MENU ZINFOS
Faits-divers

Un médecin soupçonné d'agressions sexuelles exerce toujours


Un médecin est accusé d'agressions sexuelles par deux patientes. Jugé en correctionnelle pour ces faits qui datent de 2012 et 2014, il sera fixé sur son sort le 4 décembre.

Par - Publié le Vendredi 6 Novembre 2020 à 15:30 | Lu 8567 fois

Il s’agit d’un médecin métropolitain d’origine algérienne qui exerce aujourd’hui à Lille. Mais ce vendredi, il est à La Réunion car jugé par le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour agressions sexuelles sur deux jeunes femmes alors qu’il exerçait dans un dispensaire à Mayotte en 2012 puis au CHU de Bellepierre en 2014.  
 
"Je suis innocent" sont les premiers mots du quinquagénaire. Il assure avoir ausculté cette patiente de 20 ans au CHU, une habituée de l’hôpital à cause de sa maladie, et rien de plus. Elle l’accuse pourtant de l’avoir touché au niveau des seins, des cuisses et entre les jambes alors que ses douleurs se trouvaient au niveau du dos. Devant le tribunal, c’est une jeune femme timide, anxieuse et en pleurs qui décrit comme elle peut la scène.
 
Des faits difficiles à prouver, malgré tout, pour la patiente qui a déposé plainte. Mais ce médecin a cependant une autre accusation datant de 2012 à Mayotte qui le suit. La patiente, âgée 21 ans, se rend dans un dispensaire avec une question d’ordre sexuelle. Ce même médecin l’ausculte puis propose de l’emmener en voiture à l’hôpital pour une prise de sang. Il aurait placé sa main sur sa cuisse dans la voiture puis en quittant l’hôpital, aurait insister pour faire un arrêt chez lui. Il aurait eu "des choses à faire rapidement". Mais une fois chez lui, elle explique s’être mise nue sur le lit à sa demande afin d’être auscultée. Il l’aurait alors violé, prétextant un but médical. Quelques semaines plus tard, la femme se trouve enceinte et se fait avorter. 
 
L’analyse psychologique révèle une jeune femme intelligente mais influençable et immature. L’enquête relève qu’en effet, un avortement a bien été réalisé. Les versions du médecin, quant à elles, varient au long des auditions. Il assure que rien ne s’est passé ce jour-là à son domicile mais qu’il y avait eu des relations intimes et non sexuelles. Puis, il affirme qu’il y a eu des relations sexuelles consenties. Puis il refuse cette dernière version, expliquant avoir été "déstabilisé en garde à vue". 
 
"Les trois victimes qui ne se connaissent absolument pas"
 
"Les trois victimes qui ne se connaissent absolument pas", rappelle Me Céline Cabaud, l’avocate d’une des patientes. En effet, une patiente mineure l’avait aussi accusé en 2002 d’un comportement déplacé, soit un baiser. Mais le prévenu décrit trois cas bien différents. Le président d’audience évoque en effet les 30 ans de métier avec le nombre de patientes qui va avec. Un élément qui décrédibilise les trois femmes ? Me Céline Cabaud s’indigne : "Je suis choquée qu’on en parle. On sait très bien que la plupart des victimes n’en parlent pas". Et selon l’avocate de la seconde plaignante, Me Fanny Olivier : "Elles étaient toutes vulnérables, ces victimes-là". 
 
Pour la procureure, une autre logique peut être adoptée. "Si celui-ci a certes examiné beaucoup de femmes au long des années, il y a aussi beaucoup de médecins qui exercent et seul 1% d’entre eux sont accusés d’un abus sexuel. Donc ce monsieur, accusé trois fois, n’a vraiment pas eu beaucoup de chance". 

Une défense qui tient la route
 
Pour l’avocat de la défense, Me Iqbal Akhoun, c’est le cas. Après avoir rappelé l’expertise psychiatrique qui le considère comme "pas dangereux" et que les versions divergentes en garde vue ne constituent pas une preuve de culpabilité, il se concentre sur les victimes présumées. Pour la patiente du CHU de Bellepierre, sa maladie serait de l’ordre psychiatrique et les soignants la qualifient d’ "un peu spéciale" et "à problèmes". D’autres plaintes auraient été déposées à l’encontre d’autres hommes auparavant. Pour l’incident à Mayotte, il soutient l’hypothèse de la relation consentie, insistant sur le fait que la jeune femme se soit déshabillée d’elle-même et que la grossesse, hors mariage, aurait été une honte. Me Iqbal Akhoun a donc demandé la relaxe de son client. 
 
La procureure a quant à elle requis 5 ans de prison dont 3 avec sursis, une obligation de soins, une interdiction de contact avec les deux femmes et que le prévenu soit inscrit au FIJAIS. Pour elle, les faits à Mayotte sont de l'ordre du viol (un crime) qui a été correctionnalisé, et donc jugé en tant qu’agression sexuelle (un délit) devant le tribunal correctionnel. "Si ça avait été un viol jugé devant les Assises, vous savez très bien qu’il aurait été acquitté, explique l'avocat de la défense. Mais il s’agit aujourd’hui d’une agression sexuelle, donc vous n’avez pas à requérir une peine comme s’il s’agissait d’un viol". Un point de droit qui aura peut-être son poids au moment du délibéré, prévu le 4 décembre. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Il faudra transmettre le jugement à l'Ordre des Médecins. le 07/11/2020 09:30

Des sanctions professionnelles pourront être prononcées.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes