MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Un caillou dans notre Histoire


Par Frédéric ROUSSET - Publié le Dimanche 21 Juin 2020 à 17:09 | Lu 641 fois

Un caillou dans notre Histoire
John R. SEARL comparait les mots à des clous auxquels le locuteur accroche des réalités souvent changeantes. Il en va sûrement de même pour des statues. Alors que le mot est quelquefois pris pour la chose, le plâtre, le bronze, le fer... qui font les statues deviennent, par la force d'un artiste, réalité ; quand Dom Juan compte visiter un monument, Sganarelle parle d'aller voir un homme: le Commandeur. Le sculpteur peut, toutefois, connaître quelques défaillances. Ainsi, au Burkina Faso, ce dernier a dû corriger sa création car la représentation de Thomas SANKARA n'était pas assez ressemblante et ne rendait pas hommage au héros.

Ce qui nous occupe,  actuellement, n'est pas tant le talent des artistes* mais la polémique sur le déboulonnage de certaines statues d'hommes convaincus de racisme. Cela fait écho à Race[s], cette pièce de François BOURCIER (programmée au Festival Komidi l'année dernière) qui retrace la pensée raciste installée par des hommes célèbres tout le long de l'Histoire et dont on méconnaît, le plus souvent, les textes.  Les avis fusent sur la toile jusqu'à nous diviser, par-delà les générations (remake de la querelle des Anciens contre les Modernes), par-delà les mers quelquefois : on érige des monuments à la mémoire de Gandhi à La Réunion, on les déboulonne au Ghana, en Afrique du Sud, au Malawi... Personnellement, si j'ai frémi à chaque coup de marteau porté au patrimoine culturel de Palmyre, je doute avoir la même émotion le jour où Mahé de LABOURDONNAIS sera placé en cale sèche. J'entends la violence symbolique que cette figure cristallise dans les jardins mêmes jouxtant la Préfecture. Par ailleurs, l'argument selon lequel, ce faisant on effacerait un pan de l'Histoire relève, pour moi, d'une conception fétichiste de l'Histoire. Je serais plus intéressé à la révision de nos manuels scolaires. Enfin, je suis décidé à vivre ici et maintenant, dans ce grand pays. Aussi, ce sont des vivants que je déboulonnerai dimanche 28 juin avec mon bulletin de vote pour placer une Marianne dans la Maison commune...en espérant qu'elle ne se statufie pas, faute de souffle ; seuls les cailloux n'ont pas de projet.

Frédéric ROUSSET

*Appel à candidature relatif au mémorial en hommage aux victimes de l'esclavage au sein du Jardin des Tuileries publié par le Ministère de la Culture.
https://www.marches-publics.gouv.fr/?page=entreprise.EntrepriseAdvancedSearch&AllCons&refConsultation=589121&orgAcronyme=f5j

Photo : John WESSELS / AFP
Photo : John WESSELS / AFP




1.Posté par klod le 25/06/2020 19:50

enrichissant comme apport à la "reconsidération" de l'Histoire , NECESSAIRE, n'en déplaisent aux "contents d'eux" depuis si longtemps .


statue, nom de rue , cela relève d'un honneur donné à certains . Que cet "honneur" soit clairement explicitée avec ses parts d'ombre , tout ce que demande le citoyen humaniste , c'est la vérité historique , pas qu'une part de la vérité .

"c'est simple" comme disait un pote …………. et pourtant cela demande un travail de vérité et d'équité important . il est bien que cela commence ENFIN , malgré des excès………………
time will tell.

2.Posté par A mon avis le 26/06/2020 15:49

Vous écrivez fort justement :
"Par ailleurs, l'argument selon lequel, ce faisant on effacerait un pan de l'Histoire relève, pour moi, d'une conception fétichiste de l'Histoire. Je serais plus intéressé à la révision de nos manuels scolaires."


En effet, le choix de l'exposition ou du déboulonnage des statues est un acte politique, tributaire des idées des partis politiques en place, et des idéaux de l'époque.

C'est dans les manuels scolaires que s'enseigne l'Histoire. Mais, le contenu des programmes est aussi déterminé par les partis politiques en place et les idéaux de l'époque. Ce contenu est donc fatalement orienté idéologiquement.

Seuls les historiens, les vrais, sont capables d'objectivité, à la condition toutefois qu'ils puissent accéder librement à toutes les archives, (si tant est qu'elles n'aient pas été détruites).
Et à,condition qu'ils puissent librement s'exprimer !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes