Courrier des lecteurs

Une soirée à l’Élysée

Vendredi 26 Avril 2019 - 17:08

Moi JE...Jupiter s’est mis en scène, ce jeudi soir. Le « je » employé à l’envi tout au long de la soirée correspond bien à ce qu’il faut comprendre de ce que le président de l’État  a en tête : MOI et moi seul. D’ailleurs, « après y avoir réfléchi », « JE » décide de ce qui est bon pour vous. Peu importe  qu’il ait entendu que la suppression partielle de l’ISF était une injustice, et de son propre aveu, que l’immense majorité des Français le pense, il (« je ») assume et explique qu’il ne reviendra pas sur cette injustice. Mieux,il estime que l’abandon de l’ISF sur les valeurs mobilières sera favorable à l’investissement malgré un manque à gagner pour les finances publiques de 3,5 milliards d’€.

« JE » ne change pas de cap…Son analyse du mouvement des gilets jaunes l’amène à dire que sa politique est la bonne, et  qu’elle devrait répondre, de surcroît,  aux demandes de la population !Un comble

« Est-ce que l’on a fait fausse  route ? Je ne le pense pas » dit « JE »

Emmanuel Macron répond aux gilets jaunes : il n’y aura pas de Référendum d’Initiative Citoyenne.

Évident, le « je » s’accommode mal d’une méthode de prise de décision qui repose sur le « nous ».Étonnant pour « je » qui a répété à plusieurs reprises qu’il souhaitait mettre l’humain au centre sans pour autant lui accorder la possibilité de participer aux décisions  le  concernant.

Une hypocrisie qui sera le fil directeur du spectacle de ce jeudi soir. Qu’on en juge : l’âge légal de départ à la retraite restera à 62 ans, sauf qu’il faudra cotiser plus pour espérer obtenir une pension à taux plein, et ainsi aller bien au-delà de 62 ans….La décote va se charger de convaincre chacun, pour éviter une pension de misère, de poursuivre bien au-delà de 62 ans.

Et il faudra travailler plus mais la durée hebdomadaire ne changera pas, aucun jour férié ne sera supprimé.Mais alors comment faire ? Si ce n’est en allongeant le temps de travail dans la vie des citoyens.

Améliorer la pension de ceux qui ont travaillé, c-a-d les retraités, en ré indexant à l’inflation, d’abord,les petites  (2020) puis l’ensemble des pensions (2021).Cette réindexation, étalée dans le temps, n’est simplement que le retour sur une mesure prise par son gouvernement. Mais l’augmentation d’ 1,7 point  de la CSG, soit une progression de 25 %, pour les retraités, « JE » l’oublie?Concrètement c’est une mesure qui impacte fortement le pouvoir d’achat des pensions et réduit fortement l’effet éventuel du réduction d’impôt sur le revenu..

Le président « Je » dit la justice fiscale c’est diminuer  les impôts… Il a peut-être entendu  mais son écoute l’amène a une nouvelle hypocrisie. Les gilets jaunes réclament une plus grande justice fiscale, que ceux dont les revenus sont élevés participent plus fortement à l’impôt. Les gros payent « gros », les petits payent «  petit ». Or, Rien sur une tranche supplémentaire pour les revenus élevés. Rien sur une TVA à taux 0 % pour les biens de première nécessité, couplée à une élévation du taux pour les produits de luxe.« JE » vous ai entendu...Mais pour la justice fiscale «JE» ne vous écoute pas.

« JE », le président sourd aux demandes de la population exprimée par les gilets jaunes dans la rue, satisfait de ses effets de manches, pense que les manifestations sont terminées. »NOUS » allons, rapidement, le ramener à la réalité.
Eric Ducroux
Lu 787 fois



1.Posté par miro le 26/04/2019 20:53

Ne pensez vous pas que ce macro...n devrait consulter un ORL ? Il n'entend rien quoiqu'il dise le contraire.....

2.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 27/04/2019 13:14

Un seul, décide du sort de 65 millions d'individus et on parle de démocratie..................
Cherchez l'erreur.......

3.Posté par "VIEUX CREOLE " le 27/04/2019 14:24

--- EXCELLENT COMMENTAIRE, MONSIEUR ERIC DUCROUX ! ! !

------------- LE PRÉSIDENT A RÉPÉTÉ , A PLUSIEURS REPRISES , QU' IL AVAIT BIEN "ENTENDU" LES FRANCAIS !! MAIS , QU 'A-T-IL VRAIMENT "ENTENDU" PUISQU 'IL NE LES A PAS ÉCOUTÉS ? ?

________ "EST-CE QUE J' AI FAUSSE ROUTE ??
--- " NON : JE NE LE PENSE PAS" !!!
--- . . . ." IL FAUT GARDER LE CAP "! ! !

TOUT EST RÉSUMÉ dans ces deux réponses aux questions qu'il s'est posées à lui même !
-------------- ENTONNONS DONC TOUS EN CHŒUR : " Mais à part çà , Madame le Marquise , "TOUT VA TRES BIEN , TOUT VA TRES BIEN !. . . . "

4.Posté par Kayam le 27/04/2019 15:42

En marche ou en mar«ge» ?

Oh ! C’était un « Je»udi soir à l’Elysée hein. Fallait bien que le président participe à ce jeu. Sinon, le manè «ge » aurait tourné dans un seul sens…
Beaucoup se sont laissés séduire par sa « je»unesse et beaucoup le voit comme un fin stratè«ge».

Beaucoup pensent que c’est domma«ge» qu’il n’écoute pas ceux qui sont dans la panade…et qui s’enra«gent».

Sûr que le bavarda«ge» n’est plus ce à quoi ils attendent mais des actes concrets afin de bénéficier d’avanta«ges» qui allè«ge»ront le quotidien des Français. Combien vont le «je»ter en 2022 ? c’est pas à ceux-là qu’il va mettre un autre maquilla«ge».

Difficile de ne pas composer avec le « je » n’empêche. S’il faut enlever dans le français, les « je », les mots en « ge » et en « cons » (au passa«ge»), on est pas sortis de l’auber«ge».

Avez-vous essayé le « I and I » ? Pourrait se traduire par « je et je » mais ça a + de fond pour réunir…connaît pas l’égoïsme et le moi et moi seul… Je dis ça, je dis rien…

5.Posté par JORI le 28/04/2019 00:12 (depuis mobile)

3. Vieux créole. Pour quelqu'un qui selon vous n'a pas écouté les français, les sondages, même s'ils ne font pas une élection, positionne pas trop mal aux prochaines élections !!. Qu'en pensez-vous ?

6.Posté par Pierre Balcon le 28/04/2019 15:53

Jori a raison !

3 français sur 4 rejettent Macron !!!

Et alors que 1 PR sur 4 a quitté sa famille politique pour rejoindre en Marche , Macron affiche un score inférieur à son résultat aux présidentielles .
Bel exploit après 2 ans de mandat. .

Et puisque nous en sommes aux chiffres , 15 millions de français déclarent fumer , la preuve que le nombre ne fait pas la vérité .

Et puis une petite dernière pour JORI qui confond les GOPE et le Talmud :

1) Que signifie : « veiller à ce que le taux de croissance nominal des dépenses publiques primaires ne dépasse pas 1,4 % en 2019 » ?

Cette formule pour initiés signifie que, comme tous les ans, la Commission européenne exige que la France poursuive une politique d’austérité renforcée.

La version du rapport de l’année 2015 [5] insistait sur le fait qu’ « il est impossible de dégager à court terme d’importantes économies sans ralentir considérablement la croissance des dépenses de sécurité sociale. […] Des économies de 11 milliards d’euros sur les dépenses de santé sont prévues pour 2015-2017, mais des efforts supplémentaires seront nécessaires pour limiter les hausses de dépenses dans ce domaine. »

En bref, les coupes sombres dans la santé, l’assurance-chômage et les retraites vont donc continuer et s’accentuer !

C’est d’ailleurs comme par hasard ce qu’a laissé entendre récemment Bruno Le Maire, comme si l’initiative venait de lui. [6]

2) Que signifie : « utiliser les recettes exceptionnelles pour accélérer la réduction du ratio d’endettement public » ?

Cela veut tout simplement dire qu’il faut privatiser des biens publics pour réduire la dette publique. En effet, la croissance n’étant pas fabuleuse et les taxes mises en place telles que celles sur le diesel et l’essence, que les Français constatent au quotidien, étant établies pour durer, « les recettes exceptionnelles » ne peuvent être que des cessions d’actifs publics, ce qui est d’ailleurs cohérent avec l’article 106 du TFUE.

Il ne faut pas donc s’étonner de voir plus ou moins publiquement sur la table les privatisations des aéroports de Paris [7], de la Française des jeux [8] ou de la SNCF [9].

3) Que signifie : « uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraites » ?

Cette formule signifie, comme c’est habituellement le cas avec l’UE, harmoniser vers le moins-disant pour diminuer la dépense publique. Dans le préambule, il est d’ailleurs indiqué que cela pourrait faire économiser 5 milliards d’euros de dépenses publiques.



4) Que signifie : « garantir la compatibilité des évolutions du salaire minimum avec la création d’emplois et la compétitivité » ?

Cela signifie que, le taux de change de l’euro étant trop cher pour la compétitivité de l’économie française, il faut procéder à une « dévaluation interne », comme le disent les économistes ayant le goût de l’euphémisme.

En clair, cela veut dire qu’il faut geler le niveau du SMIC ou en tout cas arrêter tout coup de pouce, comme ce fut d’ailleurs déjà le cas cette année. Le salaire minimum en Bulgarie étant d’environ 235 euros par mois selon le cours de l’euro, ce n’est pas demain la veille que l’on verra la Commission européenne demander à la France de redonner du pouvoir d’achat aux Français en relevant substantiellement le SMIC.

En outre, va-t-on vers des SMIC variables comme en Allemagne ? Rappelons que là-bas, il n’y a pas de SMIC horaire dans l’agriculture, dans les secteurs concernés par les travailleurs détachés ou pour les chômeurs de longue durée.

5) Que signifie : « en supprimant les impôts inefficaces et en réduisant les impôts sur la production prélevés sur les entreprises » ?

Comme ce qui précède, c’est une reprise des GOPÉ 2016-2017/2017-2018 et c’est très simple à comprendre. Il s’agit de baisser l’impôt sur les sociétés et les cotisations sociales. Peut-être même d’augmenter la TVA et/ou à nouveau la CSG que paient tous les ménages, à commencer par les plus modestes. C’est Robin des Bois à l’envers puisqu’il s’agit de faire payer davantage les pauvres pour enrichir les très riches.

On pourrait imaginer un impôt sur les sociétés plus progressif avec une baisse du taux pour les artisans, PME et TPE qui sont les principaux créateurs d’emplois. Ce n’est pas du tout ce qui est demandé.

C’est à la fois une injustice morale, un scandale social et une stupidité économique insondable.

Cela peut aussi signifier supprimer entièrement l’ISF qui ne demeure plus que sur le patrimoine immobilier. Profitons-en pour dire que de ne laisser l’ISF que sur les biens immobiliers est aussi injuste car les très riches ont très peu d’immobilier en pourcentage de leur richesse. L’exonération n’a donc bénéficié quasiment exclusivement qu’aux ultra-riches et non pas à une classe moyenne supérieure qui aurait pu accumuler des biens immobiliers.

6) Que signifie : « réduire la charge réglementaire et administrative afin de renforcer la concurrence dans le secteur des services et favoriser la croissance des entreprises » ?

Cette formulation est particulièrement fourbe. Rappelons tout d’abord que, question normes, l’UE s’y connaît étant donné que le coût d’application des normes européennes pour l’économie française est de l’ordre de 38,7 milliards d’euros par an (30 milliards d’euros pour les entreprises/8,7 milliards d’euros pour les administrations publiques).

7.Posté par JORI le 28/04/2019 23:51 (depuis mobile)

6. Balcon. Nous verrons bien si votre parti, le LR, sera devant ou derrière la liste de macron aux européennes !!. Les électeurs seront juges.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Mai 2019 - 09:57 Pourquoi pas Pontalba ou Lalane?