MENU ZINFOS
Social

Un pantonier contre la violence faites aux femmes


L'Ireps (Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé de la Réunion) a édité 10.000 pantoniers en format de poche, qui seront disponibles dans les organismes et associations de lutte contre les violences faites aux femmes et dans les écoles. Un outil de communication qui doit inciter les victimes à se libérer de la souffrance subit au sein de leur couple.

- Publié le Jeudi 24 Novembre 2011 à 16:15 | Lu 1396 fois

Un pantonier contre la violence faites aux femmes
 
"Sa lé pa normal", "Respekt a mwin". C'est en ces termes qu'est rédigé un pantonier en format de poche pour dénoncer les violences faites aux femmes et dans les écoles. Un outil de communication édité en 10.000 exemplaires et qui sera disponible dans l'ensemble des structures de protection de la femme, mais aussi dans les commissariats, les gendarmeries, chez les médecins libéraux, ainsi que dans les infirmeries des écoles primaires, des collèges et des lycées. "L'enfant qui ramène chez lui ce pantonier en fera un sujet de conversation à un moment ou à un autre", indique Sophie Elizéon, déléguée régionale aux Droits des femmes et à l'égalité entre hommes et femmes.

Le pantonier de poche est petit, rigide et discret afin qu'il puisse être en permanence dans le sac à main par exemple. Il a été élaboré en collaboration avec l'aide d'organismes et d'associations de lutte contre les violences faites aux femmes. Il rappelle la définition de la violence, qu'elle soit physique ou psychologique, les adresses et numéros d'urgence à composer et les centres d'accueil comme les centres de médiation familiale ou bien l'Amafar-epe (Association des maisons de la famille de la Réunion - Ecole des parents et éducateurs) ou encore les centres de soutien matériel, à savoir les GUT (Groupement d'unités territoriales) et les Ccas (Centre communal d'action sociale).

Un bilan dans six mois

Souvent, les femmes victimes de violences sont dans le déni et le déclic arrive lorsque la situation devient trop dangereuse pour les enfants. "Les enfants peuvent être une raison de partir", indique Sophie Elizéon. Cet outil est la première phase d'une action de l'Ireps qui doit d'abord sensibiliser les publics prescripteurs.

Certaines des pages du pantonier sont volontairement blanches. "Il arrive fréquemment que les femmes ne se rappellent pas de leur propre numéro de téléphone", affirme Sophie Elizéon. Un bilan de l'impact de l'outil sera fait dans six mois afin de l'améliorer. A terme, le pantonier sera édité en plus grand nombre afin qu'il touche toutes les femmes qui sont concernées par des violences au sein de leur couple.




1.Posté par noe le 24/11/2011 15:23

Une femme battue!
Un homme batté !

Les machos à la geole !

2.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 24/11/2011 15:44

http://www.zinfos974.com/Les-chiffres-des-violences-subies-par-les-hommes_a22800.html://

Les chiffres des violences subies par les hommes

De nombreux chiffres divergents existent concernant la violence subie par les hommes. Cette insécurité statistique est liée à la difficulté de cerner le problème car les agressions sont souvent insidieuses et indirectes.
*****************************************
Tiens, tiens, tiens, nous ne serions donc pas les seuls a le dire, à le dénoncer et a le combattre ?!...
*http://lapetition.be/list_signs.php?petid=7733&page=3#signs
*La vérité sur les violences conjugales par Elisabeth Badinter
http://laviedeperes.over-blog.com/pages/La_verite_sur_les_violences_conjugales_par_Elisabeth_Badinter-86784.html

*Alors ? ...........PMI ? Ou Protection Parentale et Infantile ?
*Présomption d'innocence pour les seules Femmes ? ou pour les Citoyens ?
*Assistance maternelle ? ou Assistance Parentale (les Parents Éduquent, pas les seules Mères)
*Des Services de Victimologie d'Hôpitaux ouverts le week-end aux Papas du dimanche AUSSI ?
*Protection de la Petite Enfance, CAF, GUT, PMI, UDAF,... prêts a se dissocier des Chiffres d'affaires de la Monoparentalité subventionnée et des Devises, 1er Budget, dans les pouponnières de la France ?

"AU CHIOT" les préjugés, quand il s'agit de l'Essentiel pour CHACUN d'entre NOUS, Homme ou Femme.

POUR UNE VRAIE PARITÉ FEMMES HOMMES Y/C EDUCATIVE DE NOS ENFANTS OTAGES...
POUR QUE LES VIOLENCES CESSENT SUR LA BASE D'UNE VRAIE EGALITE
PAS D'UNE POLITIQUE FEMINISTE POURVOYEUSE D'ENFANTS A LA FRANCE...

3.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 24/11/2011 15:53

bhttp://www.zinfos974.com/Violences-faites-aux-femmes-Un-site-internet-deux-nouveaux-outils_a14304.html

(Délégation régionale des droits des femmes et de l'égalité), pourriez vous nous donner le lien des DROITS des ENFANTS et des Hommes en Préfecture ?...
Puisqu'il n'existe pas de DISCRIMINATION NEGATIVE chez le GARANT PARTANT des Institutions Bafouées dans les Pouponnières de la FRANCE !...

Ces Violences ne concernent que moins de 10% des Hommes, il est LEGITIME de les Dénoncer, PAS D'EN FAIRE UN FOND DE COMMERCE basé sur le Massacre Judiciaire et Sociale des HOMMES dépouillés pour leur NATURE, GENRE MASCULIN aux TGI...
M. MACCIONI, ce que vous faites ICI pour Proroger L'ABUS de POSITION DOMINANTE DES FEMMES au TGI comme au Département, en traitant comme DES CHIENS INSIGNIFIANTS les ENFANTS et les PERES, est INDIGNE d'un Représentant de L'ETAT. Sauf si vous avez des ORDRES pour que le MASSACRE CONTINU..
La Culture des Frustrations pour les Hommes et Pères (confirmé dans rapport des Sénateurs depuis 2003) et le dédain méprisant pour les Enfants et leurs DROITS, cumulé avec le mépris du parquet, INCITE LES HOMMES A SE RENDRE JUSTICE EUX MEME, et vous le savez. Si cet état de fait devait cesser, la MOITIE DES VIOLENCES CONJUGALES DISPARAITRATENT...

La vérité sur les violences conjugales par Elisabeth DADINTER
http://laviedeperes.over-blog.com/pages[/La_verite_sur_les_violences_conjugales_par_Elisabeth_Badinter-86784.html://

http://Parité InFemme dans L'OUTREAU Mère...Des Enfants OTAGES d'€

4.Posté par Juliette CARANTA- PAVARD le 24/11/2011 17:29

Le "PANTONIER" ?? Je me suis précipitée dans tous mes dictionnaires; en vain ! Ils doivent dater, comme moi...Il s'agit en fait d'un (joli ) petit carnet avec tous les renseignements utiles au "cas où" .Mais pourquoi ne pas avoir trouvé cette simple et bonne idée plus tôt, pourquoi ?

Au cas où il y aurait des " violences faites aux femmes "... Du calme, PAPAPIO !, on a dit " aux femmes !".
Il faut traduire aussi: pas n'importe quelle femme, pas n'importe quel VIOLENT ! pas n'importe quelle violence.! J'ai commencé à traiter le sujet..

L'important c'est que ça a permis de sortir mademoiselle ELIZEON de sortir de sa léthargie...

5.Posté par Thierry le 24/11/2011 18:08

Comme si personnage violent aura à faire d'un bout de papier.

Il sait que la loi est contournable en prétextant un DéLIRE quelconque d'une cause psychomachin-chose....

Combien de cs de violence, de maltraitance sont signalé régulièrement mais contre quoi personne n'y peut rien. Il n'y a pas de SANG.

Quand il y a du sang, c'est déjà trop tard (Cf Le cas de ce week-end)....

6.Posté par Gaétan Solo le 24/11/2011 18:30

Merci à Juliette pour sa définition.
Ce livret a-t-il été nommé ainsi par comparaison avec le nuancier utilisé en imprimerie ?

7.Posté par polo974 le 25/11/2011 13:27

un pantonier, c'est un néologisme pour parler d'un nuancier de couleur de la marque pantone...
un objet coûteux utiliser par les professionnels de la couleur (impression et autre).
bref, le machin que moins de 0,1% de la population connais.

mais parler d'un livret en éventail, c'est moins in...


Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes