Océan Indien

Un vent de révolte souffle sur Madagascar

Jeudi 24 Mai 2012 - 17:55

Un vent de révolte souffle sur Madagascar
Selon L'express de Madagascar, la capitale malgache, Antananarivo, a été la cible de manifestations populaires ces derniers jours. En cause, un nouveau bras de fer entre l'opposition et le pouvoir.
 
Les leaders de la radio d’opposition Free FM appellent à un nouveau rassemblement dans le centre-ville après la manifestation qui avait réuni bon nombre de personnes le 19 mai dernier. Le bras de fer est engagé avec le Président de transition, Andry Rajoelina, qui n'a pas hésité à condamner hier, face à la presse, les fauteurs de troubles et encourager les forces de l’ordre à prendre leurs responsabilités face aux possibles débordements.
 
Andry Rajoelina tente de rassurer ses concitoyens alors que les foyers de tension se multiplient, même au sein des institutions de transition. Il "tente de garder le cap, afin d’aller aux urnes le plus tôt possible et balaye toute modification de ce plan", explique-t-il. "Je m’interdis d’empêcher les forces de l’ordre de prendre leurs responsabilités. Je les encourage dans leur mission pour qu’il y ait la paix", a déclaré au journal malgache le Président de la Transition, à Ambohi­tsorohitra. Il a même conseillé "de ne pas faire de sentiment".

Dans un communiqué, le bureau de liaison de la SADC (Southern African Development Community), basé à Antananarivo, appelle les manifestants à rester pacifiques.
 
Dans ce contexte tendu, marqué par des grèves et des manifestations réprimées par la police, Andry Rajoelina a appelé le peuple à se concentrer sur les élections, dont le calendrier devrait être annoncé le 28 mai prochain par la Commission électorale nationale indépendante de transition.
 
Dans le centre d’Antananarivo, des jets de pierre ont éclaté mercredi. On ne resence pas de blessé. Ce même jour, du côté d'Ambohijatovo, une centaine de manifestants se sont donnés rendez-vous suite à l'appel au rassemblement lancé par le professeur Paul Rajaonarivelo, fondateur du Comité du salut public.
 
L'Union européenne reste attentive à l'évolution de la situation politique à Madagascar. Dans un communiqué publié à Bruxelles, le 22 mai, Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne partage sa "préoccupation", "à un moment critique" du processus de sortie de crise.

Elle évoque notamment la suspension de la participation de la mouvance de l'ex-président Ravalomanana, "les retards dans la mise en œuvre de la loi d'amnistie", "des problèmes qui (...) retardent la mise en oeuvre de la feuille de route" et "la cohabitation difficile entre le président de la transition et le Premier ministre".
Lu 2149 fois



1.Posté par Gajik le 24/05/2012 20:16

On a déjà expliqué ici ce qu'est "free" FM. Un tandem de deux pseudo journalistes qui n'ont pas eu ce qu'ils voulaient à titre personnel et qui étaient il y a peu, à lécher le derrière de la transition.

Ils essayent de récupérer la fatigue des malgaches sur la situation économique difficile provoquée par la résistance coriace aux élections et au changement des trois ex présidents, soutenus en cela par tout un réseau quasi mafieux qui va de députés européens à des membres de l'UA et bien entendu l'ambassade américaine.

Pour une info plus ... disons ... précise, voir des journaux comme l'Express :

Cet article d "'Orly" voit les évènements par le petit bout de la lorgnette et trie ce qui l'intéresse. Quand on est au courant de la réalité de Madagascar, on ne peut que déplorer ce genre de "journalisme" tendancieux qui ment par omission et par juxtaposition de faits tronqués. C'est un article creux, brouillon et qui ne correspond en rien à la réalité de Madagascar.

2.Posté par Courage !!! le 24/05/2012 20:31

Pensées affectueuses pour mes ami(e)s de la Grande île qui subissent, subissent et subissent la voracité et le suivisme de leurs compatriotes depuis tant d'années.

3.Posté par noe le 25/05/2012 05:25

ça va pêter un de ces jours !

4.Posté par Gajik le 25/05/2012 08:28

Voilà, en réponse à la lettre de diffamation envoyée à François Hollande sur la soit-disant presse muselée à Madagascar, par le GTT Réunion, ce groupement de malgaches devenus français pour la gamelle (qui n'ont plus vraiment rien de malgaches puisqu'ils ont quitté le cher pays de leurs ancêtres pour le pays qu'ils haïssent dans toutes leurs déclarations !) l'état réel de la liberté de la presse dans ce pays.

Le Premier Ministre Omer Beriziki qui, je le rappelle, est issu de la mouvance du vieux fou de Zafy qui l'a renié depuis, a invité les journalistes de la capitale, à la Primature, afin qu'ils puissent échanger sur l'avancement de la programmation des élections. C'est la CENIT, totalement indépendante désormais, qui va fixer les dates et non pas le Président comme veulent le faire croire certains journalistes militants malhonnêtes au service des ex présidents.

Face à cette ambiance cordiale de travail, quelques journalistes en mal de devenir politiciens, surfent sur la vague de dureté de la vie des malgaches pour essayer de se placer comme leaders de l'opposition. Ils sont une infime poignée, mais bien entendu, le GTT et les media français, friands de faits divers, relaient leurs actes de sabotage du retour de la démocratie et de la fin apaisée de la Transition. On présente ces trublions comme des héros de la résistance !

Il faut savoir par exemple que mercredi, des manifestants qui voulaient s'emparer d'Ambohijatovo, ont été pris à partie et caillassés par un groupe de jeunes qui ont déclaré en avoir marre des actes de sabotage de la paix civile, au moment où les élections libres vont avoir lieu. Il ne s'agit pas là de répression par des militaires, mais d'un raz le bol de civils contre les politiciens de l'opposition qui multiplient exactions et grèves dans le seul but de saboter la tranquillité retrouvée. Ces grévistes sont clairement financés par l'opposition qui refuse des élections qu'elle ne peut pas maîtriser et truquer comme çà a toujours été le cas auparavant.

Oui, c'est vrai, un vent de révolte souffle sur Madagascar, mais il ne souffle pas du tout dans les sens décrit par "Orly", mais il souffle contre les opposants à la démocratisation de Madagascar, les factieux et poseurs de bombes, les faux journalistes et autres trublions du GTT Réunion au service des anciens régimes qui avaient la faveur de la communauté internationale, des multinationales et du FMI

5.Posté par Souvenirs, souvenirs... le 25/05/2012 08:59

Révolte ? Révolution ? Radio Free FM ? Tiens, ça me rappelle quelque chose...

6.Posté par Hugues Neau le 25/05/2012 09:48

Une recolonnisation, voilà la solution...

7.Posté par sotoavo le 25/05/2012 11:11

Effectivement les presses sont muselées à Madagascar, aucune démocratie. La dictature dirigé par le putschiste règne, la population souffre. En 2009, le putschiste inaugure le jardin d'Ambohijatovo pour le jardin de démocratie! où en-est-il actuellement? Jardin de mort!!!!!!!

8.Posté par bla bla le 08/06/2012 16:52

Mada ne s'en sortira jamais tant que les pseudos dirigeants prenant le pouvoir par la force seront éradiqués.
Corruption, violence, pauvreté, il n'y a que ça à Mada en ce moment.
Rajoelina pensait faire mieux que Ravalo, je pense que lui même n'y croit plus maintenant.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues