Justice

Un alambic vivant... et dangereux: Bruce Lee la pas son cousin !

Mercredi 9 Août 2017 - 14:18

Correctionnelle mardi :


Johnny a l'alcool mauvais et ses copains en guise de paillasson. Ils le savent mauvais quand il a bu ; alors, personne n'ose lui faire remarquer quand il commet des bêtises. Et ça lui arrive plus souvent qu'à son tour.

"Attende à ou, mi arviens po ou !"

Ce gars de 26 balais, au CV judiciaire quelque peu encombré, avait vraiment beaucoup bu, le 1er. avril dernier à Saint-Louis. A la vitesse d'une MG 42, le président François Strawinski récite, sans souffler : 

"Cinq bières, du cognac, du rhum, et un litre de punch coco à vous seul. Quelle quantité de rhum ?"
"Ben... in paquet sûrement".

"Lorsqu'un de vos amis vous fait remarquer que vous faites trop de bruit en pleine rue, vous le prenez très mal".
"Ben à fèr lu la dit à moin ça lu aussi ?"


Le Johnny, quand il est pété comme une calebasse, se croit invincible. Et s'il ne l'est pas, il s'arrange pour se faire justice. Les remarques de son copain le mettant en rogne, il hausse le ton, les râlés-poussés commencent comme il était à prévoir, les gnons et horions se mettent à voler bas. Johnny finit par se prendre une pêche en pleine poire et comprend qu'il n'aura pas le dernier mot. Il s'enfuit mais...

"Attende à ou ! Mi arviens po ou moin là. Mi sa tuer à ou" .

Joignant le geste à la parole, notre irascible va jusque chez lui, s'empare d'un couteau et revient régler son compte à l'importun qui a eu le culot d'être plus fort que lui. "Et pas un petit couteau à découper le steack, fait remarquer la procureur Gauvin, un couteau de belle taille" . Sur les photos des scellés, on constate qu'avec un tel engin, les blessures peuvent se révéler létales. Du genre couteau à jambon des charcutiers. Ouf !

"Le couteau ? Jus' po fé peur à li !"

De retour sur les lieux de l'altercation, Johnny tente de rejouer "Règlements de compte à OK Corral" mâtiné de "La vengeance se mange chaud". Mais il est tellement rhumé-bièré-punchcocoïsé-cognaquisé que ses gestes sont plutôt décousus. Il parvient néanmoins à taillader le bras de son soi-disant ami.

Le plus triste, dans cet attrape-moi-que-j'te-pique est que, comme le fait remarquer le président, ces cinq-là sont réellement des amis. Ils ont l'habitude de sortir et, surtout, de boire ensemble. Et lorsqu'ils commencent à distiller, i conné quand i commence, i conné pu quand i arrête !

La victime s'en sort avec une estafilade plutôt intéressante et moins de 8 jours d'ITT. Le second coup, avorté de justesse, aurait pu faire plus de dégâts.

Le président demande à l'accusé quelles étaient ses intentions en allant chercher le couteau.

"Jus' po fé peur à li !"
Après avoir vociféré "Mi sa tuer à ou" ?
"Eh bien, commente sobrement le président, il faudra vous arrêter de boire sinon, nous, nous allons vous y contraindre !"

"Un père de famille, ça ?"

La procureur Gauvin s'est désolée de la répétition des faits-divers sanglants dans la presse. Et fait allusion au récent meurtre de Primat, où victime et meurtrier étaient aussi des amis. "Ce sont souvent des groupes d'amis qui boivent ensemble mais ne savent pas s'arrêter. Cette escalade de la violence est intolérable ! Ici, le prévenu semble reconnaître les faits mais n'a aucune conscience du fait qu'il a failli tuer son ami. Et c'est un père de famille, ça ?"

Le tribunal a été gentil : 4 mois avec sursis, obligation de soins et obligation de chercher activement un travail.
Jules Bénard
Lu 3293 fois



1.Posté par Hugh le 09/08/2017 16:58

Moi, mon cousin il s'appelle Brusque Lit, lorsqu'il tombe sur son matelas, le lendemain il doit en changer la carcasse .

Et parfois, lorsqu'il est complètement bourré, il va direct aux biques et sans allants sinon, c'est l'alambic mais ça, ça lui est interdit.
J'en connais encore des plus bourrés et des plus vieux que lui, c'est Mickey dans " Fantasia "
Lui, au niveau balais il est encore plus fort.
Je crois qu'il en a sans compter qu'il en renverse des "sots" comme moi.
Mais c'est pas François Strawinski c'est Paul Dukas l'apprentis " sourcier "
Bon apéro à tous. C'est les vacances….

2.Posté par Jules Bénard le 09/08/2017 17:31

à "Hugh", comme dirait Cheval fougueux et Sitting Bull :
Bravo, cousin. Tu allies culture et moucatage. Rien de tel.
Tu devrais écrire plus souvent. Les bons mots sont rares.
Cordialement (PS : cordial étant pris au sens de petit remontant, cela va de soi !)
Hips !

3.Posté par alain bled le 09/08/2017 20:09

4 mois avec sursis...c'est le verdict aussi pour un agriculteur qui a aidé des migrants dans le sud de la France. Lequel est le plus dangereux pour la société ?

4.Posté par Alcool et justice: inconciliables? le 10/08/2017 06:58

C'est vraiment du n'importe quoi ce verdict: 4 mois avec sursis, autrement dit rien alors qu'il a tenté de blesser ou tuer un autre comparse dit "ami" (de la bouteille seulement).

Quant à l'obligation de soins, il faudrait qu'elle soit "corsée", car cet alambic sur pattes doit être presque irrémédiablement imbibé de rhum. A la limite irrécupérable.

Obligation de chercher un travail??? Histoire de gagner des liquidités? Pfffff

Qu'ils aillent se baigner dans le lagon tous ces alambics vivants nuisibles pour leur entourage et les usagers de la route (s'ils roulent)... Mais pas sûr que les requins en veuillent, vu qu'ils doivent "puer" le rhum à cent lieues....

Dommage, car ça nous ferait des économies en sécurité sociale et frais divers (police, justice....).

5.Posté par Hugh le 10/08/2017 11:11

@ Jules Bénard.
C'est à vous que revient le compliment et de la belle mise en scène que vous nous faites partager si souvent et toujours avec les bons et les beaux mots.
Amitiés

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >