MENU ZINFOS
Faits-divers

Une famille de quincailliers sudistes devant la justice 


Abus de biens sociaux et banqueroute sont notamment reprochés à cette famille implantée à Saint-Louis et à Saint-Pierre. Robert*, le patriarche, a placé ses enfants à la tête de ses sociétés. Des gérants de paille pour des sociétés qui ont fini par être liquidées.

Par - Publié le Vendredi 15 Avril 2022 à 13:36

Robert a créé sa quincaillerie en partant de rien, et en tant que chef de famille, entend que ses enfants fassent ce qu’il leur demande sans trop poser de questions. "Il nous a retirés de l’école très tôt pour qu’on travaille avec lui". C’est en tout cas l’explication que Sylvaine*, la fille, martèle ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. En 2004, la famille crée une nouvelle société, la quincaillerie A. Sylvaine en devient la gérante de droit. La jeune femme continue d’assurer les tâches administratives et est en charge des transferts financiers, mais c'est toujours Robert, le père, qui détient les manettes. En 2007, les difficultés financières se font de plus en plus importantes. Pour y faire face, Robert incite Sylvaine à encaisser des chèques de la société sur son compte personnel pour ensuite lui remettre l’argent en liquide afin de payer les fournisseurs, lui assure-t-il. 

Mais le trou dans les caisses ne cesse de se creuser. Il faut dire que Robert perçoit également des salaires alors qu’il ne figure aucunement dans les statuts de l’entreprise qui finalement est placée en redressement judiciaire. "On ne savait pas exactement comment gérer une entreprise. J’ai arrêté l’école en 3e et mon père ne sait pas lire ni écrire", livre Sylvaine comme explication. Un expert-comptable aide pourtant la famille dans sa stratégie. L'homme n'a jamais été interrogé mais semble jouer un rôle déterminant dans les choix de montage financier du père. Une deuxième société ouvre, la quincaillerie M, pour sauver la quincaillerie A. Dans les faits, la première est vidée de ses actifs au profit de la seconde. Sylvain*, le fils, en prend la gérance. L’emprise du père et les fraudes que Sylvain découvre font qu’il s’oppose pour la première fois au patriarche. Il quitte la gérance peu de temps après dans la violence, assure Sylvain qui a porté plainte. Une plainte finalement classée sans suite. La famille est prise dans un cercle vicieux.

Robert demande donc au gendre de prendre la tête de la quincaillerie M. Le beau-fils devient encore une fois un gérant de paille puisqu'il continue de servir les planches et le ciment dans la cour sans s’occuper du reste. Aux malversations s’ajoutent des vols qui précipitent encore davantage la nouvelle structure vers la chute. Rien ne va plus.

"L’apothéose d’un drame familial à la Dallas"

Au total, entre les chèques et les espèces, au moins 500.000 euros ont été détournés des sociétés. Pour Sylvain, ce n’est pas aux enfants de payer les malversations du père, absent à son procès pour des raisons médicales.  

Être gérant de droit est une question de responsabilité, tance le parquet qui rappelle que la quincaillerie A a laissé un passif d’1,6 million d’euros dont 800.000 d’impayés aux fournisseurs ; la quincaillerie M. 200.000 euros. Même si le ministère public reconnait que la responsabilité de l’expert comptable peut être remise en cause, il requiert 12 mois ferme mais aménageables à l’encontre du patriarche Robert et 50.000 euros d’amende. Une peine justifiée, estime-t-il, par les 9 infractions qui lui sont reprochées et le fait qu’il a entrainé ses enfants. 
 
Pour Sylvaine, qui "tenait la caisse mais était aussi une marionnette", 2 ans de sursis et 30.000 euros d’amende sont demandés. Son mari risque lui 12 mois de sursis simple et 15.000 euros d’amende. Pour tous les trois, l’interdiction définitive de gérer est également demandée. Le parquet requiert 6 mois de sursis et 8.000 euros d’amende contre Sylvain, lui laissant une chance de continuer à gérer sa société personnelle. 
 
Face au tribunal, c’est un peu "l’apothéose d’un drame familial à la Dallas", note Me Farid Issé, conseil de Sylvaine et de son époux. C’est aussi l’histoire d’un homme de 72 ans qui a commencé à ramasser des clous rouillés, les a retapés pour les revendre, conte la robe noire. Beaucoup de grandes fortunes familiales réunionnaises ont commencé leur aventure de cette manière, rappelle Me Issé qui regrette que cette famille n’ait finalement pas réussi à se structurer. 
 
Le délibéré est attendu le 2 juin prochain.


En charge de la région sud de l'île, j'ai la main verte, le pied marin et la tête dans les nuages.... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par lapadi le 15/04/2022 14:55

mouin mi koné tout' zot ban la, pa un li apel Robert mèm sof la boit' sardin' en fer blan su létazèr !!....

2.Posté par valeo le 15/04/2022 18:40

Sans doute ont-ils suivi une formation gestion d'entreprise auprès de Ibrahim Patel?

3.Posté par Mimoze le 16/04/2022 08:50

Faut arrêté de se faire passer pour une victime, quand on crée une entreprise, ils existes plsuieurs outils pour la gérer...

D'autant plus que c'est une ancienne entreprise....

Faut arrêter

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes