MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Une leçon du Covid-19 : l’extrême vulnérabilité de nos sociétés


Par Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID (aid97400.re) - Publié le Lundi 13 Avril 2020 à 15:13 | Lu 649 fois

Une leçon du Covid-19 : l’extrême vulnérabilité de nos sociétés
Crise sanitaire. Chômage de masse. Pénuries de médicaments. Risque de rupture des chaînes d’approvisionnement… Le coronavirus est-il le signe d’un effondrement de notre civilisation ? Il nous appelle à renforcer les solidarités, le local, l’autolimitation et l’autonomie. La pandémie est prémices de possibles effondrements, et révèle l’extrême vulnérabilité de nos sociétés, leur degré d’interconnexion, de dépendances, et d’instabilité. Elle montre aussi très bien la stupidité, la criminalité et la contre-productivité des politiques néolibérales qui vont à l’encontre du bien commun, en ayant démantelé – entre autres – les services de santé. Est-ce un effondrement ? L’avenir nous le dira. Nous vivons une « crise cardiaque » générale. Plus on attend, plus il sera difficile de repartir comme avant.

Cette crise n’est pas sanitaire ; elle a des causes et des conséquences externes à la santé, économiques, écologiques, politiques, financières : elle est systémique. Le choc est rapide et brutal, car original, mais surtout parce que la plupart d’entre nous n’ont pas voulu y croire, malgré les avertissements des scientifiques. Pourtant cette crise pourrait bien déboucher sur un effondrement généralisé par des enchaînements et des boucles de rétroactions, dont les conséquences sont imprévisibles. Ainsi, si la finance s’effondre, met à mal les Etats, provoque des politiques identitaires, cela pourrait déclencher des guerres, des maladies et des famines, qui, elles, interagissent en boucle. Ce risque n’est pas inexorable.

Quand on voit les millions de chômeurs, l’état des finances, la dépendance énergétique, les tensions sociales accumulées, la perte de confiance envers les gouvernements, la compétition entre pays, on voit que la pandémie a considérablement augmenté les risques de collapse. On se rapproche progressivement de la définition d’Yves Cochet sur l’effondrement : « absence d’accès aux besoins de base (alimentation, eau, logement, santé, etc.) par des services encadrés par la Loi ». Dans cette « crise cardiaque », le corps social est encore vivant, mais si de mauvaises décisions sont prises, on risque la désintégration rapide des services « encadrés par la loi ».

Désormais, de grands chocs systémiques sont possibles. Les catastrophes sont la réalité de la génération présente : nous en vivrons de plus en plus tout au long du siècle. Non seulement elles seront plus fortes et plus puissantes, mais elles viendront de toutes parts (climat, économie, finance, pollutions, maladies…). Elles pourront provoquer des déstabilisations majeures de nos sociétés et de la biosphère, des effondrements.

Face à cette crise, le gouvernement français a réagi de manière tardive, autoritaire, maladroite. On peut le comprendre : c’est la première pandémie que l’on vit depuis des décennies qui ne soit pas une grippe. Mais les autorités n’inspirent plus confiance, et elles en sont responsables. Alors, pour être entendues, elles ont dû jouer l’autoritarisme, ce qui va renforcer à terme la perte de confiance : mauvaise trajectoire qui peut déboucher sur une crise socio-politique majeure.

La rhétorique retenue aura été militaire, en faisant appel à la police et à l’armée. Ce n’est pas un état de guerre, mais un état de siège. Comme une citadelle assiégée, tout est à l’arrêt, et pour tenir le plus longtemps possible, confinés, il nous faut prendre soin les uns des autres, réduire nos besoins, partager. L’ennemi n’est pas extérieur mais intérieur, pour mieux revoir notre rapport au monde. La vie confinée ne nous prépare pas à la vie effondrée, mais certains vivent déjà cet effondrement : les soignants, les précaires, les malades, les endeuillés.

Le confinement est une expérience du renoncement : on renonce aux transports, aux voyages, etc. Est-ce désagréable ou agréable ? Quand la levée du confinement viendra, on aura goûté à l’essentiel. Les questions de vie ou de mort nous inviteront à la sagesse : les sensations d’autolimitation, d’humilité, devront nous inspirer.

Il y a déjà beaucoup de propositions pour « le monde d’après ». La pandémie a créé une brèche dans l’imaginaire des politiques. Tout semble possible, ce qui est à la fois angoissant et excitant. Il faut d’abord assurer une continuité des moyens d’existence des populations, en retrouvant une puissance des services publics du « care » au sens large (alimentation, santé, social, équité, écologie…), ce qui peut se faire par des politiques publiques massives et coordonnées, de type création de la sécurité sociale, New Deal, plan Marshall, etc. Mais une politique publique forte ne garantit pas un changement profond et structurel.

C’est donc le moment de tourner la page de l’idéologie de la compétitivité et de l’égoïsme institutionnalisé et d’aller vers plus de solidarité et d’entraide. Retrouver de l’autonomie à toutes les échelles (individuelle, locale, nationale). Des principes inverses au monde actuel, globalisé, industriel et capitaliste ; tout ce qui amène à revenir à la vie, à contrer une société mortifère. Les changements seront sociaux et individuels, c’est-à-dire que l’enjeu est politique et spirituel. S’il manque l’une des deux faces, ce sera l’échec. Et le plus important : ce processus est commun, délibératif, démocratique, participatif.

Une succession de chocs restructurera nos sociétés de manière organique : concevoir ces transformations et surtout les subir. La grande question est de savoir si l’Humanité s’adaptera. Quand on soumet un organisme à des chocs répétés, il se renforce à terme, sauf si les chocs sont trop rapides et trop forts ; dans ce cas, il meurt.

Adapté du Monde du 10/04/2020

 





1.Posté par Pierre Balcon le 13/04/2020 17:00

Chaque soir, messe quotidienne oblige, on nous assène , images à l'appui , des chiffres terrifiants ( ils sont faits pour ça ) :
- nombre de morts ( données en stocks et en flux, ) par coronavirus,
- nombre de personnes identifiées comme contaminées.

Mais on oublie de vous dire que 500 personnes sont parties de leur cancer ce même jour . Évidemment si dans le même temps on leur trouve un coronavirus, ce dernier sera déclaré responsable tarification à l’activité oblige.
La psychose est ainsi alimentée , en flux continu , par des chiffres présentés en valeur absolue, sans jamais qu'on puisse les rapporter à quoi que ce soit , par exemple :

- nombre de personnes ayant été en contact avec le virus ( séro- positives)
- nombre de décès sur la même période ;
- nombre d'atteintes infra symptomatiques ;
- nombre de cas de co-morbidités lourdes ( toutes les pathologies dont souffrait antérieurement le malade décédé )  ;
- nombre de foyers infectieux et non pas de personnes infectées ( les contamination s'opérant le plus souvent dans l'entourage proche , les chiffres sont à diviser par 2 ou même 3).

Pour mettre en perspective les chiffres absolus répétés chaque soir : rappelons quelques chiffres :

- En 2013, 567 078 décès domiciliés en France entière (hors Mayotte) ont été enregistrés. Avec respectivement
- 163 602 et 142 175 décès, les tumeurs et les maladies de l’appareil circulatoire constituent les causes de décès les plus fréquentes, tous sexes confondus. »[22]
- L’OMS estime que la grippe saisonnière fait 60.000 morts par an en Europe. 
- En France, la grippe saisonnière touche chaque année en moyenne 2,5 millions de personnes et en tue environ 10000. Lors de l’épidémie grippale 2014-2015, la surmortalité hivernale a atteint 18.300 décès. (AFP février 2020).

A La Réunion l'ORS signale 280 décès chaque année de pathologies pulmonaires ( hors cancer ) , 10 000 hospitalisation pour cette catégorie de pathologies. 40 000 patients sont suivis chaque année pour des maladies respiratoires chroniques.

Ce n'est pas du coronavirus que va mourir notre civilisation . C'est de la sottise.
Ce ne sont pas nos bronches qui sont en danger , ce sont nos cerveaux !

2.Posté par A mon avis le 13/04/2020 21:49

"C’est donc le moment de tourner la page de l’idéologie de la compétitivité et de l’égoïsme institutionnalisé et d’aller vers plus de solidarité et d’entraide. Retrouver de l’autonomie à toutes les échelles (individuelle, locale, nationale). Des principes inverses au monde actuel, globalisé, industriel et capitaliste "


Mais ce n'est pas simple de tourner la page d'une idéologie ancrée tellement profondément dans nos sociétés !
Les débats au niveau des états démontrent qu'on n'en prend pas le chemin !

3.Posté par chikun le 14/04/2020 07:17

Les petits couinements stridents des escrologistes sont maintenant totalement couverts par le bruit chaotique d’une pandémie et d’une catastrophe économique d’ampleur biblique.
Il y a deux sortes de militants écolos.
Ceux payés par la fonction publique, toujours payés durant le confinement, et qui vont rester ardents défenseurs de la tyrannie verte.
Et les militants qui bossent dans le privé, anti-capitalistes certes, mais qui vont se manger la décroissance subie pour cause de virus. Ceux-ci vont être moins enthousiastes…

Hein ?! Hein !?

4.Posté par A mon avis le 14/04/2020 11:45

@ chikun :
c'est quoi une "ampleur biblique" ? Vous sortez ça de votre livre de prières ?

Votre façon de désigner les écologistes et de leur imaginer un classement, en dit long sur votre ignorance en matière d'écologie (et pas que !...).

En réalité, on peut constater que la crise du coronavirus met en relief tous les avertissements prônés par les thèses écologistes depuis longtemps déjà.
Et contrairement à ce que vous écrivez stupidement ("petits couinements stridents des escrologistes") , ce sont bien les thèses écologistes qui sont mises en avant actuellement en matière d'économie, comme le confirme l'article de B. BOURGEON.

5.Posté par Pierre Balcon le 14/04/2020 13:22

L'écologie n'est pas un projet politique , c'est une religion.
Elle ne se situe donc pas sur le registre de la raison mais des croyances , de la foi .

Elle aimerait bien se trouver une assise scientifique , comme les chrétiens s'évertuent à trouver une dimension historique à la vie de Jésus . En vain ! les lois de la nature sont plus complexes que ce que peut contenir leurs cerveaux ,

Leur contorsions pourraient être amusantes mais en ces temps pénibles elles prennent , plus souvent encore qu'à l'accoutumée, la forme de manipulations grossières des cerveaux , elles activent les peurs , et là c'est plus amusant du tout . L'Armée du salut fait rire tout le monde en temps de paix . Mais s'ils viennent sonner à votre porte quand vous vous rendez chez votre banquier pour négocier un découvert vous avez envie de leur botter le derrière.

J'ai fait mes études chez les curés , au fin fond de la Bretagne obscure .
Et la bas aussi à chaque fois qu'il y avait un événement imprévu et néfaste ( pluie ,foudre , hiver rigoureux , tremblement de terre , mauvaises récoltes , dissémination d'un troupeau , attaque de renards dans le poulailler ) ) les curés vous culpabilisaient en imputant ces méfaits de la nature à vos péchés , à vos supposées fautes .

Halte à l'intox . Vive la raison .
Et dans les sciences de la nature , croyez moi , il vaut mieux être prudents.

6.Posté par A mon avis le 14/04/2020 16:51

@ 5.Posté par Pierre Balcon
"L'écologie n'est pas un projet politique , c'est une religion.
Elle ne se situe donc pas sur le registre de la raison mais des croyances , de la foi . "

écrivez vous !...

Votre ignorance scientifique vous fait dire d'énormes absurdités ! Votre jeunesse chez les curés du fin fond de la Bretagne vous ont profondément marqué !
Votre foi de croyant ne repose en effet que sur des récits merveilleux.

Alors que l'écologie est une discipline scientifique à part entière, dont les spécialistes sont des écologues.
De plus, l'écologie scientifique est une sorte de carrefour de nombreuses autres disciplines scientifiques, car, l'étude du milieu, de l'environnement nécessite l'apport de connaissances de nombreuses autres disciplines (biologie, géologie, climatologie, physique etc ...).
Le terme "écologiste" est davantage utilisé sur un plan politico-économique. Les actions et les projets écologistes sont directement inspirés des recherches et théories de l'écologie scientifique.

7.Posté par A mon avis le 14/04/2020 16:53

Est-on sûr de vouloir "tourner la page" ?

https://www.liberation.fr/france/2020/04/13/apres-les-beaux-discours-la-contre-offensive-neoliberale_1785092

8.Posté par Pierre Balcon le 14/04/2020 19:06

Karl Popper a été préoccupé par la différenciation (démarcation) entre la science et les savoirs qui ne peuvent prétendre au qualificatif de scientifique. C'est un problème important et toujours d'actualité. En effet, la crédibilité à accorder au savoir issu d'une démarche scientifique et à celui qui est issu d'une démarche spéculative, ou d'une croyance, n'est évidemment pas la même

Pour Karl Popper le critère de la scientificité d'une théorie "réside dans la possibilité de l'invalider, de la réfuter ou encore de la tester" (Conjectures et réfutations, La croissance du savoir scientifique, pp. 64-65).

Les écologistes prétendent à l'irréfutabilité de leurs énoncés .

L'écologie n'est donc pas une science . CQFD

9.Posté par A mon avis le 14/04/2020 22:27

@ 8.Posté par Pierre Balcon :
Décidément, vous ne faites que confirmer votre ignorance crasse en la matière !

Vous ne démontrez rien.
Vous ne faites que clamer votre conviction intime, cette hostilité haineuse en affirmant sans preuve que " Les écologistes prétendent à l'irréfutabilité de leurs énoncés".
C'est vous qui prétendez une telle stupidité, pas les écologistes.

Toutes les recherches qui relèvent du domaine de l'écologie répondent parfaitement aux critères de la recherche scientifique et par conséquent répondent parfaitement à l'énoncé de K. Popper que vous citez.

Toute théorie est discutable est discutée, qu'elle soit de nature écologiste ou autre. Quand elle est prouvée et admise par la communauté scientifique, ce n'est plus une théorie, mais une loi ou un principe.

10.Posté par Pierre Balcon le 15/04/2020 07:47

Ignorance crasse ?
Qu'en savez vous au juste ?


L'anathème et l'ex communion . ET souvent la violence ( au moins verbale , parfois physique comme à Nd L ), anonyme en ce qui vous concerne , bien entendu
Vous ne connaissez que ça ...

Religion , vous dis -je.
Votre dernière phrase est un aveu .(1)
Rien à voir avec la science.

Tenez puisque vous vous ennuyez à la maison , et sans regarder vos notes , pouvez vous, pour le prochain épisode de nos aimables échanges , nous faire un petit exposé sur les effets des paramètres de Milankovic sur l'évolution du climat , sujet qui vous obsède j'en suis sûr. .

(1) entre les lois de Newton , celles d'Einstein puis de Hubble dans quelle juridiction scientifique vous " nomadez" en ce moment ? .
Entre les lois de la mécanique classique et celles de la mécanique quantique voyez vous poindre des convergences et même une unification prochaine ?.

11.Posté par Bruno Bourgeon le 15/04/2020 09:10

Pierre,

Tu ne réponds pas aux questions de fond posées par ce papier; et, puisque tu insistes sur le caractère supposé non scientifique à tes yeux de la réflexion écologique, et comme tu écris dans un post, par ailleurs, en réponse à un autre de mes papiers, que tu es climato-sceptique, ou plutôt que tu remets en cause le caractère anthropique du réchauffement actuel, il va falloir que toi aussi, tu argumentes sur ce point.

Tu as la propension de stigmatiser, de remettre en cause beaucoup de choses, mais tu n'argumentes jamais dans le sens de tes doutes. Par exemple, je t'ai démontré le pourquoi de la Grande Peste Noire, ou plutôt pourquoi elle a fait autant de victimes, et tu me réponds en me posant la question : en quoi le réchauffement climatique est-il à l'origine de la pandémie de Covid-19? Ce que je n'avais jamais évoqué dans le papier : bref, tu tournes autour du pot, détournes le propos et n'argumente pas sur les faits que j'ai écrits.

De même, la Grande Guerre a éreinté la population mondiale -20 millions de morts-, et sur ce terrain fragilisé, avec un virus particulièrement agressif (incubation brève de deux jours, contagiosité maximale), et une méconnaissance des mesures de protection vis-à-vis de ces virus (les théories de Pasteur n'avaient que 30 ans d'âge), la mortalité de cette pandémie a été entre 20 et 50 millions d'individus, dont 7 millions en Chine et en Inde, 10000 à 20000 morts à La Réunion sur une population de 170000 âmes.

En revanche, la déforestation et la proximité des élevages porcins de la faune sauvage sont un critère désormais bien connu de transmission de virus des chiroptères à la population humaine (SARS-Cov-1, Ebola, Nipah, en sont les exemples les plus marquants). Maintenant, pourquoi nous n'assistons pas à une pandémie similaire venant de la déforestation brésilienne, dis-tu? Peut-être que ce n'est qu'à venir. Tu le dis toi-même : la population des chiroptères tend à décroître, certes, en raison de cette même déforestation (que j'espère tu ne vas pas remettre aussi en cause), mais rapproche tout de même les populations de ces insectivores volants des élevages domestiques dont nous nous repaissons.

Et cela, c'est démontré par plein d'équipes d'épidémiologistes et de virologues des 4 coins de la planète.

Enfin tu sembles aussi remettre en cause la peur - la psychose- qu'engendre la pandémie actuelle, arguant qu'il y a bien plus de décès d'autres affections; C'est vrai, mais ces maladies-là ne sont pas contagieuses, donc n'engendrent pas de méfiance d'autrui. Notre fléau habituel, la grippe saisonnière, offre des chiffres de mortalité dans l'occident déjà dépassés par le Covid-19, lequel, je le répète, est 3 fois plus contagieux et 100 fois plus mortel. Et ce n'est pas fini, puisque certains épidémiologistes américains, et non des moindres, promettent à Trump environ 100000 morts aux States( ils en sont déjà à 25000...).

Tout ceci, naturellement, n'est pas croyance bornée, mais chiffres avérés, et hypothèses construites de personnalités non suspectes d'être écologistes (c'est-à-dire à tes yeux adorateurs irraisonnés de la Nature.)

12.Posté par A mon avis le 15/04/2020 12:13

@ 10 Posté par Pierre Balcon :
Vos propos sont incohérents :
En effet, ma dernière phrase ....
"Toute théorie est discutable est discutée, qu'elle soit de nature écologiste ou autre. Quand elle est prouvée et admise par la communauté scientifique, ce n'est plus une théorie, mais une loi ou un principe. "

....(que vous commentez sottement), ne signifie rien de mois que la citation que vous rapportez :
"... le critère de la scientificité d'une théorie "réside dans la possibilité de l'invalider, de la réfuter ou encore de la tester"

Quant aux fameux "Paramètres de Milanković" (argument favori, mais largement dépassé, des climato-sceptiques), ils expliquent en effet des variations climatiques, mais à l'échelle de dizaines de milliers d'années. Alors que le réchauffement actuel très rapide, s'effectue sur une toute autre échelle de temps.

Si vous affirmez que l'écologie n'est pas une discipline scientifique, apportez des arguments.
Et ne vous contentez pas de lancer des anathèmes, au lieu de commenter sur le fond de l'article de P. Bourgeon

13.Posté par Pierre Balcon le 15/04/2020 12:37

Bruno

Toujours cette tendance à catégoriser .

Je ne sais pas ce que veut dire " climato sceptique" , chapelle dans laquelle tu me classes .
Je sais simplement que le doute est le meilleur ami de l'homme de science.
Et c'est bien ainsi parce que rappelle toi que 95 % de la matière de l'univers nous est inconnu.

Sur le problème du réchauffement climatique qui est le fonds de commerce des écolos , un certain nombre de chercheurs estiment que les causes du réchauffement climatique actuel n'ont pas été suffisamment étudiées pour tenir comme seul responsable le CO2. Jean Dercourt, membre de l'Académie des sciences déclare : "il me semble que les autres causes sont négligées ou très insuffisamment travaillées, rendant ainsi incomplètes la compréhension du système climatique, un système non linéaire très complexe (...) Il importe, désormais, de déterminer si les gaz à effet de serre expliquent seuls l'élévation thermique rapide du cycle actuel qui serait alors, liée seulement à l'activité humaine."
Ce reproche ne signifie pas que le réchauffement actuel est contesté, - encore qu'il faille mieux prendre en compte les rétro actions de l'augmentation du gaz carbonique dans l'air - , mais il insiste pour que la recherche soit aussi mobilisée vers l'étude d'autres paramètres, notamment astronomiques.
Vincent Courtillot et Jean-Louis le Mouël, tous deux membres de l'Académie des sciences estiment également que "l'influence du Soleil a été sous-estimée et celle du CO2 surestimée dans les modèles."

J'ai écouté les conférences de Jean Marc Jancovici . Son approche m'intéresse et au moins il nous enseigne qu'il ne faut pas confondre évolution du climat et variation des températures à La Réunion et ailleurs . C'est même là qu''il trouve argument pour contester les paramètres de Milankovic. Tout le contraire donc de ce que nous assènent les médias et les écolos bobos.

Mais j'ai lu aussi le livre de Bjorn LOMBORG sur l'écologiste sceptique...

Quant au statut de l'écologie , il est difficile à déterminer .
Au départ l'écologie est née de la science.
Puis , par un processus sociologique intéressant à analyser , elle est devenue l'écologie politique..
Et là , elle a perdu ses repères .

Sur l'épidémiologie . Soyons mesurés .
En fait on ne sait pas grand chose . Les modèles mathématiques ( auxquels par formation je suis attaché ) sont impuissants à expliquer les causes et les évolutions des épidémies . On a inventé le terme de « courbe logistique » pour avouer qu'on ne maîtrisait pas tous les paramètres.
Les équations différentielles ne sont pas toutes résolvables parce qu'elle ne sont pas toutes linéaires.

Dans les sciences de la vie il existe aussi de multiples «  ruptures logiques » qui laissent le médecin impuissant. et tu en sais quelque chose.

Et rappelle toi en science c'est le contraire de la politique :
dans le premier cas un seul phénomène qui dément la loi admise jusque là l'invalide ou la renvoie à son incomplétude ;
dans le second , une seul vérité suffit à se faire élire , même si tout le reste n'est que mensonges.

14.Posté par Pierre Balcon le 15/04/2020 14:44

à : A mon j avis

J'ai en mémoire vos commentaires sur le premier article de Zinfos signalant le risque d'expansion de la pandémie qui frappait la Chine à la fin de Janvier 2020.

Un lecteur , sous le pseudo de IXE, faisait part légitimement de ses inquiétudes .
ET vous lui avait répondu : " Ca y est complotIXE s'est réveillé " , manifestement pour vous moquer .

Grande lucidité !

Sur les cycles de Milankovic il y a en fait plusieurs cycles , longs pour nous mais courts à l'échelle géologique , qui s'entrecroisent , dont le plus court couvre des séquences de 14 000 ans .

Mais là n'est pas le problème .

Des carottages glaciaires ont permis de mesurer la teneur en gaz carbonique de l'air au cours de la succession de ces cycles .

Et là surprise : l'augmentation de la teneur en gaz carbonique suit les périodes de réchauffement plutôt qu'elle les précède .

Dans notre système logique pourtant les causes précèdent généralement les effets.

15.Posté par A mon avis le 15/04/2020 16:28

@ 14.Posté par Pierre Balcon :
Etonnante votre connaissance des commentaires se rapportant à IXE !
Seriez vous IXE ? ComplotIXE et climato-sceptique ! Ah !...Ah !...Ah !...

Vous déviez la conversation ! Vous êtes bien en peine d'apporter des arguments pour soutenir votre affirmation en forme d'anathème que l'écologie ne serait pas scientifique !

16.Posté par Pierre Balcon le 15/04/2020 19:04

Non ne croyez pas ça !
Facile à prouver la non scientificité de l'écologie ( politique ) .
Y a qu'à vous lire ...

Et au fait où en est la création d'une seconde commune à St louis .
Sur ce sujet aussi vous vous étiez illustré par votre discernement , en d'autres temps

17.Posté par A mon avis le 15/04/2020 22:51

@ 16.Posté par Pierre Balcon (IXE?)
Décidément vous ne répondez pas à la question et divaguez sur tous les sujets (imaginaires) qui vous passent par la tête.

18.Posté par Bruno Bourgeon le 17/04/2020 15:55

Pierre,

Vincent Courtillot? Sa dernière conférence date de 2011. Depuis le relevé des températures partout sur la planète lui a donné tort. L'argument que l'élévation des températures précède celle du CO2 dans l'atmosphère est vraie, mais le CO2 augmente beaucoup plus vite que les températures, et le forçage radiatif par conséquent aussi, et de la conséquence il en devient la cause. La rapidité de l'élévation thermique ces dernières décennies en est l'illustration.

Bjorn Lomborg? Il dirige un think tank financé au 3/4 par le gouvernement danois, et au 1/4 restant par on ne sait qui. J'ai épluché le bilan financier 2018, et ce n'est pas clair. Il prétend que les conséquences du réchauffement climatique qu'il reconnait anthropique ne seront pas aussi redoutables que les catastrophistes nous le font savoir.

Les autres facteurs de réchauffement sont définitivement à ranger au placard derrière le forçage radiatif, ils ne font pas le poids, que ce soit l'activité solaire, les poussières interstellaires, toutest dans la conférence suivante : https://www.youtube.com/watch?v=n-NJ-B_IIFw&t=1081s

Et je ne fais pas d'écologie politique. Ou plutôt : dès lors que je m'intéresse à la vie de notre société et de notre civilisation, en ce sens, oui, je fais de la politique. Comme tous ceux qui s'intéressent aux mêmes sujets. La politique au sens littéral, c'est la vie de la cité. Tu as le droit de ne pas croire aux conséquences du réchauffement climatique, je te prie d'apporter des arguments autres que tes lectures : le propos d'un scientifique n'est rien s'il ne démontre rien. Laisse moi le droit de justifier par différents apports scientifiques au hasard de mes publications la réalité de ce que j'avance. Le catastrophiste n'est ni pessimiste, ni optimiste : il est lucide.

19.Posté par Pierre Balcon le 17/04/2020 21:51

Bruno ,

Zinfos , en dépit de ses mérites , n'est pas l'endroit idéal pour poursuivre des échanges techniques sur le réchauffement climatique.

Je te répondrai directement sur le contenu de l'exposé que tu m'as fait passer et que bien entendu j'ai lu.

Cordialement

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes