MENU ZINFOS
Faits-divers

Un coach sportif soupçonné du viol de deux mineures


C'est dans un club de fitness du Sud du département que deux mineures ont dénoncé le prof qui était censé les coacher. Elles l'accusent de les avoir violées. Mis en examen et placé en détention provisoire il y a une semaine, le mis en cause a fait appel de son placement derrière les barreaux.

Par Isabelle Serre - Publié le Jeudi 8 Décembre 2022 à 13:09

Le 31 octobre dernier, une adolescente de 16 ans portait plainte dans une gendarmerie du sud sauvage. Elle dénonçait son coach sportif qui sous couvert de prendre ses mensurations afin de lui concocter un programme de remise en forme, lui aurait imposé une pénétration digitale.

Placé en garde à vue, ce passionné de culturisme aurait déclaré avoir touché les parties intimes de la plaignante, mais sans but sexuel. Quelques jours plus tard, le 7 novembre dernier, la nièce par alliance du mis en cause, apprenant qu'il avait été dénoncé, avait apporté sa pierre à l'édifice en portant plainte à son tour pour des faits similaires. Cette fois-ci, le quinquagénaire originaire de l'île Maurice aurait frotté son sexe contre elle jusqu'à l'éjaculation.

L'intéressé avait été déféré devant la procureure de la République de Saint-Pierre et mis en examen pour ces deux chefs de viols. Le 23 novembre dernier, le juge de la liberté et de la détention (JLD) avait choisi de le placer sous les verrous le temps que l'enquête avance.
 

Ce mardi, le détenu incarcéré à la maison d'arrêt de Domenjod comparaissait devant les magistrats de la chambre de l'instruction afin de contester la décision du JLD. Les muscles saillants sous un tee-shirt moulant, petites lunettes cerclées sur le nez, l'homme par ailleurs employé d'une communauté de communes a plaidé par la voix de son avocat une assignation à résidence sous bracelet électronique.

"Il ne connait pas personnellement la première plaignante. La deuxième est sa nièce. Si jamais il prenait contact avec elle, la famille remontée à bloc contre lui préviendrait immédiatement les forces de l'ordre", a indiqué le bâtonnier Frédéric Hoarau. Pour la robe noire, le JLD n'aurait pas suffisamment motivé la décision de placer son client en détention provisoire. "Il faut expliquer pourquoi la prison est nécessaire et cela n'a pas été le cas", a détaillé le conseil. 

"Je m'interroge sur l'intérêt lorsqu'on est coach sportif de prendre les mesures des muqueuse vaginales des clientes", a fustigé l'avocate générale lors de ses réquisitions. Pour la magistrate, l'incarcération provisoire du mis en cause est nécessaire au cas où d'autres victimes souhaiteraient se faire connaitre. L'enquête démarrant à peine, des auditions de témoins de l'entourage sont prévues et le risque de pression doit être évité. "Etant donné le discours ambivalent du prévenu, j'ai un doute quant à sa capacité de réfréner ses pulsions", a ajouté Emmanuelle Barre, souhaitant que le coach reste en prison.

Les juges de la rue Juliette Dodu ont suivi ces réquisitions. 

 




1.Posté par BAM le 08/12/2022 15:57

Le coach scotché !

2.Posté par Éclaire le 08/12/2022 22:14

Plus il y a de muscles, plus certains sont pervers. Sûrement dû à cette grosse quantité de testostérone qu ils ingurgitent. Et après ça se dit naturel 😁😁😁

3.Posté par Interdit de rire le 09/12/2022 01:10

"Il faut prendre des mesures" dixit le coach... 😁😁😁

4.Posté par Marie Line le 09/12/2022 06:19

On ne laisse pas traîner seules des ados dans une salle de sport remplie de testostérone...Les parents devraient les accompagner.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes