Courrier des lecteurs

Un petit "prout" et tout s'arrête

Dimanche 25 Avril 2010 - 08:22

Nous n'avons pas voulu nous exprimer depuis une dizaine de jours. Le désarroi de nombreux touristes "en perdition" mérite effectivement de la retenue.

Le petit "prout" d'un volcan et c'est toute l'industrie du tourisme qui s'effondre en Europe.  C'est dire sa fragilité, ses insouciances, son goût pour l'offre promotionnelle mais aussi pour ses esbroufes. Tout se vend à prix cassés, tout n est plus qu'offres exceptionnelles ou avantages clients, la concurrence est devenue folle et finalement les plus grands opérateurs presque ruinés, laissent des milliers de touristes dans des situations ubuesques :

   - un contrat de travail rompu pour les uns

   - une ordonnance non renouvelée pour des médicaments pourtant essentiels à sa santé

   - une trésorerie mise à mal

   - et quantité d'autres désagréments capables de faire oublier l'essentiel : les satisfactions espérées dans un projet de voyage.

Si nous avons décidé de nous exprimer, c est par courtoisie et compassion mais surtout pour répondre à vos mails nombreux. Comme vous, nous sommes effectivement outrés par la stratégie commerciale des professionnels du secteur et celle de nos gouvernements. Le métier du tourisme mérite mieux. Cette concurrence absurde conduit à des catastrophes. Dans beaucoup de domaines l'offre spéciale devrait être interdite pour préserver l'intérêt de la clientèle. C'est ce que nous apprenions dans les écoles de commerce il y a 50 ans. Il est urgent de revenir à plus de sagesse. Une réforme est nécessaire, il faut réhabiliter "le juste prix".

Chacun a bien compris que personne ne veut payer les conséquences du petit "prout" de ce tout petit volcan.

Existent cependant de nombreux organismes qui s affichent dans les surfaces de vente des tours opérateurs (par exemple et pour la France)  le SNAV - APS - les Compagnies d'assurance. Mais à quoi servent-ils vraiment ?

Toutes ces entités appellent aujourd'hui leur "gouvernement" à leur secours mais aussi "le tout petit contribuable" qui devra payer pour le compte de touristes naïfs et d Opérateurs qui conduisent une stratégie commerciale vouée à l'échec. Pour bien assurer un service il faut savoir s'en donner les moyens. Les coûts sont incontournables sauf au détriment de la qualité du service à rendre et dans ce domaine nos Opérateurs nationaux sont des experts. Nous vous épargnerons la liste de ces professionnels qui sont malheureusement parmi les plus connus.

 Ces touristes incapables de rentrer seuls chez eux sont aujourd'hui assistés par d'autres contribuables qui n ont parfois jamais vu la mer, qui sont assujettis à la TVA, aux impôts locaux, à la CSG, au RDS.., qui survivent avec des retraites ou des revenus qui n'excèdent parfois pas 646 euros par mois (Ils sont en France près de 9 millions). Trouvez-vous tout ça normal ?

En France il existe un petit magicien qui débloque à nouveau de l'argent pour secourir des voyageurs qui pleurent devant les caméras. Pourtant il gère un Etat qui n'a plus un sou, qui est couvert d une dette abyssale.

Quelques règles prudentielles frappées du bon sens sont à rappeler aux voyageurs:

   - Acheter un vol sec assorti des garanties de compagnies aériennes sérieuses

   - Négocier un contrat "après un appel d offres" auprès d Opérateurs réceptifs crédibles lequel contrat doit être couvert par une assurance "annulation"

   - Vérifier son contrat d'assurance en responsabilité civile et l'ajuster avant son départ si nécessaire

   - Disposer d une carte de crédit fiable qui aide en cas de pépins majeurs

   - Lire les « conseils aux voyageurs » dispensés par les Ministères des Affaires Etrangères

   - Accepter de payer le juste prix ou rester chez soi. On ne peut pas se faire plaisir en utilisant l argent public.

Pour conclure, ou on a suffisamment de moyens pour voyager et on prend ses responsabilités. Si ce n est pas le cas on partage son aligot, sa raclette, sa choucroute ou encore son cassoulet avec ses amis. Cela coûte moins cher, on passe un bon moment avec ses copains et on dort dans son lit et non pas sur les banquettes du hall d un aéroport inopérant à cause d un tout petit « prout » volcanique. On n a pas le droit de pleurer quand on a pris un risque à trop bon marché.

Jean Louis MOUREAU
fondateur,
WORLD TOURISME
Pierrot Dupuy
Lu 1347 fois



1.Posté par Le Pacifique le 25/04/2010 10:41

- Oh la belle leçon ! Quand on a besoin de rien, on est tout de suite servi.

2.Posté par Under Ground le 25/04/2010 11:31

En gros, pour Jean Louis BOUREAU, les pauvres à la Maison et les Riches au Balcon...
Belle philosophie...
Et il nous parle de "risque à bon marché"... C'est vrai que les passagers d'un paquebot qui prend des vagues "scélérates" en pleine proue prennent là un risque bien payé...
Le seuil du risque acceptable pour notre soi-disant "fondateuur" de World Tourisme, c'est une claque scélérate en pleine tronche par un de ces cochons de voyageurs pauvres qu'il prend grand soin à stigmatiser dans son billet.

3.Posté par moiléoutrée le 25/04/2010 12:18

De la bile, rien que de la bile...
Ce courrier ce veut rempli de compassion ?????
J'ai beau chercher. J'ai lu l'article plusieurs fois et mon dégoût n'a fait que grandir.

Ces gens n'ont pas demandé à être secouru par "les petites retraites", ils avaient un billet
d'avion payé au prix fort (Air France pour ne citer qu'elle ne faisant pas de cadeaux) et méritaient de rentrer chez eux une fois la situation rétablie sans se voir proposer le choix entre payer un autre billet ou attendre une éventuelle place....
Je n'ai pas le temps d'écrire plus, mais j'aimerais beaucoup avoir l'avis des autres lecteurs

4.Posté par Volatile le 25/04/2010 16:34

C'est une blague ? World tourisme, c'est une allusion à World Company, et au caricatural Cdt Sylvestre des Guignols de l'Info ?
Ha non, c'est vraiment sérieux, le monsieur a vraiment créé une société qui s'appelle World Tourisme, un truc qui prétend être un réseau d'agence de voyages.

Bon, je crois qu'en fait ça relève de la psychiatrie...

5.Posté par Vivien DURIEUX le 25/04/2010 19:16

Un petit prout qui a conduit, il ni' a pas si "LONTAN", à une famine et abouti à notre révolution, attisée par la Perfide Albion par une campagne pornographique sur Marie Antoinete de BOURBON et à notre Etat Jacobin providence, qui ment aux Français depuis 217 ans et nie le parjure la base de la Justice, du progrés, par étonnant que nous soyons en pleine recession!?

Jusqu'à vouloir sortir une loi sur la bourka, pour trouver une tête de turque à la crise qui n'est pas mondiale est qui n'est qu'une succession d'affaires de corruption, comme l'achat dernièrement avec de l'argent bublic de l'hotel RESTO SURF de Jeanne FRUTEAU, acheté le 30.03.10 par la Mairie de St-Paul, 703.000 € avec l'argent public d'"Un Etat en état de faillite, la France, où l'administration délivre des PC violant la Loi comme pour l'ex RESTO-SURF HOTEL où le vendeur a acquis centime un bien de 2.000.000 € et l'a revendu 703.000 € à Madame Huguette BELLO,soit 703.000% de plus value!?

Enfin à MAURICE où il existe des hôtels digne de ce nom, la deserte aérienne d'une île étant lié à son parc hôtelier, il y a plus de 10 compagnies aériennes qui desservent l'ex île de France, heureusement indépendante d'"Un Etat en état de faillite, la France ", "Qui le "VEAUX" bien" avec des assistés, autre forme d'esclavage, disait l'abbé PIERRE en découvrant LA REUNION!?

6.Posté par ss974 le 27/04/2010 07:21

l'homme n'est pas grand chose devant l'immensité de l'univers....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 25 Juin 2018 - 10:28 CAFECO 240 - Albatross

Lundi 25 Juin 2018 - 10:25 T’es où, Didier, t’es où ?