MENU ZINFOS
Société

Une centaine de personnes rassemblées pour "Refonder l'université"


- Publié le Jeudi 25 Octobre 2012 à 15:36

Une banderole "Université en crise : Stop à la dictature", sur le parvis des Droits de l'Homme, à Saint-Denis... Le choix des mots est symbolique, le lieu l'est tout autant. Philippe Jean-Pierre, tête de liste "Refonder l'université", qui a finalement refusé de se présenter aux prochaines élections du 30 octobre, appelait ses partisans à se rassembler pour protester contre la gouvernance de l'université de la Réunion.

Des professeurs, une vingtaine d'étudiants... Environ 100 personnes au total ont répondu à l'appel de Philippe Jean-Pierre. A la tribune, des témoignages se succèdent pour dénoncer la "mascarade" des élections, "une des pages les plus sombres et tragiques de notre histoire", entend-on.

De nouvelles élections demandées

Paul Hoarau, ancien journaliste et notamment connu pour avoir été l'un de ceux qui a mené le combat de la fraude électorale dans les années 60, a participé à ce rassemblement. Il assure qu'il règne au sein de la présidence de l'université "un environnement de pression, d'arbitraire qui est intolérable. Un mépris envers les gens qui ont des compétences. Il faut nous engager !", s'exclame celui qui, à l'époque à la tête du journal Le Progrès, avait mené une campagne pour la défense de l'école de droit, préfiguration de l'université de la Réunion.

S'engager, lutter, c'est un peu le mot d'ordre de ce rassemblement de soutien à la liste de Philippe Jean-Pierre. Le président Rochdi en prend pour son grade : "Il n'est plus le président de l'université. Il n'avait pas le droit de s'occuper de la préparation des élections", renchérit Paul Hoarau.

Paul Junot, porte-parole de la CFTC, est également présent. Il estime que "la justice a été bafouée et que ce rassemblement doit être celui du commencement de toute une action." Philippe Jean-Pierre a, quant à lui, le sentiment que "la démocratie est bafouée, que ceux qui étaient en charge de la neutralité ne le sont pas".

Et confirme sa demande de l'organisation d'élections à une date ultérieure "afin que toutes les listes soient réunies. J'ai toujours dit qu'une élection avec deux listes était sans doute beaucoup plus démocratique qu'une élection avec une seule liste".


Une centaine de personnes rassemblées pour "Refonder l'université"




1.Posté par Zanpièr et Paupol chez les soviets le 25/10/2012 18:20

Il est parfaitement injuste qu'il n'y ait qu'une seule liste , surtout si ce n'est pas la notre !

2.Posté par écoeuré des syndicalistes le 25/10/2012 18:28

Les désordeurs sont de sortie. Zont pas de boulot ? Ou alors le boulot qu'ils ont ne les occuppe pas beaucoup dans une journée. Toujours les nantis qui revendiquent et qui protestent, foutez-moi tout ce beau monde au travail dans le privé , on verra alors ceux qui savent travailler et les sangsues....
Y'en a marre du bordel organisé à l'université. c'est pour cela que l'université est une voie de garage pour toutes les feignasses patentées et professionnelles.

3.Posté par vide le 25/10/2012 20:17

Quand on garde le pouvoir par un vide juridique, peut-on se proclamer de la democratie du partage......

Expliquer moi svp!!!

4.Posté par la Construction du Grand Califat de France le 25/10/2012 21:04

Bravo Jean Pierre , ne te laisse pas faire par Ratchdi !

5.Posté par Lucifer et Satanas le 25/10/2012 22:50

Trop fort
M Rochdi a fait un recours pour l'annulation de sa prochaine re-élection auprès de la cour administrative d’appel de Bordeaux.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes