Société

Un mois de salaire, soit 15.000 euros d'indemnisations pour Jean-François Moser

Jeudi 3 Novembre 2016 - 07:36

Alors qu’il réclamait à son ancien employeur, la SHLMR la somme de 460.000 euros, Jean-François Moser obtient l’équivalent d’un mois de salaire soit 15.000 euros devant le tribunal de commerce de Saint-Denis.


Il avait été révoqué de son mandat de directeur en décembre 2014. Sur les 460.000 euros réclamés, Jean-François Moser avait demandé 360.000 euros pour révocation abusive, 90.000 euros pour conditions vexatoires et 30.000 euros pour des primes annuelles non-perçues.
 
L'indemnisation au titre des conditions vexatoires et les primes annuelles n'ont donc pas été accordées par le tribunal selon le Jir et le Quotidien.
 
Jean-François Moser avait été révoqué après que les administrateurs de la SHLMR et leur président Yann de Prince, aient appris la passation d'un marché en vue de la fourniture au bailleur social de 75 véhicules en location longue durée, dont 32 véhicules de fonction, sans que le conseil d'administration ni les actionnaires n'en aient été informés.

Jean-François Moser avait été nommé directeur général de la SHLMR au mois d'août 2011. Sa nomination avait été marquée par une polémique sur le montant de son salaire, d'un montant de 20.000 euros.
 
Jean-François Moser devrait faire appel de cette décision.
Lu 5482 fois



1.Posté par J M H le 03/11/2016 09:50

15000 euros de salaire ? on se refuse rien niveau salaire. je me pose la question de savoir quel travail vaut 15000 euros. pendant que les policiers se font agresser pour beaucoup moins que ça, pendant que les infirmiers se font exploiter et travaillent sans relâche pour soigner les patients dans des conditions qui ne garantissent plus la sécurité ni du soignant ni du soigné a cause de la fatigue, pendant que les pompiers se font molester alors que leur travail n'est pas assez reconnu, pendant que les gendarmes (et forces de l'ordre en général) sont sur le pied de guerre H24 à cause de l'état d'urgence, certains restent tranquillement assis à compulser des dossiers pour 15000 euros par mois. où est la justice sociale ?

2.Posté par Miro le 03/11/2016 09:58

totoche ! ....tout ça l'argent si ou lé directeur SHLMR ? vite donne à moi l'adresse, mi sava postulé. Si lé permis par la loi, mi va largue un tit' monnaie dans la poche ça qui donne à mon le bon tuyo .

3.Posté par wtf le 03/11/2016 10:20

Et entre temps ? il fait quoi dans la vie ce monsieur ? Il est encore à la Réunion. Enfin bon, c'est clair que c'est "ridicule" par rapport à ce qu'il a demandé. Bien que confortable pour les gens normaux.

il aurait été intéressant par contre de connaître l'argumentation juridique ayant refusé ses prétentions !

4.Posté par DOGOUNET le 03/11/2016 10:51

Rappelons nous que cet opportuniste tous azimuts avait été en son temps largement appuyé par le sieur Chatel, conseiller général fugace de l'époque, pourtant réputé compétent. De là à dire que ce genre de personnage a vocation à berner son entourage, d'autant plus prolixe qu'il s'agit de l'argent du contribuable...il n' y a qu'un pas.

5.Posté par BIM BAM BOUM le 03/11/2016 11:19

15000 euros c'est énorme mais par rapport à ce qu'il demandait c'est une sacré claque pour lui surtout moralement pour sa réputation
ça veut dire qu'il a été viré à juste titre et donc qu'il avait vraiment fait ce qui lui était reproché (des marchés truqués)

6.Posté par thierry3468 le 03/11/2016 13:35

Les cons ,ça osent tout .C'est même à ça qu'on les reconnait (Michel Audiart les tontons flingueurs)

7.Posté par Zoé le 03/11/2016 14:24

Pourri par de fric, scandaleux d'avoir de tel salaires !

8.Posté par La honte le 03/11/2016 17:18 (depuis mobile)

Les prud'hommes locaux étant vérolés par la franc maçonnerie, faut il s étonner que les jugements en appel invalident régulièrement les jugements de première instance ? Mauvais juges réunionnais?

9.Posté par Elle le 03/11/2016 18:27 (depuis mobile)

@ 7. Zoé : jalouse ! Tant mieux pour lui. En plus il est au chômage !!!

10.Posté par olivier le 04/11/2016 07:00

Après on cherche pourquoi toutes ces sem et consorts ont des déficits abyssaux .

11.Posté par babar run le 04/11/2016 08:22

post@6 thierry3468....en l’occurrence....les "cons" sont surtout ceux qui sont en face....nous quoi....acceptant ça en regardant...

j'aimerais voir un jour une publication des CV des présidents...des directeurs, hauts cadres...... de ce genres d'institutions (coopératives, sidr, shlmr, sedre, caf, sécu, etc....).......

12.Posté par Eric le 04/11/2016 15:36

11) d'accord avec vous les cons ce sont nous.... qui acceptons sans broncher et qui nous battons entre nous pour quelques euros... alors que sous nos yeux des arrangements entre amis, élus, institutions cachent des salaires plus que déraisonnables ... pourrait on dire honteux....

13.Posté par Michel le 04/11/2016 15:49

Ainsi donc ce directeur de société immobilière à loyer modéré d'un seul département est payé l'équivalent du salaire du président de la république.
Beaucoup de "petits" patrons à la Réunion perçoivent des salaires à peine inférieurs.
Mais tous ces privilégiés sont les premiers à refuser toute augmentation de salaire à leurs employés au prétexte que cela mettrait en danger les entreprises qu'ils dirigent.
Il y a ces petits gagnants et puis il y a ceux qui gagnent beaucoup plus, les dirigeants des grands groupes capitalistes.
Remarquez qu'aucun dirigeant des grands partis de droite comme de gauche ne s'offusque de cette situation. Tous préfèrent désigner les fonctionnaires, payés entre 1500 et 3000 €, comme des privilégiés à qui il faut faire la peau, comme les responsables de la vie chère à la Réunion.
Avec ces enfumeurs, les vrais nantis peuvent dormir sur leurs deux oreilles... et sur leur magot !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter