Océan Indien

Une française aurait enlevé ses enfants à son ex-mari en Afrique du Sud

Mercredi 17 Juin 2009 - 17:17

Le site internet news24.com a publié lundi un article sur le témoignage d'un Sud-africain dont les deux enfants ont été enlevés par son ex-femme, une aristocrate française, il y a maintenant 30 mois. Depuis, il n'a eu aucune nouvelle.


Une française aurait enlevé ses enfants à son ex-mari en Afrique du Sud
Au moment où l'histoire de la petite Élise, au cœur d'une bataille juridique entre son papa, français, et sa mère, russe, défraie la chronique, un autre fait de kidnapping d'enfant entre ex-conjoint vient d'apparaître en Afrique du Sud. C'est le très sérieux site Internet sud-africain news24.com qui le révèle. Et cette fois, c'est la moitié française du couple qui semble être coupable.

S'appuyant sur le témoignage du père des deux enfants, un businessman sud-africain, l'article prétend qu'une aristocrate française, Charlotte de Montby Isenschmid, a enlevé les enfants de l'ex-couple (Isabelle Michaela, 7 ans et André Stephen, 6 ans) il y a deux ans et demi. Depuis, il n'aurait aucune nouvelle d'eux...

C'est le 28 mars 2007 qu'il voit pour la dernière fois ses deux enfants, à l'aéroport de Johannesburg, alors que leur mère les emmène en vacances en France. Son ex-femme, française, dispose également d'un passeport suisse et de la nationalité sud-africaine tandis que les enfants ont des passeports suisse et sud-africain.

Les tribunaux français, dont la Cour de Cassation, se sont par trois fois prononcés en faveur d'un retour des enfants en Afrique du Sud, mais ces décisions n'ont jamais été suivies d'effet. Tout au long de l'article, le père témoigne de sa tristesse : "Je ne peux rien faire, depuis les deux ans qu'ils ne sont plus là j'ai dormi très peu. Je ne sais pas quoi faire de ma douleur. Ce que la mère de mes enfants a fait est criminel (…) Je pourrai probablement faire arrêter mon ex-femme par Interpol. Mais comment voulez-vous mettre la mère de vos enfants en prison".

Lire l'article sur news24
.
Lu 1932 fois



1.Posté par MAUNIER BERNARD le 17/06/2009 18:23

Bonjour je suis dans le même cas , la seul différence est que mon ex femme est partie en région parisienne avec ma fille de 9 ans depuis septembre 2008 ; Je ne peux plus l'appeler ni la voir parce que mon ex fait barrage . Et la procédure de divorce est toujours en cours avec une ONC prononçée quand elle résidait a la REUNION . Je ne peux donc plus récupérer ma fille comme le prévoyait le jugement . Mes relances auprès du TGI ont été rejetées. Ca fait 10 mois que je suis privé de mon enfant et la justice ne me donne ancun droit .

2.Posté par papapio le 17/06/2009 19:53

"Mes relances auprès du TGI ont été rejetées. Ca fait 10 mois que je suis privé de mon enfant et la justice ne me donne aucun droit"
Veuillez nous contacter SOS PGDR (Les papas Réunion: 0692 70 00 73)
Nous essaierons de vous aider et de soutenir vos démarches...

3.Posté par Steve Swanepoel le 18/06/2009 20:54

Bonjour les amis je dont savent; je suis le Père des enfants sud-africains, Isabelle et Stephen, vous êtes writting de. Je suis désolé très d'entendre dire que je ne suis pas le seul père avec ce problème très triste. Le jour de pères sera très très triste pour nous tous.
Dans ce crime, il y avait un commencement, mais il n'y a aucune fin. Ces limbes psychologiques garantissent que la douleur de parents continue indéfiniment
Je ne peux pas parler Fench mais je dois traduire les mots. Pouvez vous expliquez-moi s'il vous plaît quel est le S.O.S. PDGR ? et aussi que les moyens de TGI ?
Je suis désolé si ma traduction de français est très mauvaise et il me prend le long du temps pour écrire quelques mots.

Steve Swanepoel

4.Posté par Dominique Piot le 08/07/2009 00:08

Le témoignage de Steve Swanepoel publié ci-dessus est aussi avéré que l'article évoqué plus haut. Lorsque les enfants et leur mère vivaient en Afrique du Sud, il est parti vivre à 600 Km d'eux. C'est vous sire combien il tenait à l'exercice de son droit de visite : il les voyait une fois tous les trois mois alors que le jugement de divorce disait une fois toutes les deux semaines. Car bien sûr, et pour cause, le tribunal sud africain ne lui a jamais donné le moindre droit de garde. Mais il a bien mieux : ce gentil père éploré a tenté de faire chanter la mère en lui demandant 10 000 euros et des billets d'avions deux fois par an en échange de leur liberté. Quant à l'allégation sur la disparition pure et simple de cette "noble française", il suffit de savoir qu'elle vit dans la maison de ses parents en France et qu'elle ne s'est jamais soustraite à quelque contrôle que ce soit. Pour la fine bouche : ce fameux père n'a jamais téléphoné à ses enfants, ni à Noël ni pour leurs anniversaires alors qu'il avait bien sûr les numéros de téléphone. Et au cas où cela aurait coûté trop cher, il y a skype et il le sait. Il passe aussi sous silence ses petites turpitudes qui seront bientôt évoquées devant la justice sud africaine. Il se pourrait que cette histoire soit moins simple que Mr Swanepoel veut le faire croire dans la presse de son pays. La justice de son pays, elle, semble ne pas se laisser abuser. Attendons !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter