Société

Une métropolitaine nous fait partager le quotidien d'une vie déconcertante à Mayotte

Lundi 26 Mars 2018 - 17:57

Elle a repris les cours aujourd'hui. Béatrice (prénom d'emprunt) est une métropolitaine âgée d'une trentaine d'années et elle a fait le choix de venir enseigner dans le 101ème département. Elle est arrivée à Mayotte mi-2017. L'accueil y a été particulier, avec une tentative de cambriolage subie dès son deuxième jour. Elle nous décrit ici un sentiment d'insécurité beaucoup plus grand que ce qu'elle a pu vivre au cours d'autres déplacements, à Madagascar ou dans une cité française par exemple. C'est sûr, elle ne se voit pas rester très longtemps dans un tel climat de méfiance permanente.


Depuis quand êtes-vous installée à Mayotte ? Qu’y faites-vous ?
J’y suis arrivée à la rentrée scolaire 2017. Je suis enseignante dans un lycée général.
 
Quelle a été votre première réaction une fois arrivée ?
J'étais déjà venue quelques jours en vacances en 2013 et j'ai eu le même sentiment qu'à l'époque, celui de voir une île à deux vitesses. D'un côté certains services et infrastructures développés et de l'autre des endroits très pauvres avec des maisons en tôles (les Bangas) où les gens vivent sans eau courante ni électricité et qui menacent de s'effondrer à la moindre coulée de boue. J'ai vécu un an en Guadeloupe et je n'ai jamais eu cette impression là.
 
Comment se sont passés les premiers mois ?
Dès la deuxième nuit passée sur l'île, un gamin d'une douzaine d'années a essayé d'entrer dans l'appartement où je logeais. Je ne dormais que d'un oeil et ai pu voir son bras passer à l'intérieur pour essayer d'ouvrir la grille qui séparait l'endroit où je dormais de l'extérieur. Depuis cet épisode, je dors toujours avec toutes les fenêtres fermées, bien que nous ayons des barreaux.
 
Je ne laisse rien traîner sur la terrasse, même si nous sommes au premier étage. Lorsque je dois aller aux WC, si je suis en train de travailler sur mon ordinateur, je le rentre et ferme la baie vitrée à clef le temps d'aller aux toilettes. Je ne laisse pas l'appartement sans surveillance 2 minutes. Pour ce qui est des activités en nature, le lagon est assez sécurisé, les gens adorent les sorties en bateau. Mais moi qui préfère les randonnées c'est râpé, les risques de se faire agresser sont très grands et pour chaque randonnée, n'importe qui vous racontera une histoire d'agression qui lui est arrivée ou à l'un de ses amis. Les jeunes agressent et volent téléphones, appareils photos et argent. Même des groupes de 6 ou 7 se font agresser, il suffit qu'ils aient des coupes coupes et le nombre de randonneurs n'a plus d'importance. Je n'ai pu faire que 2 randonnées depuis mon arrivée sur l'île.
 
Vous a-t-on donné des conseils de prudence à votre arrivée ?
Oui, celui de toujours tout fermer la nuit et en journée lorsque je quitte mon appartement, toujours cacher mes affaires. Si possible mettre mes papiers et bijoux dans un petit coffre fort. Ne pas téléphoner dans la rue au risque de me faire arracher mon téléphone des mains. Même chose pour les casques audio. Éviter les sacs de marque qui pourraient attirer l'oeil des voleurs. On m'a même conseillé d'acheter un téléphone bas de gamme pour ma vie en dehors de l'appartement et garder l'autre pour la maison. Mais j'avoue ne pas suivre toutes les consignes, sinon on ne vit plus. J'utilise mon téléphone et mon casque dans la rue, je n'ai pas envie de rendre mon quotidien désagréable non plus avec toutes ces restrictions.
 
Avez-vous été confrontée à des situations d’insécurité ?
Il y a eu une deuxième tentative de cambriolage chez moi. Mes coloc étaient sorties faire la fête pour la première fois depuis des jours (je pense qu'ils surveillent les allées et venues), et vers 2h du matin, un homme a forcé la première porte (voir la photo). Heureusement notre voisine ne dormait pas et a entendu un léger bruit qui l'a poussé à vérifier s'il y avait quelqu'un dans le couloir et effectivement elle a vu un homme d'une vingtaine d'années attendre devant la porte. Elle a hurlé et il est parti en courant.
 
Les groupes de jeunes clandestins sont souvent pointés du doigt par les habitants de Mayotte. Ces groupes ont-ils un sentiment de totale impunité ? Vivent-ils de larcins comme la population le rapporte fréquemment ?
C'est difficile à dire car nous ne connaissons pas leurs habitudes. Nous constatons seulement tous les jours des vols et agressions. Et les téléphones et autres affaires volées se retrouvent vendues sur facebook ou directement dans la rue. Un de mes élèves m'a dit qu'il débloque régulièrement des téléphones portables pour 5€. Je pense qu'il s'agit, pour la majorité, de jeunes clandestins, mais il n'est pas improbable que de jeunes Mahorais en profitent également...

Après il ne faut pas mettre tous les jeunes Comoriens dans le même panier. Beaucoup vont à l'école, certains avec une véritable volonté de s'en sortir, d'autres attendant un titre de séjour. Je suis persuadée que ces jeunes là n'ont rien à voir avec l'insécurité qui règne sur l'île.

Certains habitants disent que les voyous n'ont pas peur d'aller en prison, qu'ils y sont même mieux que chez eux dans les bangas, que s'ils sont renvoyés aux Comores ils reviendront par le prochain kwassa kwassa. C'est peut être vrai, mais en vérité on n'en sait rien.
 
Avez-vous le sentiment d’être assez protégée par les autorités publiques ? Les forces de l’ordre vous semblent-elles dépassées par la situation ?
Je regrette qu'il n'y ait pas de patrouille la nuit pour sécuriser les quartiers (peut être qu'il y en a mais je n'en ai jamais croisé). Après la première tentative de cambriolage j'en ai parlé à un policier rencontré au lycée, pour qu'ils puissent peut être faire une ronde de temps en temps dans ce quartier pour dissuader les jeunes. Mais il a complètement ignoré ma demande en me répondant que cela arrivait tout le temps et qu'il ne pouvait rien faire. Ils m'ont l'air plus blasés que dépassés...
 
Les établissements scolaires représentent-ils quand même des sanctuaires face à ces faits d’insécurité ?
De manière générale les établissements scolaires sont des endroits plus sécurisés que l'extérieur, les élèves s'y sentent bien. A condition de contrôler les entrées et sorties. L'incident au lycée de Kahani prouve bien que cela peut basculer à tout moment : des jeunes sont entrés il y a plusieurs semaines et ont frappé des élèves du lycée. Les enseignants ont depuis exercé leur droit de retrait et l'établissement était fermé pendant plus d'un mois.
 
Comment s’exprime l’exaspération des Mahorais vis-à-vis de leurs frères des Comores, entrés clandestinement ?
Certains se mettent à leur place et compatissent en accusant les gouvernements des deux côtés de ne rien faire. D'autres sont plus radicaux et ne veulent plus laisser entrer d'immigrés et expulser ceux qui y sont illégalement.
 
Connaissez-vous beaucoup de Mahorais ou de métropolitains qui ont préféré quitter l’île, exaspérés par les cambriolages et l’insécurité ?

Un couple d'enseignants fraîchement arrivé s'est fait agresser le premier jour et a décidé de repartir aussi sec.
Je sais que l'insécurité est l'une des raisons qui poussent les métropolitains à ne pas s'installer définitivement et beaucoup de Mahorais regrettent l'île de Mayotte d'il y a 20 ans, quand les habitations n'avaient pas de verrous voire de portes et que tout le monde vivait en paix.

Et vous, pensez-vous quitter l’archipel ?
Je suis venue à Mayotte sans a priori, en espérant que l'île me plaise pour m'y installer peut être à long terme mais au vu de la situation, je ne souhaite pas rester plus de 3 ans.

L'insécurité n'est pas le seul point négatif, il y a surtout la qualité des aliments qui est un réel problème dont personne ne parle. En effet, Mayotte produit très peu et ce qu'elle produit est bourré de pesticides. Tout le monde sait qu'il ne faut pas manger les tomates ici car elles sont arrosées aux pesticides venant des Comores, qui sont extrêmement dangereux pour la santé. Et cela vaut pour la plupart des cultures. Pour ce qui est de la viande, le poulet est importé d'Inde ou du Brésil, gavé d'hormones de croissance et de médicaments. Aucun magasin bio sur l'île, les rares produits que l'on trouve sont hors de prix. L'espérance de vie des Mahorais est inférieure à celle des métropolitains et je pense que la nourriture y est pour quelque chose.
 
Au vu de la situation, que conseillerez-vous à des personnes qui souhaiteraient s’installer à Mayotte ?
D'être prêtes à changer ses habitudes. Ne pas croire que Mayotte est comme La Réunion ou la Guadeloupe. Ayant vécu aussi à Madagascar pendant un an et y retournant très régulièrement, la Grande île est bien plus sûre contrairement à l'image que les gens en ont. Même chose pour le quartier Barbès à Paris où j'ai vécu plusieurs mois. De tous les pays que j'ai visités (une quinzaine), Mayotte est l'endroit où je me sens le moins en sécurité.
 
La population partage-t-elle le sentiment d’être oubliée du pouvoir à Paris ?
Oui je pense que tous sont bien conscients que les personnes qui nous dirigent n'en ont rien à faire de ce petit bout de territoire. Le seul intérêt qu'ils voient en Mayotte est sa position stratégique qui permet de contrôler le canal du Mozambique.
 
Voyez-vous une issue à cette situation ?
Les Comores et la France devraient discuter et chercher une solution car cette immigration incontrôlée ne peut plus durer. Beaucoup meurent pendant la traversée. Des milliers d'enfants sont abandonnés à Mayotte (car leur mère aura été renvoyée aux Comores) et livrés à eux mêmes, avec les conséquences que l'ont connaît. La gestion de ces îles est désastreuse. Ne parlons même pas des écoles qui sont surchargées et ne répondent pas aux demandes : trop d'enseignement général et pas assez de formations professionnalisantes, alors que l'on sait très bien qu'un bac général sans études supérieures ne vaut rien... et la majorité n'a pas les moyens d'envoyer ses enfants à l'extérieur de l'île pour continuer leurs études.

Malheureusement, j'ai peur que la grève ne change rien à la situation. L'état fera 2-3 mesures temporaires pour calmer les Mahorais et nous serons de nouveau au point de départ dans quelques mois.
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 12908 fois



1.Posté par lopoe le 26/03/2018 19:11

pesticides
Ils ont tout compris à l’agriculture.

2.Posté par Pandore le 26/03/2018 19:22 (depuis mobile)

Quand l'argent gagné coûte cher..

3.Posté par klod le 26/03/2018 20:12

"L'état fera 2-3 mesures temporaires pour calmer les Mahorais et nous serons de nouveau au point de départ dans quelques mois. "................................. c'est dit par expérience selon l'article .


m'enfin , la République traite "ses" citoyens en égal ........... c'est ce qu'on nous apprend à l'école , non ?

Mayotte est française astér malgré les "tribulations" des "grands sachants" du droit international et "national" ............. y a un problème là , entre "international " et "national" .non ? bon, c'est bien , on se rendort !

assumons les décision de "l'état framçais" ................. : franciliens , auvergnat , réunionnais , kanak ( par exemple, je n'en cite que certains "in live", sans arrière pensée, et non tous les départements de France et de Navarre comme dit l'expression consacrée ( ha .la Navarre .........° sympa , la Navarre .............) ............

tous égaux devant la loi , c'est ce qu'on nous rabâche à longueur de temps dans le cadre des "formations civiques" n'est il pas ................

vive la République ?

4.Posté par yabos le 26/03/2018 20:43

Mayotte doit réintégrer la République des Comores conformément au droit international. Les problèmes seront résolus.

5.Posté par olive le 26/03/2018 21:27

et nous n'en sommes qu'au début ! L'écart de vie entre Mayotte et ses voisins sera de plus en plus grand, attirant de plus en plus de migrants économiques (Comores, Afrique, Madagascar) : ceci feront des enfants nés à mayotte donc français. Par le jeu du regroupement familial, pourquoi nier la nationalité française à des parents ayant des enfants français ? et aux suivants, et quand ça devient désagréable de vivre à Mayotte, La Réunion sera la première destination et dans 10 ans, ça explosera ici.
Quelqu'un peut-il m'expliquer l'intérêt d'avoir fait bénéficier du statut départemental à ce territoire ?
pour contrôler l'entrée du canal de Mozambique ??? la belle affaire : il coûte cher ce contrôle. en attendant, nous avons notre Lampedusa

6.Posté par contribuable le 26/03/2018 21:57 (depuis mobile)

Débarquement des Comores comme en 44

7.Posté par David le 26/03/2018 22:08 (depuis mobile)

Bientôt les mahorais ferons pareil avec nous ici va dit créole quitte la réunion ta zot merci band politique hypocrite

8.Posté par Question bete le 26/03/2018 22:15 (depuis mobile)

Pourquoi "une metropolitaine"..les mahorais seraient ils moins sinceres ou credibles ??

9.Posté par jean claude le 26/03/2018 22:29

Et pourtant cette enseignante était au courant des problèmes qu'elle allait rencontrer à Mayotte:
- une société patriarcale ou la femme est une espèce inférieure
- des conditions de vie des élèves comme ceux des pays tiers-mondistes
- une insécurité croissante ...
- des conditions difficiles si on ne trouve pas rapidement des réseaux d'amis ...
MAIS les primes royales d'installation et le salaire sur-indexé fait oublier tout cela. Et puis la méthode de se mettre en congé maladie pendant la durée maximales tolérée est pratiquée sans vergogne .... elle à du surement en abuser dans tous les territoires ou elle est passé .... tant c'est devenu monnaie courante .
VENIR à Mayotte à était un choix consenti, il faut maintenant assumer .... ou rembourser les primes et repartir en métropole .

10.Posté par TITOU le 26/03/2018 22:31

d'accord avec poste 4, mais problème, les Comores veulent Mayotte mais pas les Mahorais, pourquoi????

11.Posté par PEC-PEC le 26/03/2018 22:51

Quand je pense que j'ai connu Mayotte il y a plus de 40 ans, c'était le paradis....Calme, peu d'habitants, que des sourires, un petit paradis...Les temps changent, en mal hélas ! La départementalisation ayant été le coup de grâce pour l'île.
Oui on peut mettre tout ce cirque sur le dos de cette immigration sauvage.
Tous les gouvernants qui sont passés à la tête de l'état sont responsables, de Mitterrand à aujourd'hui...Coupables et responsables.

12.Posté par Biloute le 26/03/2018 23:10

Enfin un témoignage éloquent de la réelle situation à Mayotte
Enfin une métropolitaine qui ose parler et dire la vérité de ce qui se passe à Mayotte
Alors que vous faut il de plus, un meurtre, une tuerie
Il faut que vous compreniez bien que ce pays est loin d'être sûr n'y allez pas
C'est pour cela qu'il faut se séparer de ce pays nous n'avons pas besoin d'eux
Il faut leur donner l'indépendance à tout prix qu'ils rejoignent les Comores
D'ailleurs les 1er Ministre des Comores le réclame
Ils n'ont rien en commun avec nous pas même la langue et historiquement encore moins
Tant qu'il est encore temps séparons nous d'eux.

13.Posté par Jp POPAUL54 le 26/03/2018 23:42

Voilà un joli tableau dressé par une gentille prof .
Super !!
Poulet aux hormones, légumes aux produits pesticides, ....
Même pas de magasins bio...Tout est cher.
Et puis cette insécurité insoutenable... on dort toutes fenêtres fermées et on emmène également
son ordinateur quand on va faire caca !!
Ma petite dame, c'est Mayotte ou le rêve tropical..
Comme si vous ne saviez pas tout cela avant d'y aller.

Enfin, si vous ne voulez pas être la cible d'une désagréable agression, passez vous du
téléphone et casque dans la rue...
Savoir changer ses petites habitudes, c'est bien cela le dépaysement volontaire !!

14.Posté par Biloute le 26/03/2018 23:58

Avec un tel témoignage que vous faut il de plus?
Tout est dit et si vous n'avez pas compris alors vous ne comprendrez jamais rien.
N'y allez jamais.

15.Posté par le m'zé le 27/03/2018 00:12

Post 9: j'allais le dire: je trouve consternant ces profs à la coule qui sont payés royalement pour être en congés 6 mois par an, et qui se permettent de cracher dans la soupe! Allez donc enseigner dans la banlieue de Paris ou de Marseille, si Mayotte ne vous plait pas...

16.Posté par Domi le 27/03/2018 06:51 (depuis mobile)

Jean Claude post 9
Je vous suggère de prendre son poste de professeur à Mayotte . Vous avez certainement les compétences.
Profitez c’est la période des mutations et de nombreux postes vont rester vacants cette année . La belle aubaine pour vous

17.Posté par Dignité le 27/03/2018 07:36

Ce qui a été fait peut être défait.

On ne peut pas prendre le risque de foutre en l'air la société réunionnaise pour sauvegarder les souhaits et les intérêts des mahorais qui veulent rester français.
Si cela se produit ce sera la faute du gouvernement français.
Il est grand temps que Mayotte soit rendue à l'Etat comorien avec interdiction pour les mahorais, qui ne veulent pas de cet de fait, de venir s'installer à la Réunion.
Notre île est trop petite et trop peuplée pour être partagée avec cette communauté étrangère qui en plus ne veut pas s'intégrer en adoptant des coutumes étrangères à nos valeurs et en ayant une propension à se multiplier à l'extrême par un taux de fécondité exponentiel.

Quand est ce que nous aurons un Président assez courageux pour faire ce constat et prendre la décision qui s'impose : rendre mayotte aux comores c'est tarir l'immigration sauvage et c'est aussi se séparer d'une branche pourrie.

Après tout mieux vaut briser une situation plutôt que de la laisser pourrir.

18.Posté par SPARTACUS974 le 27/03/2018 07:48

Les fonctionnaires qui font le choix de travailler à Mayotte ne devraient pas se plaindre de la situation déplorable dans laquelle se trouve cette ile.Ils sont grassement payés et font donc un choix en connaissance de cause.Venir cracher dans la soupe est très malvenu car personne les force à rester .....Ils peuvent retourner en métropole mais pour cela,il faudra renoncer à la surénumération et là,c'est compliqué car beaucoup ne veulent que les avantages sans les inconvénients....
un petit rectificatif sur le post 9 de Jean Claude qui ne connait pas Mayotte:la femme n'a pas un statut inférieur dans la société mahoraise.La boueni a un statut que bien des femmes métropolitaines envieraient.

19.Posté par Yab bon des hauts le 27/03/2018 08:06

On garde Mayotte pour la ZEE de 62 000 km² de ce département d'une surface de 375 km², couplé à la ZEE contiguë de l'archipel des Glorieuses de 48 350 km².
Présence de nodules polymétalliques, pétrole offshore probable et zone de pêche.
Pour cette raison, ce territoire restera dans le giron de la France, quel que soit le devenir et les conditions de vie sur l'île.

20.Posté par Zambrevatte le 27/03/2018 08:38

Consultez la presse nationale (figaro,parisien,ouest france, BFM ect;;;)
Marine Lepen et d'autres acteurs de la scene politique nationale sont catégoriques: l 'Etat souhaiterait perdre Mayotte , le gouvernement semble dépassé par l'ampleur de la situation à Mayotte;
Le procureur de la République déclare que les auteurs des exactions, décasages et expulsions illégales, incendies dans les habitations des comoriens vont devoir rendre des comptes très vite.

Le plus grave ce qui me choque et m'inquiète c'est qu'ils prédisent tous que la totalité des Mahorais vont quitter leur pour venir s'installer " à L ' ILE DE LA REUNION".

Et là la point un politique , ni in député , ni un sénateur, ni un maire , ni un conseiller régional ou général y prend la parole pou explique a nous cosa y attend a nous?? LA POIN PERSONNE POU MONTE UN COUP AU CRENEAU POU DI STOP A L ARRIVEE MASSIVE MAHORAIS LA REYNION???

Oté déjà la point assez logement pou tout le monde, travail la point, et en plus toute ban mairie de l'ile depuis plusieurs décénnies y force la main bailleur social pou donne la priorité su logement social ban mahorais;

Ben a nou créole nous lé mort alors?? RATENON ou la organise manifestation samedi , GONTHIER ou vé fait viv la république a mayotte ,ANNETTE a ou la rouve chemin pou mahorais rentrer out porte voix pendant zélections et compagnie COSA ZOT Y COMPTE FAIT??????

21.Posté par ZLT le 27/03/2018 08:42

Si elle habite Mayotte, c'est une Mahoraise alors et pas une métropolitaine si je suis le raisonnement de certaines personnes habitants sur notre île. Ou sinon c'est quand ça les arrange. C'est vrai que réunionnais ça fait plus fun...

22.Posté par post 9 le 27/03/2018 08:57

raté dès le début Mayotte est la seule société musulmane matriarcale! pas de bol et il n'y a qu'à voir qui est à la tête des manifs , les femmes!
Et plus de primes royale , décidément quand ça veut pas , ça veut pas mais bon, la désinformation est un sport d'incultes ou de politiciens!

23.Posté par simplement le 27/03/2018 06:29

Aidons Mayotte à retrouver sa dignité d Antan en organisant un référendum dans lequel les Français se prononceront , puis s il faut s en séparer et bien faisons le ...

24.Posté par Laulo le 27/03/2018 09:35

A Mayotte, certaines personnes qui en ont les moyens font scolariser leurs enfants à Madagascar car le niveau leur semble bien meilleur.

25.Posté par Roms le 27/03/2018 09:41 (depuis mobile)

Post 15 elle parle aussi de son expérience en banlieue si vous savez lire. Espèce maloki

26.Posté par Nabo Zabo le 27/03/2018 09:55

Quand les chasseurs de primes sont chassés par le climat social...La faute à qui ?

27.Posté par @ post 9 et 15 le 27/03/2018 11:16

Pourquoi tant de haine dans vos commentaires? Cette prof ne décrit que la situation socio-économique à Mayotte. Comment on vit au quotidien là-bas. Elle ne se plaint de RIEN, strictement RIEN. Merci pour son témoignage objectif. Vous étes vraiment des frustrés et pauvre d'esprit !

28.Posté par phronie le 27/03/2018 11:48

Majoration de salaire de combien pour la mission de qques années?

29.Posté par Fredo974 le 27/03/2018 11:51

Ce témoignage est intéressant : Caribou mademoiselle , je vous souhaite bien du courage . J'ai bossé deux mois à Mayotte en 2014 et j'ai vite compris . C'est une mêche courte là bas .

30.Posté par dègue le 27/03/2018 12:10

toujours les mêmes maloki (9-15) qui disent n'importe quoi !
Cette dame témoigne sans se plaindre des réalités de Mayotte. Point barre !

31.Posté par A mon avis le 27/03/2018 17:04

A tous les commentateurs acrimonieux :

C'est le témoignage d'une enseignante française qui a choisi de venir travailler dans le dernier (sans allusion aucune) département français.
Pourquoi vouloir lui reprocher cette décision ?
Au nom de quelle "bien-pensance" hargneuse pouvez vous juger son choix ?
Elle témoigne simplement de son vécu. Elle ne fait que décrire sa situation personnelle. Sans hargne et sans colère. Sans porter de jugement sur qui que ce soit.

Alors pourquoi vouloir l'insulter par des commentaires haineux ou désobligeants à son encontre ?

32.Posté par A mon avis le 27/03/2018 17:12

Pourquoi aussi dans le titre qualifier cette jeune femme de "métropolitaine" ? Avec cette petite connotation anti-zoreils ?

Une "jeune enseignante nous fait partager ....." aurait été moins désobligeant.

33.Posté par Simandèf le 27/03/2018 19:56

On constate d'une manière générale que les métropolitains ne sont pas très solidaire des mahorais à la différence des réunionnais. D'ailleurs à la Réunion les mahorais et les métros ne semblent pas vraiment cohabiter, ne parlons même pas des métisses mahoraipolitains.

34.Posté par Kanal bisik le 27/03/2018 20:20 (depuis mobile)

120000 illettrés voila le resultat des chasseurs de prime a la run !

35.Posté par L''''Ardéchoise le 27/03/2018 22:14

34 Allez donc dire ça aux Créoles qui enseignent (ils sont nombreux) et qui touchent AUSSI la surrém !!!

36.Posté par Gaulois le 28/03/2018 07:32 (depuis mobile)

Post 17: inculte. "Coutumes étrangères " comme toute la Reunion donc! Étrangère à qui a quoi? Connaissez vous l''histoire du peuplement de la Réunion? Aucun peuple nest plus légitime qu'' un autre, cest ce qui fait cette stabilité.

37.Posté par Hidji le 28/03/2018 12:10 (depuis mobile)

Bonjour, et bien j''ai lu tous les commentaires, vraiment des ignorants, oubliez vous l''histoire de la Réunion? D''où viennent les ancêtres d''ici la Réunion? Rappel... canal du Mozambique, Madagascar, Inde. Alors tant de haine pourquoi? On oublie.

38.Posté par Steve le 28/03/2018 13:55 (depuis mobile)

Mayotte tout comme les autres territoires ultramarins a fait son choix de la France. A chaq fois qu''un territoire ultramarin a des difficultés, les bons français proposent de s''en séparer chose qui se dit pas pour les territoires métropolitains. Pblm

39.Posté par philanthrope le 28/03/2018 14:54

rejeter la faute sur les comoriens, pfff vraiment trop facile... et dire qu'on entend tous cela à tous les JT depuis des semaines...
Déjà il faut savoir que la délinquance et l'insécurité n'est pas la faute des comoriens, bien sur il y a des coupeurs de route et agresseurs comoriens mais il y a autant de mahorais... il y a des bandits mahorais il faut arreter les vieux raccourcis.
Et puis, si demain on met dehors tous les comoriens, l'ile deviendra deserte et il n'y aura plus personne pour construire les maisons des mahorais et metro.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter