MENU ZINFOS
Faits-divers

Un nouveau cas de photographe harceleur de mineures : "Tu m'en montres plus?"


Elles ont entre 14 et 17 ans, habitent à La Réunion, et ont toutes croisé sur un réseau social le chemin d'un photographe et de sa complice on ne peut plus malsains. Naïves, les modèles photos, toutes mineures, ont eu affaire au même mode opératoire. Pour pouvoir poser, le deal était simple : il suffisait d'être gentilles, de leur faire confiance et de se dévêtir.

Par Nicolas Payet - Publié le Vendredi 18 Juin 2021 à 15:35

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Les témoignages convergent et l'histoire s'est répétée pour toutes ces jeunes filles qui rêvaient de poser. Aujourd'hui certaines osent briser le silence, et souhaiteraient porter plainte mais ont peur. Pas facile en effet, car leurs parents n'étaient souvent pas au courant de la démarche de leur fille. D'autres parents paradoxalement ne veulent pas de dépôt de plainte, craignant que les choses n'aboutissent à rien et ne souhaitent pas être mêlés à cette médiatisation inéluctable. Double peine donc pour certaines qui ont pu également être échaudées par des faits-divers semblables sur notre île qui n'ont pu aboutir pour l'instant  auprès de la justice.

Un couple de photographes diaboliques

Que s'est-il passé ? Le couple de photographes, car ces adultes mal intentionnés agissent à deux, repéraient leurs proies sur Instagram. L'homme n'est pas un inconnu dans le milieu, ayant déjà fait du chantage à un modèle pour obtenir des faveurs sexuelles par le passé. L'affaire avait été étouffée, la jeune fille n'avait pas déposé plainte, sa petite amie et actuelle complice avait couvert ce photographe pervers.

Le couple infernal a repris sa traque sur le net

Cette alerte n'a manifestement pas suffi au jeune homme et à sa comparse puisque le couple infernal a repris sa traque sur le net. Les victimes seraient nombreuses. Les jeunes filles ont toutes été approchées via Instagram, par le profil de la jeune femme. Mais vu la teneur des écrits il semblerait que ce soit bel et bien l'homme qui était à la manoeuvre derrière le clavier. L'idée est toujours la même, flatter les mineures puis ensuite leur proposer une collaboration, sans bien entendu demander d'autorisation parentale indispensable pour les mineures cédant leur image.

Un shooting photo doit avoir lieu, un partenaire vêtements est mentionné sur le profil Facebook du couple (disparu depuis que nous enquêtons). Certaines sont allées jusqu'à l'étape du shooting et auraient dû recevoir en guise de salaire des vêtements... Vêtements qu'elles ne verront jamais, le couple de photographes ayant toujours gardé pour lui les récompenses promises. Mais là est le moindre mal, car la manipulation perverse faite sur les jeunes filles est bien plus grave.

Une manipulation perverse 

Certaines, conscientes de la gravité des faits, ont eu la présence d'esprit de faire des captures d'écran des échanges avec le profil de la femme. Une manipulation machiavélique est mise en œuvre jouant sur les sentiments afin de faire se déshabiller les modèles. Tous les échanges avec les apprenties modèles sont ponctués de cœur, de supplication et autres marques d'affection sous forme de smileys.

On retrouve dans les discussions les mêmes demandes émanant du profil de la soi-disant jeune femme... Supplication d'envoi de photos topless, questions sur la virginité des filles, rien n'arrête le soi-disant professionnel face à ces mineures, comme le montrent les échanges que nous avons pu nous procurer. 

L'une d'entre elles, mineure une fois encore, a accepté de témoigner... En contact avec le groupe Instagram depuis un mois, elle a eu envie comme ses amies de poser, sans le dire à ses parents. Elle raconte : "Je voulais vraiment poser et je suis entrée en contact avec la femme. J'ai trouvé les échanges bizarres. Elle voulait des photos en sous-vêtements. Puis pour faire le shooting, elle m'a demandé 180€. Quand je lui ai dit que je n'avais pas l'argent elle m'a dit que l'on pouvait s'arranger si j'étais capable de faire ce qu'elle me demandait... Je l'ai fait".

La victime va alors se présenter topless, la personne en ligne (toujours l'homme a priori) lui demandera également de se pincer le bout des seins ou de prendre des poses sensuelles. Une rencontre physique de notre jeune fille et une amie aura lieu avec le couple de photographes pour un shooting en extérieur. Notre témoin sera interpellée par le fait que l'homme durant le shooting utilisera les mots "ma chérie" comme ce fut le cas lors des échanges écrits avec le prétendu profil de femme.

Pour l'instant, aucune plainte n'a été déposée...

Montage captures d'écran
Montage captures d'écran

Montage captures d'écran
Montage captures d'écran




1.Posté par MôvéLang le 18/06/2021 17:44

J'étais persuadé qu'il était interdit aux filles d'être idiotes et que c'était un délit.

2.Posté par Carlo le calamar le 18/06/2021 21:49

@post1: Movélang, fo pas dire ca!! Ca risque de vexer certains… mais que ne feraient pas certains ado pour embêter les parents…

3.Posté par Ebin le 19/06/2021 00:56

1 sele nafere pou di binfer apran lecole a partir

4.Posté par Choupette le 19/06/2021 13:35

Poser est un art.

Poser pour un pervers relève de la naïveté ou de la simplicité d'esprit; la frontière est mince entre les deux.

Poser pour un pervers illettré, c'est se moquer du danger. Dans l'affaire Fourniret, c'était la femme qui racolait les gamines ... .

Les plus rouées ou plus intelligentes prendraient leurs jambes à leur cou.

Je comprends les second parents. Ne rien dire, ne rien intenter. Sous-entendu "je t'ai envoyée à l'école pour apprendre, mais pas pour aller faire des photos avec des vicieux".

5.Posté par Buisson de Larichaudy le 20/06/2021 13:19

Bonjour je vois certains commentaires vraiment dénigrant (je fais partie du groupe de filles). Avant de vous permettre de parler et de dire qu’on devraient allées à l’école sachez que nous n’étions pas au courant que c’était un homme derrière ce compte on avait déjà fais des appels avec le compte et c’était bien une fille. La petite amie n’était pas perverse on avait aucune pudeur avec elle, mais son petit ami lui se cachait derrière le compte en se faisant passer pour elle en aucun cas on a demandé à ce que ça nous arrive.

6.Posté par Buisson de Larichaudy le 20/06/2021 13:21

Donc merci de ne pas rejeter la faute sur nous, d’ailleurs certaines filles n’ont pas envoyer de photos compromettantes. On subissaient une pression énorme des chantages etc.
Cependant le cadre en dehors des messages de demande de photo etc était très professionnel on avaient juste pas conscience que l’homme était en fait un pervers car croyez moi que si vous lez verriez en vrai vous auriez dit là même chose pour ma part je pensais même qu’il était gay à aucun moment je ne savais que c’était son petit ami

7.Posté par MaxouRaw le 20/06/2021 15:35

Je suis bien content de les avoir dénoncé, le groupe de fille m’avait contacté par rapport au couple de photographe en question avec qui j’avais déjà eu des soucis du même genre.
La press local parle enfin des photographes au comportement désapprouvant de ce genre de personne m, je fais le métier de photographe depuis 5 ans et je ne comprend toujours les intentions malsaine dernière cette art.

8.Posté par pipo le 21/06/2021 10:39

Avez vous bien lus l'article? 14/17 ans et sans autorisation parentale! Donc ce couple doit être puni sévèrement , il ni a aucune excuse face à leurs comportement.
Tribunal, jugement, condamnation, fijais.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes