Faits-divers

Un cogneur vraiment très courageux : Il esquinte sa compagne et son grand-père de 90 ans !

Vendredi 21 Septembre 2018 - 15:57

Un cogneur vraiment très courageux : Il esquinte sa compagne et son grand-père de 90 ans !
Le 10 février dernier, à 17 heures, les gendarmes de Saint-Benoît sont avertis qu’il y a du vilain dans un quartier et que s’ils ne viennent pas "tout-de-suite, immédiatement, sans perde de temps et séance tenante", ça finira très très mal.  Akoz si sé in cari poisson, s’ra fine gâté ! Inquiétés par le ton plus qu’alarmiste, ils y vont illico (voyez… ça arrive !) et constatent qu’effectivement, ils ont eu raison de mettre la surmultipliée.

Dérangé par un cabri-massalé ?

Au-dehors de l’habitation concernée, ils voient une jeune femme agrippée au baro, portant force hématomes sur le visage, en pleurs, ayant peine à tenir debout. Son agresseur, dit-elle, est à l’intérieur. C’est son concubin et père de leurs deux enfants, et il doit être en train de s’acharner sur son grand-père à lui.

Les gendarmes auront quelque mal à maîtriser l’énergumène. Ils embarquent l’agité ; un très vieux petit bonhomme, gisant au sol à leur arrivée, est convoyé à l’hôpital par les pompiers aussitôt arrivés.

L’incompréhension, l’étonnement, la révolte feront partie des sentiments ressentis crescendo par les enquêteurs au fur-et-à mesure des auditions…

L’auteur des coups, Muhammad V., 31 ans, a un sérieux problème avec l’alcool. Ce soir-là, il ronflait dans son fauteuil favori, cuvant les reliquats d’une longue journée de beuverie, lorsque son grand-père arrive. Le vieil homme, 90 ans, frêle, à la démarche hésitante, secoué de tics compulsifs, est venu voir ses arrières-petits-enfants et, pour le coup, a aussi apporté un massalé de cabri de sa préparation.

N’importe qui serait mille fois heureux…

Des coups à n’en plus finir

N’importe qui… sauf le Muhamad qui se déclare dérangé par le bruit puis se lève et commence à cogner sur tout ce qui bouge, à savoir sa compagne et son grand-père. Muhammad est grand, sec, costaud. Ce qui fait que malgré son imbibation, ses coups portent et font mal, même si ses victimes tentent de se défendre.

Coups de poings, coups de pieds, gifles à sa compagne à laquelle il enlève même une poignée de cheveux. Après avoir tenté de l’étrangler. Mais le pire (s’il est possible de graduer l’ignominie), c’est ce qu’il fait subir à son grand-père…

Le vieil homme a tenté de s’interposer. Pour le "châtier" (il pèse à peine sa livre de plumes), il est "balancé" dans la salle-de-bains où il chute lourdement sur les carreaux. Plusieurs fois, le malheureux tente de se relever ; plusieurs fois il est re-flanqué au sol tout en subissant un déluge de coups de poings et coups de pieds en diverses parties du corps. "À cet âge, dira l’accusation, le moindre coup, la moindre chute, peuvent être fatals !"

Toutes ces violences, faut-il le préciser, sont attestées par des certificats médicaux.

Pour se changer les idées sans doute, et échapper à une certaine monotonie qui s’installe, le salaud va vers chacune de ses victimes alternativement, cognant ici, tapant là, crachant partout, gueulant d’importance. Le tout sans être une milli-seconde gêné par la présence de ses enfants.

C’est un voisin, alerté par les cris et hurlements, constatant la présence de la jeune femme en pleurs et visiblement estropiée, dans le jardin, qui alerte la gendarmerie.

Infirmier ou pompier ?

Au long de leurs investigations, les enquêteurs constatent que Muhammad n’en est est pas à son coup d’essai, condamné par deux fois pour conduite beurré comme un coing, refus de se soumettre aux contrôles, conduite sans permis, sans assurance, et quelques menues broutilles style "non-respect de l’autorité" (qu’en termes élégants ces choses-là sont dites !)

Muhammad, hébergé chez un copain pour cause d’interdiction de domicile ex-conjugal, a travaillé, ne travaille plus, a touché les Assedic, ne touche plus rien.

"Mais je prépare le concours de sapeur-pompier et d’infirmier".

Ce à quoi on lui fait remarquer qu’avec une note judiciaire  plus salée que la Mer Morte, il serait surprenant que le corps des pompiers l’accueille avec des ovations.

"Effectivement", consent-il du bout des lèvres.

Pour ce qui est de ses enfants, auxquels il n’a pas une seconde songé pendant qu’il cognait, il ne les voit plus depuis un paquet de temps et prend de leurs nouvelles… par le biais de sa mère.

"Je lui pardonne"

Sa seule tactique de défense est de dire que "j’avais bu", ce que tout le monde avait compris. "Bu… quoi ?" demande la Présidente Rossignol. "Trois, quatre verres… "

La Présidente exhibe alors le rapport médical faisant état d’une imprégnation atteignant 1,40 mg d’alcool par litre d’air, soit 2,80 mg par litre de sang. On comprend pourquoi il semble "ne plus trop bien (se) souvenir".

Il ne sait plus que répondre quand la Présidente lui fait remarquer qu’il avait dit n’avoir fait que se défendre parce que "c’est mon grand-père la tape à mwin en promier !"

Ce qui semble léger : lui est un grand gaillard costaud frisant vraisemblablement plus que son mètre quatre-vingt-cinq (j’estime par rapport à moi et je fais 1m83… enfin, "je faisais", tout diminue avec l’âge, les enfants).

Appelé à la barre, cet extraordinaire grand-père va nous donner une leçon d’amour et de générosité.

Du haut de ses 1,45 mètre largement pesés, il s’approche en claudicant, légèrement tremblant. Mais c’est d’une voix étonnement forte et claire qu’il dit :

"Je lui pardonne ! Vous me voyez me mettre en colère à 90 ans ? Porter plainte ? C'est idiot ! Qu’il comprenne juste qu’il doit arrêter de boire ! Moi, j’ai eu une très longue vie conjugale, très heureuse, au cours de laquelle je n’ai jamais tapé ma femme"… "Qui vient de partir cette année", ajoute-t-il. L’atmosphère de la salle s’est semble-t-il embuée.

Avec un large sourire, la Présidente Rossignol lance :

"Je suis d’accord avec vous, monsieur. Si vous pouviez venir deux fois par semaine dans cette salle, l’expliquer aux accusés… J’espère que votre petit-fils a écouté son granmoune !"

Muhammad a été condamné à 1 an de prison, dont 6 mois avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans. Et un euro symbolique réclamé par son ex.

Avec les aménagements de peine autorisés par le Code de procédure pénale, il n’ira pas en taule. À moins qu’il ne recommence ?
C’est la Taubira qui va être réjouie.
Jules Bénard
Lu 6022 fois



1.Posté par Muhammed le 21/09/2018 16:02 (depuis mobile)

Ah ils se mettent à boire maintenant ? et après ils tabassent leur femme ? nom de Dieu 😲😱😶

2.Posté par zozo le 21/09/2018 16:38

genre de dechet de capote devrait jeter ca aux chiottes

3.Posté par Dignité le 21/09/2018 22:11

@ Mr BENARD,

J'apprécie votre prose et aussi ce fait divers qui met l'accent sur la bonté d'âme d'un gramoune de 90 ans.

J' apprécie moins la sortie sur "la Taubira" qui n'a rien à voir avec cette affaire qui relève du sordide.

La politique judiciaire de Mme Taubira, du temps où elle était garde des sceaux, n'a pas eu pour vocation d'encourager le cas que vous portez à notre connaissance avec beaucoup d'à propos.

Cette femme , décriée par certains et admirée par d'autres, est une femme de culture et d'éloquence qui ne mérite pas de voir son nom être associée à cette triste affaire qui concerne un abruti de première inculte et porté sur l'alcool.

4.Posté par Jp POPAUL54 le 22/09/2018 01:07

A post 3
Il est vrai que comme vous l'écrivez " l'abruti de première et porté sur l'alcool" de cette triste histoire ne doit pas être associé au nom de notre ancienne garde des sceaux.
Mais n'oublions pas que Mdme Taubira a été l'artisane de la loi de 2014, qui porte "fièrement" son nom.
Cette réforme a mis au placard les peines planchers et grâce à la magie de la très controversée contrainte peinale, on s'aperçoit que les auteurs de vols, violences, délits routiers, outrages... ne craignent plus grand chose puisque la très clémente individualisation des peines n'envoie plus grand monde en prison.
En place de cette dernière, on trouve de gentillets programmes d'interdictions diverses ou encore d'obligations de soins dont les effets placebo sont malheureusement trop souvent remarqués.
Alors voilà, nous connaissons tous aujourd'hui le résultat de la brillante inefficacité de ces mielleuses "sanctions pénales" visant les délinquants de tout poil. On constate surtout qu'elles sont le terreau de la récidive.
Je crois même que depuis 2017, l'aimable réforme s'applique à tous les délits.

5.Posté par Yab le 22/09/2018 08:21 (depuis mobile)

Dire que mes impôts et diverses cotisations sont utilisés pour nourrir une sous-merde pareille. Ce résidu ne mérite pas de vivre

6.Posté par Joseph le 22/09/2018 09:04

Avec un pareil prénom, l'alcool ne lui est pas interdit?

Quand on ne sait pas boire de l'alcool, on boit de l'eau espèce de déchet inhumain !

7.Posté par Réunionnais le 22/09/2018 12:13 (depuis mobile)

Ils copient les créoles eux aussi sur l alcool nom de dieu ou est ce qu'' on va.

8.Posté par Dignité le 22/09/2018 13:34

@ Mr BENARD

La loi que vous citez est d'une inspiration humaniste qui a souvent caractérisé la démarche de Mme TAUBIRA.

Cette inspiration humaniste est nourrie par une sensibilité de gauche dont s'est toujours réclamée l'intéressée avec beaucoup de conviction.

La loi en question permet à des individus peu recommandables de bénéficier, hélas, de ses dispositions généreuses.
Doit -on pour autant la condamner et la jeter aux orties? Je ne le pense pas, car pour un individu qui en profite abusivement et de manière fort regrettable, ils sont plus peut-être bien plus nombreux à profiter de ses généreuses dispositions et à , ainsi, rebondir dans la vie en évitant les affres de la prison ou autres sanctions infamantes.

Ceci étant dit, je réitère mon admiration pour votre écriture et les témoignages que vous nous racontez sur des faits qui interpellent la conscience.

9.Posté par Ah Taubira... le 22/09/2018 23:04 (depuis mobile)

Cette femme suait la haine de la France, tout était permis pour les délinquants, fallait que "jeunesse se passe" disait elle !
Grâce à elle, (en partie) notre pays sombre dans la violence. Un jour, pourrait elle être jugée pour haute trahison ?

10.Posté par Coup de grôle le 23/09/2018 18:07

Entièrement en accord avec Dignité (3).
Surprenant et sans lien avec les faits évoqués ce commentaire sur Madame Taubira.
Si seulement M. Bénard avait un niveau culturel et intellectuel comparable à celui de Madame Taubira !
Il n'aurait pas la même prose !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >