Education

Un plan pour faciliter la réussite des ultramarins aux concours des grandes écoles

Jeudi 21 Janvier 2010 - 15:28

Hier, Patrick Karam présentait un dispositif destiné à soulager les candidats, résidant en Outre-mer, des contraintes qu’ils peuvent rencontrer aux concours des grandes écoles. Dès cette année, différentes mesures seront mises en œuvre pour leur permettre de passer leurs épreuves écrites et orales dans les meilleures conditions possibles, sans avoir à trop souffrir de l’éloignement. Le délégué interministériel à l’égalité des chances des français d’Outre-mer espère ainsi "favoriser l’émergence des élites ultramarines".


Un plan pour faciliter la réussite des ultramarins aux concours des grandes écoles

Passer des épreuves à 3h ou 4h du matin afin d’être en accord avec les horaires de la métropole, trouver rapidement un logement, ou encore, payer un billet d’avion souvent onéreux : voilà les principales difficultés auxquelles doivent faire face beaucoup les candidats ultramarins aux concours des grandes écoles. Devant ce constat, Patrick Karam a demandé aux responsables de concours des grandes écoles de trouver des solutions "innovantes et réalistes". Sensibilisées au problème, les 25 écoles de management de la Banque Commune d’Epreuves (BCE) ont décidé de se pencher sur la question.


Thierry Debay
Thierry Debay

Des premiers éléments de réponse ont été présentés hier par Thierry Debay, directeur des admissions et concours de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Paris, et Philippe Regimbart, directeur INSEEC-Paris et président du SIGEM. Les écrits, qui durent 10 jours, pourront se dérouler à des horaires différés. Le candidat sera alors mis en loge, c’est-à-dire confiné dans un lieu secret et surveillé en attente de l’épreuve. S’il est admissible, il pourra décider de ne pas passer ses oraux dans l’Hexagone. Pour ce faire, il est prévu, en plus de la formation d’examinateurs in situ, de mettre en place un système de visioconférence. Cette expérience sera testée cette année par Grenoble Ecole de Management (Grenoble EM) avec le lycée martiniquais de Bellevue.


"Sur 65 candidats antillais, 42 intègrent une grande école"


Philippe Regimbart
Philippe Regimbart

Par ailleurs, pour mieux cerner les obstacles afin d'intégrer une grande école quand on réside en Outre-mer, Thierry Debay, accompagné de Philippe Regimbart et des représentants de Grenoble EM et d’Audencia Nantes, mènera une mission qui se rendra en Guadeloupe et en Martinique, du 21 au 28 janvier. Là-bas, ils rencontreront les proviseurs, les professeurs, ainsi que les lycéens en classe préparatoire. "Sur 65 candidats antillais, 42 intègrent une grande école. Mais le taux d’intégration peut être influencé par la décision d’aller ou non en Métropole", a expliqué Thierry Debay. "Aussi, on veut rencontrer les professeurs car il y a un déficit de présence et d’échange", poursuit-il.

La mission examinera également la possibilité d’adapter le concept des "Cordées de la réussite" aux territoires d’Outre-mer. Instituées sous la forme de partenariats entre un ou plusieurs établissements d’enseignement, d’une part, et des lycées ou collèges, d’autre part, les "Cordées de la réussite" ont pour objectif de promouvoir l’égalité des chances et la réussite des jeunes face à l’entrée dans l’enseignement supérieur, et notamment dans les filières d’excellence. Par l’organisation de sorties hebdomadaires et de visites de grandes écoles, elles permettent de combattre l’autocensure. "L’idée est de revenir de la mission avec des accords signés", a conclu Philippe Regimbart.


Un plan pour faciliter la réussite des ultramarins aux concours des grandes écoles
Bérengère Lefèvre
Lu 3529 fois



1.Posté par pierre Lebon le 21/01/2010 15:38

Apparemment cela concerne les Antilles et pas La Réunion?

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 21/01/2010 16:27

beaucoup de bruits pour rien...

3.Posté par Cambronne le 21/01/2010 17:45

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 21/01/2010 16:27
beaucoup de bruits pour rien...
tu as raison beaucoup de tamtam pour peu de cocos dans l'arbre sacré
ferait mieux de penser à trouver une solution pour entrevoir le plein emploi sur la Réunion ce pays prend les mêmes air que l'EX UNION SOVIÉTIQUE sous la grande époque de Khrouchtchev , manque plus que l'organisation d'une grande parade pour le 1 er octobre vous croyez pas qu'il serait bon d'avoir des idées un peu plus libérale et penser un jour à résoudre la problématique du chômage dans les dom tom la Réunion avec les 130 000 chômeurs battant tous les records plutôt que d'accuser avec des phrases toutes quand l'État jacobin est par des lois arbitraires , le seul "responsable de tous les maux de la société Réunionnaise comme la discrimination sur certains monopoles mais aussi des taxes discriminatoires suffit d'identifier les blocages, pour comprendre sans chercher à trouver d'autres solutions qui pourraient se concrétiser en actes. Nombreux ici ont des aspirations de créateurs mais il y aura toujours un emmerdeur en face les mêmes que celles de nos compatriotes métropolitains. Il faut réformer ce pays et virer les incompétents voilà les bonnes solutions qui doivent être avant toute les bonnes décisions”.

Lorsque ce pays manque de main d'œuvre dans les corps des métiers manuels
plaquistes, peintres, carreleurs, électriciens, plombiers, maçons, ou encore couvreurs, mieux il n'y a plus de bon menuisiers en France quand aux pâtissiers et boulangers bouchers charcutiers il ya longtemps qu'ils ont changé de pays vu la considération que les français réservent à leur unique art inimitable ...Ils viennent nous parlez dans une décontraction feutrée soviétisante des places en prépa .......

4.Posté par Jeff B. le 21/01/2010 20:42

Ayant fait une classe prepa en metropole et puis autre chose après, je trouve que c'est une bonne initiative. Il faut aussi se soucier de l'environnement après: logement, accueil,... Un réseau associatif devrait etre associé au projet. Pour les parents qui ont les moyens, souvent ils accompagnent les enfants. Mais ce n'est pas le cas pour tous. L'idée de créer un reseau ou un groupe associatif des "grands frères d'outremer ou des grandes soeurs" aussi serait pas mal: l'expérience est faite par soi meme ou apportee par les autres. Tout en ouvrant vers l'extérieur! Ce reseau peut etre compose de personnes originaires d'outremer ou ayant vecu outremer, ou ayant des affinités.

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 22/01/2010 01:16

ces assoc existent déjà me semble t il ..les réseaux web2.0 suffisent aussi à provoquer du lien..

6.Posté par Cédric le 22/01/2010 05:35

Comment ça "beaucoup de bruit pour rien" ! ! Mais il est temps qu'on pense un peu aux jeunes qui veulent se former au haut niveau ! Les gens qui pensent que c'est beaucoup de bruit pour rien ne regardent que le bout de leur nez. Si l'on veut de l'emploi à la Réunion il faut aussi penser à avoir les compétences et il est important de se former hors de l'île pour certains domaines et surtout dans les formations d'ingénieur. Moi je suis à la fin de ma formation d'ingénieur et je trouve ce sujet très utile. Il y a un vrai problème d'égalité des chances entre un jeune Réunionnais et un jeune métropolitain pour l'entrée dans les grandes écoles ! J'ai passé trois fois le concours d'entrée à mon école pour y arriver et c'est en partie dû au décalage entre la Réunion et la métropole.

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 22/01/2010 17:39

Non il n'ya pas d'inégalité des chances, post 6.

En tant qu'ancien d'école supérieur de commerce, je peux te garantir que le fait de compter des ultra-marins représente à mon sens, une opportunité intéressante pour ces écoles, ceux qui y enseignent et ceux qui y étudient..

N'en demeure pas moins qu'il y a un concours d'entrée, et que seul(e)s les plus motivé(e)s ont leur chance.

Rappelons aussi que des aides pour ce type de concours (prise en charge du billet d'avion notamment) étaient mises en place avec la continuité territoriale pilotée à l'époque par la Région, et que les Bureaux des Etudiants de ces écoles organisent aussi une prise en charge (hébergement, récupération à la gare sncf ou dans les aéroports des villes) de ceux qui passent les concours...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >