Société

"Un rêve qui se réalise" pour les cadets de la Police Nationale

Jeudi 31 Août 2017 - 16:37

Ce matin s’est déroulée la cérémonie de sortie de la 12ème promotion des cadets de la République de la police nationale. Ils accèdent au poste d’adjoint de sécurité au terme de leur formation.


"Vous aurez le droit au respect, mais pas à l’erreur". Le discours de Sébastien Audebert, directeur de cabinet du Préfet aux 15 nouveaux cadets de la République de la police nationale est sans équivoque.

En formation depuis un an, les jeunes recrues ont tout d’abord subi une épreuve de sélection, avant de suivre des cours en alternance sur le détachement militaire Air 181 et au lycée Georges Brassens à Saint-Denis.

"Un rêve d’enfant qui se réalise"  

Florian Payet, 22 ans, est sorti major de promotion cette année. Pour le jeune homme originaire de Cilaos, "c’est un rêve d’enfant qui se réalise. C’est pour moi un honneur de porter l’uniforme d’une institution républicaine. J’aimerais me battre contre la délinquance, qui est un fléau aujourd’hui."

Pour le major de promotion qui a quitté l’école à 17 ans sans diplôme, cette opportunité de carrière est "une fierté". Il sera dans l’immédiat affecté au Commissariat du Port et vise le concours pour ensuite intégrer une école de police en métropole.


Du haut de ses 20 ans, pour Léa Payet ce parcours lui permet d’ "apprendre à s’adapter, à avoir plus confiance et s’affirmer." 

Un rêve qui se réalise et "une chance de pouvoir préparer le concours pour la suite".


Pour Kenji Wong-Wak-To, 23 ans, c’est une vocation de longue date. Après s’être présenté une première fois au concours en 2013, il réussit finalement les épreuves de 2016.

"Des membres de ma famille font partie de la police nationale, donc c’était un rêve pour moi." Il passera le concours de gardien de la paix en septembre, une manière pour lui d’accéder à "une sécurité d’emploi. Dans la police il n’y pas de chômage" conclut-il.


Vitaline Kondoki, 31 ans, s’était quant à elle d'abord orientée vers une carrière médicale. "Par la suite, pour intégrer la police nationale, j’ai commencé par le concours de Cadet".

Les valeurs qui ont marqué la mère de famille sont "le travail de groupe et l’esprit d’équipe. J’ai appris à me canaliser et voir la réalité des choses".

Le traditionnel lancer de casquettes, marquant la fin de la scolarité.
Le traditionnel lancer de casquettes, marquant la fin de la scolarité.
Pour l’instant, les Cadets seront déployés sur des missions de sécurité publique, aux postes de Police aux Frontières, avec la possibilité de passer ensuite le concours de gardien de la paix. Le taux de réussite à ce concours s’élevait à 80% pour la promotion précédente, "l’occasion de faire mieux !" pour Sébastien Audebert.

La préparation aux défilés.
La préparation aux défilés.
Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 4971 fois



1.Posté par Hugh le 31/08/2017 17:11

Bonjour les avantages !

Je trouve absolument inadmissible que les cadets de la police puissent comme ça avoir trois maisons d'office.
Tenez ! Prenez l'exemple de " Cadet ROUSELLE " !

2.Posté par Bravo et bonne chance ! le 31/08/2017 21:56 (depuis mobile)

Laissez-les tranquilles. Même s'ils ne savent pas ce qui les attendent. En tout cas, être au top physiquement est la clef.

3.Posté par Dazibao le 31/08/2017 23:39

Le traditionnel lancer de casquettes, marquant la fin de la scolarité.
...................................

Le traditionnel réception de galets marquant le début de carrière.

4.Posté par Dazibao le 31/08/2017 23:40

Correction: la traditionnelle réception de galets.....

5.Posté par titi974 le 01/09/2017 07:45

C'est une bonne chose de pouvoir donner une chance à ces jeunes qui n'ont aucun diplôme à la base cela démontre que certains jeunes ont envie de faire quelque chose de leur vie et c'est très bien , le plus dur commence pour eux avec le concret du métier de policier .

6.Posté par Run le 01/09/2017 08:27 (depuis mobile)

Félicitation, reste maintenant à être gardien de la paix pour les plus motiver, les année métropole pour les plus solides , et prendre un avocat pour le retour ( mutation ) vers la reunion , triste réalité, administration destructeur famille !

7.Posté par sara le 01/09/2017 09:51

j aime bien le mec qui leur dit " vous aurez le droit au respect". tu parles... le droit de se faire caillasser ;insulter et pire.... enfin.... il en faut bien. bon courage a eux et respect.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 12:05 L'épidémie de dengue circule encore à Saint-Paul