MENU ZINFOS
Faits-divers

Une maison de Ste-Marie part en fumée : De la tentative de meurtre à la relaxe


Une maison située à Sainte-Marie est partie en fumée en février 2018 sur fond de vigoureux conflits au sein d'une fratrie. Un des frères, considéré comme le suspect numéro un, avait, un temps, été poursuivi pour tentative de meurtre. Mais au cours de la procédure, les faits s'étaient dégonflés, jusqu'à la relaxe prononcée ce vendredi par les juges du tribunal correctionnel.

Par IS - Publié le Vendredi 6 Mai 2022 à 14:17

Une maison de Ste-Marie part en fumée : De la tentative de meurtre à la relaxe
Un mobile cousu de fil blanc

Des relations explosives au sein d'une grande fratrie de Sainte-Marie se sont soldées par l'incendie de la maison que les grands-parents leur avait léguée. Mais qui a mis le feu ?

Une nuit de février 2018, une des sœurs de la famille en question était venue y passer la nuit avec son conjoint. Et ce malgré le différend l'opposant à un de ses frères, Jocelyn, se revendiquant d'en être le légataire. De multiples interventions des forces de l'ordre avaient illustré leur dispute les mois précédant le brasier, les treize autres membres de la fratrie prenant partie soit pour l'un, soit pour l'autre. Chacun des protagonistes avait promis à l'autre qu'un jour, tout partirait en fumée.

Un cocktail molotov péi dans une bouteille de rhum

À l'arrivée des pompiers, ce 20 février 2018, le feu avait pris à l'intérieur de la maison et au niveau d'une des fenêtres, près du foin entreposé par le frère dont la résidence principale était contiguë. Du foin qui servait à alimenter ses bêtes qu'il élevait en plus de son travail à la CINOR. La maison avait été entièrement détruite. Le frère et la sœur s'étaient mutuellement accusés d'avoir allumé la mèche.

Les investigations des techniciens du feu avaient mis en évidence la présence d'hydrocarbures. Une bouteille de rhum de type "cocktail molotov péi" avait été retrouvée au domicile de Jocelyn. Ses vêtements de travail avaient été saisis et analysés. Des traces de produits inflammables avaient été découvertes. Le sexagénaire avait été mis en examen pour tentative de meurtre. Son mobile semblait cousu de fil blanc : en finir avec les disputes et empêcher à jamais ses sœurs de résider dans la maison des grands-parents.
 

L'affaire se dégonfle

Mais le juge d'instruction en charge de l'affaire avait estimé que la sœur pouvait aussi avoir eu envie d'en finir avec cette sale histoire ayant des répercussions catastrophiques sur la famille sainte-marienne. Il avait prononcé un non-lieu immédiatement contesté par le parquet de Saint-Denis. Le dossier avait alors été arbitré par les magistrats de la chambre de l'instruction. Ceux-ci avaient décidé de poursuivre Jocelyn, non pas pour tentative de meurtre de sa sœur et son conjoint, mais pour destruction de bien par moyen dangereux.

Ce vendredi, Jocelyn se trouvait donc, quatre ans après les faits, à la barre du tribunal correctionnel de Champ-Fleuri. Le prévenu a continué à nier fermement les faits reprochés. La représentante de la société a cependant requis 4 ans de prison dont 2 avec sursis à son encontre, considérant que les deux départs de feu n'étaient pas accidentels.

Estimant qu'un doute manifeste persistait dans ce regrettable règlement de comptes, le tribunal a finalement relaxé Jocelyn. Les analyses faites sur ces vêtements de travail ont été jugées trop lointaines pour constituer une preuve. Le parquet réfléchit à faire appel.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes