MENU ZINFOS
International

Un père âgé aurait plus de chances d'avoir un enfant autiste


Par Samuel Bertil - Publié le Mercredi 8 Août 2012 à 16:36 | Lu 1706 fois

Un père âgé aurait plus de chances d'avoir un enfant autiste
Le professeur Lyonnet, chef du service de génétique de l'hôpital Necker à Paris, a rapporté au Figaro que les risques de maladie génétique d'un enfant augmente non seulement avec l'âge de sa mère, ce qu'on savait déjà depuis des années, mais aussi avec celui du père. Selon lui, un colloque à Nuremberg en juin a ainsi montré que le risque d'autisme d'un enfant augmente avec l'âge de son père.

Des recherches publiées en avril 2012 dans Nature montraient déjà que l'autisme était chez certains une maladie génétique provoquée par une mutation des gènes des gamètes (spermatozoïdes et ovules). La mutation n'est donc pas présente chez les parents mais pour un père plus âgé ayant des spermatozoïdes qui se sont reproduits plus de fois, le risque que ceux ci portent une mutation s'accroit avec l'âge. De fait, les pères sont quatre fois plus souvent responsables de la transmission de ces mutations que les mères. La raison tiendrait à ce que, contrairement aux femmes qui naissent avec un stock fixe d'ovules qui sont progressivement utilisés au cours de la vie, les hommes produisent des spermatozoïdes toutes leurs vies en divisant les cellules présentes: de division en division, les erreurs de copie de l'ADN se multiplient et les mutations s'accumulent. 

Mais l'autisme n'est pas la seule maladie concernée: la schizophrénie, certaines formes de nanisme ou encore la neurofibromatose sont également plus probables chez un individu dont le père était âgé. 




1.Posté par Pourtant, j''ai un pote âgé... le 08/08/2012 16:49

... qui "produit" bien.

2.Posté par noe le 08/08/2012 18:33

On parle "d'hommes âgés" , mais on peut se poser la question :
A quel âge est-on considéré par les autres de "âgé" ?

On a l'âge de ses artères , de son cerveau , de sa santé , de sa force virile ....aujourd'hui des soins palliatifs comme le "viagra" , le "bois bandé+rhum-gingembre" donnent la vigueur de 20 ans à celui qui a 60 ou 75 ans ... et puis c'est dans la tête !
Il y a aussi l'âge du "démon de minuit" ....
On vit plus longtemps avec une retraite dorée permettant de faire grandir son enfant ...

Donc il n'y a pas trop de risque pour les enfants conçus à un âge avancé !

"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité." (Sir Arthur Conan Doyle)

3.Posté par Ray_au_Port le 08/08/2012 19:24

"...Un père âgé aurait plus de chances d'avoir un enfant autiste..."

Parce que c'est une CHANCE d'avoir un enfant autiste ! ! !

Il faut croire que les écrivaillons ne se relisent JAMAIS ! ! !

Eh bien ils devraient !

4.Posté par David Asmodee le 08/08/2012 23:15

La douce i gâte...

5.Posté par zou le 08/08/2012 23:20

Ils ne savent plus quoi inventer quand ils ignorent(?) la source d'un problème ! Vaut mieux en rigoler tiens !!

6.Posté par MIRITOUSEL le 09/08/2012 12:29

Mié vau rale la po!!!A moin,moin l'été dans la marine nana in ti bout dtemps de ça,ma lavé in gayar grade,moin l'été Amiral,bandna té appelle amoin Amiral LaPo.....

7.Posté par Thierry Michaud-Nérard le 09/08/2012 15:53

C'est encore et toujours le complot de l'ignorance scientiste contre la connaissance dénoncé par Karl Popper dans ses Conjectures et réfutations, aux éditions Payot. C'est le complot de ces pseudo-experts en pollution, en climatologie et en neurosciences qui vendent leurs commentaires aux médias avides de sensations comme sur la 5 et sur Arte, qui n'expliquent rien et ne démontrent rien, en faisant toujours plus l'amalgame des risques de pollution, de cancer, d'avoir un enfant hyperactif, schizophrène ou autiste, en expérimentant sur des souris, et sans jamais tenir compte de la réalité concrète de la vie des gens et des authentiques besoins de santé de la population, ce qui ne veut pas dire besoins de médicaments ou d'interventions neurochirurgicales pour supprimer des comportements gênants.

8.Posté par Thierry Michaud-Nérard le 11/08/2012 00:29

Maladies génétiques : pourquoi pas encore l'alcoolisme du père ? Au XIXème siècle, on voulait croire que le risque génétique augmentait avec l'alcoolisme du père qui favoriserait l'apparition d'affections graves, comme l'autisme, la débilité mentale, la schizophrénie et la criminalité. Et s'il ne faut bien sûr stigmatiser personne, il semble que la tolérance vis-à-vis de l'alcoolisme des pères ne soit pas totalement fondée ! C'est encore et toujours le complot de l'ignorance contre la connaissance dénoncé par Karl Popper dans ses Conjectures et réfutations, aux éditions Payot. Ce complot des neurosciences est soutenu par des laboratoires pharmaceutiques qui veulent médicaliser les comportements indésirables, comme le cas à la mode des enfants soi-disant hyperactifs, sous couvert de la fausse science de la psychiatrie biologique, ascendant génétique, de nos astrologues et autres climatologues experts en pseudo-sciences.





Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes