nous sur les causes d'aggravation du développement des pestes depuis l'ouverture de ce parc !

16.Posté par Réunionnaise le 01/12/2017 08:51 (depuis mobile)

@7 Pour beaucoup on a déjà les réponses. Et c'est pas joli joli.

17.Posté par communication du parc national et la DAC le 01/12/2017 11:52

le fameux chemin pavée






Les habitants de Bruniquel se sentent menacés. En ce moment on parle aussi de chantier de carrière sur la Saline. La Réunion se transforme plus que jamais a un rythme dantesque. Ma problématique sera la suivante , en 2018 ne verra t'on pas un bouleversement majeur sur l'urbanisme ? A Saint Paul déjà le terrain jouxtant le cimetière est déjà menacés alors que des corps d'esclaves sont enterrés. (avec la bénédiction des associations « culturelles »de st Paul ) A Bruniquel il s'agit de la rénovation de l'insalubrité mais pas que, l'association Tamarun a un projet aussi d'agrandissement. On défriche a tour de bras. C'est un quartier pauvre a la mesure du fameux quartier de St Paul . Dans la savane deux usines se dessinent . La canalisation vient de la ravine l'Ermitage. Comment la mairie peut investir des millions dans de simple filet de pèche de prévention alors que l'usine soit abandonnée, la cheminée fissurée ? Combien de créoles connaissent l'histoire ? Ne voit t'on rien venir ? Qui a pu voir le fameux chemin pavée pour descendre les cannes depuis les hauts ( serpentant au niveau de la route Canniére) Ce chemin existe encore, et la construction de zone habitable va encore une fois détruire notre histoire. Personne pour s'alarmer, a croire que depuis que l'on possède des voitures personne ne marche et ne parcours plus la Réunion pour voir ses beautés oubliées.

En 1868 avec la faillite des puissants , l'usine passe aux mains du Crédit Foncier Colonial ( étudié par Sudel Fuma). Bruniquel l’achète en 1910, elle passe ensuite a la famille De Villele. Jules Bruniquel est marié a sophie Fitau. Après la départementalisation ,les maisons de jean Bossu sont un exemple d'acculturation de notre identité. Le béton remplace la tole. Les institutions censés veiller au patrimoine se multiplient. L'usine des filaos avait pour propriétaire Joseph lelievre avec a l'origine sept bâtiments, un four a chaux, une forge. En 1848 le cyclone signe sa fin. Le terrain de nos jours est privé et appartient a l'industrielle sucriere de Bourbon. Le quartier d'oeil de bœuf a coté est un ancien camp d'engagés. Ils vivaient dans les bois de filaos. C'est un marécage. Pendant la guerre c'est une usine de féculerie avec bassins de décantation. L'eau du bassin Malheur y était amenée par le canal Bruniquel. Au milieu le moulin Kader puis on pompe l'eau vers l'usine de Vue Belle. Kader ou cadere du francais carder , peigner avec des fibres.



Pour le littoral on a le canal Lemarchand a partir de 1829. En 2017 l'association cadre de vie Saline avait voulu faire des fouilles sur le site peine perdu. « c'est un scandale , dénonçait Patricia Marret la présidente, ces logements se situaient dans le périmètre de protection ». l'usine était inscrite aux monuments historiques, la loi n 'était pas la même pour tous. Sur 4 usines fermées, 3 sont inscrites en 2002. Peut être des outils ont disparus. Le service archéologie (encore une fois) de la DAC Oi a estimer que se site n'était pas important ( encore cette fois) ; Même Yoland Velleyen regretta ce manque, et il est adjoint . Pour lui « la ville possède le label art/histoire » (presque un gag). Il paraît que la sedre va « étudier » la structure d'un chemin pavé, on sait tous ce que cela donnera. En 2009 on détruisit le canal d'irrigation en moellon de l'usine. La présidente a interpeller le ministre Mitterand, aucune réponse. Et si un jour la tour tombe et tue un passant qui sera pénalement en poursuite ? De nos jours des personnes volent les pierres de tailles. Pour les habitants la hauteur de la cheminée gène la vue. Groupe Bourbon veut en faire une salle de congrès . Sic. On pense que les filaos de St Gilles auraient étés plantés la par Lelievre. A coté de l'usine existe toujours une plateforme de trente metres de long ayant pu servir d'allée de corderie.



BERTRAND CARPAYE











18.Posté par Paul Hoarau le 01/12/2017 12:50

Normal ,l'est dans l"état du P C R !

19.Posté par lollll le 01/12/2017 13:35

En fait, comme tout ce qui est géré par des élus à la Réunion, c'est le bordel. çà pue l'incompétence partout.

20.Posté par kanal bisik le 01/12/2017 22:49

bravo monsieur carpaye pour ce brin d histoire ... mais malheureusement nous somme peu a nous préoccuper du patrimoine laisser par des vrais bâtisseurs !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter