MENU ZINFOS
Faits-divers

Un couple jugé pour avoir causé de multiples fractures à son bébé de 3 mois


Un couple de vingtenaires jugé en correctionnelle ce vendredi est soupçonné d'avoir donné de multiples coups à son bébé, de sa naissance jusqu'à ses trois mois. La petite victime présentait une quinzaine de fractures provoquées par des coups espacés dans le temps. Les parents réfutent toute idée de maltraitances.

Par Isabelle Serre - Publié le Vendredi 9 Avril 2021 à 15:42

Un couple jugé pour avoir causé de multiples fractures à son bébé de 3 mois
"Il y a une certitude dans cette affaire c'est que l'ensemble des blessures de Shanti viennent de quelqu'un. On cherche dans ce procès à savoir qui a fait ça", cadre la présidente de l'audience du tribunal correctionnel dionysien ce vendredi.  Mais face aux magistrats, les deux parents n'en démordent pas : "À aucun moment on a maltraité notre enfant", répète inlassablement le couple de Saint-Andréens.

Shanti est née en mai 2014.  En août de la même année, elle est conduite aux urgences de l'hôpital de Bellepierre à cause d'un œdème sur la jambe gauche. Il s'avère très vite qu'il s'agit d'une fracture. Le médecin qui l'examine souhaite la garder en observation mais les parents s'y opposent. Le lundi suivant, ils reviennent pour des examens plus poussés.
L'équipe médicale découvre alors des fractures à de nombreux endroits du corps du bébé, ainsi qu'au niveau de la jambe gauche, une fracture plus ancienne qui a déjà commencé à se consolider. Shanti à six côtes cassées ainsi que la clavicule. À cela, il faut ajouter radius, humérus et poignet également fracturés.

Une information judiciaire est ouverte et les parents sont mis en examen pour maltraitances. 

Des fractures résultant de faits volontaires

L'enquête va démontrer que le trio vit à huis clos. Les deux parents ne travaillent pas. "J'ai tout fait pour ma famille", indique Sébastien T., dressant le tableau d'un couple parfait élevant une enfant exceptionnelle dans un environnement de rêve.

Une attitude qui ne manque pas d'agacer fortement la présidente de l'audience, Marie-Annick Rossignol. Dans une atmosphère glaçante, les parents justifient les blessures par une chute à cause d'un cosy mal attaché dans leur véhicule. Ou par des gestes trop appuyés au moment du bain. 

Car en plus de camper sur leur position, le couple parental reste persuadé que sa fille souffre d'une maladie osseuse. Et ce, malgré les différentes expertises qui ont jalonné la procédure et qui prouvent le contraire, notamment la dernière. Celle-ci a été réalisée en métropole par la créatrice et directrice de l'unité des mineurs, un ponte spécialisée dans l'analyse de la radiographie des tout-petits.

Son analyse est sans appel: les fractures sont le résultat de chocs directs : bras et poignets  tordus brutalement, côtes écrasées sous le poids du pied d'un adulte ou buste serré trop fort. "C'est très douloureux, elle a dû énormément pleurer", ont relaté les experts. De leurs côté les parents décrivent une enfant qui "pleure peu" et qui "dort énormément".

Retrait de l'autorité parentale

"Cela ne pouvait pas échapper à votre famille parfaite. Pourtant vous n'êtes quasiment jamais allés voir le médecin et avez refusé la visite de la protection maternelle infantile recommandée par votre sage-femme", a fustigé le représentant de la société, requérant 3 ans de prison dont 2 avec sursis et un aménagement de la partie ferme, ainsi qu'un retrait de l'autorité parentale.

"Ce qui s'est passé, c'est la marque caractéristique des parents qui n'en peuvent plus de fatigue et qui ne savent plus quoi faire", a diagnostiqué l'avocat de la partie civile, représentée par l'Arajufa (Association Réunionnaise d'aide aux familles  et aux victimes).

"Le mystère reste entier", a plaidé Me Sylvie Moutoucomorapoullé pour défendre les deux parents qui avaient 19 et 21 ans à l'époque. "On ne saura jamais qui a porté des coups à l'enfant. Et dans le doute, il faut les relaxer", a plaidé la robe noire, ajoutant que Shanti, 7 ans aujourd'hui, allait bien et avait une petite soeur.

Ainsi, tout va bien dans le meilleur des mondes... À moins que le tribunal, qui rendra sa décision le 6 mai prochain, n'en décide autrement.




1.Posté par Kreol974 le 09/04/2021 20:08

Dans le doute "Faut les relaxé " !!!!! c'est quoi cet avocat de merde.... il ou elle n'a pas d'enfant.... je veux bien lui faire des fractures a cet avocat , ensuite , il me défendra à la barre, et dira on se sait pas comment c'est arrivé , alors faut me relaxé....

2.Posté par Jessy le 10/04/2021 00:59

Tout va bien en effet ... rdv le 06 mai
Justice
passez un message fort aux agresseurs d’enfants .. on ne peut plus laisser passer les violences faites aux enfants et arrêtons de dire que l’enfant va bien quand il a vécu des violences .. cette petite n’a plus rien sur le corps et dans sa tête ???
Pas de sursis quand on maltraite un enfant ! Tolérance et impunité 0

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes