Blog de Pierrot

Une seule solution pour sortir de la crise : L'égalité totale

Mardi 20 Novembre 2018 - 18:44

Cette réflexion n'avait pas vocation à être publiée. En tous cas pas aussi rapidement. J'ai conscience qu'elle n'est pas tout à fait aboutie et qu'elle aurait encore mérité quelques approfondissements.
Mais vu les événements qui secouent l'ile et l'absence de solutions concrètes pour sortir de la crise, j'ai pensé intéressant de soumettre mes réflexions à votre jugement. A vous de me dire ce que vous en pensez.
Pierrot Dupuy


Tout pays, où qu’il se trouve dans le monde, est susceptible de faire face à deux handicaps économiques majeurs. Mais en général, il n’en subit qu’un seul.
 
Soit il a des salaires élevés, du fait qu’il appartient au cercle dit des pays développés. Mais dans ce cas, il n’a pas le handicap de la distance puisqu’il dispose d’un marché captif à sa porte. L’Europe pour la France, les Etats-Unis, etc…
 
Soit il est loin de ces marchés, je citerai comme exemples des pays comme la Chine ou Maurice plus près de nous. Mais il compense le coût du fret qu’il va dépenser pour amener ses marchandises jusqu’aux pays développés où il va les vendre, par un coût de main d’œuvre très faible. Ce qui lui permet de vendre au même prix, voire même moins cher, que celles qui sont produites sur place.
 
Nous à la Réunion, nous sommes un des rares pays au monde où nous cumulons les deux handicaps : les salaires élevés ET la distance.
 
Si nous voulons développer notre économie, il nous faut donc jouer sur un de ces deux handicaps.
 
Lequel ? Les salaires ? Difficile d’annoncer aux Réunionnais qu’à compter du 1er janvier prochain, leurs salaires vont être diminués pour être alignés sur ceux de Maurice ou de Madagascar pour prendre les deux exemples les plus proches de nous. Soit environ 312€ par mois à Maurice et 44€ à Madagascar. Vous avez compris que c’est impossible, ce serait immédiatement la révolution.
 
Tout au plus peut-on jouer sur des exonérations ou des diminutions de charges mais il n’en demeure pas moins que le salaire de référence est et restera le SMIC et que nous serons donc toujours plus cher que nos voisins. Sans parler du fait que le gouvernement d’Emmanuel Macron revient régulièrement sur ces avantages accordés aux entreprises des DOM.
 
Ne reste donc que le handicap de la distance.
 
La départementalisation, un premier pas. Mais insuffisant !
 
En mars 1946, trois députés un peu illuminés, les Réunionnais Raymond Vergès et Léon de Lepervanche et l'Antillais Aimé Césaire, ont réussi à convaincre le gouvernement et les parlementaires de l’époque de transformer ces quatre vieilles colonies situées à des milliers de kilomètres de la métropole, 9.000 km pour la Réunion, en départements français. C’est à dire avec les mêmes lois que la métropole, et les mêmes droits et devoirs.
 
C’était une véritable folie au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans un pays qui rappelons-le était ruiné. Et pourtant ils l’ont fait. Et pourtant, plus de 72 ans après, on peut se dire que c’est une relative réussite.
 
Relative car si on ne peut qu’être fier du développement social et administratif de ces départements d’outre-mer comme on les appelle, force est de reconnaître que l’échec est patent d’un point de vue économique.
 
La Réunion, pour parler d’elle puisque c’est celui que nous connaissons le mieux, vit sous perfusion d’argent public.
 
L’économie « réelle » est catastrophique.
 
     - 30 % de la population active est au chômage, ce qui, en France, équivaudrait à plus de 10 millions de chômeurs.

     - À ce sombre tableau, il convient d'ajouter les handicaps suivants : Le PIB par habitant est d’à peine 20.000 euros contre plus de 32.000 euros en France.
 
     - L’Indice de développement humain qui se calcule selon les trois critères « santé, éducation et revenu » montre que La Réunion est en retard de près de 20 ans sur celui de la France.
 
     - La pauvreté frappe près de 42 % des Réunionnais. Plus de 30 % des habitants de l’île, soit plus de 160.000 personnes, survivent grâce aux minimas sociaux.
 
     - La jeunesse, qui constitue l’avenir de La Réunion, n’est pas épargnée par cette tragédie sociale puisque 50 % des jeunes quittent le système scolaire sans diplôme et 70 % des jeunes qui ont quitté le système scolaire sont frappés par le chômage et l’exclusion.
 
     - Les richesses ne manquent pourtant pas à La Réunion, elles sont simplement réparties de manière inéquitable. Ainsi, 20 % des classes les plus aisées accaparent près de la moitié des richesses de l’île. Parmi les dix communes françaises les plus inégalitaires en termes de revenus, neuf d’entre elles sont réunionnaises. De la même manière, parmi les six villes les plus pauvres de France, quatre sont réunionnaises
 
     - Et je ne vous parle pas du taux d'emploi qui est très faible : 44 %, soit 20 % de moins qu'en France hexagonale et un niveau de vie très bas pour près de la moitié de la population réunionnaise : 42 % des Réunionnais vivent en dessous du seuil de pauvreté ce qui, ramené à l'échelle nationale, représenterait quelque 25 millions d’individus.
 
     - Passons rapidement sur le taux d'illettrisme record,116 000 personnes pour 830 000 habitants, soit 14 % de la population. Ramené à l'échelle de la France hexagonale, cela représente plus de 9 millions d'habitants.
 
     - Le Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant est de 17.700 euros, soit 40 % inférieur au PIB français.
 
     - Et en matière de logements, plus de 25 000 familles sont toujours en attente d'un logement décent.
 
On pourrait continuer la liste à l’envie mais on va en rester là. La démonstration est à mon avis suffisante.
 
Cette situation n'est, certes, pas nouvelle mais elle ne fait qu'empirer d'année en année et cela, quel que soit le gouvernement en place.
 
Face à cela, que proposent nos politiques ? Rien ou presque. Encore et toujours plus de défiscalisation, le maintien de l’octroi de mer et le retour des contrats aidés.
 
Voilà en gros notre avenir, sachant que ces remèdes, qui ne sont que des emplâtres sur une jambe de bois, n’ont pas fonctionné dans le passé. Ou pas assez. Et qu’il n’y a aucune raison qu’ils fonctionnent dans l’avenir.
 
Quoi faire alors ?
 
Pour imaginer l’avenir, revenons au passé... Et plus particulièrement aux années 80.
 
L’égalité sociale, un deuxième pas. Mais toujours insuffisant…
 
Le 31 décembre 1986, Jacques Chirac qui est Premier ministre, fait voter la loi dite de « parité sociale globale ».
 
Paul Vergès dénonce cette « loi d’apartheid social ». Et l’année suivante, en compagnie d’Elie Hoarau, ils démissionnent de leurs mandats de députés. Mais juste avant, à la tribune de l’Assemblée nationale, Paul Vergès lance : « À vous la Parité, à nous l’Égalité, le peuple tranchera ».
 
On connaît la suite, la parité a perdu et la loi sur l’égalité sociale a été votée en 1996.
 
Avec cette revendication d’égalité sociale, Paul Vergès jouait gagnant sur tous les tableaux.
 
Il offrait au gouvernement un choix duquel il sortait gagnant quelle que soit l’hypothèse retenue : soit on lui refusait l’égalité sociale, et il avait beau jeu d’expliquer aux Réunionnais que les Français ne voulaient pas d’eux, qu’on les considérait comme des sous-Français et que, dans ces conditions, il ne leur restait plus qu’a demander leur autonomie, voire leur indépendance.
 
Soit le gouvernement acceptait et il en tirait tous bénéfices auprès des Réunionnais en leur expliquant que c’est lui qui leur avait permis d’obtenir un salaire et des prestations familiales à celles des métropolitains. Et que donc, s’ils voulaient que leur situation continue à s’améliorer, il fallait continuer à lui faire confiance… et à voter pour lui !
 
Pourtant, Paul Vergès le visionnaire, a fait une erreur majeure. Est-ce l’âge, est ce la satisfaction du devoir accompli ? Toujours est-il qu’une fois l’égalité sociale obtenue, il en est resté là. Pourtant, l’égalité sociale n’est qu’une partie de l’égalité entre la Réunion et la France.
 
Suis-je l’égal d’un Zoreil parce que je touche le SMIC comme en métropole et que ma femme touche les mêmes allocations familiales qu’une femme zoreille ? Bien sûr que non.
 
     - Je serai l’égal d’un Zoreil quand le taux de chômage à la Réunion sera le même que celui de la métropole.
 
     - Quand les prix dans les grandes surfaces seront les mêmes que dans une grande surface de métropole.
 
     - Quand, pour me déplacer sur le territoire national, c’est à dire entre Gillot et Paris, je paierai l’équivalent de ce que paye le Zoreil le plus défavorisé, c’est à dire celui qui doit faire un Marseille/Lille ou un Marseille/Brest.
 
     - Quand le prix d’un abonnement téléphonique ou internet sera le même qu’en métropole.
 
     - Quand le prix des voitures sera identique à la Réunion et dans l’hexagone…
 
Et je vous laisse ajouter les points qui vous intéressent à la liste…
 
C’est ce que j’appelle l’égalité totale. Utopique me direz-vous. Oui, sans doute. Mais pas plus utopique que quand nos trois députés ont réclamé la départementalisation ou lorsque Paul Vergès a revendiqué l’égalité sociale.
 
Mais comment faire ?
 
C’est là que nous en revenons à notre point de départ. Comme nous ne pouvons jouer sur le handicap des salaires, il faut que nous jouions sur celui de la distance.
 
L’égalité totale, l’aboutissement de la revendication d’égalité
 
Aujourd’hui, une bonne partie des échanges entre la France et la Réunion est déjà dématérialisée. Beaucoup de ces échanges passent par voie numérique, via internet.
 
Je propose d’aller jusqu’au bout du raisonnement et de coller virtuellement La Réunion à la France.
 
C’est à dire de faire disparaître le coût du fret entre l’Europe et la Réunion.
 
Autrement dit, que la France et l’Europe prennent en charge le fret entre notre ile et l’Europe.
 
Je vous entends déjà : Pierrot Dupuy est devenu fou. Rassurez-vous, pas encore tout à fait.
 
Savez-vous combien représente ce coût aujourd’hui ? Selon le MEDEF et la CPME que j’ai contactés, environ 300 millions d’euros. On n’a pas la statistique exacte, l’INSEE n’a pas pensé à la faire, mais par déduction, on arrive à ce chiffre.
 
300 millions. 300 petits millions serai-je tenté de dire, comparé par exemple au 1,8 milliard que va coûter la Nouvelle Route du Littoral.
 
D’accord me direz-vous. Mais ça servira à quoi ?
 
Et bien, imaginez la situation. Si on décide demain que la Réunion est collée à la France et que le coût du fret est égal à zéro, on pourra tout fabriquer à la Réunion, en étant dans les mêmes conditions que n’importe quelle entreprise métropolitaine.
 
Imaginons que je veuille fabriquer des frigidaires à la Réunion. Je fais venir les composants de métropole, ils arrivent ici au même prix que si c’était à Marseille ou à Rennes puisque je ne paye pas le fret. Je fabrique mes frigidaires ici et je peux les renvoyer au port du Havre où ils arriveront au même prix que les frigidaires fabriqués en France.
 
Et ce qui est valable pour les réfrigérateurs le serait pour n’importe quel produit.
 
On pourrait tout fabriquer localement et enfin nos produits seraient compétitifs au niveau européen. Ce qui permettrait de développer une véritable industrie locale et de créer des emplois.
 
On pourrait même imaginer une Réunion avec le plein emploi.
 
Car en plus de fabriquer pour l’Europe, nous pourrions devenir une véritable tête de pont de l’Europe dans la zone et pourrions espérer vendre à nos voisins de l’océan Indien mais aussi de l’Afrique, des produits pas trop cher avec le label « qualité Europe ».
 
Alors, je suis honnête, si l’égalité totale se réalise un jour, le coût de la prise en charge du fret ne sera plus de 300 millions mais de beaucoup plus puisque les flux d’échange seront bien plus importants. Il faudra bien faire venir les matières premières et réacheminer les produits transformés en Europe.
 
Mais dans le même temps, puisque les marchandises seront enfin au même prix dans les grandes surfaces, que nous paierons tous nos produits au même prix qu’en métropole, l’Etat pourra arrêter de surémunérer ses fonctionnaires.
 
Et il pourra arrêter toutes ses aides spécifiques. De même, il pourra supprimer l’octroi de mer et doubler la TVA.
 
Tout comme il pourra mettre un terme à l’abattement de 30% sur les impôts.
 
Il perdra d’un côté mais il gagnera de l’autre.
 
Dans la colonne dépenses, il faudra compter les sommes déboursées pour le frêt plus la compensation (dotation globale de fonctionnement) à verser aux collectivités pour compenser la perte de l’octroi de mer.
 
Dans la colonne recettes, il pourra compter sur l’économie réalisée sur les salaires des fonctionnaires et assimilés, la suppression de l’abattement de 30% sur les impôts, le doublement de la TVA et les impôts supplémentaires prélevés sur les bénéfices des entreprises et sur les salaires des Réunionnais qui auront trouvé un travail grâce à ces mesures, et qui n’en payaient pas jusque-là puisqu’étant chômeurs.
 
Et surtout, il offrira enfin un réel avenir à nos populations.
 
Voilà le rêve que j’ai fait. A vous de me dire maintenant ce que vous en pensez et si vous le partagez avec moi.
 
Pierrot Dupuy
Lu 15318 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

94.Posté par 97421 le 30/11/2018 20:33

Finalement le rêve peut devenir réalité ...

93.Posté par kaki le 26/11/2018 17:22

en deux mots ceux qui bossent pas doit avoir le même pouvoir d'achat que ceux qui bossent , c'est le monde des bisounours et c'est qui bossent qui paye des impôts aussi

92.Posté par colimaconvert le 26/11/2018 09:56

Attention Monsieur Pierrot DUPUY, votre analyse et les remèdes que vous proposez pour arriver à l'égalité économique avec la Métropole se heurte avec le système économique local institué depuis des décades
encouragé et maintenu par les hommes politiques de tous bords locaux (qui y ont leurs intérêts) entrant dans la vie économique de la Réunion: système qui repose sur le monopole des grands groupes d'importations et reventes de tous les produits concourant à la vie de la Réunion, lesquels monopoles ne reversent pas leurs super-bénéfices dans l'économie de l'île. Vous avez les noms de ces gens là ...

91.Posté par Fidol Castre le 23/11/2018 17:59

88.Posté par Zistoire-la-Réunion le 23/11/2018 12:15 (depuis mobile)

Encore de la démagogie anti-zoreil. Les zoreils qui prennent tout au pauvres petits créoles parlez de "français". oui à la Réunion il y a des inégalités par rapport à l''''hexagone. Ne parlez pas de zoreils qui vivent comme tous les créoles ....


Exemple de discours victimaire, faux, inutile et dangereux.

90.Posté par Fidol Castre le 23/11/2018 17:57

37.Posté par Fidol Castre le 20/11/2018 20:57

Monsieur Dupuy, l'Etat laisse pourrir la situation.

Le conflit va dégénérer en débat Zorey-Kréol. Et pas seulement en débat...
Baisement i sava péter...Totochement général...languettement...

Cette semaine, c'est l'échauffement seulement. On parie ?


Ce matin le préfet a dénoncé des rackets sur certains barrages où les tarifs variaient en fonction de l'appartenance à telle ou telle communauté.

Ça ne va pas s'arranger parce que certains appellent sur les radios, se victimisent et traitent quasiment tous les créoles d'alcooliques, de casseurs, de zamaliens...

On glisse vers une pente très très très dangereuse alors que la taxe et l'impôt n'ont ni race ni couleur.

Qui vivra verra.

89.Posté par Zistoire-la-Réunion le 23/11/2018 13:20 (depuis mobile)

Attention à la Censure, Mr Dupuy, votre "journal" est libre de parole non? Même sur d'autres journaux il est possible de dénoncer vos censurés répétitives....

88.Posté par Zistoire-la-Réunion le 23/11/2018 12:15 (depuis mobile)

Encore de la démagogie anti-zoreil. Les zoreils qui prennent tout au pauvres petits créoles parlez de "français". oui à la Réunion il y a des inégalités par rapport à l''''hexagone. Ne parlez pas de zoreils qui vivent comme tous les créoles ....

87.Posté par Alex upr le 23/11/2018 08:33

Votre idée de soutien et d'encouragement des échanges à grande distance, s'inscrit dans la droite lignée de la politique ANTI-ECOLOGIQUE promue par l'Union européenne.
Bien au contraire, il faut favoriser les circuits courts et la production au plus proche du consommateur.

86.Posté par Gratel le 22/11/2018 16:30

@78 - Arthur

Dérogation provisoire, juste le temps que le taux de chômage rattrape celui de la moyenne nationale.

@81 - Histoire réécrite

Régime dérogatoire comme la Corse, la Moselle, la Martinique, la Guadeloupe etc…

C'est donc tout à fait possible.

85.Posté par MICHOU le 22/11/2018 12:41 (depuis mobile)

tu as raison mais quand tu parles de salaires élevés tu me fais peur. Le pb est que tout est basé sur les revenus des suremuneres qui trouvent ça normal et qui ne se battront jamais pour que l''injustice criante infligée aux autres soit corrigée

84.Posté par georges benard le 22/11/2018 10:50

Pierrot
Repésente nous auprés des autorités
J'adhére complétémnt à ta vision et à ta façon d'apporter une solution
Nous lé pas plus nous lé pas moins
Comme les Corses nous voulons uné réelle prise en compte de la continuité territoriale
Marre des prix élevés > de l'impossibilité de voyager correctement

Du poids des tracasseries administratives > "pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer" semble être leur adadge


les jumeaux Gilles et John

83.Posté par Lilou le 22/11/2018 09:43 (depuis mobile)

M. Dupuy je pense sincèrement que vous avez donné une grande partie des solutions à mettre en place . Dans le même temps faut baisser les cotisations sociales de 50 % les entreprises sont asphyxiés et ne peuvent pas embaucher.Il faut revoir les imp

82.Posté par li le 21/11/2018 22:09

Émission C dans L Air
La France savante conviée un court moment à une discussion sur les événements en cours sur l ile de la Réunion
Et les lumières de la France savante se sont éteintes

81.Posté par Histoire réécrite le 21/11/2018 21:17

à Gratel post 77
Quelle modification du statut de département?
Soit on est département soit on ne l'est pas.

80.Posté par Dolly Prane le 21/11/2018 20:57

théorique, intéressant mais … quand même utopique hélas
parmi tous les commentaires j'ai notamment retenu celui de cricri (45) : je suis d'accord

le lien : pour ceux qui veulent connaître les 214 taxes et impôts différents en France
ça fait un pognon de dingue tout ça comme dirait un certain président.

79.Posté par arthur le 21/11/2018 13:22

87.Posté par Joz le 21/11/2018 07:01-- il faudrait avant et surtout que beaucoup aient envie de travailler a la réunion et ce n est pas une image une critique mais ...une réalité !!!!!! déjà va trouver un remplaçant dans un cabinet infirmier de soins a domicile , les remplaçants ne veulent dejà pas bosser sils travaillent le dimanche ou ..tard le soir ne veulent participer a la mise a jour des operations effectuées la journée pourtant les salaires sont au dessus des normes et de la moyenne renseignez vous alors la solution : chercher des remplaçants qui viennent de metropole alors simplement pour ces cas là regardez bien pour les autres jobs , en metropole les entreprises que ce soit restauration entre autre ne trouvent pas alors sur l ile ????????????

78.Posté par arthur le 21/11/2018 13:16

90.Posté par Gratel -----donc si l on va ds le sens de ton commentaire en metropole les metros sont prioritaires et l on va renvoyer tous les reunionnais sur leur ile !!! mise en oeuvre des meme mesures pour les reunionnais en metropole !

77.Posté par Gratel le 21/11/2018 11:33

La modification du statut de département est nécessaire :

- pour passer à une régionalisation des emplois : à compétence égale, un réunionnais est prioritaire (s'entend de celle ou celui qui est né à la Réunion et ayant accompli sa scolarité ici)

- Suppression de la surèm pour les nouveaux entrants

- Revenu universel de 1 000 euros pour chaque adulte de + de 25 ans. En contrepartie suppression de toute les aides sociales. (Economies à la CGSS

- Aide entre 800 et 1 000 euros à tous les étudiants en formation (exemple du SMA à généraliser - qu'on arrête avec les organismes de formation bidon subventionné à bloc et qui ne débouche sur rien).

- Pour lutter contre la surpopulation : pas d'allocs à partir du 3ème enfant.

- Installation dans l'île réservée uniquement à ceux qui prennent un emploi ou créé
une entreprise.

76.Posté par Horace le 21/11/2018 10:38

Dans un seul commentaire on a parlé du tourisme.
La Réunion est une île magnifique qui a beaucoup de potentiel qui n'est pas exploité par manque d'infrastructure.
Exemple: L'IRT fait beaucoup de publicité en Allemagne. Qui parle allemand ou anglais à la Réunion? Alors pourquoi ne pas former des jeunes dans l'hôtellerie, la restauration et dans d'autres métiers en relation directe avec le tourisme, leur apprendre une ou deux langues étrangères et les envoyer faire des stages d'un minimum de 6 mois dans les pays où on parle ces langues. A leur retour ils trouveront du travail.
Parlons des restaurants. Les touristes en ont marre de manger du cari tous les jours. Il y a beaucoup de produits tels que songe, manioc, cambar... que l'on ne ne propose pratiquement jamais dans les restos.
Les végétariens en ont marre du riz-grain-rougail. Il y a tellement de bon produits sur cette île, produits malheureusement pas exploités.Les heures d'ouverture des restos. Beaucoup ferment le soir ou sont censés être ouverts. Les touristes veulent profiter de la journée et ne pas "perdre" trop de temps le midi. Par contre, le soir, ils aiment bien se détendre dans un endroit agréable.
Il y a du potentiel dans l'agriculture. Pourquoi acheter des carottes, des oignons ou de l'ail qui viennent d'Australie ou de Chine alors qu'il y a des produits péi? Par principe, je n'achète que des produits cultivés à la
Réunion et vendus uniquement dans des petits commerces ou sur le marché. Seules exceptions: des pommes et toutes les lunes du raisin.
Pour terminer: arrêter de passer votre temps à chercher des subventions. Faites plutôt travailler vos méninges: si vous avez une bonne idée, réalisez-là. Toutes ces subventions et aides données à des personnes qui ne sont pas dans le besoin entretiennent la paresse, rendent léthargiques et freinent les initiatives.

75.Posté par Le Jacobin le 21/11/2018 10:04

UTOPIE

1-En économie il faut une vision sur 30 ans pour évaluer les besoins de la population afin d'orienter la formation.
2-Il faut des investisseurs qui prennent une part de risque sur un marché potentiel
3-Pierrot suggère que l'état amortisse le fret à hauteur de 300 Millions
4-Suppression de l'octroi de Mer, c'est aussi la suppression en dotation budgétaire au développement des communes de la Réunion.
5- de TVA 20% dans la poche de l'état
-La volonté de travailler, là c'est une autre histoire, le raisonnement serait parcimonieuse discutable si nous étions en circuit fermé, mais voilà pour exemple, la protection sociale 5 étoiles de la France ne permet pas de baisser le coût de travaille quant tout le monde profite avec les mêmes exigences.

74.Posté par Joz le 21/11/2018 07:01

Ce mode économique ramène sur un axe Métropole Reunion avec énormément d’énergie l’avenir c’est raccourcir les réseaux... l’idée de réintroduire une industrie est bonne, mais pas décentralisée de la métropole.A mon avis on a une dynamique dans le potentiel de la jeune population et des outils ( universités, ingénierie, santé, recherches) Maintenant il faut un marché...pourquoi on se placerait pas sur un marché Océan Indien, marché émergent dans les années à venir. La Réunion pourrait organiser l’optimisation de ses moyens, revoir un espace politique avec la France et l’Europe pour adapté des mesures qui nous permettraient de proposer les services d’entreprises Réunionnaises . Ensuite des étapes de partenariat dans la mise à niveau de nos partenaires Océan Indien, aide aux développements.c’est la que l’idée de Mr Dupuy est juste, la Réunion pourrait créer des richesses avec ses partenaires de la zone et organiser une industrie de transformation sur l’île dans l’agroalimentaire, les produits de la pêche.. ect . et exporter en Europe...L’Europe organise une zone franches où des investisseurs trouveraient un cadre économique viable et un marché Européen.Ils y aurait plusieurs étapes, ce qui nous mènerait à sortir d’un système d’assistanat, pour les besoins en consommation de l’île il y aurait des produits de la zone avec des coûts d’approches moindres..et pour finir renouer le Réunionnais au développement en forme de réseau Afrique- Asie-Europe.

73.Posté par LORHEIN le 21/11/2018 09:57

Une excellente analyse , à peaufiner en fonction de la situation à venir. Pour citer un exemple, on ne peut que soutenir des ouvriers qui travaillent 35H00 par semaine, qui font 50 Kms à 100 Kms par jour pour 1200€ par mois. Ce n'est pas abject de demander plus pour ces sans dents ou ces gents la(Castaner), ce n'est que justice sociale et sans justice sociale, les révoltes arrivent. Ma petite histoire du matin:
Sire Macron et Prince Philippe se rencontrent au bois de Vincennes:
Sire Macron: "Prince Philippe que demande mon Peuple de Gaulois réfractaire?"
Prince Philippe: "Sire, ils veulent du pétrole"
Sire Macron: "Eh bien qu'on leur donne des taxes".

72.Posté par comme nos 300.000 chiens aboyons tout en coeur! le 21/11/2018 09:31

Pour mettre fin à la vie chère, il faudrait tout faire individuellement et collectivement pour se passer de voiture dans le quotidien... tout simplement, sans compter les économies qui découlent du mieux-vivre ambiant que ferait la réduction drastique des nuisances directes de la voiture sur tous (santé, bruit, vivre éloigné des lieux de travail, éloignement des commerces et autre, stress, temps perdu, info-routes...)
Imaginez seulement l'efficacité qu'aurait un réseau de tram train associé à des funiculaires sur un territoire où les distances réelles sont petite avec une forte densité de population...
Imaginez aussi que les gens ne soient plus gras et gros, ni privé de leur fonction vitales de base dont la capacité à se déplacer sans s’essouffler..

le surcroît de diabète, l'obésité, le stress, la pollution directement causés par le mode de vie tout-voiture qui encourage aussi de ne s'alimenter qu'avec la bouffe des supermarché coûte pas qu'un peu, et on le paye très cher, pas seulement en flouze.

Alors, un bon début, c'est peut être qu'il devient tout simplement trop cher et donc impossible de continuer à vivre en mode- tout-voiture et d'utiliser l'île comme un noeud routier, ça fait mal par où sa passe... espérons le pour du mieux ensuite.

71.Posté par Damour le 21/11/2018 07:03 (depuis mobile)

Ben moi je trouve que c'est un gros début de solution et qu'on devrait réfléchir car c'est pas totalement faux. Mais je sais que sa arrange pas les élus pour pouvoir maintenir les contrats aidés et tenir le peuple sous perfusion. Je dis bravo Pierrot

70.Posté par iwat974 le 21/11/2018 04:02

Analyse bourrée de contradictions. D’un côté, vous nous expliquez qu’une bonne partie des échanges entre l’île et la métropole est dématérialisée. Et de l’autre qu’il faut fabriquer des frigidaires ici. Combien d’entreprises fabriquent encore des frigidaires en métropole ? Si c’était aussi simple, comme chef d’entreprise, et même avec un coût de transport deux fois plus élevé, pourquoi je n’irais pas fabriquer mes frigidaires à Madagascar ? La métropole se désindustrialise et vous voulez industrialiser La Réunion. On pourrait même se sous-développer un peu plus et se mettre à faire pousser du riz en terrasse.

69.Posté par Yann le 21/11/2018 06:58

Je salue votre idée Mr Dupuy.
Il y a une logique sûre, c'est innovant et cela peut permettre l'innovation locale justement.
J'imagine déjà dans ma propre famille les conséquences extrêmement favorables que pourraient avoir ces évolutions économiques.
Accompagnées de mesures d'éducation et d'accompagnement social fortes, elle pourraient faire des miracles.
Après, les pseudos-penseurs conseilleurs et les colériques critiqueurs vont rétorqueront que c'est impossible. Oublions-les et allons de l'avant ! : "Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait" (de Mark Twain).

68.Posté par Pro no stick le 21/11/2018 06:34 (depuis mobile)

Relire les contributions de la cftc sur l'egalite reelle et la.mission d'evaluation loi lurel..

http://www.opmr.re/ressources-documentaires/societe-civile/

67.Posté par Pro no stick le 21/11/2018 06:30 (depuis mobile)

Lire la contribution de 2016 de la cftc sur le site de l'opmr.

9 milliards de pib manquants...

66.Posté par JMT le 21/11/2018 00:18

Bonjour pour le fret je suis d’accord e même pour la tva qui impacts nos produits locaux. Excellentes bases de travail j’espère que nos décideurs lient z’infos 974

65.Posté par arthur le 21/11/2018 00:19

en fait je lis votre "journal" depuis quelques années mais je me pose la question lors de la parution de certains articles et développement de ceux ci !!!! je n ai pas tout etudié mais cela m a quand meme frappé et fort ! ""Imaginons que je veuille fabriquer des frigidaires à la Réunion. Je fais venir les composants de métropole, ils arrivent ici au même prix que si c’était à Marseille ou à Rennes puisque je ne paye pas le fret. Je fabrique mes frigidaires ici et je peux les renvoyer au port du Havre où ils arriveront au même prix que les frigidaires fabriqués en France.
Et ce qui est valable pour les réfrigérateurs le serait pour n’importe quel produit.
On pourrait tout fabriquer localement et enfin nos produits seraient compétitifs au niveau européen. Ce qui permettrait de développer une véritable industrie locale et de créer des emplois. ?????? êtes vous vraiment au courant de ce qui se passe dans le monde ou alors zamal !!! cherchez et trouvez de vrais produits made in france cela n existe presque plus !!! connaissez vous la Chine ? apparemment pas !!! même certains modele de voitures francaises ne sont plus fabriquées en france ce simpe petit extrait permet de mettre en doute vos connaissances sur l economie francaises donc quand vous verrez des reunionnais fabriquer des frigidaires et des voitures pour .............les exporter ,,,, etc etc etc mais aujourd hui je me pose de serieuses questions sur .....................................


https://www.electroguide.com/refrigerateur-made-in-france

64.Posté par Jim beam le 20/11/2018 23:56 (depuis mobile)

Vous raisonnez uniquement en terme de consommation et vous êtes dans la victimisation. Comme d''habitude, j''ai envie de vous dire.
Et si La Réunion se prenait vraiment en main. Et si les réunionnais cessaient de gâcher leur île. Il y a tout à faire

63.Posté par éclairé illuminé le 20/11/2018 23:50

https://legrandreveil.wordpress.com/2018/11/11/le-dernier-panache/

62.Posté par JORI le 20/11/2018 23:50 (depuis mobile)

52. Philippe jantzen.
+++++1

61.Posté par taz.opinion le 20/11/2018 23:44

Pas vraiment d'accord avec toi Dupuy ... Egalité totale peut-être mais à condition de bosser un minimum !!! Moi là, j'en ai marre de payer mes PV parce que je prend la route pour aller bosser le matin !
J'en ai ma claque de payer encore une taxe d'habitation pendant que les gratels se la coule douce à regarder des telenovelas !
Je ne supporte plus de payer à tout des taxes et des impots pour que les graters d'ki puissent partir en vacances une fois par an en métropole alors qu'avec mes revenus prétendument confortable ne je peu même pas passer un week-end à Maurice dans l'année. Je problème est là et pas ailleurs. La classe, les classes moyennes en ont marre de racker et d'être racketter toujours à l'avantage des plus riches mais aussi pour les gratels !!!! Il faudra bien à un moment donné que l'on prenne conscience de ce qu'est le mouvement des Gilets Jaunes !!!! MARRE DES GROS KI et MARRE DES GRATERS D'KI !!!

60.Posté par Hannibal le 20/11/2018 23:28 (depuis mobile)

Le pays le plus riche du monde par habitant cumule ces deux handicaps: le Japon...

59.Posté par pas sorti de l''''auberge... le 20/11/2018 23:27

Je suis accord avec le post 14 - trop de jeunes veulent de l'argent facile, n'ont pas eu le goût de l'effort .
Un peu normal quand ils voient autour d'eux des proches ( parents ) qui ne se sont parfois jamais lever pour aller travailler, des personnes sensées donner l'exemple qui font des délits en toute impunité, qu'on les abreuve avec des conneries de téléréalités....
Les 1er responsables sont ceux qui sont embêter aujourd'hui pour éteindre le feu qu'ils ont entretenu pendant longtemps; à force de prendre la population pour des "abrutis".
Je vise indubitablement les Elus politiques de tous bords :
- ce sont eux les grands décideurs et qui sont sensés donner les orientations stratégiques
- au lieu de deux feuilles tôles ( pratique du passé ), on donne aujourd'hui un emploi précaire et on fait tourner pour essayer de contenter le plus grand nombre ( et ceci au détriment de la compétence intrinsèque de la personne et encore moins des dysfonctionnements que cela peut générer) .
- On saupoudre avec des formations-bidons qui n'aboutissent à rien. On continue à pousser des jeunes à passer des diplômes dans des filières déjà saturées . Mais qu'importe car l'organisme de formation, elle, gagne de l'argent et le financeur a l'esprit tranquille. Le jeune au chômage, c'est pas leur souci...
On abaisse le niveau des diplômes pour donner l'illusion que tout va bien ( fameuses statistiques) .
Sauf que lorsque le jeune se frotte au marché du travail , il n'a pas le niveau et les compétences...
- le système éducatif est sans doute à revoir et pourtant tous les ans ( ou presque) j'entends mon fils me dire "avec la nouvelle réforme..."... Il ont tellement réformé que le jeune ne sait même plus les 4 opérations aujourd'hui et il sera bachelier !!!

Je connais très bien certaines collectivités publiques et je suis écoeuré de voir le comportement de " petit roitelet" qui est pratiqué : clientélisme, favoritisme, décisions à l'encontre du bon sens et de la bonne gestion, humiliations, terrorisme moral,comportement tyrannique, emplois de complaisance copain-coquin,...
On titularise du personnel qui sont du "bon côté" mais souvent peu compétent, alors que d'autres restent en CDD perpétuel,... Cela fait des taux importants de personnels improductifs qu'aucune structure privée ne pourrait en supporter le coût financier. Et comme tout cela est verrouillé par le fameux droit du travail ou statut ( on ne peut plus licencier ou alors ça coûte trop cher ...), faut pas s'étonner que l'on ne soit pas compétitif...
Du coup, beaucoup ne rêvent que d'une chose : être embaucher à vie dans une collectivité. En somme, être "fonctionnaire" mais pour beaucoup sans passer de concours car pas le niveau...
Et bien sûr, pour payer ce train de vie, les dépenses somptueuses ( facile quand on n'est pas le payeur ), leur ( élus ) bon sens de gestionnaire leur dit qu'il faut augmenter les taxes ou en inventer...
Aujourd'hui, comme le gouvernement veut leur sucrer leurs emplois aidés ( levier électoral important), ils sont bien embêtés car la machine à entretenir leur fond de commerce est grippée.
S'ils veulent vraiment montrer qu'ils travaillent pour le peuple, il faut déjà qu'ils acceptent :
- diminuer nombre élus ( sénateurs , députés,...)
- un plafonnement maximum de l'ensemble de leurs revenus ( cela évitera la course au cumul des mandats). IL faut arrêter de toucher diverses rémunérations alors que intrinsèquement ils ne peuvent gérer correctement les divers mandats..
- suppression au minima de leurs privilèges et avantages divers
- voter une loi sur la transparence de leurs dépenses publiques , afin que la population puisse juger de visu leur bonne ou mauvaise gestion.
- limiter les dépenses de représentation non indispensables ( déplacement de tous les élus et administratifs au congrès des maires est un vrai scandale )
- contrôle enrichissement personnel de l'elu et de son entourage familial

Enfin, un mot sur les parents. Quand on voit aujourd'hui des jeunes de 12 ans dans la rue la nuit en train de piller, je me dis que ce sont d'abord eux les fautifs. Je serais pour une sanction de type : en cas de preuves avérés , suppression de toutes les aides publiques ( AF, AL, primes diverses,....) à concurrence des dégâts générés. Et pour le jeune, ouvrez un nouvel APECA ( sorte de centre de rééducation pour jeunes délinquants ) ou obligation de faire 3 mois armée pour lui apprendre quelques règles de civisme.

58.Posté par Kanal bisik le 20/11/2018 23:14 (depuis mobile)

Monsieur dupuy ça fait longtemps que vous vous droguer ? Ôté ben la ou la tombe su un vrais sec au pied ! Donne un peu out kamarad didi et ensamb refait la renion nou ri un bon coup !

57.Posté par Vergès..prit es tu là ? le 20/11/2018 23:13

En fait le malheur de la Réunion fut d'avoir eu la dynastie Vergès, le Raymond qui a lancé l'inconscience de la départementalisation et le Paul qui obtenu l'égalité sociale sans vouloir pousser plus loin s'assurant une clientèle

Si le Paul n'avait pas assassiné Villeneuve, nous n'aurions pas eu le Grand Timonier et son infernale fratrie qui ont mis l'ïle en coupe réglée et qui était devenue la Compagnie des indes à elle toute seule. Un fléau ....pire que tous les cyclones

Bon il reste la fille qui continue à vomir sa bile sur la France néocoloniale, la France raciste, la France discriminatrice, la France répressive, ..... tout en vivant sur l'héritage accumulé depuis les ancêtres esclavagistes et grâce surtout aux subsides de cette même France colonialiste !

56.Posté par Réunionnaise le 20/11/2018 22:49 (depuis mobile)

Le problème cest ceux qui se gavent sur le dos des peuples. Salaires et indemnités des ministres secrétaires d''état députés sénateurs députés européens commissaires européens...mais ça vous n''oserez pas le dire. Les privilégiés de la ripoublique.

55.Posté par Pieerot Président le 20/11/2018 22:45

MIEUX!!!! Que les fonctionnaires, les salariés et les chefs d'entreprise ne perçoivent plus leur salaire! Qu'on reverse plutôt tout à cette classe défavorisée, celle qui ne se lève pas le matin, qui augmente les charges de tout le monde, au nom de la sacro sainte justice sociale. Le plus beau métier du monde: journaleux! Écrire de la m... lu par des gens assoiffés de se tenir informés de ce qui se passe dans les rues. Vous participez, un peu à votre façon, à cette pauvreté M. Pierrot et savez maintenir les rancœurs que les classes sociales ont entre elles. Finalement, on voit de quel parti vous vous inspirez!

54.Posté par Philippe Jantzen le 20/11/2018 22:43 (depuis mobile)

Pour répondre à Tmassicot les cagoulés en Corse voulaient l'indépendance et non pas des baisses de taxes ceci explique peut être cela....

53.Posté par Philippe Jantzen le 20/11/2018 22:34 (depuis mobile)

Tu vois le rapport ou pas ? Après tout ce que tu as dit n'est pas faux mais cela aurait pu être mis en place avant si c élus ne pensaient pas qu'à s'en mettre plein les poches....

52.Posté par Philippe Jantzen le 20/11/2018 22:32 (depuis mobile)

Moi la question que je me pose Pierrot en tant que zoreil installer depuis 3 ans à la Réunion c pourquoi demander la démission d''un mec depuis 2ans au pouvoir alors que les gars élus à la Réunion depuis 40ans se gavent sur le dos des reunionais...

51.Posté par CT91 le 20/11/2018 22:17

A post 50.
Posté par Première fois le 20/11/2018 21:10 (depuis mobile)

Méfiez vous d'un raisonnement simpliste, les gros zozo comme vous dites (élus compris) ont tous leurs passeports avec des points de chutes ailleurs.
Si la situation devait dégénérer, tout le monde sera perdant , mais les grands perdants ne seront pas ceux que vous croyez.

50.Posté par Jean-Louis sauveur le 20/11/2018 21:56 (depuis mobile)

Dans un salle de danse i danse su un seul musique,alors la réunion tte peuple confondu danse synchroniser,mais i peut pu continue comme sa.sak néna oubli pas conné pas demain comment zenfan sera, alors combat tte Moune avec.elu NON!

49.Posté par Thierrymassicot le 20/11/2018 21:51

Bien, bien....Et si on mettait en parallèle les subsides versés à L'Ile beauté en face de celle versé à la Réunion... La comparaison est incommensurable.....And the winer is.........LA CORSE!!! Pourquoi??? Ptêt que les cagoulés du FLNC étaient plus convainquant que nos jeunes voyous pey....Enfin je pose la question....

48.Posté par Jean-Louis sauveur le 20/11/2018 21:47 (depuis mobile)

@21 tu te trompes on fabrique toujours des frigo en métropole,ce que Mr Dupuy i dis c du bon sens, li pense tt le monde,mais n''a certain i veut dort sur le magot,ATD n''a monte a zot de quel bois le créole pov les faits.

47.Posté par cmoin le 20/11/2018 21:28

L'égalité serait de donner moins de milliards à la réunion,vous êtes conscients de cela j'espère?

46.Posté par cmoin le 20/11/2018 21:26

Que des mesures irréalisable ou alors qui demandent beaucoup d'argent,et ou va-t-on sortir tout cet argent?
Aucune réponse...

45.Posté par cricri le 20/11/2018 21:23

Mr Dupuy,
Tu l'as rêvé et les Cie maritimes l'ont fait !
Les comparaisons que tu prends sont biaisées car il suffit de prendre une autre unité (le coût au Km par exemple) pour voir que le prix à la Réunion est déjà "subventionné".
En ce qui concernent le frêt, il faut savoir que la plupart des onteneurs qui arivent à la Réunion repartent vides, de fait les prix du frêt sont plus élevés à l'importation (en fait le prix de retour est déjà inclus dans l'importation) et deuxièmement il y a déjà des subvention pour l'exportation ... mais le problème est qu'on ne produit pas suffisament et il est impossible pour les producteurs lcoaux de prendre des engagements de booking de frêt que ce soit aérien et maritime.
Il ne faut pas chercher la clé sous le réverbère parce qu'il y a de la lumière là alors que tu as perdu ta clé ailleurs.
Pour l'histoire la France alors première puissance mondiale a toujours soutenu l'économie de ses colonies en valorisant ses produits à un nveau d'excélence mondiale (jadis huilles essentiels, épices, vanilles, cacao, etc). Il est vrai qu'après la 2nde guerre la France ayant perdu son rang de première puissance mondiale, la stratégie de l'économie locale a été laissé aux mains des élus locaux qui n'ont pas de stratégie d'envergure car ils n'ont pas les moyens de leurs volonté à vouloir contester le pouvoir de Paris. Cela continue encore dans les grandes lignes quand on entend ci et là "nou réyoné". La place de la Réunion sur 'échéquier mondial se joue à Bruxelles avec l'intermédiaire de Paris alors que nos élus locaux sont dans un jeu de bataille coq pour un électorat local. Cependant il y a des entreprises qui ont une vision stratégique de dimension gloale dans le sucre par exemple et ce qui arrive avec les sucres spéciaux c'est qu'on peut vendre plus cher, faire protéger notre marché par l'Europe et générer des valeurs ajoutés équivalentes aux niveaux des régions européenens les plus riches (paris, londres, italie du nord, allemagne par exemple). Et pour pousser un peu plus loin l'illustration quand la Réunion réussit sur cette ligne, elle doit importer pour satisfaire ses marché, c'est le cas d'une année où la Réunion a été amené à importer de la mélasse pour produire du rhum et honorer ses marché qifficilement conquis !
Ma pensée est que le problème est avant tout humain et qu'il faudrait un effort continue sur une génération pour refaire le retard tout en sachant que les autres progressent aussi avec ou sans nous.
Le problème est humain, c'est la première ressource d'une entreprise ... et aussi d'un pays. C'est un autre débat que j'aurai l'occasion d'en reparler ici.
Cricri

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Août 2019 - 00:48 SODIAC : Les gros mensonges de Philippe Naillet